Des milliers de bulletins de vote FLN distribués à Souk-Ahras

La nouvelle a provoqué un véritable séisme politique à l’est du pays. Des milliers de bulletins de vote FLN ont été distribués à des électeurs aujourd’hui, dernier jour de la campagne électorale pour le scrutin du 29 novembre prochain. Cette nouvelle s’est répandue telle une traînée de poudre à travers les différentes wilayas de l’Est. Violemment secoués par cette traîtrise, les autres partis politiques en lice dans cette wilaya ont vite réagi en «dénonçant énergiquement» cet «acte de fraude». Dans un communiqué commun, treize partis ont exprimé leur colère dans une conférence de presse tenue dans l’après-midi. Ils qualifient cet incident de «gravissime», interpellant vivement les autorités en charge de l’organisation de cette élection pour prendre les mesures adéquates afin de faire face à cette «dérive électorale». Certains candidats n’ont pas hésité à accuser le wali et la direction de la réglementation et des affaires générales (DRAG) d’avoir laissé faire. Ils considèrent que cet acte porte sérieusement atteinte à la crédibilité de l’Etat et jette le doute sur la transparence du scrutin. Ces partis, qui s’estiment lésés, exigent des «sanctions exemplaires pour donner un fort avertissement à tous ceux qui seront tentés de détourner les voix du peuple à leur profit». Certains d’entre eux réclament carrément l’annulation des listes FLN dans cette wilaya et des poursuites judiciaires contre les responsables de ce parti. Des militants FLN ont, eux aussi, vivement dénoncé cet acte et appelé à identifier les auteurs et à les sanctionner. D’après un membre du comité central contacté par nos soins, les responsables de cet «incident» ont été identifiés. Ce responsable au FLN n’a pas caché son inquiétude quant aux conséquences de cet acte sur le parti et sur «le risque de voir d’autres coups semblables se répéter tant l’argent a puissamment investi le parti». Cet acte répréhensible n'augure rien de bon pour le scrutin du 29 novembre. Le risque de fraude plane sur cette élection qui consiste à renouveler les assemblées locales et de wilaya. Louisa Hanoune accusait, hier, le parti de Belkhadem de préparer une fraude généralisée en annonçant les résultats du scrutin avant même sa tenue. Avait-elle raison de craindre un coup fourré de l’ex-parti unique aujourd’hui miné par une guerre intestine ?
Sonia B.
 

Commentaires

    Times
    25 novembre 2012 - 20 h 59 min

    Une seule et unique solution
    Une seule et unique solution si on veut éviter la guerre, je dis bien la guerre, civile un jour dans ce pas :
    1 ) interdire le FLN et lui retirer tous « ses » biens à commencer par les locaux des kasmates qu’il squatte depuis 1962.
    2 ) Lui saisir toutes ses archives par l’état et identifier les 95 % des membres de l’administration algérienne qui correspondent à ses hommes. Il faut organiser un concours national et obliger toute cette vermine à confirmer qu’elle est bien apte à occuper le poste qu’elle squatte depuis trop longtemps.
    3 ) Déclancher une enquête sur la carrière de chaque administrateur pris la main dans le sac ( ils ne pourront pas s’empêcher de bourrer les urnes, de vendre des pièces d’état civil, de ……….. c’est presque gravé maintenant dans les gènes.
    Tout autre gesticulation comme celle de ces 13 partis ne servira à rien un peu comme le retrait des « six » en 99.
    Enfin ça permet juste d’ajouter de la rage à ceux, comme moi, veulent en découdre avec ce parti mafieux.




    0



    0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.