Les moustiques de la SNVI ont dû proliférer dans les pneus

«Les moustiques se sont adaptés à l’environnement industriel et se reproduisent dans des pneus usagés», expliquent des scientifiques. Or, lorsqu’on sait que les 500 cas de blessures par piqûre de moustiques se sont produits à l’usine de la Société nationale des véhicules industriels, ces insectes qui ont semé la terreur à l’est d’Alger pouvaient se trouver à l’intérieur de pneus entreposés qui auraient été gorgés d’eau lors des dernières pluies diluviennes qui se sont abattues sur le pays récemment. Un responsable de la Direction de la santé a précisé à Algeriepatriotique que le moustique est d'origine algérienne, qu'il a muté et qu'il s'est développé dans des eaux stagnantes mélangées à des eaux usées à l'intérieur du complexe de la SNVI. Quant aux victimes, elles ne courent aucun danger, rassure-t-on. Cet insecte buveur de sang qui appartient à la famille des diptères culicidés est prolifique. Un œuf peut donner un adulte en cinq jours seulement et ses œufs sont très nombreux. Les experts dépêchés par le ministère de la Santé devraient sans doute explorer cette piste. Des entomologistes estiment le nombre d’espèces de moustiques en Algérie à quelque 90, dont certaines peuvent être dangereuses. De leur côté, des biologistes indiquent que cet insecte «est le vecteur de maladies le plus efficace de tout le règne animal». Parmi les nombreux agents pathogènes qu’un moustique peut véhiculer, rappellent ces scientifiques, le pire est le paludisme qui tue chaque année plus d’un million de personnes, dont les deux tiers se trouvent en Afrique sub-saharienne, pour la plupart des enfants de moins de 5 ans. «Quand le moustique se pose pour se nourrir, expliquent-ils, les arêtes tranchantes glissent l’une contre l’autre, comme celles d’un couteau électrique à découper, et fendent la peau. Pendant qu’il cherche un petit vaisseau sanguin pour l’entailler, son tube salivaire injecte un anticoagulant dans l’étroit tube aspirateur pour éviter qu’il ne se bouche. Les protéines de sa salive provoquent une réaction de notre système immunitaire : une enflure et une démangeaison. Tous les organismes pathogènes qu’il transporte traversent ses glandes salivaires.» Dans le monde, 2 600 espèces de moustiques ont été recensées. Les premiers sont apparus il y a plus de 200 millions d’années.
Sarah L.
 

Commentaires

    Amazigh
    16 septembre 2012 - 8 h 03 min

    Vous nous prenez pour des
    Vous nous prenez pour des cons.
    Exploiter la piste des oueds a ciel ouvert qui se trouvent a Rouiba.Faites un saut au lieu dit Ancien El Merdja.Vous allez voir l’impensable.
    Le prochain Maire est celui qui integrera dans son programme le probleme d’eaux usees. Ces oueds doivent disparaitre pour le bien de tout le monde.Qu’a fait M.le maire du FFS pendant 5 ans et bien rien du tout de la tchatche .Attention de voter encore sur lui.




    0



    0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.