Analyse de Michel Rogalski – L’extrême droite s’enracine dans le monde

Europe extrême droite2
L'extrême droite est en forte progression en Europe. D. R.

Par Michel Rogalski (*) – Aujourd’hui, l’extrême droite s’empare le plus souvent du pouvoir par la voie électorale. Les putschs des colonels grecs ou des généraux brésiliens ou argentins remontent aux années soixante. Les idées de cette nébuleuse multiforme ont progressé au point de l’autoriser à penser à des alliances pour accéder au pouvoir qui devient son objectif affirmé.

Un visage modernisé et des stratégies diverses

Quel que soit son visage, l’extrême droite, presque toujours xénophobe, se nourrit des peurs, des frustrations et des précarités générées et alimentées par la crise. Elle progresse sur des sociétés fragilisées dont les repères et les valeurs sont heurtées. Les gros bataillons ne viennent plus en Europe des groupuscules violents ou paramilitaires et souvent nostalgiques du nazisme qui, tolérés ou non, perdurent encore de façon marginale et folklorique dans la vie politique. Certes, des filiations idéologiques avec cette famille politique peuvent être objectivées pour quelques dirigeants, mais pour l’essentiel le discours, les formes d’action, les milieux influencés se sont tellement modifiés qu’ils inclinent plutôt à penser en termes de ruptures que de continuités. En quelques décennies, l’extrême droite a réussi à sortir d’un ghetto politique où elle avait été cantonnée et à imposer ses thèmes de prédilection dans le débat politique. Sa montée en puissance a accompagné ce qu’on a appelé le virage à droite des sociétés dont les droites se sont radicalisées au point de se rapprocher des formes les plus extrêmes.

L’évolution du parti conservateur britannique ou du parti républicain sous l’influence de Trump illustre ce type de dérive qui ouvre un champ des possibles pour l’extrême droite. Les stratégies seront diverses. Pour certains, une posture d’alliance avec la droite conservatrice sera privilégiée et permettra une participation au pouvoir. Des partis de droite radicale, autrefois à la marge des scrutins électoraux, et réputés «infréquentables», deviennent désormais, par leur progression fulgurante, nécessaires à une droite plus classique pour exister électoralement. Pour d’autres, faute d’avoir réussi à se rendre fréquentable, la perspective tracée sera celle de la déstabilisation du système politique perçu comme obstacle à toute avancée vers le pouvoir. Là où en France, en Suède ou en Italie l’extrême droite cherchera à se «dédiaboliser» non sans succès, ailleurs avec Trump, Bolsonaro, Modi, Poutine on assistera plutôt à une fuite en avant. Mais, dans tous les cas de figure, posture d’affrontement ou participation, l’effet sera le même, celui d’une droitisation de la société et du recul des valeurs progressistes. Montée des égoïsmes, repli individuel, abandon des acquis sociaux, recul des solidarités, refus des différences, recherche de boucs émissaires traduiront le déplacement du curseur idéologique. Car il faut comprendre que cette extrême droite n’est pas sans racines culturelles historiques, au point de pouvoir animer et développer une «contre-culture».

Le monde arabo-musulman, du Sénégal au Pakistan, soit largement plus d’un milliard d’hommes, a vu se développer en une trentaine d’années des formes d’intégrisme religieux qui s’apparentent à un fascisme vert prenant partout violemment pour cible les forces progressistes et démocratiques et ayant le projet d’imposer la prééminence de principes théocratiques sur l’espace social et politique. En Afrique noire, les sectes évangélistes prospèrent et véhiculent des valeurs rétrogrades, tandis qu’en Amérique latine elles ont toujours été associées aux formes extrêmes des dictatures militaires ou des régimes les plus conservateurs. Nationalisme et identités religieuses et culturelles sont instrumentalisés en Inde par le gouvernement de Narendra Modi.

Des thèmes récurrents, mais jamais progressistes

Partout, ces mouvements, surfant sur l’air du temps, ont su tout à la fois faire coaguler des aspirations diverses, utiliser les techniques les plus modernes de la communication de masse et se retrouver à l’aise dans une mondialisation qu’il leur arrive souvent de pourfendre. Selon les pays et les situations, les thèmes seront simplifiés et caricaturés par des leaders qui ne s’embarrasseront pas de complexité et chercheront avant tout à déstabiliser le système politique en présentant ses élites comme incompétentes, corrompues, complices de forces obscures menaçant l’intérêt national et insensibles aux besoins du peuple. Les boucs émissaires seront vite trouvés. Ici l’immigré, là le profiteur de l’Etat-providence ou le fonctionnaire, sauf s’il est policier, douanier ou soldat, car l’ordre musclé n’est jamais rejeté. Ou encore, la région pauvre et paresseuse parasitant la région riche et besogneuse sera montrée du doigt et invitée à se séparer. L’antifiscalisme et le rejet de l’Etat-providence seront mis en avant, notamment dans un continent comme l’Europe où l’Etat a toujours été affirmé et tenu pour responsable des solidarités nécessaires. Ailleurs, la présence d’une forte immigration habilement associée à une montée de l’insécurité, vraie ou fantasmée, sera un effet d’aubaine. Des sentiments identitaires caractériseront souvent cette mouvance. Flattés à l’échelon national, ils nourriront une forme nationaliste d’opposition à l’Europe et à la mondialisation ainsi qu’à l’idéologie qui l’accompagne, le mondialisme. Mais déclinés sur un mode régionaliste voire séparatiste, ils remettront en cause le modèle national en se jouant de l’Europe flattant les régions.

A l’évidence, ce fonds de commerce prospère. Mais centré sur des identités et des particularismes, il peine à se constituer en internationale effective à l’échelle du monde et arrive difficilement à tisser des réseaux de relations efficaces, même s’il multiplie rencontres et sommets. On n’a pas vu apparaître véritablement une Internationale Brune. Mais on aurait tort de sous-estimer le rôle joué par certains Etats, notamment la Russie pour flatter et encourager ces mouvements. Tout autant que les maints voyages de John Bolton eu Europe et ailleurs dans le monde pour favoriser un tel projet. La donne a changé. Alors que l’Union soviétique constituait un appui pour les forces progressistes, la Russie d’aujourd’hui stimule et appuie les groupes d’extrême droite. N’y voir qu’une continuité anti-systémique de l’ordre mondial conduirait à une grave bévue.

L’idéologie de l’extrême droite est finalement assez simple : il faut préserver. Qu’il s’agisse de la race, de la nation ou de la civilisation face au «barbare» qui est aux portes ou déjà à demeure ; ou bien des valeurs ancestrales menacées – travail, famille, religion –, de l’ordre établi bousculé par toute évolution de société. Il faut défendre tout cela parce qu’on s’est persuadé que c’était ce qu’il y avait de meilleur, donc de supérieur aux autres. Il faudra même lutter contre la science si elle en vient à contredire nos convictions profondes, notamment religieuses. Le recours à l’affrontement, à la tension, voire à la guerre, ou la construction de dangers, de menaces ou d’ennemis seront systématiquement recherchés pour entretenir une cohésion sociale ou communautaire contre «les autres». On comprend combien ces «idées», ces phobies ou ces croyances rentrent en totale opposition avec toute avancée progressiste porteuse de valeurs de solidarité et de progrès. Le choc ne peut être que frontal et sans concessions.

C’est dans la violence que la mondialisation a imposé aux peuples et aux Etats que réside probablement la cause principale de ce bouleversement du paysage politique. Ses effets délétères ont ravagé les souverainetés nationales garantes des protections que l’Etat devait à ses populations, et de la préservation des identités de chaque pays. Le spectacle de gouvernements successifs incapables d’agir efficacement sur des problèmes considérés comme essentiels et se retranchant derrière la contrainte externe pour se disculper de leur inaction ou de leur incapacité à obtenir des résultats a créé le terreau sur lequel ont germé ces postures xénophobes et identitaires. La précarité et le chômage se sont développés sur une grande échelle touchant d’abord les plus démunis et les plus exposés et affolant des classes moyennes craignant d’être happées dans le désastre. Ces dernières catégories constituent le socle le plus fidèle de cette droite extrême car elles reprochent à ceux d’en haut de donner à ceux d’en bas avec leur argent, au risque de les déstabiliser. C’est pourquoi toute solidarité et assistance sont bannies de leur horizon mental.

Des défis à la gauche

Bien qu’embarrassant à la fois la droite traditionnelle et la gauche, cette montée identitaire et xénophobe lance un défi particulier à cette dernière qui n’a pas su offrir une alternative crédible à ces bataillons ouvriers et populaires qui l’ont abandonnée. Elle n’a peut-être pas pris la mesure de la portée de l’effondrement du monde soviétique qui a ouvert un boulevard à toutes les formes de conservatisme et a fait sauter maints verrous, notamment par l’égalité affirmée entre nazisme et communisme. La montée des extrêmes droites en constitue un contrecoup. Elle n’a peut-être pas compris que réfuter certains mots d’ordre – au nom que l’extrême droite s’en était emparée – ne pouvait que la cornériser si ces idées devenaient populaires. Très tôt l’extrême droite a su habilement faire main basse sur les thèmes de la souveraineté, de la laïcité, des migrations au point de tétaniser les forces de gauche. Elle a su leur arracher des bataillons populaires et certains de ses thèmes fondateurs. Comment, par exemple, faire la fine bouche sur le thème de la souveraineté ? C’est quoi le contraire ? La soumission, l’inféodation, l’abaissement, l’obéissance ? Dossier implaidable. Les sondages confirment que les thèmes préemptés par la droite séduisent les couches populaires. Faut-il leur abandonner ? La montée de l’extrême droite se constate avant tout par la montée de ses scores électoraux, donc par l’effondrement de ceux de la gauche. S’interroger sur les succès de l’une ne peut se faire sans questionner l’affaiblissement de l’autre.

L’absence de vraies réponses de la part de la gauche, au programme peu audible car insuffisamment différencié de celui de la droite et suggérant un consensus mou sur la mondialisation, la construction européenne, le social, la réponse à la crise ont favorisé l’illusion d’un système pipé dont il fallait sortir par l’extrême droite. Celle-ci a su accueillir ces ruisseaux de mécontents et transformer leur démarche protestataire en vote de conviction et d’adhésion par définition moins versatile. Regagner ces voix, voire arrêter l’hémorragie, ne sera donc pas tâche facile. Redonner sens au clivage gauche/droite, ne pas confondre social avec sociétal, être clair sur les couches dont on défend les intérêts et intransigeants sur toute dérive xénophobe deviendront très vite des postures incontournables pour les forces politiques se réclamant de la transformation sociale.

M. R.

Directeur de la revue Recherches internationales

Note de l’auteur : Cette chronique est réalisée en partenariat rédactionnel avec la revue Recherches internationales à laquelle collaborent de nombreux universitaires ou chercheurs et qui a pour champ d’analyse les grandes questions qui bouleversent le monde aujourd’hui, les enjeux de la mondialisation, les luttes de solidarité qui se nouent et apparaissent de plus en plus indissociables de ce qui se passe dans chaque pays.

Ndlr : Les opinions exprimées dans cette tribune ouverte aux lecteurs visent à susciter un débat. Elles n’engagent que l’auteur et ne correspondent pas nécessairement à la ligne éditoriale d’Algeriepatriotique.

 

Comment (17)

    Anonyme
    29 novembre 2022 - 23 h 46 min

    Ce prochain Nazis est manipulé et organisé !

    Brahms
    28 novembre 2022 - 23 h 39 min

    L’argent rien que l’argent et toujours l’argent ?

    Le citoyen coure du matin au soir après de l’argent et sans argent, il est malheureux.

    Si bien que lorsqu’un citoyen n’a pas d’argent, il ira travailler, voler ou alors, il rentrera dans des partis politiques pour chasser les immigrés qu’il considèrera comme des intrus cause de sa pauvreté.

    Enfin, quand le partage des richesses n’est pas équitable, des comparaisons se feront entre citoyens et forcément, il y aura des manifestations, des revendications et des partis d’extrême droite comme en Espagne, Italie, France qui ne veulent plus d’immigrés chez eux pour des raisons multiples..

      Anonyme
      29 novembre 2022 - 16 h 25 min

      Parle pour toi, c est pas le cas de bcps et se contente de ce qu ils ont en remerciant le bon dieu , plus important que ton argent ou tes chiffres c est d abord la santé.Oui l argent dieu pour bcps c’est vrai et surtt ds les pays de disant musulman. Hmdl non non on veut un peu plus que Hmdl. Ha bon? Alors vous allez être servi, ne vs inquiétez pas pour ça.

    Belveder
    28 novembre 2022 - 20 h 37 min

    A méditer
    Des Pays qui n ont jamais été des récents Colonisateurs mais des havres de paix qui ont accueilli généreusement des étrangers ont Bascule vers l extrême droite ou sur le point de l etre
    SUÈDE Danamerk Islande Norvège..
    Des sociétés ouvertes et tolérantes pourtant

      dz
      29 novembre 2022 - 13 h 47 min

      mon cousin qui vie en suede me disait la suede est devenue raciste a cause des barbus et des femmes voilees et de la d elinquance des immigres quelle avaient accueillis genereusement dans les annees 90 voila quand ont est tolerant ce qui arrivent moi si j etais suedois jexpulse vite fait retour bercail en algerie aussi nous avons trop de delinquance etrangere faut les ramener tous a frontiere commes avait fait boumedienne et fissa

      Anonyme
      29 novembre 2022 - 16 h 20 min

      Ces pays nordiques et surtt la Suède n ont pas les mêmes attributions du droit d asile ou des réfugiés que la France l Allemagne et l UE. En Europe et France tu ne peux excéder plus de 1 mois je crois que c’est 15 jrs le centre de rétention c est leur loi je crois et souveraine . La Suède je crois avt de mettre ces gens ds la circulation en tt légalité , elle les garde eux et leurs familles un voir deux ans en centre d hébergement ou rétention avt . Après les temps changent et surtt à l ère du net. Hier en France nos parents venait travailler et fondait leurs familles ou les faisaient venir par regroupement familial. Aujiurd hui c est loin d être le cas et ils ont tout halam aux autres à l avenir à cause de leurs barbarisme venant des pays du tiers monde . Les visas c’est mort maintenant et à cause de qui ? Ils ont halam aux autres , hier le clando rasait les murs aujourd hui il vend du shit et des cigarettes devt tt ke monde , drague tt le monde devt père mari frères mère. , veut se battre avec la police, nous vivant ds ces pays depuis notre naissance on s est pas permis ces dérapages et cette façon d être à part certains mais ils sont français ou sont en France et Europe depuis leurs plus jeunes âges . Le mec met un djean diesel et passe comme un rebeu ou renoi né ds ces pays alors qu il n a pas grandi ds ces pays et il y en a des milliers alors le gaulois le suédois ect ect pensent que on est les mêmes et font pas de différences, hé oui les apparences sont souvent trompeuse, c est qd ils ont à faire à eux et discuté avec eux qu’ils s en aperçoivent que c est des bledar , qd t a pas grandi ds ces pays où en France ça se voit même au bout de 20 ou 30 ans de vie de leurs pays parce qu un bledar reste un bledar même avec une Porsche et un costard , ça se voit tt simplement. La classe c est tt autre chose . Eux sont matérialistes et pensent même en Algérie mon pays que la démocratie c est un djean diesel un portable iPhone un beau bâtiment des magasins ect comme la nana comme le mec chez nous hacha les autres mais sont peu nombreux et idem ds les pays de misère. C est la vérité . En Algérie ils viennent de comprendre que il fallait fabriqué sois même et c’est le sommet car ils ont été les premiers à courir vers les démocrates faire leurs biens et profitez de ce qu ils n existent pas chez eux donc j en conclu que c’est des manges merde eux vos dirigeants africains alors imaginez la plèbe ou le bas peuple de ces pays de misère sinon ils se sauveront pas ? C est une malédiction bien africaine et de ces pays de misère. Telle est la volonté de dieu et il sait ce qu il fait.

    Anonyme
    28 novembre 2022 - 18 h 36 min

    L’auteur devrait insister sur le fait que les causes étant les mêmes, elles ne peuvent qu’engendrer les mêmes résultats. Le déclassement, la pauvreté, la concurrence, la diffusion de la peur et l’idéologisation de tout peut faire de n’importe qui un fasciste.
    Les banques, les multinationales, aujourd’hui les Gafa sont les fomenteurs et les bénéficiaires du fascisme.
    Le reste ne sont que des politiciens qui se vendent pour faire le travail de père-fouettard de la population.
    Le racisme est un instrument de rejet en temps d’extrême concurrence, encouragés sciemment pour obliger les gens à avoir des salaires de misère et les pousser à fliquer, voire à briser toute différence.

    Abou Stroff
    28 novembre 2022 - 15 h 19 min

    « L’absence de vraies réponses de la part de la gauche, au programme peu audible car insuffisamment différencié de celui de la droite et suggérant un consensus mou sur la mondialisation, la construction européenne, le social, la réponse à la crise ont favorisé l’illusion d’un système pipé dont il fallait sortir par l’extrême droite. » conclut M. R..

    je pense que tout est dit dans cette sentence.

    en effet, dans toutes les sociétés dites développées, les partis,qu’ils soient classés à gauche ou à droite ne font que gérer, à quelques nuances près, l’accumulation du capital au profit des banques et des détenteurs d’actions.

    en termes simples, tous les partis politiques qui activent dans les sociétés dites développées servent de « fonctionnaires » au capital financier mondial, fraction dominante du moment du capital mondial. par conséquent, les individus lambda ne peuvent aucunement différencier entre ces partis et sont enclins à aller pêcher lorsqu’il s’agit de voter. à la limite, les individus lambda demeurent persuadés que les élections ne sont qu’un leurre, étant donné que les « hommes aux écus » veillent pour que ceux qui sont « élus » servent d’abord et avant tout, le capital en tant que rapport social et le capitalisme en tant que système.

    en termes crus, devant l’absence de choix effectif, les individus lambda sont enclins à supporter les partis d’extrême droite qui leur promettent le paradis sur terre, en leur indiquant l’ennemi à abattre (l’étranger, en général), les déresponsabilisent et les infantilisent, en pensant et en agissant à leur place. Qu’y a t il de plus lénifiant, pour un individu lambda, que de « préserver » ses neurones, grâce au chef qui pense pour lui et n’agit que pour son bien être ?

    quant aux sociétés arriérées, en général et aux sociétés arabo-musulmanes, en particulier, il me semble que l’intégrisme religieux est l’idéologie idoine qui permet aux couches archaïques qui dominent ces sociétés de pérenniser leur pouvoir et aux systèmes pré ou proto-capitalistes qui dominent ces sociétés de se renouveler sans accroc.

    en termes crus, l’intégrisme religieux, en particulier et la religion, en général poussent les individus lambda à croire que leur vécu résulte de la volonté d’entité (s) suprahumaine (s) et que l’ordre établi est un ordre quasi-divin dont la remise en cause constituerait un blasphème certain.

    moralité de l’histoire: il n’y en a aucune, à part le constat incontournable que la mondialisation ayant échoué à uniformiser le monde (la thèse de fukayama a rejoint les poubelles de l’histoire), le retour vers des formes de nationalisme est quasi certain et la lutte des classes va retrouver les contours nationaux que la mondialisation a essayé d’effacer.

    Anonyme
    28 novembre 2022 - 15 h 16 min

    «….l.l ne pas confondre social avec sociétal,….. » . Personnellement je supporte cette affirmation , si ce n’est que l analyse elle même semble fondée sur une prospection societale . Quand on «  fixe » la Russie de Poutine d Extrême droite , il y a matière à questions sur l absence de L Ukraine du Clown Nazi , de l Entité Nazisioniste qui Constitue à elle seule un Modèle , l Archétype du Nazisme ressuscité depuis les Horreurs écrites noir sur blanc par l Horreur à visage humain ayant pour nom JABOTINSKY et dont le Secrétaire Particulier n était autre que le Géniteur du Criminel , grand Admirateur de ………..HITLER , j ai nommé Netanyahu . . Chercher dans les Espaces sociaux européens les sources du Développement de l Extrême Droite , c est Dédouaner les Véritables Maîtres d Orchestres de cette Déferlante Idéologique qui est portée , en Europe , et dans le Monde , par une Minorité AGISSANTE Corrompue et soumise à l Entité Nazisioniste dont les réseaux d influence , de chantage , d exécution extra judiciaire , sont inimaginables ….Combien de fois n avons nous assisté à des scènes dans lesquelles des Criminels du genre Netanyahu et Consorts ordonnaient à des Dirigeants occidentaux ce qu ils devaient dire au Public ..
    Quant à faire croire que l Extrême Droite Européenne est …………ANTISEMITE !!!!!. Il faut arrêter le Vaudeville !!!! Et juste pour Rire : ..qui sont les Dirigeants du RN actuel anciennement F . National …?? …Et pourquoi la Marine le Pen a pu réaliser ce que son père n a pu faire pendant plus de 3 décennies ?,, la Réponse …allez la demander aux Rothschild , Lazard , Les proprio de DARTY , le BOLLORE……et bien sûr le CRIF Administrateur Délégué du Territoire de France .
    Une dernière pour la route ……Allez demander aux soit disant ………Victimes de ………Hitler et Rosenberg qui Squattent la Palestine ( avec , bizarrement , la Complicité originelle de ce même …..Hitler ) pour qui ils votent depuis des décennies ….

    Annani
    28 novembre 2022 - 14 h 57 min

    L’auteur n’est pas objectif. Car, il mentionne impertinemment Poutine comme transporteur d’idées extrême-droites (ce qui est complétement faux), mais occulte de mentionner la pire des extrême-droites au monde, en l’occurrence celle couvée par l’idéologie sioniste en général et celle qui domine actuellement Israël en particulier. Qu’y a-t-il éthiquement de pire que ceux qui prétendent être le peuple élu de la création divine ? Se considérant comme la couronne de l’humanité, tandis que le reste de l’humanité ne peut être que leur serviteur.

    C’est aussi étonnant qu’il occulte injustement l’extreme-droit ukrainienne, qui par son jusqu’au-boutisme néonaziste risque de mener l’humanité vers la catastrophe.

      dz
      28 novembre 2022 - 17 h 12 min

      exactement on dirait que l auteur a evite l etat sioniste ou un oubli ? alors quil est l extreme droite tueur de palestinien

      Elephant Man
      29 novembre 2022 - 14 h 34 min

      @Annani
      Excellent commentaire, sur la même longueur d’onde 😉

    Elephant Man
    28 novembre 2022 - 14 h 27 min

    Je réagis uniquement sur le Président Poutine à l’origine de l’extrême droite ??!!
    C’est quand même l’URSS qui a combattu le nazisme pendant la 2nde guerre mondiale et c’est aujourd’hui la Russie qui combat les néonazis ukrainiens d’Azoz et Zelensky contrairement à de qui soutiennent Zelensky et ses bataillons Azoz et tutti quanti.
    Pour le reste, concrètement quand vous avez l’extrême gauche à l’extrême droite européenne qui se pavane chez l’entité sioniste colonisatrice régime ségrégationniste d’apartheid et d’ÉPURATION ETHNIQUE PALESTINIENNE quelle différence et pourquoi se poser la question de l’extrême droite….
    Dans la pratique quotidienne et pour être pragmatique : «…QUI REFUSENT aux jeunes franco-algériens LEUR INTÉGRATION AU SEIN DE LEUR PROPRE SOCIÉTÉ française qu’ils veulent servir en toute honnêteté …..
    @Donc….. que les autorités françaises arrêtent de venir nous raconter des mensonges en nous disant que ce sont LES FILS D’ÉMIGRÉS QUI – REFUSENT – de s’intégrer dans la société française alors que c’est tout à fait le contraire…..
    Contrairement à des naturalisés de tout bord et en tout genre.

      Belveder
      28 novembre 2022 - 20 h 31 min

      Arrêtez la Naïveté
      Le Racisme est aussi en Chine au Japon en Russie
      Sauf qu on ose pas le dénoncé

    Ils ont créer de leurs mains ce qui devront résoudre par leurs cerveaux !!!
    28 novembre 2022 - 12 h 45 min

    Depuis que Sarkozy, puis Hollande et macro aujourd’hui ont fait venir les romes, des voleurs de poule 🐔 fainéants fourbes, puis les réfugier syriens, afghans, Libyens, soudanais, et tous les opportunistes qui ce sont introduit dans ces marais humaines pour gagner l’Europe.
    Sans compter les boat-people qui déferlent à longueur d’années par le marokistan, et les côtés libyennes, et aujourd’hui ont rajoute les millions de réfugier ukronazazis.
    Comment voulez-vous que l’Europe ne soit pas assise sur une immense poudrière près à explosé.
    Tous les ingrédients sont malheureusement réunis pour un tel scénario.
    Les exodes sont dû à leurs guerres qu’ils ont volontairement provoquer.
    Et la surexploitation de l’Afrique sans partage avec les africains.
    Aujourd’hui une seule question se pose.
    C’est quand ça va p… ??

      dz
      29 novembre 2022 - 20 h 23 min

      avec tous ces etrangers en france ont tape que sur les algeriens vous trouvez pas ca bizarre?

    Luca
    28 novembre 2022 - 12 h 24 min

    C’est vrai, et il n’y aura que l’islam comme rempart, mon islam celui de la liberté immuable, c’est à dire de la population qui se soucie de la population

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.