Alfonsina Russo : «Notre creuset mémoriel commun principal atout de notre partenariat»

Alfonsina Russo Italie
Mme Alfonsina Russo. D. R.

De Rome, Mourad Rouighi – Mme Alfonsina Russo est une sommité en Italie et dans le monde, elle fait partie des dix directeurs de musées les plus prestigieux et dirige depuis cinq ans le parc du Colisée, qui gère la partie historique de la Ville éternelle, Caput Mundi. Avant d’accueillir, hier [vendredi] le ministre des Affaires étrangères, Ramtane Lamamra, à l’entrée de la prison Mamertine, elle a confié à Algeriepatriotique que «ce genre de rencontres confirme qu’un – creuset mémoriel commun – est bien là entre l’Algérie et l’Italie, autour duquel il sera possible d’accroître notre coopération dans le domaine de la préservation du patrimoine».

«Votre pays, très bel exemple de cette Méditerranée, carrefour des civilisations où les Numides ont rencontré Phéniciens, Romains, Byzantins, Arabes et Ottomans, ont su façonner une personnalité authentique, reposant sur des milliers de vestiges, des sites inscrits sur la liste du patrimoine mondial de l’Unesco et un patrimoine d’une inestimable valeur», a-t-elle souligné.

En faisant découvrir le lieu de détention et d’exécution du roi Jugurtha à notre chef de la diplomatie, elle a convenu avec son hôte que «le recul requis nous invite à contextualiser ce genre d’épisodes et à en exploiter la symbolique, celle d’un lieu qui ne concerne que quelques nations plurimillénaires dont les racines sont si lointaines qu’elles s’imposent à tous.»

Si lointaines d’ailleurs qu’elles échappent probablement aux apprentis historiens.

Ramtane Lamamra, de son côté, l’a remerciée pour l’attention toute particulière qu’elle réserve toujours à l’Algérie et l’a assurée que «le gouvernement dans son programme d’action a prévu d’entreprendre un effort supplémentaire, visant à doter nos institutions de lois ambitieuses qui structurent le domaine archéologique, nos universités multiplient les filières de spécialisation dans ce secteur et nos musées se modernisent et mettent à profit la technologie pour exalter la splendeur de ces gardiens de notre lointain passé».

«Nous aurons bien sûr besoin de nos amis italiens, de vos compétences dans ce domaine pour nous accompagner dans ce passionnant chantier», a-t-il rappelé. Alfonsina Russo a indiqué que son équipe comptait travailler «très prochainement» sur la récupération des «plus belles» collections de mosaïques du monde qui se trouvent tant en Italie qu’en Algérie. Pour mener à bien cette mission, elle a promis de se rendre en Algérie, dès que possible, pour coordonner des plans d’intervention, notamment dans les régions de Sétif et Khenchela, en y dépêchant des historiens et des spécialistes en sciences du passé, pour préparer le terrain pour l’action d’archéologues et experts en fouilles.

Par ailleurs, l’Algérie, qui fait le choix d’un tourisme de type culturel, nous dit l’expert Umberto Croppi, a identifié en l’Italie le partenaire de choix qui lui permettra d’intégrer les synergies internationales, captant compétences et filières, le tout autour de ce creuset mémoriel commun que la visite de Ramtane Lamamra à la prison Mamertine a évoqué de manière si poignante.

M. R.

Comment (5)

    👍ALGERIE//ITALIE 👍
    10 octobre 2021 - 0 h 55 min

    Merci à nos amis italiens.
    Seul ont va plus vite, mais ensembles l’Algérie et l’Italie nous irons plus loin.
    Histoire commune et un avenir commun .
    L’Algérie et l’Italie Unis pour l’Afrique avec l’Afrique .

    Elephant Man
    9 octobre 2021 - 19 h 20 min

    Perfect ! Outre les universités ne pas oublier les échanges scolaires entre les 2 pays dès le primaire que ce soit pendant les vacances scolaires ou période scolaire avec projets archéologiques culturels historiques.

    Incroyable…
    9 octobre 2021 - 17 h 04 min

    …Il fallait se faire rappeler l’importance d’un héritage et d’un destin politico-culturel en commun pour qu’on se réveille enfin, et de constater que peux de pays au monde peuvent s’enorgueillir d’un héritage aussi splendide que millénaire. Effectivement, l’Algérie est un véritable berceau de l’humanité. Il n’y a pas que Jugurtha, Santa Monica ou Saint Monique, née en c. 332 à Thagaste en ALGÉRIE et décédée en 387 à Ostie, en Italie où le nom inspira des pays du monde entier à l’adopter à leurs villes. Son fils Saint Augustin en fait pareil, voici donc quelques examples que la Numidie et actuel Algérie se doit d’être très fière aujourd’hui. Cette Algérie ne s’est pas arrêtée aux guerriers et hommes et femmes de foi, mais elle a aussi fourni une inspiration au mouvements indépendantistes de part le monde en inscrivant son nom en lettre d’or à travers l’Emir Abdelkader, Hassiba Ben Bouali, Ali la Pointe, Ben M’hidi, et tous les chouhadas qui sont tombés à Rome tel Jugurtha ou à Monte Cassino en Italie durant la 2eme guerre mondiale où mon père fût un des LIBÉRATEURS de cette ville, et où deux oncles ont laissé leurs vies pour cette belle Italie! Voilà de quoi être si FIÈRE de cette Algérie, terre de guerriers et de libérateurs! Je demande à notre gouvernement de mettre l’homme ou la femme qu’il faut à la place qu’il faut, et comme disent nos cousins Tunisiens, Yazi min el bricolage! Réveillez-vous bon sang et partager cette so merveilleuse histoire qu’est l’Algerie aux enfant dès la primaire jusqu’à l’université et enclencher des séminaires et échanges avec des universités Italienne. Je vois même un festival en commun avec l’Italie, une fois par an à Thagaste célébrer cet héritage ou figurants et figurantes sont habillés en costumes Berbero-romain! Je pense que nos ancêtres seront fiers de notre génération qui ne les a jamais oublié. Viva Italia la Bella et Tahia El Djazaïr.

    Anonyme
    9 octobre 2021 - 10 h 00 min

    Je trouve super ce rapprochement avec l’Italie. Il nous faut un tourisme culturel et historique ou encore sports extrêmes comme la randonnée dans le Sahara. Avec des systèmes d’hôtellerie modeste, qui ne défigurent pas nos environnements et notre nature, des petits hôtels ou des B&B (Bed and Breakfast) chez l’habitant.

    Mais surtout pas un tourisme commercial dans sa version pourrie : pédophilie, sexuelle, prostitutionnelle. Pas ça, on n’en veut pas : notre peuple n’est ni à vendre, ni à avilir !

    Selecto
    9 octobre 2021 - 9 h 56 min

    L’Algérie a fait le choix du tourisme de type culturel car notre pays est un musée a ciel ouvert contrairement a certains pays qui n’ont que leurs enfants a offrit aux pédophiles Français et des pays du Golfe pour des bouchées de pains sans aucune gêne.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.