La justice française refuse d’extrader le terroriste Mourad Dhina

La cour d'appel de Paris a rejeté la demande des autorités algériennes d’extrader l’activiste islamiste Mourad Dhina, poursuivi par la justice algérienne pour appartenance à un groupe terroriste basé en Suisse. Détenu à Paris depuis le 16 janvier suite à un mandat d’arrêt international émis par la justice algérienne et d’une notice rouge d’Interpol, Mourad Dhina devrait ainsi être remis en liberté aujourd’hui même et quitter la maison d’arrêt de la Santé où il a été écroué. Membre fondateur du Front islamique pour le djihad armé (Fida), cofondateur du mouvement intégriste Rachad et directeur exécutif de l'ONG Al-Karama de Genève, il a fui l’Algérie où il était impliqué dans l’assassinat de plusieurs journalistes, intellectuels et militants politiques. Il vit en Suisse depuis près de 20 ans. La demande de son extradition formulée par la justice algérienne est conforme à la Convention algéro-française de 1964 et des dispositions du Code de procédure pénale. Son extradition était attendue par des milliers d’Algériens qui souhaitent que ce terroriste réponde des crimes commis sous sa responsabilité. Une pétition a d’ailleurs été lancée pour qu’il soit extradé et jugé. Cette pétition a été signée par des journalistes, des responsables de journaux, des membres de la société civile et du mouvement associatif, des militants pour la démocratie, des médecins et autres victimes du terrorisme islamiste. Ses rédacteurs ont rappelé la «nature» de ce «mercenaire chargé de salir l’image de marque de son pays». Ils ont affirmé qu’il «est un élément de déstabilisation des pays arabes et musulmans, sous couvert de la défense des droits humains». Ils ont précisé, également, qu’il aurait pu bénéficier des mesures de clémence légales décidées par les autorités algériennes, s’il n’avait pas du sang de centaines de victimes sur les mains, sans oublier les cargaisons d’armes et de munitions qu’il a fait parvenir au groupe terroriste sanguinaire GIA. Ces Algériens et beaucoup d'autres doivent encore attendre pour voir ce terroriste répondre de ses actes devant un tribunal.
Sonia B.
 

Comment (5)

    Mansour
    5 juillet 2012 - 9 h 07 min

    Ce n’est pas l’avis « du
    Ce n’est pas l’avis « du Quotidien d’Algérie » journal électronique qui jubile à l’annonce de la libération de ce véritable terroriste qui les mains pleines du sang de tous les suppliciés de l’intégrisme religieux.Ce journal dirigé par des « défenseurs des droits de l’homme » fait en réalité l’apologie du terrorisme islamiste espérant récolter quelques dividendes pour sa collaboration avec l’hydre islamiste.




    0



    0
    Hatem Baji
    5 juillet 2012 - 9 h 07 min

    Voilà une excellente
    Voilà une excellente nouvelle.




    0



    0
    aures
    4 juillet 2012 - 23 h 34 min

    D’Algérie devrait ouvrir les
    D’Algérie devrait ouvrir les portes de l’asile a tous les criminels de sang en fuite de la justice Française.




    0



    0
    Anonyme
    4 juillet 2012 - 21 h 04 min

    et France 24 ose l’appeler
    et France 24 ose l’appeler opposant.




    0



    0
    Jamal
    4 juillet 2012 - 21 h 04 min

    La justice Française est
    La justice Française est aussi mouillée dans les affaires du terrorisme en Algérie durant la décennie quatre vingt dix. La DST n’avait elle pas manipulée Kelkal et la DGSE manpulait Merah tous cela pour le compte d’Israël. Les extra des services Français assistent le Mossad en France. Chose connue




    0



    0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.