Sellek rassek yabba ! (*)

Ça y est, ils n’en peuvent plus. Ils sont au bout du rouleau. L’ulcère perfore l’estomac, la glycémie enregistre des pics, la tension artérielle monte. Eux, ce sont les ministres, les secrétaires généraux, les chefs de cabinet, les walis, les directeurs généraux d’institutions publiques… qui attendent depuis des mois et des mois, en se mordant les lèvres, que le Président daigne enfin changer ce satané gouvernement qui continue de vivoter bien qu’amputé de neufs membres. Il y a les ministres qui souhaitent quitter l’exécutif et se retrouver dans une capitale étrangère à la tête d’une mission diplomatique loin du tumulte d’Alger. Il y a les cadres supérieurs de l’Etat qui rêvent d’occuper le fauteuil du chef et qui savent qu'ils ne seront ni meilleurs ni pires que lui. Il y a les walis qui aspirent à prendre la place des chefs de cabinet qui seraient promus ministres. Il y a les chefs de daïra et autres secrétaires généraux de wilaya qui trépident d’impatience que le wali parte pour céder la place au suivant. Puis, il y a le citoyen qui attend que tout ce beau monde, cette «élite», s’entende sur les postes à pourvoir pour qu’un semblant de vie normale reprenne cahin-caha, en attendant d’autres remaniements, d’autres auto-élections. On est loin des premiers espoirs suscités par l’avènement de Bouteflika au pouvoir, après des années d’instabilité politique et d’insécurité. Les Algériens avaient saisi au vol le fameux slogan ressassé par le candidat providentiel durant tous ses meetings populaires : «Erfaâ rassek yabba !» (Sois digne !). Différemment interprété, le cri de l’ancien ministre des Affaires étrangères sous Boumediene résonnait presque comme le célèbre hagrouna de Ben Bella en 1963. Ils y virent un appel au soulèvement collectif, dans une sorte de communion avec le futur président, contre tous les maux hérités de près de quarante ans de dérive. Ils croyaient en un président qui allait enfin moraliser la vie politique, s’attaquer à la corruption, mettre un terme à l’injustice, rétablir l’équité entre les citoyens, corriger les erreurs du passé, abolir le régionalisme et le népotisme. Il n’en fut rien. Près de quinze ans plus tard, le pays est revenu à la case de départ, chacun, l’égoïsme aidant, voulant sauver sa peau. «Sellek rassek yabba !», semblent, aujourd’hui, rétorquer en chœur tous ces éphémères que la providence a momentanément admis au sérail.
M. Aït Amara
(*) Après moi le déluge.

 

Comment (7)

    Anonyme
    29 août 2012 - 20 h 44 min

    Bien dit !! sellak rassak
    Bien dit !! sellak rassak yabba !! sauve-qui-peut !! et c’est ce que font les pauvres algériens qui se hasardent sur des flots en furie. Dans les années 80, c’était des « hittistes », ils attendaient une lueur d’espoir pour se relever, mais malheureusement ils sont devenus « harraga » malgré eux, parce que l’espoir a été assassiné. Que faire alors? Aller à sa recherches outre-mer.




    0



    0
    Anonymekelam
    26 août 2012 - 13 h 06 min

    dommage ,je croyais qu’on
    dommage ,je croyais qu’on allait compter les réussites dasn tut les domaines , mais que voilà nous comptons les échecs de l’absurde.
    le régionalisme est une maladie de la voyance :chaque président mérite le respect :car il ne faut pas oublier que ce qui l’avait amener au pouvoir ,aujourd’hui parle et crie au régionalisme , comme c’est pourrie par l’argent: on voie venir un vent qui ne les arrange pas alors du secours et salir la république simplement l’avenir doit revenir a construire une ALGERIE forte et bien debout .




    0



    0
    raselkhit
    25 août 2012 - 14 h 54 min

    Celà fait trés bien de
    Celà fait trés bien de carresser dans le sens du poil le peuple et d’être d’accord avec les masses populaire La pensée unique « Ils disent que ..il parait …tout le monde le dit donc c’est vrai..
    Osons dire à ce peuple que c’est un peuple de fénéant de j’menfoutiste de bras cassés ce peuple qui prétend être musulman est le peuple le plus éloigné de cette si magnifique religion .Que à travers le monde entiers tout le monde va travailler nous nous allons au travail.Notre compétitivité est la plus basse au monde Il doit bien y avoir des raisons ou bien c’est toujours la faute du président ???.Nous avons battu tous les reccords quand au nombre des morts sur la route mais pour tout le monde c’est Mektoub mais quand ils sont touchés personnellement c’est la faute de ces gens qui ne savent pas conduire et qui ont obtenu leur permis par « Connaissance »Alors qu’une toute petite étude démontrerait que 95% des permis en circulations en Algérie sont de véritables faux et tout le monde devrait repasser son permis mais examen controlé par des éxaminateurs japonais.
    Il est grand temps de dire à ce peuple ses quatres véritésde se réveiller d’essayer de se prendre en charge d’arrêter de faire porter par les autres nos bêtises nos erreurs et toutes nos tares




    0



    0
    Bezbouza
    25 août 2012 - 9 h 08 min

    Que dire M.Aït Amara ! Vous
    Que dire M.Aït Amara ! Vous représentez merveilleusement bien la voix du peuple, seulement quoi qu’on dise et quoi qu’on fasse, personne n’écoute et l’Algérie va de mal en pis.




    0



    0
    ewing
    24 août 2012 - 15 h 18 min

    Que fakhamatou le veuille ou
    Que fakhamatou le veuille ou non le spectacle est terminé.Le temps est depuis peu sur les hauteurs du pouvoir au « sauve qui peut »!quel gâchis!




    0



    0
    Anonyme
    24 août 2012 - 12 h 35 min

    Que c’est bien dit! Osez,
    Que c’est bien dit! Osez, osez M. Ait Amara, il est temps de « gerber » un bon coup car nous avons marres d’être méprisés de la sorte.




    0



    0
    Anonymous
    24 août 2012 - 11 h 28 min

    Cher Mr. M. Aït Amara,
    je

    Cher Mr. M. Aït Amara,

    je surpris de votre Article. Si vous continuez d ecrire ce type d Article je ne pourer plus vous critiquer. C est pour vous dire que je suis pour une fois de votre avis.

    Mais si vous voulez regler le Problem du regionalisme, il faudra non seulement changer tous les responsables, il faut changer le régime politique d abord. Le regionalisme n existe pas que on Algerie. Les Allemands sont beaucoup plus regionalistes quand on les connais bien.

    L histoire des allemands montre clairement que c est un peuple qui a tres bien fonctionne sous un regime totalitaire connue sous le nom de nazi. Apres la guere et la division du pays et du peuple en deux, on a installe un regime socialiste présidentiel et de l autre cote un regime régime parlementaire Démocraties libérales.

    Anonymous

    Donc quand on es regionaliste de nature, on fonctionne bien sous un regime totalitaire ou bien parlementaire. Et c est ca qu il faut changer en Algerie.




    0



    0

Les commentaires sont fermés.