MCA : Loungar se retire, le club en danger de faillite

Le club le plus populaire d’Algérie, le MCA, est confronté à un risque de faillite en raison de la dette qui l’assiège de toutes parts. Elle est estimée, selon une source officielle, à 1,2 millions d'euros, tandis que l'homme d’affaires qui devait reprendre le club, Eddir Loungar, l’a évaluée à cinq millions d'euros.

Le club le plus populaire d’Algérie, le MCA, est confronté à un risque de faillite en raison de la dette qui l’assiège de toutes parts. Elle est estimée, selon une source officielle, à 1,2 millions d'euros, tandis que l'homme d’affaires qui devait reprendre le club, Eddir Loungar, l’a évaluée à cinq millions d'euros.
Ce dernier, qui devait racheter la totalité des actions du club, a officiellement décliné l’offre dimanche vu l'importance de la dette, d'une part, et l’impossibilité de recevoir le rapport détaillé de la situation financière du club de la part du commissaire aux comptes, d’autre part.
A ce rythme, et si le MCA n’est pas repris par un investisseur, il se dirige droit vers une situation de faillite qui engendrera sa liquidation.
En effet, le commissaire aux comptes peut saisir le procureur de la République par l’envoi d’un rapport détaillé sur la situation financière du club après avoir mis au parfum les membres du conseil d’administration. Si le rapport confirme que le bilan financier est négatif pendant deux ans de suite, ce qui est le cas pour le Mouloudia, on pourra alors prononcer sa faillite.
Cependant et selon la nouvelle loi, le commissaire aux comptes peut demander aux actionnaires de relever le capital de la société SSPA/MCA, alors que le procureur, dans le cas où il est saisi, peut consulter les membres du conseil d’administration sur les raisons des difficultés financières et peut placer le club sous séquestre sans pour autant annoncer sa faillite.
Il faut signaler que les joueurs n’ont pas été payés depuis 6 mois, ce qui pourrait engendrer d’autres complications pour le Doyen qui pourrait être interdit de recrutement si les joueurs déposent plainte à la Fédération algérienne de football et la Ligue de football professionnel.
Réda B.

Commentaires

    LE_DOYEN
    11 juin 2012 - 11 h 10 min

    oui quant un patrimoine
    oui quant un patrimoine nationale est « géré » par un trafiquant de drogue et que ce triste personnage qui empoisonne la société et notre jeunesse, est soutenue par son excellence Monsieur l’ambassadeur d’Algérie en Italie Rachid Marif et le sieur Raouraoua,… il faut s’attendre au pire….




    0



    0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.