Pires qu’Hitler

Voilà qui nous rassure. Non que nous prêtions attention à toutes ces menaces ridicules qui nous parviennent de résidus d’un parti intégriste qui tente par tous les moyens de montrer qu’il existe encore – virtuellement en tout cas –, mais parce que cette logique atavique de l’intimidation prouve que ceux qui ont barré la route par la force à ces terroristes ont eu pleinement raison. Ce mélange d’insanités, de sermons creux et de niaiseries proférés surtout à partir de capitales occidentales, sont l’œuvre d’islamistes choyés par tous ces pays en apparence «démocratiques» où ils ont trouvé un refuge confortable, récolté l’argent pour le GIA et applaudi les crimes abominables commis contre les Algériens pour avoir refusé d’adhérer à leur projet maléfique. Tout cela sous la protection de gouvernements européens lâches, qui ont eu peur que leurs hôtes encombrants dévoilent le deal infâme en faisant couler le sang sur leur propre sol. Dupes ou complices, ces gouvernements qui continuent d’offrir leur hospitalité à ces criminels travestis en citoyens modèles vont jusqu’à mentir à leurs peuples en feignant défendre les droits de l’Homme bafoués dans leurs pays d’origine. Alors, ils leur tendent une oreille attentive et se bouchent l’autre pour ne pas entendre la vérité qui, si elle avait été saisie dès le début des années 1990, aurait épargné à des milliers de citoyens innocents les terribles attentats de Paris, de New York, de Madrid et de Londres. C’est d’Allemagne que nous est venue la dernière «menace». D’Allemagne, c’est-à-dire de ce pays qui a longtemps logé, nourri et blanchi la progéniture d’Abassi Madani ainsi qu’un certain Rabah Kébir, et qui, aujourd’hui, réserve à d’honnêtes cadres algériens un accueil honteux dans ses aéroports-prisons. «We are more than Hitler» (nous sommes pires qu’Hitler), lit-on dans un de ces commentaires stupides rédigé par un nostalgique du fascisme que ses compères rêvaient un jour d’imposer à l’Algérie sous le couvert de l’islam. Ils ont échoué, alors ils braillent. Mais de loin. Toujours de loin.
M. Aït Amara

Comment (3)

    Anonymous
    22 août 2012 - 18 h 15 min

    « …mais parce que cette
    « …mais parce que cette logique atavique de l’intimidation prouve que ceux qui ont barré la route par la force à ces terroristes ont eu pleinement raison. »

    Eh bien y a des gens qui disent autre chose, par example après l’ancien chef du gouvernement, Sid Ahmed Ghozali, à son tour, l’ancien ministre des finances, en 1991 et 1992, M. Ali Benouari, reconnait dans un entretien accordé à une télévision suisse, que l’arrêt du processus électoral, en janvier 1992, a été « une erreur tragique ». L’ancien ministre des finances, explique que « l’arrêt du processus électoral, avait trois arguments essentiels : éviter une guerre civile, éviter l’étouffement des libertés et éviter la régression économique et sociale. » Or, dit-il, après coup, « nous avons eu les trois ».

    Regardez la vidéo de ce monsieur qui est sans doute agent du GIA: http://www.youtube.com/watch?v=T-nk8CcePDw

    We are Anonymous. We are Legion.
    We do not forgive. We do not forget.
    Expect us.




    0



    0
    Anonyme
    20 août 2012 - 23 h 35 min

    Monsieur Aït Amara,
    mercie

    Monsieur Aït Amara,

    mercie pour la publication. C est un debut. Mais on va voir, si vous etes vraiement sincere. Nous ne sommes pas GIA ou FIS,. C est des pauvre gens, qui on fait ce qu il pouvaient.

    On est plus fort. On est plus determines. On est ANONYMOUS.

    On est pas des bon a rien. On ne souffre pas de desinformation. On a eu la meilleur education. Pas grace a l etat algeRIEN, mais grace a notre haine, qui nous a fait partir et faire face au pire.

    Notre priorite n est pas de vous nuire, Nous voulons faire le menage, et on le fera. Vos intergristes de 2 cents, vous pouvez les garder pour vos memoires…On a rien a foutre…On est entrain de faire la passation de consigne entre generations….Pour ca on cherche le dialogue pour connaitre le prix.

    On accepte que notre pays, n avait pas le choix, il n avait que ces gens que les inferieurs ont eduques.

    Oui oui, pleins de fautes, mais bon…nous haissons le francais 🙂
    Langue des inferieurs et de tout ce que ne avons heriter de mal d un peuple a l origine inferieur au notre.




    0



    0
    Anonyme
    20 août 2012 - 10 h 00 min

    Monsieur Aït Amara,
    je

    Monsieur Aït Amara,

    je regrettes que vous pensez que je suis un integriste!

    Au contraire, moi j ais quiter le pays a cause des integristes et pas le contraire.

    Je suis contre les integristes mais pas a n importe quel prix. Je ne suis pas comme Nezzar qui disait dans son interview « Pour avoir le pouvoir, tous les moyens son bon ».

    Il fallait ou bien stoper le processus electoral sans faire intervenir l armee contre le peuple. Ou laisser les integristes gagner sans mettre l armee a leur service pandant leur premier mandant.

    De cette facon, le peuple aurait fait l experience sans payer le prix de plus de 250 000 algerien mort.

    Et c est pas moi qui vous menace, moi j ais rien a foutre de votre vie, mais le jeunes que vous etes entrain d elever, c est eux qui seront pire que Hitler envers vous.

    Et si vous etes vraiement sinceres comme vous voulez nous faire croire, alors publier les commentaires de tous le monde et pariciper a une discussion ouverte.

    Mais si vous continuez a propager vos ideee, et que VOS IDEES, alors ne soyez pas surpris que vous recevez des insultes.




    0



    0

Les commentaires sont fermés.