Aït Menguellet assène ses vérités crues à la veille de son grand concert parisien

LAM Aït Menguellet
Lounis Aït Menguellet, le ciseleur des mots... D. R.

 Par Farida O. – Le ciseleur des mots n’a pas dérogé à sa modestie et sa franchise coutumières. Dans sa conférence de presse animée à la veille de son grand spectacle programmé à la prestigieuse salle Accor Arena de Paris, Lounis Aït Menguellet a lancé une pique aux organisateurs, en expliquant qu’il acceptait volontiers de se prêter au jeu de la promotion indispensable dans ce genre d’événements artistiques mais qu’il ne se souciait pas trop de savoir qui est le premier chanteur algérien à s’y être produit. «Bercy, c’est vrai, c’est une des plus grandes, sinon la plus grande, salle de spectacle en France. Mais, au départ, je dois à la vérité de dire qu’il n’y avait pas de signification spéciale [pour moi]. Si les organisateurs ne voulaient pas que je dise tout ça, ben ils n’avaient qu’à ne pas organiser une conférence de presse», a-t-il tancé, devant un modérateur qui avait du mal à masquer sa gêne.

«Sincèrement, tous les qualificatifs élogieux me touchent mais je ne me les attribue pas. Je chante, je fais des chansons et je les chante et c’est tout, je n’ai pas besoin de me donner un nom, à part celui de chanteur. Les noms qu’on me donne – musicien, poète, etc. –, je les accepte selon qu’ils sont dans la logique de ce que je fais et je continue à vivre comme ça», a affirmé le grand artiste, tout en avouant n’avoir «jamais eu envie de devenir chanteur». «C’est vraiment le hasard. Je chantais tout seul, j’avais ma guitare, personne ne m’a appris à en jouer, donc je jouais mal et je joue toujours mal à la guitare», s’est-il confessé dans une totale honnêteté. «Ça me plaisais de faire des chansons, de les chanter, mais pas du tout pour les chanter en public. Je n’ai donc jamais eu l’intention de devenir chanteur», a-t-il insisté.

A ses débuts, Lounis Aït Menguellet était trop timide pour penser qu’un jour il pût se produire devant un public. «C’était inimaginable», a-t-il dit, en ajoutant que «d’une certaine façon», il «essaye de masquer» sa timidité à ce jour. «J’assume pleinement les chansons d’amour par lesquelles j’ai commencé. Quand j’ai écrit ma première chanson, j’avais seize ans. L’âge venant, on commence à voir la société d’un autre regard», a expliqué l’interprète d’Isefra (poèmes). «J’ai changé avec le temps, avec l’âge, avec la maturité. Quoique, la maturité, je me pose encore la question», a-t-il ajouté.

«Partout où j’ai le bonheur de rencontrer des gens, c’est toujours un plaisir renouvelé, que ce soit à l’Accor Arena de Bercy, à Paris, ou à la Maison de la culture de Tizi Ouzou», a assuré l’enfant d’Ighil Bouammas. «Ce serait une immense anomalie que de se produire à l’Accor Arena sans se rappeler Idir. Je peux vous dire que ce concert est un hommage à Idir parce que c’est un ami et son dernier concert, 1, 2, 3 Kabylie, nous l’avons animé ensemble. S’il y a quelqu’un qui mérite que ce gala lui soit dédié, c’est bien Idir», a-t-il ajouté non sans émotion, en soulignant qu’il y aura, lors du gala programmé le 26 novembre courant, «beaucoup de chansons de [ma] jeunesse».

«Lorsque j’ai fait mon premier Olympia en 1978, à la fin du concert, Jean-Michel Boris [le directeur artistique de salle de spectacle à l’époque, ndlr] est venu me voir dans ma loge, ça existe un public comme ça ? m’a-t-il demandé. Vous l’avez bien vu ! lui ai-je répondu. Il m’a alors demandé de faire partie de l’écurie de l’Olympia – c’est comme cela qu’ils appellent les chanteurs qui sont programmés directement par la direction de la salle parisienne. C’est le rêve de tout artiste, il me semble. Depuis, à chaque fois que j’ai envie de m’y produire, il me suffit d’appeler au téléphone et on s’occupe d’organiser le gala, selon mes convenances. Cela, je le dois à un public hors norme», a-t-il reconnu.

«Il faut pouvoir observer la société, c’est de là que viennent tous mes thèmes», a précisé Lounis Aït Menguellet, en se défendant de faire preuve d’une certaine réserve dans ses poèmes politiques, autrement dit de s’autocensurer. «Je ne sais pas si on peut parler de retenue, mais chacun fait sa poésie comme il le sent. La même dénonciation d’un arbitraire, par exemple, peut prendre des formes différentes d’un poète à l’autre. Quand j’écris un poème, je ne dis pas attention il faut que… Non, je l’écris avec les mots que j’estime être justes», a-t-il fait remarquer.

F. O.

Comment (24)

    Touhami
    14 novembre 2022 - 13 h 35 min

    Je reconnais le talent de l’artiste, aucun doute là-dessus.

    Des commentaires reviennent sur l’emblème kabyle que les ennemis de l’Algérie utilisent pour nous diviser.

    L’emblème kabyle est un symbole de la région algérienne de Kabylie. Le seul drapeau valable et pour lequel des millions de Chouhadas et Chouahadates sont morts il est vert et blanc, frappé d’une étoile à cinq branches, et d’un croissant. Aucun autre.

      Anonyme
      17 novembre 2022 - 14 h 16 min

      « …L’emblème kabyle est un symbole de la région algérienne de Kabylie…. »
      Non MR !!!! Il est tout simplement un copier +coller réalisé par une Vermine du SDEC du nom de Jacques Benet ( et surtout chargé de la coopération avec les Vermines du maaaaauuuusssad) en s inspirant d un modèle Irlandais et qu il a Revendu à un véritable Benêt de chez nous dont le racisme envers ses compatriotes, non originaires de la Kabylie , et ses compagnons de combat pour la Liberte du Pays l’a poussé même à s allier avec des Harkis comme bachagha boualem pour foutre la M……..dans le Pays des Chouhadas ….Wal hadhit quias.

    Salim Samai
    12 novembre 2022 - 8 h 48 min

    En « Occident » SI ON VEUT LE SUCCES, IL FAUT CRACHER SUR L`ISLAM, LE SEIN QUI VOUS A NOURRI & DIVISÈ LA MERE QUI VOUS A PORTÈ…car il á la Guerre il y a 1 SEULE strategie: DIVISION!

    Dieu Merci on ne peut PAS SOUDOYER & ACHETER TOUS! Il y a des « Rijal » qui ne sont PAS Ingrats!

      Anonyme
      12 novembre 2022 - 21 h 33 min

      Lounis Ait Menguellat est un homme libre; personne ne peut le manipuler, il ne s’enchaîne ni par la crainte ni par les bienfaits.
      Algerie Patriotique doit lever le niveau de débat pour ne pas sombrer dans les journaux « passions »; ce n’est pas un conseil mais un constat : certains des commentateurs nuisent plus à l ‘Algerie par leur commentaires en plus ils prennent des pseudonymes douteux. ces commentateurs belliqueux, je dirai que Ait Menguellat n’est pas cheb Khaled ou un araboislamobaathiste volontairement servile; comme dit E hadj l’Anka « çid imout çid … menou ledyab khayfa »

        Belveder
        13 novembre 2022 - 12 h 53 min

        C EST toi qui divise… faiseur de haine
        tout le monde a le droit d etre ce qu il veut CHEB khaled ou un autre
        le patrimoine ALGERIEN est riche et il y en a pour Tous
        tu es qui toi pour decider
        Ait menguelat est ALGERIEN c est TOUT
        il n a pas besoin de toi pour defendre ses origines

      Belveder
      13 novembre 2022 - 19 h 21 min

      en occident si on veut le succes
      On bosse

    Un homme intègre
    11 novembre 2022 - 21 h 16 min

    C’est un homme simple, modeste, humble, c’est tout à son honneur.

    Flicha
    11 novembre 2022 - 16 h 47 min

    „Non seulement les auteurs n’acceptent que des éloges, mais encore ils exigent qu’on ne dise que la vérité. Comment faire ?“ de Jules Renard
    Aith Menguellet ne nous rend pas la tâche difficile pour le retenir, de telle Façon qu´il puisse toujours résonner dans nos esprits

    Anonyme
    11 novembre 2022 - 14 h 28 min

    Chapeau bas Monsieur l ARTISTE . Je ne parle pas le kabyle mais quand j entends ce Grand Humain chanter ses ………Tripes d Algérien j ai le sentiment toujours de comprendre ou plutôt de « sentir » ses poèmes , ce qui me procure un sentiment de serenité incroyable . Feu Idir , l’autre Grand Monsieur de la Culture et de la sagesse , avec l Âge a su , aussi , essaimer un message d Amour parmi les Algériens ….TOUS LES ALGÉRIENS

    Au clair de la lune
    11 novembre 2022 - 14 h 24 min

    Bonjour,
    J’aurai aimé entendre l’avis de naïma sur cette article. En plein déboires judiciaires quand elle s’est miqe à pensée qu’elle pouvait être un apport économique et culturelle pour l’Algérie ..
    Tahia el djazair.

      dz
      11 novembre 2022 - 18 h 49 min

      naima salhi est regionaliste et dangereuse pour l unite de l algerie elle est l alliee objective de meheni et sa bande

    BERCY SERA REMPLI D'AGENTS DE SERVICES ETRANGERS ET AUTRES MANIPULATEURS
    11 novembre 2022 - 14 h 22 min

    ce qui est certains c’est que beaucoup de non algériens vont se présenter avec des drapeaux « berbère », oui ila été façonné à Paris par la france et le mossad et ils lui ont donné ce nom, pour souiller le drapeau de nos chouhadas. ce drapeau est tantôt maghrébin quand il s’agit de notre culture de notre histoire (sur wikipédia que l’algérie étonnamment n’a jamais demandé la suppression de ce drapeau, non officiel et qui n’a aucune existence, pour représenter l’algérie sur wikipédia et autres festivités culturelles et sportives QU’EN FRANCE ET NULLE PART AILLEURS DANS LE MONDE), et tantôt 100% algérien quand il s’agit du MAK ou autre manipulation politqiue franco-israélo-marocaine.
    si j’étais le chanteur, j’interdirais ce drapeau pour ne pas plomber l’ambiance et ne pas laisser aux ennemis de l’algérie de commettre leurs crimes. car, il n’y aura que les agents des services secrets et manipulateurs de ces trois pays qui vont venir avec le drapeau dit berbère.
    le MAK made in morocco de omar hilale qui avait du mal a réunir plus de 100 personnes lors de sa marche à place de saint michel à Paris, va surement profiter de cette évènement pour manipuler la salle de bercy et faire croire que toute la salle est du MAK.
    donc algériens soyez vigilants et méfiez vous de ceux qui porteront ce drapeau berbère QUI N’EST PAS LE NOTRE NI CELUI DE NOS CHOUHADAS

      les marocains sont des adeptes de la manipulation par le drapeau
      11 novembre 2022 - 16 h 55 min

      les marocains usent beaucoup de drapeau pour manipuler l’opinion. à chaque fois que khaled ou un autre chanteur algérien mondialement célèbre chante, les marocains lui balancent leur drapeau pour le porter sur scène, puis les marocains disent aux étrangers c’est un chanteur marocain ou au pire d’origine marocaine. chez les marocains tout ce qui est algérien et qui devient célèbre il devient marocain ou d’origine marocaine. sur wikipédia, qu’ils maitrisent et contrôlent parfaitement, car ils savent ce qu’ils doivent faire pour manipuler l’opinion, ils sont allés même pour dire que Ahmed Tijani de la tijjaniya, pourtant 100% algérien, que son 7 ieme arrière grand père est marocain.
      les marocains portent aussi notre drapeau pour nous salir et nous faire porter le chapeau, comme ce faux supporteur algérien, portant le drapeau algérien, qui s’avère un marocain et qui a écrasé une femme enceinte avec sa fille dans un abri bus. donc méfiez vous des marocains

    M & Mss
    11 novembre 2022 - 13 h 45 min

    [email protected]
    11 novembre 2022 – 12 h 15 min
    Ceux que vous citez. Je pense que leurs vocations première est le commercial .
    Ce n’est pas le même niveau et ça serait comme comparer feu Brassens avec orelsan si vous connaissez ce rappeur a la noix. Rien que son nom de scène taliani (l’italien) dénote un repoussement de ses origines. Qu’est ce qu »il à ? mis à part le pento sur ses cheveux d’italien ? quand à l’autre détritu et abrutis de hadj khaled, quelle déception monumentale au niveau ambassadeur culturel : il n’a cesser de crier sur les tous les toits lui et « l’italien » qu’ils sont marroki à la base. Je leurs suggère pour la énième fois de rendre leurs passeports et de dégager au marokistan. L’Algérie encourage les nouveaux talents et ces bons derniers sont devenus obsolète dans le paysage culturel.
    À bon entendeur…

      Anonyme
      13 novembre 2022 - 19 h 54 min

      Bercy sera rempli par des fans de Lounis Ait Menguellat et des hommes libres comme lui; Vous polluez votre environnement par des commentaires haineux; il n’y a que la haine qui peut sortir de votre bouche. Vos maîtres qataris, emiratis et sponsors ne peuvent pas s’approcher d’Ait Menguellat. Bons de guignols. Découvrez votre identitié

    dz
    11 novembre 2022 - 13 h 05 min

    arreter le regionalisme c est nefaste c est comme ca que commence la disloquation d un pays et l intervention des ennemis

    Anonyme
    11 novembre 2022 - 12 h 15 min

    Je ne suis pas kabyle mais je remarque que nos chanteurs kabyle sont d’un autre niveau intellectuel que les chanteurs de Rai en general. Quand on écoute ce monsieur c’est autre chose que Khaled ou reda taliani

      Lahouaria
      11 novembre 2022 - 17 h 41 min

      Moi, non plus chui pas Kabyle, mais il y’a une différence entre chante de revendication et chanteur qui a une belle voix.
      Les gens de l’Ouest dès leurs jeunes âges chantonnent des airs très connus de leurs voisins chanteurs de Rai et plu tard pour des raisons économiques ils deviennent DJ puis chanteurs de Rai.
      Par contre les chanteurs Kabyles presque tous chantent leur région la Kabylie et leurs revendications politiques ou ethnique, mais jamais une chanson neutre dédiée à l’Algérie et tous les algériens.
      Je ne comprends pas les paroles mais j’aime leurs chansons car parfois elles me touchent, …

        hassan lihoudi
        11 novembre 2022 - 20 h 12 min

        Je comprends pas les paroles mais j’aime leurs chansons.
        https://twitter.com/MouloudiaDZMCO2/status/1586784251319418880

          Ammar
          13 novembre 2022 - 12 h 52 min

          Aït Menguellet est un grand monsieur qui a toujours assumé ses paroles, loin de tout extrêmisme. C’est pourquoi, il faut écouter ce qu’il dit et prendre en compte ses critiques.

        Trinita
        13 novembre 2022 - 16 h 32 min

        Bonjour
        La sentence, je ne comprends pas mais parfois j’aime leurs chansons est bizarre. La lecture procure un sentiment bizarre encore une fois. D’autant que votre propos reposait justement sur une critique disant que les chanteurs kabyles ne parlent que de la Kabylie. Je ne sais pas mais je ne suis pas certains que c’est leur chansons. Si nous considérons qu’il n’y a qu’un seul peuple, un seul type algérien, cela devrait être nos chansons ou du moins de manière neutre, la chanson kabyle ou la chanson en langue kabyle. Sauf, bien entendu, si il y a plusieurs peuples. Cela me rappelle une petite histoire à Mulhouse durant un mariage. Plutôt chaoui en l’occurrence, vous savez, le Dj met toute sorte de musique et arrive le quart d’heure chaouia (plutôt en arabe, ceci dit) et ensuite le quart d’heure kabyle. A la fin de ce quart d’heure kabyle, pour informer le public qu’il allait changer de type de musique, au micro, il dit, véridique, aller on retourne en Algérie. Bien à vous.

    Raïna
    11 novembre 2022 - 8 h 48 min

    Aït Menguellet un grand nom de la chanson algérienne,une fierté nationale.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.