Affaire du radar en panne : des experts nous écrivent

Le radar régulant la circulation aérienne au niveau de l’aéroport international d’Alger est toujours en panne. Cela dure depuis le 31 août et inquiète de plus en plus le personnel de la navigation aérienne qui utilise des moyens rudimentaires (visuel et radio) pour aider à l’exécution sûre, rapide et efficace des vols. Une mission complexe et difficile qui doit garantir un maximum de sécurité pour les avions. Les promesses données par les responsables en charge du transport aérien de le remettre en marche ne semblent pas avoir été tenues, puisque des aiguilleurs du ciel affirment continuer à travailler à «l’aveuglette». Les conditions de sécurité ne sont pas, de ce fait, totalement garanties. La panne semble ainsi plus grave qu’on le pensait. Des travailleurs de l’Entreprise nationale de la navigation aérienne (Enna) dénoncent cette situation qui est due, selon eux, au non-respect du protocole et des normes d’utilisation des systèmes de surveillance satellitaires, établis par l’Organisation de l’aviation civile internationale (OACI). Selon cette organisation, les systèmes de surveillance ATS utilisés dans les services de la circulation aérienne offrent un haut degré de fiabilité, de disponibilité et d’intégrité. La possibilité d’une panne générale ou de dégradations graves du système susceptibles d’entraîner une interruption totale ou partielle du service est infime. Des installations de secours sont prévues. Comment donc ce radar a-t-il pu être endommagé si facilement et rester des semaines en panne sans qu’il soit réparé et sans que l’on prévoit des installations de secours ? Des aiguilleurs du ciel expriment leur étonnement devant une telle situation. «Comment la foudre a pu l’atteindre alors qu’il y a des parafoudres ultramodernes qui garantissent une protection presque absolue ?» se demandent-ils. Certains saisissent cette opportunité pour critiquer la gestion de l’Enna. «Le contrôleur utilise le radar pour à la fois fournir aux aéronefs des informations relatives à leur position et aux écarts par rapport à leur route, utiliser le radar pour mieux connaître la position des aéronefs et donner des caps aux aéronefs afin de leur faire suivre une trajectoire spécifiée», explique à Algeriepatriotique un aiguilleur du ciel, attristé par cette situation qui met à mal le trafic aérien. Le ministre des Transports est ainsi fortement interpellé pour prendre les décisions appropriées afin de remédier rapidement à cette situation qui, si elle dure, risquerait de provoquer une catastrophe.
Sonia B.
 

Comment (9)

    Anonyme
    5 juillet 2013 - 6 h 50 min

    c’est normal draham echaabna
    c’est normal draham echaabna !!!




    0



    0
    Anonyme
    1 juillet 2013 - 7 h 14 min

    suite a la lecture de cette
    suite a la lecture de cette article, je ne sait pas comment des avions survollent l’algerie encore avec un radar a l’abondant ???
    est ce que le transport maritime est mieux en algerie ???




    0



    0
    Anonyme
    12 mai 2013 - 21 h 31 min

    un chef de service energie
    un chef de service energie qui se permet d’acheter un post a souder un pistolet a pinture et meme une tronconeuse et ces element n’on meme pas de multimetre pour meusurer la tension




    0



    0
    Anonyme
    5 octobre 2012 - 14 h 17 min

    il faut une révision generale
    il faut une révision generale et rapide ya si sellal (pm) .




    0



    0
    Anonyme
    22 septembre 2012 - 12 h 16 min

    J’aurai aimé que la
    J’aurai aimé que la journaliste entre en contact avec le Syndicat National du Personnel de la Circulation Aérienne (SNPCA) vu que les contrôleurs aériens sont les premiers concerné par cette panne.
    Je vois que certains s’en donnent à coeur joie dans cette tribune pour laver le linge sale de l’ENNA.




    0



    0
    Anonyme
    21 septembre 2012 - 8 h 54 min

    ça peut arriver même au
    ça peut arriver même au CANADA

    la différence est que le problème été résolue en 5h, et non en 22 jour non encore résolue
    en plus l évènement été médiatisé,
    chez nous le NOTAM été diffuse 15h après ( ya Si Lakhdar tu voulais caché l information????)

    ( voici le lien http://tvanouvelles.ca/lcn/infos/regional/quebec/archives/2012/07/20120704-164926.html)




    0



    0
    Anrornyme
    20 septembre 2012 - 9 h 08 min

    Monsieur Sellal
    en

    Monsieur Sellal
    en 2003accompagné de MR le PRESIDENT DE LA REPUBLIQUE.vous avez inauguré le complexe de la navigation aerienne d’Alger,tout le monde était content ,le president a donné instruction pour faire l’étude pour la realisation d’un deuxième centre au sud de l’Algerie;chose faite etude réalisée par les americains(don),cahier des charges établi…consultations …..à eux reprises le contrat allé etre signé…..aujord’hui on fait marche arriere…on est entrain de refaire le cahier des prescriptions techniques sous la présidence de Mr leDG de l’ENNA ET CELA DURE depuis plus de SIX MOIS…..
    CE FAMEUX COMPLEXE ,à l’epoque visité par tout le monde(ministres;embassades;personnalités militaires.experts oaci…);aujord’hui,à l’abondan (pupitres cassées.infiltration d’eau de pluie;positions de control à l’arret…..).
    le projet construction de 5tours de control ;;;;a petit pas……on ne crait que des comissions pour faire nager les poissons….
    sans parler de la gestion quotidienne……
    Sauvez nous Monsieur ,L’ENNA s’ecroule….faite vite….venez verifier……tout est verifiable…
    vive l’ALGERIE




    0



    0
    enna horra
    19 septembre 2012 - 13 h 49 min

    Une bande d’incompétents qui
    Une bande d’incompétents qui entourent un DG imbus de sa personne et qui se dit major de promo :
    Un Directeur de l’audit qui se préoccupe plus de l’avenir de son fils que celui de l’ENNA : En septembre 2011 il envoi son fils faire des études d’ingénieurs à Toulouse après une selection qui a écarté tous les citoyens algériens simples mais brillants qui pouvaient honorer l’Algérie dans cette école prestigieuse. Au bout d’une années les quatre fils à maman ont été renvoyés chez leurs mamans (résultat pas plus de 8 de moyenne). Aucune enquête n’a été faite, personne n’a été inquiété, c’est normal drahem echaab !!!
    Un directeur d’inspection technique qui a laissé l’avion laboratoire cloué au sol allemand pendant plus de 8 mois. Cette avion chèrement acquis par l’état algérien, flambant neuf, est resté tout ce temps là sans être utilisé pour faire ce qu’il devait faire. Ce directeur n’a jamais été inquiété et il dit que c’est la faute de la douane algérienne !!! aucune enquette là aussi n’a été menée, c’est normal drahem echaab !!!
    Une directrice qui achète un bus chez les copains d’à coté et qui laisse en panne le simulateur de contrôle aérien depuis plus de deux années. Un siulateur qui a couté les yeux de la tete pour l’état et qui se retrouve actuellement inerte, c’est normal drahem echaab !!!




    0



    0
    Anrornyme
    18 septembre 2012 - 13 h 16 min

    tout équipement aeraunitique
    tout équipement aeraunitique peut tomber en panne:on a le normal(equipement en exploitation),le secours et bien sur la derniere solution,mais pour que ces conditions soient efficaces il faut: la maintenance préventif ,oublié ces jours à l’enna on veut ramener les europeens .il faut les aider :c’est la crise.aujord’hui à l’enna on fait tout sauf la technique(entre parenthese);la directrice de l’enna au lieu de s’occuper des labo à l’abondon ,elle a le culot d’acheter un BUS de transport des voyageurs….alors que le scan tower(simulateur pour la formation des controleurs tour) est en panne depuis l’epoque du fameux instructeur….biensur on achete un bus chez le copain d’a coté sur bon de commande…alors on va aider l’etusa …..c’est ça la navigation aerienne enna2012….Patriotes réveillez vous….




    0



    0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.