Anouar Haddam : «Certains responsables au sein du FIS avaient d’autres agendas»

Vingt ans après l’arrêt du processus électoral et la dissolution du FIS, Anouar Haddam fait des aveux. Dans une interview accordée à Algérie Network, portail de la diaspora algérienne, Anouar Haddam, qui vit en exil depuis 1995, reconnaît que certains responsables de l’ex-FIS avaient un agenda politique autre que celui présenté au peuple. «Il se pourrait que des membres du FIS appartenant à d’autres courants avaient d’autres agendas», a-t-il répondu à une question relative à l’orientation idéologique anti-algérienne du FIS dissous. Par ses déclarations, Haddam, qui avait annoncé son retrait définitif de ce cadavre politique en 2004, confirme l’existence de plusieurs courants islamistes, dont la mouvance radicale internationaliste, au sein de ce parti. «Vous n’êtes pas sans savoir que le FIS, comme son nom l’indique, est un front de personnes venant de courants idéologiques différents», souligne-t-il avant de revenir sur les raisons l’ayant poussé à rejoindre ce parti. «Nous avions accepté, moi et d’autres figures du mouvement El-Bina al-hadari, dont cheikh Mohamed Saïd, l’invitation du président du FIS à rejoindre le parti sur la base de l’avant-projet du programme du parti, tel que présenté au peuple. Un avant-projet qui répondait à nos aspirations en tant que courant algérien réformiste et algérianiste», indique-t-il, avouant à demi-mot qu’ils ont été floués, lui et ses compagnons de «lutte». Pour ne pas se déjuger totalement, Haddam affirme que le FIS en tant que parti politique est resté fidèle à son programme jusqu’à sa démission en 2004. Ces aveux inédits confirment ainsi la nature obscure de cette formation politique dont les principaux fondateurs étaient téléguidés de l’extérieur. Anouar Haddam, qui a revendiqué plusieurs attentats terroristes meurtriers en Algérie, dans les années 1990, semble ainsi revenir à de meilleurs sentiments au crépuscule de sa vie. En 2007, il avait annoncé sa volonté de revenir en Algérie, après avoir créé le Mouvement pour la liberté et la justice sociale (MLJS) à travers lequel il disait vouloir participer au règlement de la crise politique du pays.
Sonia B.
L’interview est sur Algérie Network

Comment (12)

    Anonyme
    8 octobre 2012 - 13 h 56 min

    Ce sinistre personnage mérite
    Ce sinistre personnage mérite une balle -autant que possible explosive- dans la tête et des funérailles « conformes au rite musulman » autrement dit comme son acolyte-mentor BEN LADEN.




    0



    0
    Anonyme
    4 octobre 2012 - 21 h 39 min

    Je t’attendrai jusqu’à
    Je t’attendrai jusqu’à minuit. Tu te rappelle de cette chanson de ton époque?
    Toi et Madani des assassins hors paire !




    0



    0
    Maysar
    4 octobre 2012 - 11 h 17 min

    On demande une seule chose
    On demande une seule chose aux criminels du FIS dissous: Qu’ils demandent le pardon au peuple algérien ,et qu’ils s’effacent définitivement de l’espace national algérien pour qu’on entende plus parler d’eux !




    0



    0
    kaid_omar
    1 octobre 2012 - 22 h 05 min

    salam je croit que accordé de
    salam je croit que accordé de l’importance a ce genre de criminelle et dangereux pour notre pays .la famille bush ses servie de luis avec l’avale de la françe de Mitterrand. il ferait mieux de se faire oublier , et qu’il n’oublie pas que les familles des victimes des attentats revendiquer par luis même son en embuscades (la vengeance et une zelafa qui se mange froide )




    0



    0
    KADRI Zoubir
    1 octobre 2012 - 21 h 31 min

    Allez raconter ça aux
    Allez raconter ça aux familles des 200000 victimes…Docteur !




    0



    0
    Jamal
    1 octobre 2012 - 12 h 17 min

    Rappelons-le il a revendiqué
    Rappelons-le il a revendiqué entre outre la bombe du Boulevard Colonel Amirouche à Alger, la bombe qui qui explosée au niveau de la sûreté de wilaya.




    0



    0
    marcou ali
    30 septembre 2012 - 21 h 25 min

    ce criminel merite la
    ce criminel merite la potence…




    0



    0
    hannibal
    30 septembre 2012 - 20 h 24 min

    le repentir ils ne
    le repentir ils ne connaissent pas .la loi du talion doit s’appliquer..les pendre serait encore trop noble..donc pas de pardon pour les criminels valable pour tous les salafistes de gauche ou de droite .les parents des victimes n’ont pas finis leurs deuils et attendent toujours reparation..!




    0



    0
    Anonyme
    30 septembre 2012 - 19 h 54 min

    Algétir Patriotique, vous
    Algétir Patriotique, vous donnez l,air de jubiler à l’idée que ce criminel  » soit revenu à de meilleurs sentiments » et vous accordez un crédit démesuré à ses déclarations. Il a entre autres revendiqué l,assassinat de Tahar Djaout. Qu’il aille au diable.




    0



    0
    Jamal
    30 septembre 2012 - 18 h 49 min

    Tiens ce sinistre personnage
    Tiens ce sinistre personnage , il a le culot de se montrer, alors qu’il avait fourni une liste de tous les fonctionnaires algériens à abattre par les GIA. Il doit d’abord répondre à la justice.




    0



    0
    Ali
    30 septembre 2012 - 17 h 23 min

    Vous appelez « l se pourrait
    Vous appelez « l se pourrait que…» un aveu?




    0



    0
    feriel
    30 septembre 2012 - 14 h 57 min

    J’espère qu’il se souvient
    J’espère qu’il se souvient encore de toutes ses déclarations contre l’Algérie faites des Etats Unis. c’est bien qu’il se repentisse et demande parton aux victimes de cette organisation terroriste appelée à l’époque le FIS. Les séquelles sont encore là vivantes et indélébiles.




    0



    0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.