Islamisme et berbérisme : œuvres de couches sociales archaïques en déclin

MAK berbériste
Lors d'une marche du mouvement MAK à Paris. D. R.

Une contribution de Khider Mesloub – En Algérie, on met l’histoire au service de l’engagement politique. Et non l’engagement politique au service de l’Histoire. Autrement dit, la même histoire fossilisée, réécrite sous deux formes archaïques, islamique ou berbériste, sert, depuis l’indépendance, de marchepied à certains dirigeants du régime et quelques politiciens de l’opposition pour se maintenir ou se hisser au pouvoir, quitte à piétiner la vérité historique et à écraser socialement le peuple.

Hors de question d’employer la politique pour changer l’Histoire, bâtir une nouvelle Algérie tournée résolument vers l’avenir, adossée à la modernité. Une modernité incarnée par des forces sociales progressistes porteuses de projets économiques et civilisationnels universels et émancipateurs

Pour ces deux entités réactionnaires, islamiste et berbériste, se disputant les dépouilles du patrimoine algérien, le combat politique se cantonne à l’exhumation des vestiges de l’antiquité pour les accommoder à la société contemporaine algérienne, pourtant en pleine mutation, opérée dans le cadre de la mondialisation économique et de l’évolution technologique, en faveur desquelles l’Algérie œuvre pour favoriser et accélérer sa modernisation.

Ces deux excroissances nationales anachroniques s’acharnent à vouloir bâtir une Algérie avec des reliques culturelles ou cultuelles antiques, en guise d’ossature identitaire greffée sur un corps social pourtant ancré dans la contemporanéité et modelé par la modernité, illustrée par l’urbanisation et la scolarisation massives de la population, l’adoption des nouvelles technologies numériques par la nouvelle jeunesse, massivement connectée sur les réseaux sociaux, donc en phase avec l’innovation et la mondialisation.

Pour autant, au plan idéologique, s’il fallait une preuve de la persistance de l’archaïsme tribal et féodal au sein de certaines couches sociales algériennes, elle nous est administrée par l’appréhension rétrograde de la question nationale, politiquement controversée. Deux visions réactionnaires s’affrontent pour caractériser l’identité nationale de l’Algérie. En effet, depuis l’indépendance, dès lors qu’il s’était agi de définir la nation algérienne, deux conceptions identitaires archaïques divergentes, concurrentes mais complémentaires, émergèrent, incarnées par les islamistes et les berbéristes, pour qui le combat cultuel ou culturel constitue le nec plus ultra du projet politique, prime sur le programme de développement économique et social de l’Algérie.

La première mouvance, majoritaire, est principalement d’inspiration religieuse. La seconde est d’essence ethnolinguistique.

Pour la mouvance islamiste, la religion musulmane constitue le socle sur lequel s’édifie la nation algérienne. Elle érige l’islam comme le principe fondateur de la nation algérienne. Il n’est donc pas étonnant qu’elle fasse remonter la naissance de l’Algérie à l’époque de l’islamisation de cette région du Maghreb. Le roman national algérien se confond ainsi avec l’établissement de l’islam en Algérie. Tout le passé antérieur à l’avènement de l’islam est ignoré, occulté, effacé. Elle définit l’Algérie par son unique et exclusive caractéristique religieuse. Pour elle, l’Algérie est musulmane. De culture musulmane. Ce qui est erroné. Certes, l’Algérie est de culte musulman. Mais point de culture islamique. Car il n’y pas de culture islamique, l’islam n’étant pas une culture mais un culte, c’est-à-dire une religion globalisante. Il y a, en revanche, une culture algérienne singulière, indonésienne, irakienne, turque, sénégalaise, quoique ces pays aient une religion globale commune. De même, il existe une culture arabe qui a pour substrat la langue arabe.

La fantasmagorique culture islamique est une construction idéologique, œuvre de militants intégristes aspirant à islamiser (salafiser) outrancièrement la société, par la transmutation du cultuel en culturel. Il n’est donc pas surprenant que la mouvance islamiste appuie et cautionne le principe constitutionnel érigé par l’Etat algérien en étendard sacré : islam, religion d’Etat. En tout cas, le discours islamique imposé par l’Etat algérien, en particulier par la fraction islamiste contrôlant les structures étatiques, révèle que la sacralité n’est pas l’expression de l’adhésion spontanée de la population mais le corollaire d’une politique d’endoctrinement opérée par les appareils de conditionnement des esprits, notamment l’école pour qui le sens (sacralisé) préexiste à l’initiative individuelle (profane libre). Le sacré étant donné d’avance et ordonné par l’Etat, par la vertu d’une loi constitutionnelle, l’Algérien est contraint d’y croire sans faire acte de volition. Selon les normes éducatives étatiques algériennes, un enfant né dans une famille musulmane est considéré ontologiquement comme «musulman». Aussi est-il soumis à un enseignement islamique obligatoire. De même, les valeurs morales, présentées comme des vérités intemporelles et intangibles, émanent-elles de l’islam qui leur confère sens, validité et légitimité. Une chose est sûre, on ne naît pas religieux, autrement dit musulman (juif, chrétien). On le devient par l’éducation, mimétisme, pression familiale et communautaire. Voire contrainte étatique. Tout comme on ne naît pas footballeur, sport encadré par de multiples rites sacrés, notamment dans son temple de jeu, le stade où viennent officier les footballeurs au milieu de spectateurs fanatisés adorateurs du ballon rond, mais on le devient par conditionnement médiatique sportif et influence éducative et sociale. L’adhésion à une religion est un processus éducatif social, non une démarche de conversion spontanée individuelle. La foi est un construit social. Sans structures éducatives et propagandistes familiales, scolaires, médiatiques et cultuelles, chapeautées par l’Etat, la religion serait une coquille vide.

La seconde mouvance d’inspiration berbériste s’appuie, elle, sur la matrice ethnique et linguistique pour définir la nation algérienne. Pour les partisans de cette vision ethniciste, l’Algérie est composée, depuis les temps reculés, en majorité de «Berbères». Selon les tenants de cette thèse essentialiste, quoique 85% de la population contemporaine algérienne aient, depuis des siècles, pour langue maternelle l’arabe, pour culture l’héritage «arabo-musulman», elle demeure berbère. D’après le point de vue de cette composante berbériste, majoritairement kabyle, par ses seules ascendances «amazighes», l’Algérie perpétuerait ainsi son identité berbère immuable, éternelle et immortelle. Aussi l’identité arabe de l’Algérie est-elle totalement récusée, rejetée, reniée par ces berbéristes, en dépit de l’évidence historique et sociologique, de la prégnance culturelle et linguistique arabe algérienne.

Globalement, ces deux approches identitaires nationales inconciliables s’appuient sur des fondements religieux ou ethniques archaïques issus directement de l’ancien mode de production suranné, qui a survécu dans une forme de contiguïté contre-nature avec le nouveau mode de production capitaliste embryonnaire, implanté à l’origine par les colonisateurs français, mais imparfaitement développé et perfectionné par les premiers détenteurs du pouvoir algérien postindépendance, plus soucieux d’échafauder un fondement culturel ou cultuel pour légitimer historiquement la constitution du nouvel Etat-nation algérien que de bâtir des fondations économiques et politiques permettant d’impulser le développement des forces productives. De là s’explique la prééminence accordée par l’Etat algérien aux superstructures idéologiques au détriment des infrastructures économiques. Autrement dit, la priorité accordée à l’érection des mosquées plutôt qu’à la construction d’usines ou à l’implantation d’entreprises agricoles pour assurer le développement économique de l’Algérie.

Toujours est-il que, eu égard à la prégnance de l’esprit archaïque et tribal dans la société algérienne, il n’est pas surprenant que, dans la définition de la nation, la composante religieuse érige l’islam comme principe unique d’édification nationale sur lequel se greffe la langue arabe, élevée par ailleurs au rang de langue sacrée devant laquelle tous les autres idiomes doivent s’incliner, voire s’effacer. Pareillement, il n’est pas surprenant que la seconde composante berbériste ethniciste, quant à elle, conçoive la construction de la nation algérienne sur la primauté tribale, le culte des ancêtres, voués par essence à l’éternité par la seule transmission de la langue «amazighe» pourtant minoritaire.

Comme si la religion (ou la langue), à elle seule, pouvait constituer la globalité de l’identité nationale. Au vrai, ces deux visions précapitalistes se ressemblent et se rassemblent. Prisonniers d’un mode de production en voie d’extinction, et donc d’une conception archaïque de la construction nationale, leurs fondements d’édification de la nation sont minés de contradictions anachroniques explosives.

L’approche des deux mouvances rétrogrades, dépourvue d’une conception moderne de l’identité nationale et de l’Etat-nation, est vouée à l’échec, à la disparition.

Car, en dépit du harcèlement et de l’assiègement totalitaire et tentaculaire du pays par ces entités tribales à caractère religieux ou ethnique, matérialisés par leurs outrancières revendications identitaires et religieuses afin de tenter de sauvegarder vainement leurs mœurs surannées (islamique ou berbériste), l’Algérie est aujourd’hui mûre pour assurer son passage définitif de la société archaïque au monde moderne capitaliste sécularisé. Comme en témoigna l’immense adhésion populaire aux manifestations hirakiennes de protestation nationale de 2019, déployées dans un esprit de modernité et de maturité politique remarquable, et surtout dans le cadre d’une mixité sexuée hautement emblématique, par-delà les dissensions religieuses et ethniques ordinairement actionnées par les ennemis de l’Algérie pour dévoyer tout mouvement politique, subvertir toute contestation sociale.

Certes, ces trois dernières décennies, en Algérie les revendications ethnolinguistiques, autonomistes, voire indépendantistes, couplées aux machinations séditieuses et entreprises terroristes islamistes, se sont affirmées, pris de l’ampleur. Cependant, ce n’est là que combats d’arrière-garde menés par les dernières forces obscurantistes du pays, vestiges d’une société traditionnelle en phase d’extinction.

C’est l’ultime sursaut de couches sociales archaïques en déclin, s’acharnant à tenter de sauver leur vieux monde religieux et tribal en voie de dissolution, avant de se fondre, à leur corps défendant, dans le grand ensemble national algérien en pleine modernisation et urbanisation capitaliste.

K. M.

Comment (89)

    L’Eau et le Vase
    16 septembre 2022 - 19 h 57 min

    “La Couleur du Vase ne change pas la Couleur de l’Eau”
    ( Cheikh Ibn Arabi, Andalousie-Tlemcen-Bejaia)

    L’Arabe est une langue.
    L’Islam est une Religion
    Le Nationalisme arabe a été un mouvement de résistance a l’impérialisme et la Colonisation.
    Un Amazigh déclaré ou pas peut parler et écrire en Arabe, en Français ou en Anglais sans se renier.
    Un Musulman quelle que soit son ORIGINE qui lit le Coran, en Arabe ne renie pas son Identité.
    La Géographie et l’Histoire font les NATIONS, les religions, les Cultures et les langues sont des Richesses sauf chez les pauvres d’Esprit.

      Nietzche Friedrich
      16 septembre 2022 - 22 h 11 min

      Mais, « La couleur de l’eau ne change pas, non plus, la couleur du vase »….. n’est-ce pas ?

        Le petit filou sauf
        17 septembre 2022 - 19 h 17 min

        Bonsoir,

        Pour répondre à votre question ô combien pertinente, tout dépend de la qualité et de la pureté de cette eau. Si le contenu laisse à désirer et que le contenant se trouvait être translucide, alors là oui, la couleur du vase (ou de tout réceptacle) s’en trouverait fortement modifié.

        https://youtu.be/z-E40n8wsqQ

        Bonne fin de soirée. 😂

        Il parlait de l’Eau…
        17 septembre 2022 - 22 h 39 min

        mais, si tu rajoutes du bon Citron de la MITIDJA et du CO2..alors c’est plus de l’EAU mais ca peut faire un bon GAZOUZ ALGÉRIEN..
        B’Sahtek l’ami.

      La Mesure de l'Acte
      17 septembre 2022 - 0 h 04 min

      Quelques extraits que j’ai récupéré dans le livre « La mesure de l’Acte » (Mizan al ‘amal) de l’imam Abou Hamid Al Ghazali célèbre cheikh
      soufi du 11 ème siècle (fin du 5 ème siècle de l’hégire).

      « Chaque être naît selon sa nature originelle. Ce sont ses parents qui en font un juif, un chrétien ou un mage. »

      « Celui dont la bouche est amère et malade trouvera amère, dans cette dernière, l’eau douce. »

      « La plupart des hôtes du Paradis sont des faibles d’esprit », c’est-à-dire qu’ils n’entendent pas grand-chose des affaires de ce monde. (Hadith du Prophète saws).

      Je cite l’auteur dans une de ses illustrations.
      « (…). Un exemple me vient à l’esprit qui pourrait attirer l’attention des faibles compréhensions qui ont besoin d’exemple sensibles pour saisir des réalités rationnelles et qui serait à même d’illustrer la différence entre les deux parties.
      On raconte que les chinois et les byzantins manifestèrent, devant un roi, leur rivalité quant à la beauté de leur décoration et de leur art figuratif. Le roi décida de leur présenter un objet dont les chinois devaient peindre un côté, et les byzantins l’autre. Il fit abaisser un voile entre les deux groupes afin que l’un ne voit pas l’autre. Une fois le travail terminé, il leva le voile et regarda des deux côtés pour connaître le vainqueur. Cela fait, les byzantins multiplièrent des teintes curieuses aux nuances illimitées. Pour leur part, les chinois entrèrent par derrière le rideau où aucune couleur n’apparaissait. Les gens s’étonnaient que ce groupe ne réclamait pas de couleurs. Quand, à leur tour, les byzantins terminèrent, le roi appela les chinois qui prétendirent également avoir terminé leur travail. Il leur dit : « Comment avez-vous terminé alors que vous n’avez pas demandé de couleurs et n’avez fait aucun dessin ? « Ils ont répondu : « Soyez sans inquiétude! Levez le rideau et nous corrigerons vos prétentions. » Le rideau fût levé. C’est alors que, de leur côté, s’illumina la curieuse peinture des byzantins. En fait, ils (les chinois) avaient tellement poli la face de l’objet, qu’il était devenu comme un miroir. La beauté du dessin augmenta encore de pureté car, de leur côté, se reflétait ce que les autres avaient peint. »

        En d’autres mots
        17 septembre 2022 - 16 h 45 min

        Les chinois sont des copieurs et continuent à l’être.

          @En D'autres Mots
          17 septembre 2022 - 22 h 05 min

          Je ne vois pas pourquoi un commentaire ayant trait à la sagesse musulmane vous mette dans cet état.
          Sinon, qui a inventé les casse-tête chinois ?

    Ayweel
    16 septembre 2022 - 9 h 21 min

    Monsieur K.Mesloub, j’ai constaté qu’a chaque fois vous aborder le thème de cet ogre présumé destructeur de pays, vous le considérez comme un bipède , alors qu’en réalité c’est un tripède (si le mot est exact).  Dans votre analyse vous vous limitez qu’au berberisme et l’islamisme alors que dans les laboratoires où est conçu cet ogre, on l’a doté d’un troisième pied qui est en realiteee le master alors que les deux sutres des slaves. C’est le panaarabisme ou le baathisme , qui est d’ailleurs le premier à avoir causé des dégâts irréparables au sein de la société algérienne. Je ne sais pas pourquoi vous ne voulez pas en tenir compte dans votre analyse?? !!!!!     Autre chose , vous avez avancez un pourcentage de 85% d’algériens de langue maternelle arabe. Sachez Monsieur K.M que lorsque on donne un chiffre quantitatif , il doit etre suivi de sa référence ayant trait à une recherche, à un article ou une publication dans un journal ou revue scientifique reconnus .  Et l’utilisation du terme maternelle m’intrigue, s’agit il de la maman en son sens propre ou de la terre de naissance en sens figuré. S’il s’agit de la terre , elle est amazigh et africaine et s’il s’agit de la maman et bien à ma connaissance les musulmans qui ont mis pieds sur les terres africaines sont avant tout de sexe masculin et d »un mélange de toutes les races asiatiques islamisees et les arabes n’y sont qu’une minorité qui se limite aux groupes de chouyoukhs. Après les foutouhates , la majorité est repartie et ceux qui sont restés ils se sont mariés aux femmes autochtones qui sont des femmes amazigh, et de ce fait la langue maternelle de leurs progénitures ne peut être  qu’amazigh, sauf si ceux qui sont restés sont de ka classe des moukhanathines ou des self-polinisateurs. Lorsque on aborde des thèmes pareils on doit faire très attention aux termes utilisés et aux chiffres avancés. Pour les lecteurs et ceux qui contribuent par le biais de leurs commentaires aa nous eclairer et à rendre cet espace médiatique plus crédible comme source d’information pour nous simples citoyens, j’aimerais bien leur dire, qu’aucun moment nous , peuple amazighs on a imposé à quiconque notre langue, ni notre culture, ni le religion de nos ancêtres ni interdire à quiconque de parler sa langue ou son dialecte maternel ou paternel ou de lui interdire les prénoms de ses ancêtres. Au contraire nous les amazighs  on a fait un effort considérable pour apprendre leur langue pour connaître leur culture et avec le temps ,et après 14 siècles ces descendants de peres asiatique sont devenus de par leur lieu de naissance des algeriens. Un americain se dit américain et non anglais, un argentin se dit argentin et non espagnole , un indonisien musulman se dit indonisien et non arabe etc…  seul l’algerien qui fonctionne aa contre nature et aa contre logique et il a cet  orgeuil démesuré en se prenant pour un arabe!! Donc soyons au moins honnête envers l’histoire de cette terre et dr ceux qui se sont sacrifiés tout au long de son histoire, pour que cette terre et son peuple soient libre et indépendants.

      Anonyme
      19 septembre 2022 - 0 h 44 min

      Ca vient de cette partie de l’histoire qui nous a ete racontee par le pseudo La mesure de l’Acte un peu plus haut: « En fait, ils (les chinois) avaient tellement poli la face de l’objet, qu’il était devenu comme un miroir. La beauté du dessin augmenta encore de pureté car, de leur côté, se reflétait ce que les autres avaient peint. »

    Le chat Botté
    15 septembre 2022 - 18 h 24 min

    J’ai lu et relu certains passages qui a mon sens sont dénudés de tout fondements que ce soit linguistique, historiques ou des chimères. Il n’en demeure néanmoins que l’esprit de certaines personnes est sciemment dirigés vers un but bien précis celui de créer des tentions entre Algériens.
    J’ai zieutais un peu l’horizon dans lequel on vit et ce que d’autres peuplades pensent réellement des situations similaires et je tombe dans le mille de ce que certains philosophes pensent de tout cela:
    Voici donc de passages relevés ça et là:
    De l’avis de Abdel-dine FEZOUI (Alger)
    « Qu’en est-il ou en sera t-il alors de celui qui le falsifie? En se rattachant à un passé qui n’a jamais été le sien? » (28 janvier 2008).

    L’Alchimie Poétique ?
    Littéraire. Transformation de la réalité banale en une fiction poétique, miraculeuse : L’alchimie du verbe, de la douleur.

    Ponge, écrivain et poète Français du 19eme siècle, est décrit comme un alchimiste par ses paires et voici ce qu’ils pensent de lui.
    Si Ponge est à sa manière un alchimiste, c’est parce qu’il transforme la banalité en noblesse. … Les poèmes en prose de Ponge présentent l’objet de façon insolite pour changer notre regard, il lui confère une noblesse ignorée et nous découvrons des mondes cachés derrière l’apparence.
    Je n’irais pas plus loin parce qu’il ne sert à rien d’essayer de raisonner l’irraisonnable.

      Scoubidou
      15 septembre 2022 - 20 h 10 min

      « La vérité est dans l’imaginaire. » – Eugène Ionesco

    Belveder
    15 septembre 2022 - 10 h 20 min

    Certains disent IL ne faut pas comparer….D accord
    TAMAZIGHT a été consacré Langue dans la constitution elle est pratiqué parlé enseigné diffusé sur les enseignes officielles a La Tv a la radio …
    d Oran a Béchar les Algeriens la pratiquent
    les Algeriens qui se revendiquent Kabyles s installent partout ou ils veulent en Algerie et commercent y prospérent et y habitent ces sont des Algeriens a part entiere
    des millions de familles par lien du mariage ou autre sont kabyle ou pas
    DANS CE CAS que Revendique le MAK ,,,,???
    pourquoi trouvé des excuses a une organisation classé par LE Haut comité de Sureté de L etat Algerien comme entreprise térroriste

    Chicago92
    14 septembre 2022 - 13 h 30 min

    L’islamisme et le Berberisme c’est comme la peste et le choléra.la ou ils mettent leurs pieds c’est la haine et la division.que ça soit en Algérie,en France,au USA et au Canada c’est la même graine.les frères islamistes passent leurs temps dans les mosquées et lès berberistes dans les bars profitant dès aides sociaux.vers lès années 80 c’était honteux qu’un Algérien sort dans la rue et manifeste contre son pays.Aujourd’hui ces lâches ont ternis l’image de l’Algerien ou haba men daba parle en nos noms.

      Le chat Botté
      14 septembre 2022 - 18 h 31 min

      Comme disait l’adage:
      خير بخير والبادي بأكرم وشر بشر والبادي بأظلم
      Vous avez visé juste cher ami et dans le mille, cette vermine/cafard ne mérite aucune compassion de notre part, Il faut les poursuivre jusque dans leurs tombes.
      Je ne sais pas si vous avez entendu parler de Pierre Lavallois, l’Évêque français qu’on avait envoyé durant la guerre de Libération, pour christianiser une couche de la société acquise à leurs causes et c’est graine/germe qui refait surface dans un terreau propice à l’activation. Ce sont des cellules dormantes qu’on peut activer dans les circonstances actuelles.

    Anatole France
    13 septembre 2022 - 23 h 07 min

    Jusqu’à quand vous allez gober ‘les jacques benet’ qui sont venus, qui viennent ou qui vont venir avec un pied à coulisse, mesurer votre crâne, votre mâchoire, ceux de vos enfants, mesurer vos membres, vous pesez, faire des études génétiques, dire qui vous êtes, d’où vous venez et à quelle ethnie, dont ils auront choisi le nom, vous appartenez ?

    Chelieth
    13 septembre 2022 - 19 h 04 min

    «Un peuple qui oublie son passé se condamne à le revivre», Winston Churchill. Pendant des années apres 62, on a force les algériens a renier leur culture et empeché de s’exprimer dans leur langue tout en experimentant sur la cervelle de leurs enfants dans des écoles qui étaient devenues des laboratoires du faux FLN d’apres 62. Ou a ce que ce véritable génocide culturel qui ne dit pas son nom nous a mené? A la case du départ.

      Ouchen
      14 septembre 2022 - 10 h 45 min

      Arrêtez de semer le poison de la division au sein du peuple algérien. C’est un jeu extrêmement dangereux qui se retournera fatalement à terme contre les initiateurs de cette démarche illusoire mais aliénante et surtout très destructrice.
      Personne ne nous a forcé à « oublier » et encore moins à « renier » quoi que ce soit de notre culture et de notre langue et de nos coutumes. Vous êtes des facteurs potentiels extrêmement dangereux pour l’unité du pays dès lors que vous êtes manipulés outrageusement par les services israéliens et autres… NOUS SERONS LES PREMIERS PERDANTS ! Rappelons-nous toujours de cela.
      En Algérie, IL N’Y A QUE DES ALGÉRIENS ! Il n’y a NI KABYLES NI ARABES….. avant que l’ALGÉRIE et le PEUPLE ALGÉRIEN NE SOIENT DÉTRUITS PAR NOTRE PROPRE FAUTE….. .
      On ne tombera pas dans votre dirigé et concocté par les satans sionistes…
      TAMURTH NAGH DZAYER FIRST OF ALL AND BEFORE EVERY THING…..

        Belveder
        15 septembre 2022 - 6 h 50 min

        Libre à toi de considérer que c est une langue
        Pour moi c est un dialecte
        BOUTEFLIKA pour avoir la paix à fait toutes ces concessions

          linguiste
          15 septembre 2022 - 14 h 26 min

          Ce n’est pas toi qui définit le terme « langue », dont tu ne connais visiblement pas le sens ! Tamazight a une grammaire, un lexique, des phonèmes et des règles. C’est donc une LANGUE ! Et je peux te dire qu’elle n’est ni sémitique, ni germanique, ni romane, ni wallou, mais purement africaine. Comme le basque, le hongrois et le finnois, elle est actuellement inclassable. Les linguistes – majoritairement juifs – la classent dans les langues chamito-sémitiques, uniquement parce qu’elle forme ses morphèmes à partir d’un noyau consonantique (et qu’ils veulent absolument nous mettre sous leur coude surtout !). Mais ce n’est qu’un hasard, car le lexique amazigh n’a rien de sémitique. exemples : « akaltou », composé des sons k et l pour « manger » et de t pour le passé 1ere personne du singulier, en arabe, contre « tchigh » en tamazight (t et ch, pour « manger », igh pour 1ere personne singulier et passé) … A bon entendeur !

          Akhamiw
          15 septembre 2022 - 19 h 04 min

          @Linguiste. J’ai comme la vague impression de relire un discours de mon très grand ami Mustafa Kamel Benkhamou et nos années inoubliables passées au Lycée Gauthier… Ce mec était un pur génie.
          Désolé « Linguiste » mais je n’ai absolument rien compris à ton charabia. Sorry about that…
          Perso, je ne sais qu’une seule chose : la LANGUE ARABE est la seconde parlée à l’O.N.U. C’est une LANGUE intentionnellement reconnue et de plein droit encore… alors que pour le dialecte TAMAZIGHT il faut mettre des loupes que dis-je un microscope pour le trouver.
          Désolé ! Mais c’est la pure réalité. Je suis KABYLE mais il y a UNE chose qui compte pour et UNE SEULE : c’est la STABILITÉ et l’UNITÉ DE MON PAYS L’ALGÉRIE que je ne veux point voir… DIVISÉ !!! …. !!! ARRÉTEZ LA DIVISION ENTRE ALGÉRIENS !!!!!

          Le chat Botté
          15 septembre 2022 - 19 h 59 min

          @Linguiste.
          Chiche comme on dit, Conjugue moi le verbe manger ou n’importe quel verbe au présent ou au passé.
          L’Amazigh, Dialecte ou la majorité des mots sont importés d’ailleurs, est une langue morte ne t’en déplaise et bientôt tu le découvriras par toi même.
          Prends l’exemple des Inuits ou indiens d’Amériques ou ils sont encore à patauger dans leurs fiefs jusqu’à date.

          Au “chat botté” qui botte en touche
          16 septembre 2022 - 1 h 49 min

          Tu defies les gens de conjuguer un verbe en tamazight et tu te dis kabyle? Un vrai kabyle sait que la conjugaison existe aussi en tamazight. Comment peut parler une langue qui n’a pas de conjuguaiso ya si el faham. Parlons du verbe “manger” choisi expres pour que tu manges tes mensonges: je mange- atchigh; tu manges- atchidh; il mange: yatcha; elle mange: hatcha; nous mangeons: netcha; et je saute directement à ils mangent parce que je refuse de continuer de donner de l’importance à des gens qui parlent au dessus de leur tête; hatchen. Honte à ceux qui veulent détruire en quelques années une langue qui s’est développée sur des milliers d’années. Une langue qui devrait être préservée et dont on devrai être tous fiers car elle nous appartient à tous.

        Chelieth
        15 septembre 2022 - 16 h 48 min

        Cesses de rever et même radoter. Ce n’est concocté par personne d’autres que des algériens qui donneraient tout pour l’intégrité territoriale de toute l’Algerie (ils l’ont largement prouvé durant les guerres de L’Algerie avec la france) mais en même temps ne veulent pas qu’elle fasse partie d’un chimérique monde arabe. La rattacher a toute autre chose que le continent ou le bon dieu l’a mise et à toute autre culture que celle des vrais ancetres est la véritable traitrise.

      Momoh
      14 septembre 2022 - 14 h 21 min

      @Chelieth – 13 septembre 2022 – 19 h 04 min.
      Mais c’est quoi votre commentaire très provocateur, agma amaâzouz ? Personne ne nous a forcé à renier notre culture et notre langue. C’est quoi encore ton bastringue ? Tu cherches QUOI agma ? Provoquer la guerre civile entre FRÈRES ALGÉRIENS… c’est ça ? Tu n’y parviendras pas… JAMAIS ! En ALGÉRIE il n’y a QUE des ALGÉRIENS !!! Un point c’est tout. On est TOUS DES FRÈRES… Cessez vos jeux de DIVISION et de HAINE entre les FRÈRES d’UN SEUL et MÊME PEUPLE !!!

    Belveder
    13 septembre 2022 - 17 h 40 min

    y a rien a disérter ni a philosopher
    LES GIA et les Assassins de Djamel ALLAH yerahmou sont les memes coté de la piece
    qu elle tombe d un coté ou d un autre
    alors la dénonciation séléctive et les demi mots ca ne sert a rien

    Le Chat Botté
    13 septembre 2022 - 17 h 34 min

    Mr. M. Khider j’aime bien lire vos commentaires du début jusqu’à la fin mais il me semble que vous n’y allez pas plus loin que d’argumenter et d’énumérer certains faits qui sont vérifiables jusqu’à un tel point qu’il est temps de crever l’abcés comme on dit. En effet toutes ses idiologies récurrentes sont nées avec l’arrivée de Chadli and Co. Ils ont créer ses cellules dormantes qui peuvent être réactiver au moment propice et opportun pour sonder l’opinion des gens réfractaires à tout changement et laisser le pays patauger dans ses fiefs.
    Ces cellules dormantes(virus cancéreux) qui vivent de l’ignorance complète de gens qui n’ont rien à faire que d’alimenter l’environement dans lequel on vit avec des suppositions et des qu’en dira-t-on.
    Mais on arrive à un point de non retour ou ça passe ou ça casse comme dirait l’autre:
    Même la patience à ses limites.
    Depuis l’indépendance à ce jour on n’arréte pas de nous empoisonner le cerveau avec ses rhétoriques et archaïques problèmes à répétition qui viennent du temps de l’ere des cavernes.
    Appelons un chat un chat et basta comme on dit.
    À bon entendeur.

    Anonym3
    13 septembre 2022 - 17 h 10 min

    Ya akhi ce n’est pas avec une statue ,deux différents drapeaux qui se ressemblent conçu par Jacques Benet et un Alphabet qui a ni tête ni queue copié dès lettres et chiffres latin vous me dites c’est ça nôtre histoire en me racontant celle dès Arabes. vous blâmez tous les Arabes que vous appelez lès banous hillal ,un peu moins lès Turcs mais jamais lès frenchies qui ont détruit vôtre culture,vos traditions,vos maisons et assassiné plus de 6 millions d’Algériens etc etc.l’image au dessus parle d’elle même et c’est a eux que vous devriez dire qu’ils aillent lire leur histoire et celle dès autres.deja le mot berbère qui est apparu en France vers les années70/ 80 avec le signe fourchette qui a l’époque été une mode est un mot inventé par ceux qui aujourd’hui veulent nous divisé. Il n’y a pas dès berbères chez nous ,nous sommes dès amazighs . Oui lès lès extrémistes religieux que les frenchis appelent islamistes veulent nous imposé le salafisme et le wahabisme et lès berberos made in France veulent nous imposé la culture de Jacques Benet.Alors restons tous Algériens,sous un seul drapeaux et apprenons à nos enfants d’être dans la rue tous Algériens et chez soi on mangerait et on parlerait Mouzabites, Chaoui, kabylie,tergui ,Biskri, sahraoui etc etc.

    AMOKRANE TIVOURET
    13 septembre 2022 - 17 h 06 min

    OU HAQ JMAÂ LIMANE ! EN LISANT TOUS LES COMMENTAIRES JE SUIS SIDÉRÉ QU’APRÈS MÊME 60 ANS « d’indépendance » ON S’ÉCHINE VAILLE QUE VAILLE À DISCUTER D’UN SUJET QUI RESSEMBLE ÉTRANGEMENT AU « débat » QUI A TRAIT À LA NATURE DU SEX DES ANGES : masculin ou féminin…??? Un débat idiot et sans fin…

    Mais qu’est-ce qu’on a à foutre que l’un soit « berbère » ou se considère comme tel et que l’autre abruti tout comme le premier nommé serait « arabe »….. mais ce n’est pas possible ! C’est de L’ENFANTILLAGE….. ! Mais arrêtez donc ! Vous ne voyez pas que nous sommes TOUS manipulés… !!!

    NOUS SOMMES TOUS DES ALGÉRIENS DU NORD AU SUD DE L’EST À L’OUEST ET DHAYA KANE !!!!! A GADH RABBI…!!!!!!

    MAIS ARRÊTEZ DONC VOS C… LES GARS !!!

    AFOUSS DAGFOUSS….. …!!!!!

    VOUS VOULEZ QUE NOTRE CHÈRE ALGÉRIE SOIT DÉTRUITE PAR DES CONFLITS INTER ETHNIQUES OU QUOI ???

    MAIS RÉVEILLEZ-VOUS, DONC…… AH YA QASSAM LARZAQ !!!!!

    KHAWA KHAWA. MA T’FARAQNA HATTA AÂDAWA……

    VIVE L’ALGE2RIE ÉTERNELLE !!!

    ALLAH YERHAM CHOUHADA AL ABRAR !!!!!

    MERCI A.P. DE PUBLIER MON MESSAGE S.V.P. !!!!!

      Sentinelle
      14 septembre 2022 - 8 h 41 min

      Bravo cher M Amokrane ! Vous avez tout dit…vous portez bien votre prénom…
      Je ne cesse dans différents débats de faire comprendre aux algériens que ce qui fait la force de l’Algérie c’est sa culture diverse et variée. J’aime toutes les régions d’Algerie, chacune apporte sa pierre à l’édifice pour qu’il reste solide comme un roc ! Ne tombez pas dans le piège de la Fitna, quelle que soit l’origine de l’algérien ou supposée l’être chacune apporte du liant à ce peuple extraordinaire : Arabe, Kabyle, Chaoui, Chenoua, Tergui, Mozabite, turque,…
      Vive l’Algerie authentique belle et rebelle et qui restera jusqu’à la fin des temps une Citadelle imprenable bon gré malgré les manigances…

    Brahim
    13 septembre 2022 - 15 h 38 min

    Cher internaute @Anonyme3 , si tu commences à t’aventurer sur les questions de statistiques démographiques réelles et effectives concernant le nombre de berbères et d’arabes de notre pays l’Algérie , tu vas certainement tomber à la renverse ! Tu devrais savoir que la conquête arabo-musulmane de la partie Afrique du Nord dont l’Algérie, de l’Espagne et du Sud de la France ne s’est pas faîtes après une colonisation de de peuplement. Il n’y pas eu des populations arabes qui sont venues vivre en grand nombre dans cette région géographique ni avant , ni après la conquête ! Ce sont quelques chefs religieux guerriers arabes avec quelques cavaliers qui ont réussi, avec l’aide du livre Coranique sous les bras, à convaincre d’abords les Almohades puis les Almoravides à se mettre sous leur commandement pour conquérir d’abord le Maghreb puis l’Espagne et enfin le Sud Ouest de la France ! La conquête arabo musulmane s’est faite essentiellement avec l’appui de tribus berbères du Haut Atlas marocain pour les Almohades, et aussi avec l’aide de tribus berbères Almoravides qui sont des tribus concentrée dans l’Algérie actuelle et son Sahara ainsi que quelques berbères du sahel. Donc historiquement l’Algérie, pour ne parler que de notre pays, n’était occupée que par des berbères qui sont évidemment très majoritaire historiquement parlant, et jusqu’à ce jour combien même çà peut choquer ou émousser certains algériens ! Au final combien sont elles ces populations d’origine arabe dont tu parles ??? Pas grand chose si tu connais bien l’historie de ton pays.

    Le chat Botté
    13 septembre 2022 - 14 h 59 min

    Un sage avait dit:
    كل داء له دواء إلا الحماقة فتعي داويها
    Toutes les maladies ont des cures sauf la stupidité.
    ou comme disait A. Einstein:
    2 choses sont infinis ; l’Univers et la bêtise humaine.
    Il ne sert à rien de résonner un cancre, il revient au galop
    Chasser le naturel il revient au galop.
    Le prophète avait dit une fois:
    تنقسم أمتي من بعدي ألى بضع وسبعون شعبة كلهم فى النار ألا واحدة
    La nation Musulmane va se diviser après moi en plus de 73 factions(ethnie/Groupes) tous irons en enfer sauf une. Allez donc trouver/choisir celle qui vous convient.
    Il y a et aura toujours des personnes ou groupe de personnes qui sont allergiques à tout développement; culturel, technologique parce que leurs subconscient(absence de réflexion) n’accepte aucune alternative. Maaza oua laou taret.
    D’après Mark Twain qui disait avec raison d’ailleurs:
    Il y a deux personnes qui ne veulent pas qu’on réussissent: il y a ceux qui ont eux-mêmes peur de réussir(peureux) et il y a ceux qui ont peur qu’on réussisse et les laisser pour compte.

      Le Chat Potté
      13 septembre 2022 - 16 h 03 min

      Je vous cite : « Il y a 2 types de personnes qui ne veulent pas qu’on réussisse : il y a ceux qui ont eux-mêmes peur de réussir (peureux) et il y a ceux qui ont peur qu’on réussisse et les laissés pour compte. »
      Au final, vous avez cité 3 types de personnes. Une erreur ou un aveu ?

      Bonne fin d’après-midi.

        Le Chat Botté
        13 septembre 2022 - 17 h 41 min

        Elle est ou cette 3eme personnes dans cette phrase, c’est Mark Twain qui le dit et pas moi. Je ne fais que reproduire ce qu’il avait dit ni plus ni moins

          Le Chat Potté
          13 septembre 2022 - 22 h 10 min

          Donc, si on suit la logique de l’auteur de cette citation, vous me dites que c’est Mark Twain, les laissés-pour-compte ne sont pas comptabilisés dans les 2 types de personnes qu’il cite.
          Merci pour l’info et veuillez m’excuser de vous avoir interpellé de la sorte.

          Bonne nuit.

      Anonyme
      13 septembre 2022 - 18 h 33 min

      Tu bottes en touche …

    Raïna
    13 septembre 2022 - 14 h 46 min

    L’amazighité et l’islam font parti des fondements de notre nation et n’ont jamais constitué un danger bien au contraire à l’inverse du berberisme et de l’islamisme qui ne sont autre qu’une dérive sectaire et c’est sur ce sectarisme que la france s’est appuyé et s’est servie de levier pour semer la division et le chaos dans notre pays,
    La Kabylie à titre d’exemple fût une création française dont l’ objectif reposait sur le régionalisme pour mener à la division au même titre que l’islamisme à travers le salafisme,le wahabbisme,une idéologie sectaire et rétrograde qui donna naissance aux FIS,AIS,GIA aux conséquences destructrices et dévastatrices…
    Nous devons être fier de ce que nous sommes,fier de notre identité,de notre histoire,de notre culture et de notre religion,nous devons condamner et rejeter tout extrémisme et idéologie sectaire quels qu’ils soient…

    Anonyme
    13 septembre 2022 - 10 h 23 min

    Quand l´Algérie a besoin de travail et de valeurs morales, on lui propose d´etre amazighe et/ou musulmane.
    Sans travail et valeurs morales, l´Agérie de sera rien. Avec ou sans amzighité/islamité.
    C´est le travail et les valeurs morales qui devraient distinguer les vrais et bons Algériens des autres qui ne sont que des parasites meme s´ils se considèrent musulmans et/ou amazighs.
    La culture du travail et de l´effort est au dessus des autres cultures qui lui sont subséquents.
    Les pays les plus développés ont le travail comme religion.
    « le travail éloigne de nous trois grands maux: l´ennui, le besoin et le vice » écrivait Voltaire dans Candide.
    Ne dit-on pas aussi chez nous: dis moi ce que tu as fait et non, ce qu´a fait ton père.

      Chaoui-arguez
      13 septembre 2022 - 20 h 50 min

      Le non développement ou la stagnation de l’Algérie n’est pas due au fait que les citoyens réclament qu’on respectent leur culture. Ils ne veulent pas qu’on renie leur identité. Le plus grand problème qui a empêcher l’Algérie de se développer est la corruption et la malhonnête des gens. L’Algérie vient de fêter ses 60 ans d’indépendance. Si j’enlève les 10 ans de guerre civile et les 20 ans du régime précédent (de 1999 à 2019). Il ne reste que 30 ans. C’est très peu. Tout le monde sait pendant les 20 dernières années, l’Algérie à été gérée par une mafia qui empêchait tout investisseur honnête de travailler en Algérie. Leurs intérêts est d’importer tout de l’étranger pour afin toucher de grosses commissions en plus des contrats avec des sociétés étrangères bien choisies. L’exemple du contrat Sonatrach-ENI qui a permis à Chakib khelil et ses amis de toucher une commission de 189 millions de dollars. C’est juste un exemple parmi des millions. Les 60 lingots d’or offerts par les anciens bédouins devenus princes par la grace du pétrole et du gaz à un ancien 1er ministre. Ce sont les causes principales de notre sous développement

    à l'attention de Monsieur Khider Mesloub
    13 septembre 2022 - 9 h 16 min

    A mon avis, j’estime que c’est très grave de mettre dans le même panier « l’islamisme » et le « berbérisme » car l’islamisme est un combat politico religieux que le berbérisme est un noble et légitime combat pour la réhabilitation d’une des identités algériennes ! Merci de me publier cher Algérie Patriotique.

    PS : Cher Monsieur Khider Mesloub j’ai remarqué dans plusieurs de vos contributions que je vous faîtes toujours cet amalgame. J’ignore quelles sont vos intentions de procéder intellectuellement de la sorte.

      Aomar Oumejdhouv
      13 septembre 2022 - 10 h 32 min

      Perso, je pense que Mr. Khider Mesloub a parfaitement raison de faire cette analyse comparative entre ces deux mouvements d’essence terroriste qui ont été volontairement créées pour détruire L’UNITÉ du peuple algérien. C’est la stricte vérité que certains niais et hurluberlus ne s’en rendent même pas compte ou plus grave encore….. que ces deux mouvements terroristes sont parfaitement COMPLICES dans l’oeuvre de DESTRUCTION de l’ALGÉRIE et de l’UNITÉ de son peuple quoi que vous dites et ne vous en déplaise…..
      L’UNITÉ DU PEUPLE ALGÉRIEN EST SACRÉE ET RIEN ABSOLUMENT NE PEUT ET NE SAURAIT JUSTIFIER L’EXISTENCE DE CES DEUX MOUVEMENTS…… TERRORISTES.
      Hassed magma :Illik dhargaz match da ghioul…..

      Anonyme
      13 septembre 2022 - 11 h 34 min

      Il sait bien mettre deux poles diamétralement opposés dans le meme panier. Le berbersites ne croit a aucune chose venant du moyen orient. Mais allez y le lui dire.

        Débat dépassé
        14 septembre 2022 - 19 h 30 min

        Je suis Désolé mais je pense que ces
        2 Mouvances Résiduelles ont Vécues.
        Le Creuset NATIONAL ALGERIEN fait que ces Résidus..Anti-Nation DISPARAISSENT Naturellement chaque Jour, malgré les PERFUSIONS ÉTRANGERES.
        Ce sont des
        L’un a été Battu par la Détermination des Patriotes ALGERIENS Authentiques et l’Autre, le HIRAK l’a Pulvérisé…
        C’est déjà TERMINÉ pour tous ces HAS BEEN et ces LOOSERS.
        Le Peuple ALGÉRIEN les a VOMIS tous les 2.

      Anonyme
      13 septembre 2022 - 11 h 52 min

      Khider Mesloub est kabyle, comme moi. Il prend un regard distancié.
      Pourquoi pas ? Le discours idéologique nous étouffe tous et nous tue tous depuis des décennies. C’est courageux cet article. Si le combat pour la reconnaissance de notre culture algérienne dans toutes ses expressions, le berbérisme est plus sujet à caution, c’est un nouvel fourre-tout qui en plus est transnational. Or notre situation est une situation algérienne et nous ne gagnerons que de la confusion à aller dans cette idéologie berbériste dont personne ne connait les contours, les objectifs et surtout les financeurs.
      Oui à la reconnaissance de toutes les langues algériennes, non aux cliques du genre Ferhat Mehenni, un racialiste qui n’a rien à voir avec nous, il est idéologue or les Anciens ont toujours été défiants devant l’idéologie, manipulation mentale de plus.

      Souk-Ahras
      13 septembre 2022 - 11 h 53 min

      Vous dites : « … le berbérisme est un noble et légitime combat pour la réhabilitation d’une des identités algériennes ! »

      N’est-ce-pas le berbérisme qui a enfanté l’idée de cessésion ainsi que son chantre Mhenni, le brizidane autoproclamé de la ripoublic kabyle ?

      Mesloub Khider n’est animé d’aucune « mauvaise » intention. Il a toujours dénoncé comme il se doit les trois fléaux mortifères que sont l’islamisme, le berbérisme et l’ethnicisme.

        réponse de @à l'attention De Monsieur Khider Mesloub
        13 septembre 2022 - 16 h 11 min

        Je remercie d’avance Algérie Patriotique de publier ma réponse pour le débat contradictoire ! Cher @Souk Ahras, le berbérisme n’a rien à voir avec le MAKisme , mouvement indépendantiste, quoique leur existence a les mêmes origines politiques ! Le berbérisme est né suite à la crise de 1949, c’est à dire quand quelques cadres du mouvement national de l’époque, cadres phagocytés par les Frères Musulmans d’Egypte très actif dans les années 40, les wahhabisme, et aussi par l’influent politologue et idéologue musulman libanais Arslan Chakib qui ont réussi à transformé le combat contre le colonialisme français en un combat religieux … fissabillillah ! D’où d’ailleurs le nom de « Moudjahid » attribué à nos combattant s! Il faut savoir que Chakib Arslan est celui qui a réussi à convertir à l’islam le communiste impénitent qu’était Messali El Hadj ! Il faut savoir aussi que les Ouléma algériens de l’époque, eux aussi phagocytés par l’idéologique politique arabo musulmane et pan arabique, ont même refusé aux imams kabyles de faire les prêches avant la prière en la langue kabyle ! Ils ont même réussi à interdire à la fin des années 40 la radio kabyle qui émettait à l’époque à partir d’Alger. Ces oulémas a écrit dans leur journal publié au Cira à l’époque que « les kabyles ne seront algériens que lorsqu’il auront oublié leur langue qui nous écorche les oreilles ». Les archives existent.

        Pour tous ces gens là seule l’arabe et l’islam font partie de l’identité algérienne ! La langue berbère kabyle et sa culture étaient exclues et mises hors circuit. Le pouvoir politico militaire illégitime algérien de 62 qui disait que le kabyle ne fait pas partie de l’identité algérienne et que c’est un danger pour l’Algérie ! Beaucoup d’arrestations arbitraires et d’emprisonnement de militants du combat identitaire kabyle, beaucoup d’assassinats à balles réelles ont jalonnée leur combat identitaire. Le MAKisme est né justement suite à cet entêtement du pouvoir, du régime militaire algérien qui a fait un premier coup d’Etat en 62 pour détourner les objectifs de la guerre de libération ! Voilà la vérité historique comment elle devrait se décliner. A +

          Souk-Ahras
          14 septembre 2022 - 11 h 23 min

          Bonjour,

          Je suis navré de vous apprendre que vous court-circuitez malencontreusement l’histoire « indépendantiste » de la Kabylie.
          Voyez-vous, l’idée de sécession ou partition, c’est selon l’angle de tir choisi, remonte au temps des Aghlabides, soit à partir de l’effondrement du khalifa Omeyyade vers 743, cf la grande révolte berbère de 740. Les berbères Kabyles obtinrent leur autonomie et fondèrent la dynastie « indépendantiste » Aghlabide qui dura jusqu’aux alentours de 909 en adoptant l’Islam et en conservant leurs coutumes et langue. C’est ainsi que le « berbérisme » sécessionniste prit naissance, bien avant 1949 comme vous le relatez. Et il ne baissa jamais les bras.
          Arslan Chakib, les frères musulmans, Messali El-Hadj… Leurs « pérégrinations » de type pseudo nationalistes, mais en réalité à la recherche du pouvoir absolu, n’ont fait qu’exacerber l’idée sécessionniste kabyle. Pour vous dire que cette idée ne repose pas principalement sur le « faux problème » de la langue et la religion, c’est beaucoup plus proche d’une « affaire d’État » ! Comprenez le dans le sens qui vous paraît le plus approprié.

          Tout près de nous, lors de l’occupation coloniale, combien, d’après-vous, de Kabyles se convertirent au catholicisme, combien s’y convertissent-ils encore aujourd’hui, et Pourquoi ?

          Vous dites : « Le pouvoir politico militaire illégitime algérien de 62 qui disait que le kabyle ne fait pas partie de l’identité algérienne et que c’est un danger pour l’Algérie ! » Avez-vous un document ou mieux encore, un enregistrement qui permette d’attester de la véracité de votre citation ? Des citations de ce genre ne jouissent le plus souvent d’aucune crédibilité, elles demeureront jusqu’à la fin des temps sous la forme de citation. Le monde dans son entièreté en compte des milliards.

          Amicalement.

          L'écho du silence
          14 septembre 2022 - 17 h 51 min

          Il est utile de rappeler que M. Ahmed Ben Bella, premier président de la République algérienne, à peine l’indépendance de l’Algérie actée, avait déclaré dans un discours depuis Tunis « nous sommes arabes, nous sommes arabes, nous sommes arabes ». C’est vrai qu’il faut replacer ces paroles dans le contexte de cette période postcoloniale où la pensée panarabiste était fortement représentée.
          En 1982, M. Ben Bella se ravisa et déclara à un journaliste qui l’interrogeait « Je suis amazigh. L’homme qui vous parle, M. Ben Bella, est amazigh. »

      Belveder
      13 septembre 2022 - 14 h 01 min

      Dis ça à ceux qui ont lynché et brûlé Djamel Allah yerahmouu
      Et en plus ceux qui filmaient c etait des » » gentils et paisibles citoyens
      Un extrémiste est un extrémiste quelque soit son idéologie

    Abou Stroff
    13 septembre 2022 - 7 h 22 min

    un peuple qui ne produit rien mais qui consomme tout ce qui est produit par autrui est tout à fait « qualifié » pour accepter le “prêt-à-porter” (rien n’empêche les algériens qui ne produisent rien de se proclamer arabes ou amazighs ou musulmans ou arabo-musulmans ou arabo-amazighs ou amazigho-musulmans ou n’importe quoi). le prêt-a-porter peut ainsi prendre n’importe quelle forme, du moment qu’il ne contrarie pas la logique de reconduction du système basé sur la distribution de la rente et sur la prédation qui nous avilit et nous réduit à des moins que rien. dans les faits, les tubes digestifs ambulants ne sont strictement RIEN à partir du moment où la caractéristique essentielle de l’être humain leur fait défaut.
    en effet, si l’on admet que le travail au sens large et le travail productif au sens strict, constituent l’essence de l’être de l’homme, alors les tubes digestifs ambulants ou plus précisément les algériens, dans leur grande majorité n’ont quasiment rien d’humains et ne méritent, dans les faits, aucun qualificatif.
    Ainsi, tant que les algériens du moment n’auront pas compris que ce qui crée l’homme en tant qu’homme, est le travail, en général et le travail productif en particulier qui l’humanisent et non les fantasmagories stériles que les algé-riens pojettent sur eux mêmes, , ces derniers continueront à végéter en tant qu’infra-humains à la lisière de l’histoire humaine qui se font sans eux et souvent contre eux.
    PS1:les chinois, par exemple, n’ont pas besoin de se définir comme chinois. ils s’imposent au niveau mondial, en tant que tels, non pas parce que les chinois « adorent » et « défendent leur “chinoisité” mais parce que les chinois travaillent, produisent et inondent le monde entier de leurs diverses productions (y compris leur production culturelles).
    PS2: je pense que l’islamisme et le berbérisme représentent les idéologies idoines de couches sociales archaïques dont le capitalisme, en tant que système et idéologie en progression constante, a sapé les bases matérielles de leur domination. Par conséquent l’islamisme comme le berbérisme représentent les idéologies d’un monde ancien qui ne veut pas mourir mais qui mourra, pour la simple raison que l’histoire, malgré des soubresauts momnetanée, ne fait jamais marche arrière.

      Abou Lérouj
      13 septembre 2022 - 12 h 28 min

      Le mot « berbérisme » est un néologisme qui n’a rien de noble. Ce mot inventé et l’idéologie mortifère qu’il véhicule ont été créés de toute pièce dans les officines des services français.
      En fait, il vaudrait mieux parler de franco-berbérisme.
      Renseignez vous donc sur jacques benêt, sur l’origine du drapeau …

      Kata Stroff
      13 septembre 2022 - 16 h 22 min

      Vous concluez votre com. sur l’islamisme et le berbérisme en parlant de « soubresauts momnetanée ». Quel barbarisme !

    Anonyme
    13 septembre 2022 - 6 h 28 min

    moi je deteste le mot berbere, qui est une transcription du mot grec ancien barbare ou βάρβαρος qui signifie étranger et sauvage non civilisé.
    donc l’imbécile et l’inculte qui se dit berbere, se dit étranger et sauvage, et non civillise, au grand bonheur de ses gourous comme jacques benet qui le manipule par goumiers interposés

    ensuite; des études génétiques existent qui démontrent que les dits amazighs sont venus de la corne de l’Afrique via le Yemen et la Palestine, ce dernier point ayant été renforcé par l’installation de compoirs phénicienes qui sont de la même origine geographique et sont suivi les memes chemin de migration que les soit disant ‘berberes’, mais bien plus tard
    https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articles/PMC5644363/
    Par conséquent il faut être un imbécile et un demeure manipule par jacques benet et ses goumiers pour croire que les arabes ont colonisé les berberes, qui sont eux memes originaires du moyen orient.

    Maintenant si on regarde le pool genetique algerien, nous sommes tous a peu pres identiques, avec une proportion de genes -halogroup- en provenance du moyen orient, une proportion identique aux européens et une proportion ouest africaine plus réduite mais présente chez chacun de nous.

    soit dit en passant, voila pourquoi les algeriens sont si attachés aux droits des palestiniens et a la palestine: c’est un reflexe atavique et genetique de solidarité tribale.
    les algeriens sont genetiquement des cousins des palestiniens.
    voila pourquoi nous sommes si attachés a l’afrique: nous sommes genetiquement africains, comme nos freres du mali au senegal
    voila pourquoi nous aimons aller nous balader en europe du sud: c’est chez nous

    pour finir au lieu de perdre notre temps à nous interroger sur le sexe des anges, il serait temps d’embrasser notre algerianite sans nous prendre la tete

    le drapeau de nos chouhadas et vert et blanc et rouge

    azul wa salam

      Anonyme aussi
      13 septembre 2022 - 13 h 53 min

      …Toujours cette honte d’être soi même. Toujours cette manie d’être venu d’ailleurs alors que des ossemenrs trouves recemment dans l’ouest du pays montrent que lea autochtones ont habité cette région depuis des centaines de milliers d’années. Peut etre que le makhzen a raison. Ils appartiennent peut etre aux anciens marocains ou peut etre sommes nous venu de la corne d’afrique. Ceux qui se sont bousculés à nos portes pour occuper physiquement et mentalement notre pays ont fait du “beau” travail. Nous sommes yemenites et c’est pour ça qu’on aime les palestiniens. Quelle brillante logique. Pourquoi n’y avons nous pensé.

        Anonyme
        14 septembre 2022 - 22 h 34 min

        J’ai un scoop pour vous: les ossements retrouvés à l’ouest de chez nous sont des ossements de gens qui sont venus de l’est, et dont les études génétiques prouvent qu’ils viennent de la corne de l’Afrique via le Moyen Orient.
        Pour info, ils n’ont pas pris Qatar Airways ou Tassili Airlines, ils sont venus à pied, et le périple a duré des siècles de migrations progressives.
        La manie qu’ont certains de plaquer des notions du XXe siècle sur des évènements qui datent de milliers d’année est une farce à la Fellag.
        Et leur absence totale de recul sémantique est confondant.
        ‘Je suis un étranger inculte et non civilisé » nous disent il fièrement, c’est Jacques Benet qui s’esclaffe du fond de son trou six pied sous terre, il est mort de rire comme disent les djeuns. Et en plus ses disciples goumiers clament cela au nom de la décolonisation, c’est dire à quel point ils sont niais.
        Les mêmes qui veulent voir des hiéroglyphes sortis de nulle part sur les plaques dans la rue et quand tu leur demande de lire ce qui est écrit, ils en sont parfaitement incapables.
        « Je veux lire un truc que je ne sais pas lire, et je suis un barbare inculte et non civilisé. » C’est cohérent, au moins.
        Mort de rire, Jacques Benet.

      anonyme
      15 septembre 2022 - 11 h 26 min

      L »ADN est encore suffisamment méconnu pour que je crois des chercheurs subventionnés par des entités sionistes ! Ma seule certitude est la langue : au Yemen, ils ne parlent pas tamazight. Par contre, en hébreu et arabe ancien « yemen » veut dire le « sud ». C’est de là que sont issus les Banou Israel !!
      L’Algérie est multiple, si tu le veux, mais elle est avant tout berbère. Nous sommes des barbares, oui. Nous n’avons jamais rien construit de « civilisé » parce que nous sommes des « primitifs ». Nous vivons avec la nature; nous ne la travaillons pas, car nul besoin de le faire !!! L’Homme s’adapte à son milieu et l’Africain est en cela un primitif, donc un barbare pour les Romains !! Ce n’est pas péjoratif; c’est anthropologiquement vérifiable, plus que par l’ADN …
      Rappelle-moi la langue que parlaient et parlent les Yemenites ? De « halib » à « ighi » ou « aghi », il y a un monde.

    Anatole France
    13 septembre 2022 - 0 h 37 min

    Rejeter les qualificatifs français: bougnoule, bicot, raton, melon, gris, etc et conserver le qualificatif français: berbère (déclinaison de barbare!). Je ne comprendrai jamais. Pour moi les références des ethnologues européens qui ont donné des noms à tous les peuples d’Afrique et à ceux d’autres continents comme s’ils étaient des plantes ou des animaux, doivent être totalement remises en cause et réformées désormais que ces peuples africains et autres sont alors ‘censés’ être libres. Pour cela il faut faire le grand ménage de décolonisation totale et dans tous les moindres recoins.

    En ‘Amérique’ du sud les indigènes ne disent plus ‘Amérique’ mais Abya Yala.
    Regarde, c’est un bon début:
    https://fr.wikipedia.org/wiki/Abya_Yala

    Le chat Botté
    12 septembre 2022 - 21 h 03 min

    On n’est entrain d’amalgamer entre la langue arabe(parlée/écrite) et ses bédouins de l’orient.
    Le coran le précise d’ailleurs en disant en des termes (Sourates) clairs.
    (Nous l’avons fait descendre en langue arabe.) Donc le mot ARABE désigne seulement la langue proprement dite et non autre choses.
    Revenons maintenant à ses bédouins d’orient qu’on appelle الأعراب et non arabe.
    قالت الأعراب أمنا قل لن تؤمنوا حتي يظهر الإيمان في قلوبكم
    Est-ce qu’un russe qui parle arabe est un arabe ou chinois, ou indien, etc…
    Donc arrêtons d’amalgamer sur tout et rien.
    Autre chose, je ne peut pas me prononcer sur une langue qui n’a pas de grammaire et qu’on veut absolument enseigner à l’école comme langue officielle.

      anonyme
      12 septembre 2022 - 22 h 02 min

      Il est clair comme l’eau de roche que tu ne parles pas cette « langue qui n’a pas de grammaire. » Bon sang de bon dieu, qu’est ce qu’elle vous a fait cette langue? Pourquoi cette levee de boucliers a chaque fois qu’on en parle? N’est elle pas chez elle?

      Le chat Botté
      12 septembre 2022 - 23 h 38 min

      Bis
      الأعراب أشد كفرا و نفاق (Verset Coranique)
      Les Arabes sont plus incrédules et hypocrites
      Ibn Badis l’avait dit:
      شَـعْـبُ الْجَـزَائِـرِ مُــسْــلِــمٌ وَإِلىَ الْـعُـرُوبَةِ يَـنْتَـسِـبْ
      On est assimilé à la religion de part la langue point barre
      @ Anonyme
      Sache que mes ancêtres sont plus Kabyles que tu ne le pense, donc arrêtes tes simagrées et descend sur terre pour voir la réalité, on n’avance pas à reculant.

    Anonym3
    12 septembre 2022 - 20 h 51 min

    Vous qui dite que les Arabes nous ont envahit.vous ne pensez pas que nous aujourd’hui on occupe leurs terres ? J’aimerais qu’on me dise combien était la population Amazigh ou Berbère avant l’invasion dès Arabes , lès turcs après eux et lès frenchies et si nos frontières été tracés. Jusqu’à aujourd’hui on trouve dès difficultés a rassemblé un alphabet propre a nous ou nous avons dépensé dès milliards et dès millards de centimes pour cette langue qui ne veut pas naître parceque elle est fausse et elle est composée d’un alphabet comme le drapeau … importé du dernier côlon .

      Anonyme
      13 septembre 2022 - 1 h 12 min

      Ah bon parceque toi tu as une machine à remonter le temps et tu as pu les compter un par un. Ton language et celui du colon sont les mêmes. Ils disaient aussi que quand ils avaient mis les pieds en Algerie il n’y avait que des marécages qu’ils ont transformés en terres arables et le peu d’indigènes qu’ils y’avait, ils les ont civilisés. Comme quoi l’esprit du colon est le même quelque soit sa race ou la terre d’où il est venu.

    Anonyme
    12 septembre 2022 - 19 h 44 min

    Celui qui perd sa langue perd son âme ! Le chaoui que je suis est arabophone et musulman, mais je ne peux pas renier ce que je suis, parce que les Arabes ont envahi mon pays. Dans ce cas-là, j’eusse préféré être un Européen (Vandale, Romain ou Français), pas même un Turc !

    Anonyme
    12 septembre 2022 - 19 h 37 min

    Je suis ethniquement un Berbère, linguistiquement un Amazigh qui parle arabe, tamazight, français, anglais et russe, religieusement un … Il est où le problème économique et social ? Dans les mains du gouvernement ! L’économie politique n’a rien à voir avec l’islam et encore moins avec le berbère. Les monarchies du Golfe, l’Iran et autres Ouzbekistan et pays musulmans sont plus riches que nous parce que leurs dirigeants aiment leur pays et le développent. Ce n’est pas plus compliqué que cela. Arrêtez de dégager en touche M. Mesloub …

    Anonyme
    12 septembre 2022 - 18 h 29 min

    Comment ça islamisme, si islamisme pour vous c’est suivre la voie des salaf les pieux prédécesseurs, alors oui je suis islamiste et fier de l’être

    DZ
    12 septembre 2022 - 17 h 55 min

    avant l arrivee de l islam en algerie ils existaient un peuple descendant de massinissa jughurta sifax des preuves sont a jours non nous sommes pas tous d origine arabes hormis les descendant des ben hillals peut etre reelement 3MILLIONS d individus en algerie les descendants des turcs environs 2MILLIONS QUI SONT DEPUIS algeriens et musulmans islam n est pas une race ces gens sont integres a la ntion algeriennes ceux qui est des berberes c est un terme utilises par les romains pour designer les habitants de l algerie antique ce nom ce disait barbare c est a dire etranger a la culture romaine que les francais pendant l occupation de l algerie ont francise en berbere par ex les kabyles creeant ainsi une entitee pour diviser l es autocthones diviser pour mieux regner pour les chaouis cela a pas colle de l islam impregne le mak joue sur le parler kabyles qui est tout simplement un patois comme il en existe dans tous les pays le mak est un instrument politique pour faire exploser l algerie de l interieur telle est leur mission

      Nasia ATH BELKACEM
      12 septembre 2022 - 19 h 37 min

      @DZ. Bien vu mais surtout bien dit et de manière très claire. Merci pour votre perspicacité.

      anonyme
      15 septembre 2022 - 11 h 38 min

      Je suis Chaoui et donc je parle chaoui. Je sais que je ne suis pas Arabe. Revendiquer sa langue, sa culture, ses traditions, ce n’est pas vouloir diviser notre pays, c’est revendiquer notre identité. Nous savons tous comment la CIA essaie de diviser (religion, langue, sexe, etc.) tous les pays qui ne suivent pas les USA. Je te rappelle juste ceci : les hordes arabes venus en Afrique du Nord étaient des hordes de colons. Nous avons embrassé l’islam, certes. Mais notre fraternité en Dieu avec les arabes s’arrête là ! J’ai longtemps travaillé dans les pays du Golfe et personne ne m’a jamais dit que j’étais « Arabe » ! J’étais un « étranger » …

    DDA Akli
    12 septembre 2022 - 17 h 52 min

    Islamisme et Berbérisme sont tous deux des créations des services secrets étrangers pour DETRUIRE nos pays… point barre.

    Kahoui
    12 septembre 2022 - 17 h 36 min

    C’est un exposé remarquable sur les freins ataviques à la construction d’une nation algérienne authentique et moderne. Les pesanteurs sont clairement désignées et identifiées. Si on ne les surmonte pas le pays entrera, si ce n’est déjà fait, dans une régression irrémédiable et sans retour possible. La principale erreur de ces mouvements qui tirent vers l’arrière le pays est d’avoir une vision hémiplégique du passé : occultant la succession de peuples qui se sont succédé en Algérie et qui ont apporté des éléments supplémentaires au substrat culturel et cultuel du pays. A commencer par les Phéniciens qui ont profondément marqué les langues populaires, arabe et berbère, dialectales et qui sont différentes de l’arabe liturgique auquel ont veut rattacher la langue d’expression ordinaire enfonçant la communication entre l’état et les citoyens dans la schizophrénie. Tout çà pour flatter les islamistes qui rêvent de nous renvoyer au moyen âge. D’un autre côté l’autre courant réactionnaire veut s’en tenir au peuplement Néolithique seul comme autochtone du pays, considérant comme exogènes les peuples arrivés depuis plus d’un millénaire en Algérie. C’est comme si la France considérait les Francs comme de purs envahisseurs germaniques et ne devant pas être considérés comme composante de l’identité française, nonobstant leur participation à la fondation de plusieurs dynasties royales (carolingiens et mérovingiens) et la profonde fusion de ces peuples avec les gaulois.

    Mouloud SA
    12 septembre 2022 - 17 h 12 min

    Merci pour l’éclairage que vous apportez. Permettez moi de dire que les problèmes actuels auxquels l’Algérie est confronté ne sont que la résultante de l’absence de clairvoyance ( était elle due à une époque précise du panarabismes ) . A mon humble avis, si au moment de l’indépendance on avait simplement accepté que l’Algérie est simplement ALGERIENNE peut être que tous ces errements régionalistes et tous ces exces de fausse religiosité n’auraient jamais existés.

    Anonyme
    12 septembre 2022 - 16 h 40 min

    “……Cependant, ce n’est là que combats d’arrière-garde menés par les dernières forces obscurantistes du pays, vestiges d’une société traditionnelle en phase d’extinction….”
    Il me semble que c est là une observation pour le moins Hâtive . Il faudrait pénétrer le pays profond pour déceler , derrière des artifices de « modernité « , l ancrage et de l arrieration mentale et culturelle qui s est propagée dans les couches sociales « grâce » à un travail de matraquage discret mais intense des tenants du Pouvoir féodal qui , quoique l on dise , détenant les centaines de milliards qui irriguent le marché informel , ont une influence certaine sur la ……Vie politique de notre pays , et , celui du racisme rampant nourri aussi bien par les neo harkis que par des Incultes qui se revendiquent des …..Vikings ( pooovres C….. ) qui est instillé à dose homéopathique dans certaines contrées au vu et au su des autorités
    Ceci étant , l objectif de ces 2 entités de nervis Criminels incultes ( y compris en matière de religion pour les Salo….fites ) est tout simplement l Asservissement du PEUPLE aux désirs et pulsions d une Caste en devenir à côté de laquelle les Talibans font figure d ……enfants de chœur …..

    Chaoui-Arguez
    12 septembre 2022 - 16 h 18 min

    La grande arnaque du siècle est de vouloir imposer le fait que les habitants du Maroc aux très petits pays (en surfaces et populations) créés par les occidentaux sont des arabes. En réalité, les arabes sont les habitants de l’Arabie et des pays proches. Tout le monde sait que les habitants de l’Égypte sont des pharaons (donc ne sont pas des arabes). Les habitants de la Libye, de la Tunisie, de l’Algérie et du Maroc sont des berbères.L’islam a été propagé en Égypte par un faible nombre d’arabes. Cette propagation a continué vers l’est par ce faible nombre (moins les morts) d’arabes et les pharaons convertis et ainsi de suite jusqu’à l’Espagne. Prenant l’exemple du célèbre berbère Tariq In Zyad qui a commandé depuis l’Afrique du Nord les troupes à la conquête de la péninsule Ibérique. Ces 5 pays ayant adopté l’islam et au cours des siècles les habitants de certaines régions se sont mis à parler du berbère et de l’arabe d’où la darija. Au cours du temps et des évolutions ces dernières personnes par ignorance se sont crus arabes. Je parle en connaissance de cause. Le pourcentage des descendants des premiers arabes est très très faible. Mes neveux et nièces nés pendant les années 1990 de père et de mère chaoui se prennent pour des arabes. Défendre ses origines et sa culture est un devoir et un honneur. Quand j’entends « œuvres de couches sociales archaïques en déclin » je suis atterré. Les algériens jeunes et moins jeunes, qui tiennent à leur culture, vivent avec leur temps de modernité et de technologie. De millions d’Algériens en Algérie et à l’étranger sont des hauts cadres en accord avec leur temps. La diaspora Algérienne est très recherchée par ses compétences et son adaptabilité. Pour rappel, en février 2022, 1200 Médecins ont été recruté par la France. Dans les hôpitaux Français environ 25% des médecins sont des algériens. Et je peu citer des centaines d’exemple.

    Algérien Pur Et Dur
    12 septembre 2022 - 16 h 04 min

    Encore une fois mr Mesloub vous êtes à côté de la plaque. Il est temps de laisser la “berberité’ tranquille. Votre manque de neutralité et peut être même parti pris devrait vous empecher de continuer d’en parler. Vous faites exprès de la faire passer pour du berberisme, jeu ‘habile’ de mots et moyen convenient que vous continuer d’utiliser pour pouvoir atteindre votre vrai but: jeter le bébé avec l’eau du bain. Tout ce que les berbères (imazighens) cherchent c’est de pouvoir vivre simplement, naturellement, et sereinement leur culture (celle de leurs ancetres) et parler leur propres langues proprement enseignées dans les écoles. La majorité des berberes, voyez vous, ne rejettent pas l’arabe, pas parceque ils se croient arabes, mais tout simplement pour qu’ils puissent mieux s’impregner du divin coran. Pour vous et avec tous mes respects je dirai, passez votre chemin il n’y a plus rien à voir. D’habitude je ne termine pas mes commentaires en disant ‘un chaoui’ parce que je suis avant tout un algérien. Mais cette fois ci c’est de cette manière que je signe pour que vous et vos semblables puissiez comprendre qu’il y’a aussi des chaouis (je ne parle pas pour tous) qui se sentent concernés pas seulement les kabyles. Pour que vous et vos semblables ne puissiez pas faire du “faraq tassoud.”

    Fodil
    12 septembre 2022 - 15 h 42 min

    Je rajoute à mon commentaire précédent que M. Khider Mesloub ose nier l’existence d’une culture musulmane en Algérie qui serait, selon ses dires, une invention au service de la propagande des intégristes salafistes.
    Par contre, lorsqu’il aborde la thématique berbériste et les revendications portées par ce courant ethnocentriste radical mais ultra-minoritaire, notamment dans sa dimension culturo-linguistique, on a droit à un son de cloche totalement différent de la part de l’auteur.
    Quand il dit, je le cite :  » Aussi, l’identité arabe de l’Algérie est-elle totalement récusée, rejetée, reniée par ces berbéristes, en dépit de l’évidence historique et sociologique, de la prégnance culturelle et linguistique arabe algérienne. »
    Une vraie pirouette intellectuelle, un grand-écart de la pensée de notre cher contributeur pour retomber sur ses pattes comme un agile félin.
    L’arabe algérien aurait donc une culture dont fait partie sa langue.
    Mais l’algérien, qu’il soit arabophone ou berbérophone, n’aurait pas droit de revendiquer une culture musulmane en dépit de l’évidence historique, des vestiges et des traces de ce patrimoine grandiose laissés par nos illustres ancêtres.
    Qualifier la culture musulmane de fantasmagorique, c’est-à-dire d’irréel, de fantaisiste, de magique, c’est en fait, pour M. Khider Mesloub, une façon de se moquer de l’islam dans son essence, sa pratique, sa croyance, son dogme. C’est son droit. « Nulle contrainte en religion » comme le dit le Saint Coran, écrit en langue…arabe !
    Mais, in fine, nier l’existence d’une culture musulmane en Algérie relève, pour le coup, d’un rejet surprenant de l’évidence.
    On ne serait pas loin, dès lors d’une scène d’un épisode de « X Files : les frontières du réel ».

    Pointer du doigt des tensions dans une société, incarnées dans cette contribution par l’islamisme et le berbérisme, pour asseoir une autre idéologie.
    Ou quand « la vérité est ailleurs »…

    Fodil
    12 septembre 2022 - 13 h 26 min

    « Islamisme et berbérisme : œuvres de couches sociales archaïques en déclin. »

    Je cite Khider Mesloub, l’auteur de cette contribution. « Une chose est sûre, on ne naît pas religieux, autrement dit musulman (juif, chrétien). On le devient par l’éducation, mimétisme, pression familiale et communautaire. »
    En effet, on peut être amener à devenir musulman par l’éducation et l’environnement, certains même par « suivisme aveugle » qui conduira l’individu à suivre telle école juridique, tel cheikh, tel tariqa de tel zaouïa, tel courant de pensée…
    Par contre, M. Mesloub semble ignorer qu’il existe en islam ce que l’on nomme « la fitra ».
    La fitra est un terme arabe qui fait référence à la nature originelle de l’être humain selon la religion musulmane. C’est la sainte nature, « l’attitude naturelle par laquelle nous allons vers Dieu. »
    En d’autres termes, selon ce concept, il y a quelque chose en nous qui nous attire vers le transcendant.
    « Acquitte-toi du culte, en hanif [pur monothéiste], selon la « conception originelle » (fitra) que Dieu a donné aux hommes, nulle modification à la création de Dieu. C’est la religion immuable. » (Coran, sourate 30 Ar-rum, verset 30).

    Ensuite, l’auteur va jusqu’à nier l’existence d’une culture musulmane en Algérie. Je le cite. « La fantasmagorique culture islamique est une construction idéologique, œuvre de militants intégristes aspirant à islamiser (salafiser) outrancièrement la société, par la transmutation du cultuel en culturel. »
    Donc, si l’on comprend bien, ce serait des méchants intégristes islamistes qui auraient créé cette culture musulmane en Algérie pour salafiser la société. La culture musulmane n’étant, à ses yeux, qu’un outil de propagande salafiste dans le but d’endoctriner les masses populaires. On croirait presque entendre du Mohamed Sifaoui quelques années en arrière sur le plateau de la célèbre émission de télévision française « C’est dans l’air » quand il déclamait, toute honte bue, que la langue arabe serait synonyme d’obscurantisme avant d’être repris par un autre intervenant algérien qui ridiculisa sa sortie hasardeuse pitoyable !
    Bien-sûr qu’il existe une culture algérienne, comme le dit justement M. Mesloub. Mais il existe également une culture islamique. Elle n’est pas l’apanage de tel courant intégriste car cela signifierait qu’avant l’apparition des courants islamistes en Algérie il n’existait pas de culture musulmane sur son sol. Ce qui n’a aucun sens !
    En effet, la culture islamique est l’expression utilisée par les historiens pour décrire toutes les pratiques culturelles des peuples islamisés dans le passé.
    On considère que la culture islamique fut à don apogée au moment du Moyen-Âge en Occident.
    Tlemcen, la capitale des Zianides, a bien été la capitale de la culture islamique tout le long de 2011 à travers la mise en place de diverse activités scientifiques, artistiques et culturelles présentées par des troupes nationales et internationales.
    Cet événement a rendu à Tlemcen son lustre d’antan. Il a contribué par le biais des films documentaires, des colloques, des semaines culturelles nationales ou étrangères, du théâtre, des expositions à mettre en avant une grande partie du patrimoine immatériel et matériel que recèle la « Perle du Maghreb ».

    Concernant la seconde mouvance d’inspiration berbériste dont il est question dans cet article, on ne va pas nier que certains ethnocentristes, essentiellement originaires de Kabylie, ont su instrumentaliser la question berbère pour en faire un instrument de haine et de division entre algériens. La création du m.a.k et les revendications vaines et illusoires qu’il porte n’est que le fait d’une minorité d’énergumènes opportunistes.
    Malgré tout, les berbères sont les autochtones en Algérie. S’opposer à cette affirmation c’est nier une vérité historique. Il ne faut donc pas laisser l’intégrisme tribal, représenté par ce courant franco-berbériste, s’accaparer du thème de la berbérité ou « amazighité ». Il ne faut donc pas laisser le champ libre à ces ennemis de l’Algérie et de l’ensemble de ses citoyens. La culture berbère est une composante de la culture algérienne. Ce sont aux autorités compétentes d’en faire la promotion et la sauvegarde pour empêcher certains groupuscules antinationaux de l’utiliser pour s’en servir comme outil de propagande au service de leur idéologie chimérique.

    Enfin, je voudrais terminer mon propos en disant qu’il existait une idéologie fantasmagorique autre que l’islamisme et le berbérisme qui utilisait les tensions au sein d’une société. Cette idéologie anticapitaliste, comme le marxisme, est l’œuvre de militants engagés aspirant à « gauchiser » la société à travers la lutte des classes.
    Ces citoyens algériens ont toute leur place au sein de la société algérienne au côté de leurs frères musulmans, arabes, berbères…

      Fodil
      12 septembre 2022 - 18 h 12 min

      *Erratum : concernant le concept de fitra, il faut lire « saine nature » au lieu de « sainte nature »

    THIDHETS
    12 septembre 2022 - 11 h 21 min

    Oh ces ismes qui tuent du berbere et du musulman!

    Les complots judeo chretiens ont bien reussis 60 ans apres notre liberation nationale.

    La 5e colonne veille au grain…

    Fakou …

    Nadia Benkaddour
    12 septembre 2022 - 10 h 32 min

    « Islamisme et berbérisme » – Deux termes diamétralement opposés. Vous faites fausse route monsieur. Les Imazighene ne seront jamais arabes et par conséquent, la cause Amazigh ne mourra jamais. Elle vit dans les coeurs des gens.

    Abou Stroff
    12 septembre 2022 - 10 h 30 min

    « Islamisme et berbérisme : œuvres de couches sociales archaïques en déclin » titre K. M..

    en effet, je pense que l’islamisme et le berbérisme sont deux idéologies d’un monde ancien qui ne veut pas mourir mais qui mourra parce que l’histoire, malgré des soubresauts sporadiques, ne fait jamais marche arrière.

    en termes crus, les couches sociales qui portent ces idéologies sont dépassées par l’histoire qui se fait sans elles. elles s’accrochent donc à des chimères (du genre la « oumma islamia » ou « tamazgha ») qui, dans les faits, n’ont jamais existé mais qui permettent aux couches sociales qui les revendiquent, de donner un sens à leur vie (ou à leur vécu) qui est synonyme de néant.

    PS: je rélève, en outre, que l’islamisme et le berbérisme sont les idéologies qui répondent le mieux aux intérêts bien compris de l’entité sioniste. en effet, la pérennité de l’entité sioniste exige qu’elle soit entouré d’état bâtis sur la religion ou sur l' »ethnie » pour qu’elle même s’intègre dans la « normalité » et ne soit plus perçue comme un vestige colonial doublé d’une entité raciste basée sur la religion.

      Ali
      12 septembre 2022 - 20 h 52 min

      @ Abou Stroff. Vous racontez n’importe quoi en nous sortant que la « oumma » n’a jamais eu d’existence dans les faits. La oumma est un concept islamique qui fait référence à la communauté musulmane dans son ensemble quelque soit les pays, les nationalités, les ethnies, les peuples…
      Ce qualificatif de oumma a toujours une existence même si le monde musulman connait de nombreuses divisions et de graves dissensions en son sein.
      Concernant ce concept, ce sont donc vos propos qui sont chimériques. Et le califat islamique a lui aussi une existence historique. Iriez-vous jusqu’à nier cette évidence juste pour écrire une ou deux phrases sans aucun sens manière d’imprimer un commentaire hostile à la religion musulmane et à la communauté qui lui est rattachée.
      Par contre, concernant l’idée de « tamazgha », c’est une notion sortie tout droit des officines qui ont pondues l’idéologie franco-berbériste pour diviser les nations Nord-africaines. L’entité sioniste n’étant jamais loin de cette mouvance. Il l’a même sponsorisé quand il adoubé ferhat mehenni, président fantoche du m.a.k, entité artificielle.
      Enfin, quand vous parlez de néant, je tiens à vous dire que c’est un comble que ce soit quelqu’un comme vous habitué à poster des commentaires nihilistes qui osiez parler de la sorte de la vie et/ou du vécu de certains.

        Le Chat Botté
        13 septembre 2022 - 16 h 54 min

        Les colons Français ne faisaient pas la différence entre un Kabyle et autres ils nous ont classés TOUS sous la bannière d’INDIGÉNES, donc je vois pas cet acharnement à vous imposez de la sorte. Je suis moi-même kabyle est fier de l’être.

          Ali
          14 septembre 2022 - 18 h 32 min

          Où voyez vous et chez qui voyez vous un acharnement pour imposer « je ne sais quoi » de la sorte ? Je n’ai pas compris où vous vouliez en venir.
          Au contraire, puisque je partage votre avis. Vous avez donc entièrement raison de dire que les colons considéraient les berbères en tant qu’indigènes au même titre que tous les autres autochtones algériens.
          L’idéologie coloniale a su instrumentaliser le particularisme berbère, notamment kabyle, dans le but d’affaiblir le mouvement en faveur de l’indépendance. Ce « mythe du super berbère » que l’entreprise criminelle a sournoisement voulu coller à la composante kabyle du peuple algérien remonte à cette époque.
          Elle a habilement utilisé le « diviser pour mieux régner » pour asseoir sa domination en Algérie en exacerbant les divisions tribales. Malgré tout, l’Algérie parvint à arracher son indépendance faisant échouer le projet colonialiste français.
          Le franco-berbérisme d’aujourd’hui représente la continuité de cette entreprise coloniale visant à fragmenter les états-nations d’Afrique du Nord notamment l’Algérie à travers cette idéologie chimérique née dans les officines des services français.

    Partiellement d'accord !
    12 septembre 2022 - 9 h 56 min

    Tout d’abord, je tiens à dire que je ne suis pas un fin connaisseur de l’histoire Algerienne MAIS je sais d’où je viens et ce que je rêverais pour l’Algerie. J’ai toujours pensé que les extrémistes Religieux et Berberistes étaient des dangers pour notre pays, des manipulateurs et des points d’entrées à des pays qui veulent nous déstabiliser. MAIS je rajouterais un troisième pieds à ces extremistes celui de l’Ultra Gauche. Cette dernière nous empêche de nous émanciper sur le plan économique. Resultat des courses, une éducation nationale prise en otage, une économie administrée étouffée par la bureaucratie et/ou le dogmatisme, une religion prise en otage par des obscurantistes et des ringards 2.0. Ces 3 poisons étouffent le pays à petit feu et nous freine dans notre développement et l’émergence économique , la démocratie et la modernité! L’Algerie est Berbere, arabise par l’Islam, elle a subit des influences multiples et diverses qui font l’ADN et la richesse de ce pays. Le jour ou l’on reviendra aux fondamentaux, de dire que notre pays est une Republique ou chaque citoyen a des droits et des devoirs quelque soit son statut, son douar et sa religion conformément à notre Constitituon qui au demeurant est bien faite (mais pas appliquée!) ces problématiques s’effaceront sans pour autant nous renier les uns les autres. Le principal est d’adhérer à la République, accepté et appliquer notre Constitution, être fière se faire partie de la Nation Algerienne, le reste ne devrait être que gesticulation!!! Du bon sens, non?

    Adhrar DZ
    12 septembre 2022 - 9 h 55 min

    Monsieur Mesloub, s’il vous plaît est ce que c’est possible de nous rédiger un article sur les kabyles qui se trouvent en Palestine, Golan, en nouvelle Calédonie ? Les berbèristes, le Makake s’autoproclament les représentants des kabyles en Algérie contre l’état algérien, pourquoi ils ne font pas pareils avec les sions pour défendre les kabyles en Palestine ?
    Cordialement

    Simple avis
    12 septembre 2022 - 9 h 47 min

    Pour avancer, il faut que ces adjectif qualificatif puissent survivre ensemble et s’accepter mutuellement :
    Amazigh,arabe, islamiste, salafiste,laïc,mondialiste, civile, militaire,harki,zouave, moudjahid, berbère,kabyle,chaoui,mzabi,sahraoui,démocrate, dictateur ,bikini,burkini,barbu,moustachu…. C’est le mélange de tous cela qui est censé créer une nation.
    Sinon et si on est pas arrivé encore à assimiler le fait qu’il faudrait s’accepter mutuellement, cela se fera automatiquement d’ici deux ou trois générations et il y’aura début de création d’une nation … D’ici là, personne ne saura prédire à quoi elle va ressembler cette nation.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.