Brahimi n’est pas Annan

Qui se souvient encore du fameux rapport du chef de la Mission des observateurs de la Ligue arabe qui s’étaient rendus en Syrie du 24 décembre 2011 au 18 janvier 2012 ? Ce document avait été pratiquement mis sous l’éteignoir par les médias occidentaux et, depuis, tout le monde l’a oublié. Et pour cause ! Il rendait compte de ce que les observateurs avaient vu et cette restitution de la réalité des faits ne plaisait pas à ceux qui ont décidé de «changer le régime de Damas». Il y a eu, ensuite, Kofi Annan, qui a abandonné sa mission de médiation face aux obstacles dressés par les pays occidentaux et leurs alliés dans la région. Maintenant, c’est au tour de son successeur, Lakhdar Brahimi, de se trouver confronté à la même tentative de sabotage de sa mission de paix. Le «Conseil national syrien», regroupement d’opposants installés à l’étranger et à la solde des Occidentaux, a vite compris que l’ancien chef de la diplomatie algérienne ne se prêterait pas au jeu de la manipulation médiatique. L’objectif de Lakhdar Brahimi est la recherche d’une voie pour aider la Syrie à sortir de cette épreuve dramatique. Pour cela, il n’a besoin de la tutelle de personne, encore moins du Premier ministre qatari, Hamad Bin Jassem. Il le lui a fait savoir dernièrement à l’occasion d’une rencontre au Caire. Il a d’abord refusé l’invitation que Hamad Bin Jassem lui a lancée de venir discuter dans sa suite de l’hôtel Four Seasons. «S’il veut me voir, il n’a qu’à venir à mon hôtel», a sèchement répondu Lakhdar Brahimi. Le diplomate algérien a ensuite opposé un «non» catégorique aux exigences du Premier ministre qatari qui voulait lui dicter sa démarche. Pas surprenant que les prédictions d’échec de la mission de Lakhdar Brahimi viennent de la prétendue «opposition» qui, grâce à l’aide financière et aux armes qui lui viennent de l’étranger (notamment du Qatar), empêche toute progression vers une solution pacifique à la crise syrienne.
Lazhar Houari
 

Comment (5)

    AnonymeKELAM
    18 septembre 2012 - 13 h 39 min

    la démarche diplomatique de
    la démarche diplomatique de notre BRAHIMI est spécifique au caractère de la diplomatie Algérienne , donc cet héritage lui donne la réplique au premier ministre du qatar: et le remettre a sa place : la solution est internationale car beaucoup de loup et de vipère tourne autour du peuple Syrien pour mettre ce pays a genoux .
    je souhaite bonne chance a monsieur BRAHIMI pour réussir. et l’ALGERIE aurait gagnée une médaille d’OR inchalah.




    0



    0
    raselkhit
    18 septembre 2012 - 9 h 39 min

    Lakhdar Brahimi a trés vite
    Lakhdar Brahimi a trés vite compris que le conflit n’était nullement Syien mais c’est l’affrontement que les occidentaux préparent depuis trés longtemps L’égémonie unila&téraliste des pays Europe /USA contre les pays émergents IL se trouve que le terain le plus propice c’est le moyen Orient et surtoyut pour l’occident l’xcuse c’est la soi disante défense d’Israel.




    0



    0
    Maysar
    17 septembre 2012 - 20 h 29 min

    Le problème est que ce
    Le problème est que ce conflit ne peut se terminer que par l’élimination du pouvoir actuel en Syrie,car il est impossible qu’il résiste à la pression des pays du golf aidés par les pays occidentaux !Cela prendra peut être du temps,mais la fin ne peut être que celle là !Et Bachar El assad a vraiment raté l’occasion d’épargner la catastrophe dans son pays ,car il aurait pu pendant qu’il était encore temps ‘organiser une transition pacifique ,mais cela n’est pas dans sa culture politique!




    0



    0
    Lemajd
    17 septembre 2012 - 20 h 23 min

    J’ai vraiment peur pour
    J’ai vraiment peur pour M.Brahimi,s’il s’oppose encore aux invitations des nouveaux maitres des arabes,il risque de se voir un jour refusé d’entrer en algerie car les nouveaux maitres auront décidé ainsi (fiction ou réalité).Je salue sincerement sa mission car il lui faut beaucoup de courage meme s’il est gracieusement payé.




    0



    0
    Anonyme
    17 septembre 2012 - 13 h 27 min

    Nous l’espérons pour le bien
    Nous l’espérons pour le bien des Syriens et de la Syrie.Et a bas ce Kattar (Quatar) Eddam.




    0



    0

Les commentaires sont fermés.