L’AFP a-t-elle piégé Abdelaziz Bouteflika ?

Hier, très tôt le matin, l’agence française de presse AFP diffuse ce qu’elle qualifie d’interview «exclusive et rare» d’Abdelaziz Bouteflika. Par «interview», l’AFP entend deux dépêches dans lesquelles le commentaire fait la part belle aux propos du Président. En milieu de journée, l’agence officielle algérienne APS diffuse l’interview dans son intégralité (voir Documents). Comparaison faite, il s’avère que sur les 17 000 signes que compte l’entretien accordé par Bouteflika à la cheffe du bureau d’Alger de l’AFP, seul un millier de signes ont été repris par celle-ci. Visiblement irrité par ce manquement à un engagement qui aurait été pris à l’avance par la journaliste française, le service presse de la présidence de la République a reçu ordre de publier le texte in extenso dans une agence officielle mais non moins concurrente – l’APS –, en faisant fi des règles qui régissent la profession et sans même demander l’autorisation de l’AFP. Une réaction qui a été, du reste, relevée par un site algérien qui a fort probablement été contacté par les responsables de l’AFP pour détourner l’attention sur les raisons véritables de ce cafouillage médiatique. Certains confrères contactés par nos soins ont estimé que le Président «n’aurait pas dû répondre à cette agence sachant qu’elle fait preuve d’une partialité flagrante dans le traitement de l’information, notamment en ce qui concerne le dossier malien». D’autres croient savoir, à la lecture du texte intégral de l’interview et au regard du style usité, que celui-ci a non seulement été transmis à l’AFP par écrit, mais il émane du président Bouteflika lui-même, contrairement aux habitudes, dans ces interviews – tout ce qu’il y a de plus protocolaire – qui précèdent la visite d’un chef d’Etat. Mais la question qui taraude tous les esprits dans la profession, c’est pourquoi avoir sollicité une interview «exclusive et rare» d’un président peu prolixe depuis sa maladie, pour n’en diffuser qu’une infime partie déclinée sous forme d’une dépêche presque banale ? Il est attendu une interview similaire du président François Hollande soit par le biais de l’APS, soit dans deux quotidiens – l’un arabophone et l’autre francophone – généralement sollicités par l’ambassade de France pour ce faire. Ce fut le cas lors des visites de Jacques Chirac et Nicolas Sarkozy en Algérie durant leurs mandats respectifs. Cet «écart» de l’AFP induit-il un incident diplomatique larvé ? L’interview à paraître de François Hollande sera-t-elle étriquée de la même façon par mesure de «réciprocité» ? Nous devrions le savoir vers le 18 de ce mois, si interview de Hollande il y aura.
M. Aït Amara
 

Comment (7)

    Times
    14 décembre 2012 - 14 h 41 min

    La seule est unique chose que
    La seule est unique chose que je retiendrai de ce type : c’est non pas qu’il a été condamné par la justice pour corruption et qu’il avait rendu une partie du butin ( seulement une partie d’ailleurs) mais le fait qu’il s’est présenté à une élection présidentielle dans son pays qu’il prétend aimer, 6 autres candidats s’étaient retiré pour dénoncer sa triche et celle de ses sponsors, devant le monde entier, il poursuit sa course seul. Combien d’Algérien se souviennent de cette sombre histoire aujourd’hui ? on a l’impression que tout cela n’est que pire imagination de genre de type comme moi qui sont fascinés par le progrès, la liberté, la science, la justice, …..
    Un type pareil, je l’entends dire à la télé qu’il aime son pays ! l’autre jours, j’étais sur une chaine un peu bizarre, ( j’adore les choses qui sortent de l’ordinaire) et je regardais tranquillement un document sur Borj Al Arab ce fameux immeuble de Dubaï ,le plus haut au monde, et puis brusquement l’équipe tombe sur une impasse plusieurs étages sont interdits d’accès, les journalistes très professionnels ont réussi quand même à contourner les obstacles et s’introduisent sur ces niveaux interdits ( 5 étages en tout ) ils réussirent alors à atteindre une énorme salle une grande chanteuse arabe était sur scène des dizaines de personnes, c’est la grande fête, les journalistes n’ont quand même pas jusqu’à arriver filmer la personne qui était au centre de tout ce mouvement, il ont juste eu l’info que c’est un chef d’état nord Africain qui était venu là, avec toute sa smala pour dépenser ses pétrodollars un moment j’ai pensé à Guaddafi le tournage a été fait avant sa mort mais vite déchanté en voyant quelques têtes ( tu voies le genre de cabesses qu’on voit dans les congrès de l’UGTA) qui sont venues chasser les journalistes désormais repérés. La question est : qui paye la réservation et la location de 5 étages entiers et pour trois jours dans le plus haut bâtiment du monde et donc le plus cher ?




    0



    0
    la verite
    13 décembre 2012 - 13 h 36 min

    vive le president
    vive le president




    0



    0
    axelpanzer
    12 décembre 2012 - 22 h 22 min

    En lisant l’interview
    En lisant l’interview complete ,j’ai remarqué que les rédacteurs du president ont toujours ce style puerile umprunté à la langue arabe et une fois translaté en français devient aux yeux des français ou des francophones ,une langue de bois,ce que certainement ,les journalistes de AFP ,ont refusé instinctivement de colporter!!!




    0



    0
    Maysar
    12 décembre 2012 - 22 h 17 min

    Et la question qui taraude
    Et la question qui taraude tous les esprits au sein du peuple est de savoir pourquoi Bouteflika n’accorde aucune interview aux journaux algériens leur préférant des médias etrangers !




    0



    0
    MOH
    12 décembre 2012 - 20 h 25 min

    mais vraiment nos freres
    mais vraiment nos freres Algeriens ne sont pas a la page ce e qui fait ramener Holland en Algerie n est plus ou moins que les contrats juteux qu il va engranger sous le manteau voilas ni plus ni moins.vue l etat de la finance de la france et dans le reste de l europe quand on a une dette de plus de 1000 milliards d euros meme le diable devient frequentable pour ce qui est de la politique etrangere sioniste de la france concernant le Mali il n y aura aucun revirement l intervention militaire est toute tracee et les parts du butin sont deja partager entre les loups allons reveillez vous mes freres sa sent l arnaque a plein nez…. regarder la piece theatrale un qui nous fait un bras d honneur et le Holland il nous fait les yeux doux et nous tout fier on bombe le torse et on descend le pantalon ou on remonte la djalaba comme vous voulez
    un pays mafieux qui ne reconnait meme pas ces crimes odieux bientot nos anes boubou et sa secte vont offrir au entreprise francais une boue de sauvetage qui va nous couter les yeux de la tete juste pour entendre quelques regrets accompagnee de queques larmes de crocodile ya rabi el halli
    que dieux nous epargne de cette masquarade




    0



    0
    Anonyme
    12 décembre 2012 - 14 h 39 min

    Vous n’avez rien
    Vous n’avez rien compris.
    C’est bouteflika qui a piegé AFP. Il savait ce qu’il faisait.

    Cela fait longtemps que AFP joue un jeu trouble avec Alger. Mais lorsque l’Algerie proteste auprès des francais, ils nient et bottent en touche.

    Bouteflika a obtenu la preuve du manque de professionalisme er des manipulations de AFP, ce qui lui permettra d’aborder ce sujet avec Hollande, car cette fois ci AFP a déformé les propos du président de la république, en sortant uniquement dépêche qui titrait un truc du genre  » Exclusif – Bouteflika soutient l’option militaire au Mali » (ce qui est faux).

    Hollande va être forcé de faire sauter des têtes à l’AFP si il veut avoir une relation saine avec Alger.

    Bouteflika est un fin tacticien, il faut le reconnaitre.




    0



    0
    Aljazairi
    12 décembre 2012 - 14 h 03 min

    ni réaction ni rien du tout,
    ni réaction ni rien du tout, nos responsables courberont l’échine (…) comme ils l’ont toujours fait à chaque visite de l’un de leurs (maîtres) outre mer ! et c’est tout le Peuple Algérien qui sent être (trahi) par ces (…) français à cause de (ceux) qui nous gouvernent !




    0



    0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.