Un philosophe français prédit l’éclatement du Conseil de sécurité

Pierre Dortiguier, philosophe français et spécialiste des questions internationales, a estimé que le sommet des Non-alignés, tenu à Téhéran, a été l'occasion de faire émerger la nécessité de transformer la direction des affaires internationales. Il a suggéré que les efforts des Non-alignés lors de ce sommet doivent être mis en parallèle avec l'éclatement du Conseil de sécurité sur l'affaire syrienne. Interviewé par une radio francophone iranienne, le spécialiste a considéré que cette rencontre a permis à l'Iran de partager ses propositions avec l'ensemble des participants. Les questions soulevées sur la réforme monétaire, la Palestine, l'énergie nucléaire, et bien d'autres, par le président Mahmoud Ahmadinejad, et l'attention dont il a fait preuve, vont, selon Pierre Dortiguier, au-delà même du succès ou de l’échec de la politique. «C’est une éminence même de la politique iranienne qui a été ainsi manifestée», a-t-il qualifié, en affirmant que tout ce qui a été dit sur la nécessité de modifier cette dominance du monde, qui se manifeste aujourd’hui, selon lui, par l'éclatement du Conseil de sécurité, notamment sur l'affaire syrienne, «fera date». Soulignant l'importance d'un tel sommet qui a pu avoir lieu en présence du secrétaire général des Nations unies, Dortiguier a indiqué que cette conférence a démontré l'évolution de la politique. «Cette politique se fait sur un terrain réel. Elle ne se fait plus dans les comités qui sont en réalité, et je reprends l’affaire syrienne, des officines de complot, des officines de subversion. C'est une politique à visage ouvert qui s’est manifestée à Téhéran, et ceci représente un encouragement de tous les participants», a-t-il expliqué. A une question de savoir si le MNA sortira plus puissant sous la présidence de l'Iran, l'expert souligne que l'Iran, en indiquant l'essentiel, sait «maintenir» le cadre. «Les interventions du président, du guide ou celles des ministres, n'indiquent en aucun cas une polémique, mais plutôt des indications d’objectifs élevés», a-t-il dit, tout en soulignant que le MNA n’a pas à définir son existence : «Chaque pays a sa politique et ses intérêts», seulement, a-t-il ajouté, les pays non alignés n'ont pas besoin d'un cadre fixe mais seulement d'une confiance mutuelle. «L'Iran ayant été l'objet depuis 30 ans de persécutions inimaginables est capable de faire tous les sacrifices pour pouvoir maintenir la cohésion et la nécessité de la réunion de l'ensemble», a-t-il assuré.
D'après lui, l'espoir est désormais possible pour l'éclatement du droit de veto au Conseil de sécurité et les droits des peuples ne feront plus l'objet d'une simple réclamation, ils deviendront un «moteur de cette histoire». Ce sommet, a-t-il poursuivi, n'a pas été seulement une sorte d'addition de thèses, il a été l'occasion de faire émerger justement cette nécessité de transformer la direction des affaires internationales. «Il faut que cette direction ait un objectif qui est le bien commun du peuple et non seulement la préservation, de ce qu'on appelle la stabilité, le statu quo. Ceci est dépassé !» Il conclut : «C'est une sorte de morale républicaine qui se dégage de là. Il y a une chose publique qui est devenue l'affaire de tous les peuples qui ont été réunis à Téhéran.»
Mohamed El-Ghazi
 

Commentaires

    Abdelkader
    2 septembre 2012 - 14 h 59 min

    les analyses du Professeur
    les analyses du Professeur Pierre Dortiguier sont des plus pertinentes…Les Etats Unis ont crée beaucoup d’inégalités et d’injustices à travers le monde…Ce déséquilibre des forces instaurée par l’hégémonie américaine, pourrait engendrer des conséquences fatales pour le maintien de la paix dans le monde qui sera accentuée par la persistance de la crise financière qui basculera, à coups sur, sur une crise économique mondiale de grande ampleur




    0



    0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.