La dure réalité pour l’Occident et les monarchies félonnes du Golfe en Syrie (I)


Des félons arabo-musulmans alliés


Des félons arabo-musulmans alliés
Envers les Arabes et les musulmans, ils trouvent dans les monarchies arabes des alliés de taille. Des appuis financiers et politico-religieux sans commune mesure et des bases. Des monarchies, factices avec des richesses exorbitantes, qui ont trouvé l’occasion d’en finir avec ces «républiques arabes» qui présentent un danger pour leurs dynasties. Les remodeler, à leur exemple et à leur façon, avec l’aide des démocraties occidentales, devenait possible voire souhaité. Pour eux, la fin ne s’embarrasse pas de morale. Ils érigent pour cela des stratégies, des tactiques, des théories de subversion, accaparent les médias lourds pour les rendre «média-mensonges» ou «mainstream» ; s’associent, en les pervertissant, les organisations internationales et régionales. Ils montent ainsi Al Jazeera , Al Alarabia, Orient news et Safa que relaient BBC arabic, CNN et France 24 ; s’associent les principales agences d’informations ; recrutent des Cheikhs réputés pour mieux duper et endoctriner. Ils engagent des mercenaires islamistes abrutis et frustrés, surtout arabes, pour mieux tromper ; érigent à Londres une OSDH sur mesure etc. Bülent Esinoglu, le vice-président du Parti travailliste turc, a révélé que la CIA en a recruté 6 000 pour mener des opérations terroristes en Syrie. Ces émirs arabes et leurs serviteurs islamo-takfiro-wahabistes se déclarent bien sûr antisionistes, anticolonialistes, anti-dictatures, anti-américains, anti…anti ou disent, en imbéciles, faire leur devoir envers leurs «frères», mais ils sont sur la même ligne de l’Aipac, du Winep, de la CIA, de la NED du Mossad, du CRIF, de l’Otan et bien d’autres «Maisons» et «Clubs» de l’ordre «illuminati» et aussi dans la même catégorie que vise Émile Faguet dans sa citation : «L'imbécile est passif ; on l'atteint, il répercute ; on lui parle, il répond comme un écho.» Au sujet de «l’ordre mondial », on découvre ce que l’on nomme la «Trinité» de l’Empire mondial. Il s’agit de 3 cités-Etats souveraines, ayant leurs propres lois et système de gouvernance, qui dirigeraient le monde à savoir la City de Londres (finance), Washington DC (militaire) et l’État de la Cité du Vatican (religion).
À propos d’alliance, le coordinateur spécial américain de la «transition au Moyen-Orient», William Taylor, a avoué, le 31 janvier 2012 lors d'un entretien avec le journal tunisien Assabah, que Washington verse des sommes d'argent importantes à des partis islamistes en précisant que «Washington a des liens avec les responsables islamistes des différents pays de la région, comme la Tunisie, l’Égypte et d'autres pays».
Contrairement à leur propagande, les Américano-sionistes ne craignent pas les islamistes. Ils sont les alliés depuis des lustres du «frères musulman». Depuis Hassen El-Bana et Seyyed Kotb, à nos jours. Il y a des dizaines de faits qui prouvent cela. Leurs déclarations favorables aux thèses bellicistes occidentales contre des pays arabes et leurs soutiens militaires effectifs en sont quelques expressions. Il a été révélé, dernièrement, qu’un émir du Qatar a fourni des valises de dollars aux FM d’Égypte pour le financement de la campagne en faveur de leur candidat et pour corrompre des électeurs.
Bien entendu, l’Occident, les monarchies d’Al-Saoud, du Qatar et la Turquie d’Erdogan disent intervenir pour «sauver» ces peuples arabes des «régimes dictatoriaux» ! Ils sont en fait des escrocs et l’escroc ne dévoile jamais ses manœuvres frauduleuses. Ce sont des colonialistes, des despotes, des corrompus/corrupteurs, des crypto-terroristes qui se qualifient de démocrates, d’humanistes, d’intellectuels et leurs suppôts arabes ne sont en fait que de vulgaires lâches qui puisent leurs forces de l’appui occidental et des tergiversations de l’adversaire, mais qui se débinent ou se rallient au moindre changement de rapport de force. Pouah ! Quelle déchéance !
L’exemple algérien
Ils ont essayé et échoué en Algérie, il y a 22 ans, par leurs ingérences, puis l’extermination de leurs terroristes et de leurs soutiens. Les revoilà avec presque les mêmes stratégies et tactiques vouloir recomposer le monde arabe avec l’aide des arabes eux-mêmes, comme chair à canon, à qui l’on a fait croire qu’ils évoluent dans un «printemps» de renouveau et de changement pour leur bien-être. Ils les trompent jusqu’à leur faire admettre qu’ils peuvent «sucer du miel du c… d’une guêpe».
Il a fallu, pour l’Algérie, une mobilisation des citoyens à grande échelle avec les services de sécurités composés d’éléments de l’armée, de la gendarmerie, de la police et surtout de milliers de citoyens organisés dans le cadre de «groupes de légitime défense (GLG)» pour protéger en permanence villes, villages, bourgades, hameaux, infrastructures économiques et sociales. Leur efficacité était telle qu’en l’espace de deux ans ils ont été mis en déroute. Les pouvoirs publics leur ont laissé, alors, deux choix : la reddition ou le suicide ! Les plus «chanceux» se sont livrés avec armes, bagages et informations. Les plus abêtis se sont sacrifiés dans des opérations-suicides. Si l’on ajoute les règlements de comptes entre les groupes pour des histoires de «leadership», de partage des richesses volées ou fournies par d’autres forces ou pays, on devine l’enfer dans lequel ils se trouvaient. Les grandes opérations où des groupes importants ont été anéantis l’ont été suite à des informations précises et détaillées fournis par leurs propres éléments. S’en est suivi comme toujours des épurations entre eux, des vengeances par des massacres de villageois sans défense ou l’adoption d’ultimes méthodes viles qui consistent à piéger les endroits publics, les cimetières et les… cadavres. La population a été le fer de lance dans leur éradication. Les moindres mouvements ou objets suspects sont signalés sur le champ. Les terroristes étaient acculés nuit et jour sans la moindre possibilité de mouvement d’où leurs méthodes extrêmes pour tuer le maximum de civils afin de les imputer, aidés par leurs relais internes et externes, aux «forces de l’ordre et l’armée». Le quadrillage était tel que même les attentats suicides ou les voitures piégées étaient repérés avant même d’arriver à leurs objectifs. «La concorde civile » adoptée par le président Bouteflika n’était que le son du glas de ces «groupes islamistes armées».
(A suivre)
Djerrad Amar

Commentaires

    Anonyme
    9 juillet 2012 - 17 h 02 min

    A quand la 2ème partie SVP
    A quand la 2ème partie SVP




    0



    0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.