Emirat du Qatar : un nain dans un habit de géant

Si la grandeur d'un Etat se mesure par son histoire, ses exploits, ses savants, ses personnalités, sa superficie et sa situation géographique, à quelle aune le Qatar se mesure-t-il ? Le passé et le présent de cet Etat lilliputien, qui ne dépasse pas les onze mille kilomètres carrés, démontrent que son peuple n'a jamais eu à décider de son sort par lui-même, depuis la création de cette entité jusqu'à nos jours. Mis à part l’émir, son épouse et leur zélé serviteur, le Premier ministre, il n'existe ni personnalité, ni écrivain, ni artiste, ni politicien, ni militant ayant marqué l'histoire par une œuvre, un acte de bravoure ou un savoir qui eût servi l'humanité. A part le gaz, dont il est le troisième producteur mondial, le Qatar ne possède aucun atout dont lui-même et le monde arabe pourraient tirer une quelconque fierté ; ce même monde arabe qu'il œuvre à morceler de connivence avec l’entité sioniste. Ce petit Etat était composé de tribus primitives qui vivaient de la pêche et s’entretuaient pour les parcelles de terre les moins arides dans cette étendue désertique. Et l'histoire ne se rappelle pas que ce peuple se fût un jour soulevé contre l'invasion des Portugais en 1517, jusqu'à l'occupation ottomane en 1538. Les tribus le constituant préférant se détruire mutuellement que de combattre l'envahisseur. Cet entredéchirement n'a pas cessé jusqu'à l'intervention de la Grande-Bretagne au XIXe siècle, qui, à son tour, occupa le pays sans rencontrer la moindre résistance. Et lorsque les pêcheurs se sont révoltés contre le pouvoir des Al-Khalifa, le long de la bande côtière, la famille despotique s'en prit violemment à ses opposants en envoyant sa flotte marine pour les réprimer. La conséquence en fut l’éclatement de cet Etat, par le fait des Britanniques, donnant naissance à deux pays minuscules, le Qatar et le Bahreïn. L’Etat nouvellement créé ne possédant pas de politiciens, les Britanniques jetèrent leur dévolu sur un commerçant du nom de Mohamed Ibn Thani, qui deviendra, plus tard, l’émir du Qatar au service de Sa Majesté. Ses descendants, qui gouvernent le pays à ce jour, ont élargi leur servilité à l’Etat sioniste. Le Qatar n'a pas obtenu son indépendance en opposant quelque résistance farouche ou en menant une guerre de libération ; il a obtenu ce réservoir de gaz des mains de la Grande-Bretagne lorsque celle-ci simula son retrait du Golfe, au début des années 1960. En somme, il n’y a ni gloire ni honneur dans ce pays gouverné par un nain dans un habit de géant.
M. Aït Amara
 

Comment (4)

    Anonyme
    1 mai 2012 - 17 h 40 min

    Merci pour l.article,
    Merci pour l.article, super!
    Que l’Algerie se mefie des rapaces qui ont détruit la Libye et covoitent l’Algerie.
    Non aux Bases étrangères.
    Gardons Notre Indépendance.
    Reglons nos différents entre Algeriens et serons nous les coudes.
    Mefions nous de l’Ingerance Étrangère dans nos affaires




    0



    0
    DMX23
    17 avril 2012 - 23 h 18 min

    Excellent Article qui resume
    Excellent Article qui resume tout.Brabo MR Ait Amara




    0



    0
    Leyla
    17 avril 2012 - 16 h 03 min

    Mr Ait Amara , je vous
    Mr Ait Amara , je vous felicite , un article excellent et delicieux . 🙂




    0



    0
    MAJILOU
    16 avril 2012 - 19 h 47 min

    LA VÉRITÉ DOIT ETRE DITE
    LA VÉRITÉ DOIT ETRE DITE TOUTE CRUE, POUR QU’ELLE SOIT BIEN APPRISE ET COMPRISE – c’est malheureusement la réalité de beaucoup d’autres pays ARABE – Merci mr Ait Amara !




    0



    0

Les commentaires sont fermés.