Marché du gaz : l’Algérie saura-t-elle faire face au boulimique Qatar ?

Une analyse faite par le Groupe QNB (Qatar national bank), groupe bancaire public du Qatar – une institution financière opérant au Moyen-Orient et en Afrique du Nord –, présente la percée de ce pays sur le marché du gaz naturel liquéfié (GNL) comme un phénomène unique au monde. Selon cette analyse, dans les années 1990 et la première décennie 2000, le Qatar a énormément investi pour accroître sa production de GNL. Il a lancé les premières exportations au début de 2006 pour devenir rapidement le plus grand exportateur de GNL, 76 millions de tonnes en 2011, soit 31% du total des exportations mondiales (la Malaisie est en deuxième position, loin derrière, avec 24 millions de tonnes, soit moins du tiers des exportations du Qatar). Toujours selon cette analyse, en 2011, 47% des exportations du Qatar sont allés vers l’Asie du Sud et 42% vers les pays européens. Le Japon (12 millions de tonnes), l'Inde (10 millions de tonnes) et la Corée du Sud (8 millions de tonnes) sont les plus importants importateurs asiatiques. La part de l'Europe a également fortement augmenté à travers le Royaume-Uni qui cherchait une alternative à une baisse de la production de gaz naturel à partir des gisements de la mer du Nord. En 2011, le Royaume-Uni a été le principal client européen du Qatar. Les deux pays sont liés par un contrat portant sur l'exportation de 12 millions de tonnes de GNL par an et il a acheté environ 4 millions de tonnes supplémentaires sur le marché spot en 2011. D’autres pays européens ont augmenté les importations de GNL du Qatar pour ne pas dépendre de la Russie et pour réduire leurs émissions de gaz à effet de serre, le GNL étant réputé relativement plus propre que le gaz naturel. Cette tendance a conduit à une augmentation des exportations vers l'Italie (6,1 millions de tonnes en 2011), l'Espagne (4,8 millions t) et la France (3,2 millions t). La Belgique a importé du Qatar 6,1 millions de tonnes de GNL en 2011 (contre 2,8 millions de tonnes en 2007), dont une partie a été réexportée par le biais des installations de stockage dans le port de Zeebrugge, qui a été récemment agrandi dans le but de le convertir pour le marché spot de GNL. QNB Groupe estime que le Qatar a réussi à diversifier ses clients qui sont passés de 8 pays en 2007 à 23 pays en 2011 dont des pays du Moyen-Orient (Émirats arabes unis, Koweït) et de l'Amérique du Sud (Argentine, Brésil et Chili). Il est prévu que les exportations vers l'Argentine connaissent une forte augmentation après la signature d’un contrat portant sur l’exportation de 5 millions de tonnes par an à partir de 2014. Par ailleurs, un nouveau contrat à long terme est prévu avec la Thaïlande, alors qu’une première expédition a été faite vers Singapour. En outre, le Qatar participe à la construction d’une usine de regazéification du GNL dans le port d'Aqaba, en Jordanie. QNB fait observer que la capacité de production de GNL du Qatar est de 77 millions de tonnes par an, mais la quantité exportée est inférieure en raison du temps qu'il faut pour l'entretien et les réparations dans les installations. La plupart des exportations se fait sur la base de contrats à long terme, avec un total de 55 millions de tonnes par an en 2012, ce qui représente 73% de la capacité de production. D’ici à 2014, cette quantité s'élèvera à 64 millions de tonnes par an, soit 84% de la capacité de production, destinés principalement à l’Asie du Sud et l'Amérique du Sud, ce qui fera encore baisser la part des pays d'Europe. Le reste de la production va vers le marché spot, où la part de Qatar a atteint environ 28% de la production totale en 2011, contre 9% en 2010. Une hausse due à plusieurs facteurs, dont l’augmentation de la production de GNL au Qatar et le transfert de livraisons prévues aux États-Unis (qui a connu une forte augmentation de la production locale de gaz naturel) sur les marchés spot. La forte demande en provenance du Japon, qui a fermé les centrales nucléaires après le tsunami et a donc besoin de quantités supplémentaires de GNL comme source d'énergie alternative, a permis au Qatar de bénéficier de prix élevés et d’une demande accrue sur les marchés spot. Près de 16% de sa production non couverte par les contrats dans la période 2014-21 est susceptible d'être vendue sur les marchés spot. Les contrats qui expirent seront remplacés ou prorogés. Des négociations sont en cours avec l'Inde, le Pakistan et la Turquie. QNB Group estime que ces contrats potentiels feront que la part de marché spot des exportations du Qatar se stabilisera à 16% ou moins. Selon les données disponibles sur le volume des exportations et des recettes d'exportation, le prix moyen de vente du GNL du Qatar a augmenté de 35% passant de 9 dollars par Mbtu à 12 dollars par Mbtu en 2011. Cette hausse est conforme à la hausse du prix des importations de GNL au Japon, qui a augmenté de 35%. Depuis le début de cette année, le prix moyen du GNL au Japon a augmenté de 16% par rapport à l'année dernière, avec un prix moyen de 17 dollars par Mbtu, alors que le prix moyen en Europe a augmenté à un taux inférieur à 8%, soit 11 dollars par Mbtu, à cause du ralentissement de la croissance économique en Europe comparativement à la forte croissance dans la région Asie du Sud. QNB Groupe estime que l'augmentation des exportations vers les pays sud-asiatiques et la hausse des prix vont contribuer à accroître les recettes d'exportation de GNL du Qatar, malgré l'absence de nouveaux projets pour augmenter la capacité de production.
R. E.
(Lire notre éditorial)

Comment (4)

    Lemajd
    11 décembre 2012 - 19 h 02 min

    Sorry j’ai raté et
    Sorry j’ai raté et merci.Apres avoir lu l’éditorial,ceci me fait penser aux années 85/88 ,en ce moment nos fréres des EAU et de L’Arabie Saoudite et autres ont ramené le prix du petrole à moins que 7 $ asphyxant ainsi les pays qui se sont endettes pour s’industrialiser (Algerie,Irak ). On connait la suite pour ces 2 pays sur le plan stabilité.L’histoire revient avec le GNL et tjrs d’un pays frere ?.Au fait qui vivait dans les années 80 aux EAU?




    0



    0
    Patriotique
    11 décembre 2012 - 8 h 22 min

    @Lemajd, sous la signature,

    @Lemajd, sous la signature, il y a un renvoi vers l'éditorial. Bonne lecture.
    AP




    0



    0
    Lemajd
    11 décembre 2012 - 2 h 38 min

    Du copier coller qui vient de
    Du copier coller qui vient de QNB aucune correlation entre le titre et le texte.Et L’Algerie dans tout ça ? On n’en parle même dans votre analyse.




    0



    0
    Babar
    10 décembre 2012 - 17 h 05 min

    Putin avait propose une
    Putin avait propose une alliance sur le Gaz…Alger a refuse, se jettant dans la sourissiere du boukersh d’el khatar, fils d’israel (…)




    0



    0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.