Le général Omar Souleimane mort dans des conditions obscures

Omar Souleimane, le chef des renseignements égyptiens sous le régime de Hosni Moubarak, est mort aux Etats-Unis lors d'examens médicaux, a-t-on appris jeudi.

Omar Souleimane, le chef des renseignements égyptiens sous le régime de Hosni Moubarak, est mort aux Etats-Unis lors d'examens médicaux, a-t-on appris jeudi.
«Il était en bonne santé. Son décès est survenu brutalement alors qu'il passait des examens médicaux à Cleveland», a précisé un de ses assistants, Hussein Kamal, sans fournir les causes du décès. L’ancien homme fort des services secrets égyptiens et homme de main de Hosni Moubarak s'était porté candidat cette année à la première élection présidentielle de l'après-Moubarak, mais en avait été écarté, la commission électorale expliquant qu'il n'avait pas réuni suffisamment de signatures de parrainage.
Souleimane avait pris la tête des services du renseignement général (EGIS) en 1993 et joué un rôle diplomatique de premier plan dans les relations de l'Egypte avec Israël, l'Autorité palestinienne et le Hamas, et les Etats-Unis. Agé de 76 ans, Omar Soleiman est diplômé en sciences politiques de l’université du Caire. Les Forces armées égyptiennes ont présenté leurs condoléances et annoncé qu’elles lui préparaient des funérailles militaires «dignes de son rang». Dans la rue, comme sur la Toile, la nouvelle n’a pas manqué de soulever de vifs commentaires et des rumeurs qui le donnent comme victime d’une conspiration, au vu de la conjoncture politique marquée par la montée des islamistes au pouvoir et d’une lutte larvée entre le Conseil des forces armées et le nouveau président de la République ; mais aussi eu égard à tous les dossiers «sensibles» dont l’homme était chargé, ceux relatifs notamment aux relations controversées de l’Egypte avec Israël et les Etats-Unis.
De notre envoyé spécial au Caire, Haythem B.

Comment (4)

    Ezzine
    20 juillet 2012 - 13 h 42 min

    Omar Souleymane, chef des
    Omar Souleymane, chef des renseignements égyptiens sous le régime de Hosni Moubarak, sa mort suspecte configure la résultat-type de celui qui trahi son pays pour quelques dollars de plus.
    Que les traitres qui continuent de vendre leur pays au profit de la CIA ou du Mossad ou une quelconque officine de renseignements sachent que leur sort ne peut être différent de celui qui fût un jour « quelqu’un » aux yeux du monde et dans la réalité un renégat.
    Le sort des apostats est toujours le même. S’ils ne sont pas achevés ou tailladés par la résistance, leurs maitres finissent par se débarrasser de leur présence devenue gênante comme on se débarrasse d’une saleté. C’est le cas de feu Omar Souleymane.




    0



    0
    toto
    20 juillet 2012 - 0 h 02 min

    Un agent de la CIA!!! comme
    Un agent de la CIA!!! comme leur « maréchal » tantaoui!!! pauvre égypte!!!!




    0



    0
    Antar
    19 juillet 2012 - 12 h 45 min

    Omar avait collaboré avec la
    Omar avait collaboré avec la CIA et le Mossad, il avait fourni des renseignements capitales sur Ghaza et le Hamas. Il était sous une enquête secrète depuis un mois. Sa mort si elle se révélait suspecte, c’est mois le Mossad qui est derrière.




    0



    0
    Anonyme
    19 juillet 2012 - 12 h 04 min

    il meurt avec ses secrets: la
    il meurt avec ses secrets: la dure réalité d’un homme fort qui a vue une révolution faire la nouvelle histoire de l’Égypte contemporaine .




    0



    0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.