Le groupe terroriste Ansar Dine met sa menace à exécution

Les islamistes radicaux d’Ansar Dine, qui occupent une partie du Nord-Mali, mettent leur menace à exécution. Il y a une semaine, ils avaient interdit aux femmes de sortir de leurs maisons sans un voile intégral qui répond à des critères qu’ils ont eux-mêmes définis. Il doit, entre autres, couvrir tout le visage et la tête, et être d’une couleur foncée. Après avoir démoli plusieurs mausolées classés patrimoine universel à Tombouctou, ils œuvrent à instaurer la charia islamique comme mode de gouvernance et menacent de couper les oreilles à toute femme qui oserait transgresser cette nouvelle «loi». Ils ont ainsi ouvert une prison à Tombouctou pour les femmes arrêtées pour n’avoir pas mis le voile tel que demandé. Ils ont également ordonné que toutes celles qui seraient vues, le soir, dans la rue, soient conduites en prison. Les châtiments corporels seront pratiqués une fois ces femmes présentées devant le tribunal islamique mis en place pour ce faire. Depuis jeudi, dans la ville, une police des mœurs se rend chez les imams et dans les concessions pour dire à tous que, désormais, toutes les filles «doivent s’habiller décemment». Ils les préviennent également des différents montants d’amende à payer pour tous ceux et toutes celles qui ne respecteraient pas «la loi islamique». Une prison pour femmes a spécialement été créée. Amnesty International dénonce ces mesures attentatoires aux libertés individuelles consacrées par la charte des droits de l’Homme des Nations Unis. Mais ces égarés qui se réclament de l’islam n’en ont cure. Ils ont déjà commencé à appliquer la charia version locale en pratiquant plusieurs amputations et autres châtiments à des présumés voleurs. Ces islamistes d’Ansar Dine, qui exigent à l’Etat malien 60 millions d’euros pour quitter pacifiquement le Nord-Mali, font pression sur les habitants et leur imposent de nouvelles mœurs : le voile pour les femmes, l’interdiction de fumer ou encore de consommer de l’alcool. Selon Amnesty International, 25 personnes attendent, actuellement, de se faire amputer.
Sonia B.
 

Comment (2)

    Anonyme
    2 octobre 2012 - 8 h 41 min

    Mais , d’ou vient tous ces
    Mais , d’ou vient tous ces groupes armees , et les labels , gia , gspc , muga , aqmi , mnla , ….c’est la mode , qui fabrique tout ca ? Ca porte prejudice a l’ISLAM , quel interet la religion n’a rien a voir dans ces maguouilles geopolitiques , de pouvoir .ect ..




    0



    0
    Lemajd
    28 septembre 2012 - 3 h 01 min

    Ce n’est qu’un début
    Ce n’est qu’un début




    0



    0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.