La Belgique rattrappée par son laxisme à l’égard des islamistes radicaux

La dizaine – à peine – d'écoles «où l'on enseigne la langue arabe et une version radicale de la religion islamique», selon les termes utilisés par les médias, fait peur à la Belgique. La ministre de la Justice, Annemie Turtelboom, découvre dans ces écoles financées par l’Arabie Saoudite le début d’une démarche qui vise à «recruter des étudiants pour les universités de ce pays afin qu'ils y poursuivent leur enseignement religieux. L'objectif est qu'ils puissent à leur tour enseigner et diffuser le wahhabisme». La propagande wahhabite préoccupe les autorités belges. Pour la Sûreté de l'Etat – service de renseignement belge -, ces écoles sont un danger. Les médias qui ont traité de ce fait ont rappelé que, depuis quelque temps, les islamistes radicaux intensifient leurs activités en Belgique. Début juin, dans la commune de Molenbeek-Saint-Jean, à Bruxelles, ils ont réagi à l'interpellation d'une jeune femme portant un niqab et provoqué des troubles. Quelques jours après, un Français musulman de 53 ans a blessé deux policiers à l’aide d’un couteau dans le métro de Bruxelles. Il a avoué être spécialement venu de Paris pour «attaquer la police et se venger du gouvernement belge qui a interdit le port de la burqa». La Belgique veut emboîter le pas à la Grande-Bretagne et à l’Allemagne qui ont interdit des mouvements islamistes radicaux sur leur territoire. Le chef de la Sûreté de l'Etat, Alain Winants, a proposé d’en faire de même en Belgique. Sur les 600 000 musulmans résidant en Belgique, on compte un millier de salafistes, estime le chef de la Sûreté. L’activisme wahhabite et islamiste appuyé par l’Arabie Saoudite et les pays du Golfe constitue le principal obstacle à la tentative de faire émerger des doctrines islamiques européennes qui faciliteraient l’intégration des musulmans dans les sociétés européennes. Le facteur démographique est favorable aux musulmans aussi bien en France qu’en Allemagne ou en Europe d'une manière générale.
Ramdane O.

Commentaires

    Anonymous
    22 août 2012 - 22 h 46 min

    On allemand on dit: Wer
    On allemand on dit: Wer nichts weiß, muss alles glauben!
    Traduction: ce lui qui ne sait rien, doit tout croire!

    Pour combatre le wahhabisme, islamisation, christianisme, Scientology, et toute les autres sectes vielles ou modernes, il faut instruire sans relache et a la racine, donc a la famille.

    Le mal de la croyance, est le Confort quelle fournit aux croyants, en lui simplifiant l existance mais en meme temp en l eloignant de la vie terrestre. Elle fait de lui un STAR sur lequel les projecteurs sont braques, avec un comptable qui compte les points pour les lui restituer plus tard en or et plaisirs dans le paradie des imbeciles.

    We are Anonymous. We are Legion. We do not forgive. We do not forget. Expect us.




    0



    0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.