François Hollande sera accueilli à Alger avec des trompe-l’œil

Rue Larbi Ben M’hidi, ex-rue d’Isly. Les trottoirs grouillent de monde. Au milieu de la foule compacte et des bousculades des piétons, des agents d’entretien font la chasse aux détritus. Comme des fourmis, ils passent au crible les moindres recoins de cette prestigieuse rue au cœur palpitant d’Alger. Rien n’est laissé au hasard. Des ouvriers s’appliquent avec acharnement à ravaler les façades des immeubles non encore rénovés, raclette dans une main, rouleau de peinture dans l’autre. Lancée depuis plus d’une année, l’opération de réfection de ces bâtisses datant de l’époque coloniale, qui avançait en titubant, semble connaître un véritable coup d’accélérateur. A quelques jours de la visite du président français, François Hollande, des cohortes d’ouvriers investissent les rues non seulement d’Alger-Centre, mais de plusieurs sites et grands boulevards de la capitale pour leur redonner leur blancheur d’antan. La tâche est titanesque. Mais le miracle est bien algérien, dirait-on. Debout sur un échafaudage motorisé, chapeau bien vissé sur sa tête, masque protecteur sur la bouche et le nez, bidon de peinture accroché à une corde métallique, le jeune Ayman se lance un défi, celui de badigeonner en une journée la façade d’un énorme immeuble à quelques encablures de la Grande Poste. «Si je le fais dans les temps, j’aurai un bonus, une petite récompense pour service rendu», lâche-t-il, dégageant une débauche d’énergie inhabituelle. Même décor au boulevard Zighout Youcef. Des peintres s’affairent à gratouiller des murs décrépits qu’ils enduisent avec une rapidité inégalable. La mobilisation est générale pour redonner à Alger un visage accueillant. Le boulevard de l’ALN, asphyxié par la circulation automobile, connaît la même frénésie. On nettoie les trottoirs à jets d’eau, pose du gazon frais, plante des washingtoniens et fait pousser des fleurs. Le rythme des travaux est plus impressionnant. «Si on maintient cette cadence pour tous les jours, on réalisera assurément des miracles et terminera tous les projets dans les délais qui leur ont été impartis. Dommage que ce soit conjoncturel et lié juste à la visite d’un président étranger», commente un passant qui guette un taxi pour se rendre à l’est d’Alger. Sur la rocade sud, reliant l’aéroport international d’Alger au fameux club des Pins (Staouéli) et à la résidence d’Etat de Zéralda, itinéraire obligatoire des délégations officielles, une armée d’ouvriers poursuit avec de gros moyens l’opération d’embellissement avec la plantation de palmiers et le remplacement de réverbères cassés. Des équipes d’Asrout, service d’entretien dépendant de la wilaya d’Alger, chassent les mauvaises herbes pour ne laisser que ce qui pourrait égayer le regard des membres de la délégation officielle française. Cinquantenaire de l’indépendance oblige, les autorités algériennes doivent «montrer patte blanche» aux Français. Comme quoi le pays n’est pas laissé en jachère depuis que la puissance coloniale a été chassée des terres algériennes. Pour ce faire, elles se lancent dans une course contre la montre, mobilisant des centaines d’entreprises et des milliers de travailleurs. Les Algérois découvrent cet immense chantier qu’est devenue Alger du jour au lendemain. Certains avec stupéfaction, d’autres avec dépit et désolation. «Pourquoi le font-ils aujourd’hui ? Ne méritons-nous pas un coup de peinture ? Sommes-nous des visages lépreux pour vivre dans la promiscuité et la saleté ?» s’interroge, aigri, un septuagénaire, assis sur un banc pas loin du marché de Triolet, à Bab El-Oued. Cette fièvre autour des préparatifs de la visite du président Hollande lui rappelle bien l’accueil triomphal réservé en 2003 à Chirac. Pour lui, «on en fait trop». D’autres riverains rencontrés sur place estiment que «ces badigeonnages ne peuvent pas cacher la vérité et la réalité de notre pays». «Ils (les Français) le connaissent très bien. Enjoliver les principales artères ne changera rien et ne rapportera surtout rien de plus à nous autres citoyens. C’est de l’argent jeté par les fenêtres car le travail, fait à la va-vite, est forcément bâclé», dénoncent-ils. D’autres citoyens interrogés disent être habitués à ce remue-ménage artificiel à la veille de chaque «événement officiel de grande importance». Pour eux, l’état de délabrement de la ville est tel que ces colmatages de dernière minute ne servent à rien. «Cela prouve que nos dirigeants connaissent l’état chaotique de nos villes pour lesquelles ils ne font rien. Aujourd’hui, ils font tout pour cacher cette réalité qui leur fait honte devant les étrangers. Cela montre toute la considérable qu’ils ont pour le peuple», résume un syndicaliste. A côté de ces boulevards retapés, des routes fraîchement revêtues et des murs ravalés, il y a cette réalité têtue d’une ville totalement dégradée, avec ses trottoirs défoncés et ses routes cabossées, et des cités aux murs couverts de graffitis blessants et qui dégagent des effluves nauséabonds. Mais ce mauvais décor sera loin du passage du président Hollande et de ceux qui vont l’accompagner dans cette première visite d’Etat depuis son intronisation à la tête de la République française. Il sera également loin du regard du président Bouteflika, habitué à ne visiter que des endroits ayant fait l’objet d’un relooking de circonstance.
Sonia Baker
 

Comment (5)

    slimane abid
    18 décembre 2012 - 12 h 52 min

    Cela montre le grand mépris
    Cela montre le grand mépris que nos dirigeants ont pour le peuple. Ils adorent montrer pattes blanches aux puissances étrangères et abandonnent les Algériens à leur sort. C’est la conséquence directe d’un déficit démocratique, car ceux qui dirigent le pays n’ont de compte à rendre qu’à ceux qui leur ont permis d’accéder au pouvoir qu’ils soient de l’intérieur ou de l’extérieur




    0



    0
    Sal
    17 décembre 2012 - 13 h 22 min

    Combien de fois je suis entré
    Combien de fois je suis entré manger dans un restaurant ou le patron n’a même pas daigné donné un coup d’éponge sur la table,si je comprend bien il attendait que le Wali arrive pour le faire a sa place!Je souhaite que le premier ministre Sellal fasse bouger les choses mais il faut aussi que les Algériens mettent en peu de bonne volontés et arrête d’attendre tout du gouvernement.Je serais curieux de savoir si dans les immeubles collectifs les Algériens payent des charges pour les maintenir en états et si non s’ils sont prêt a en payer.




    0



    0
    Batni
    17 décembre 2012 - 8 h 20 min

    Quelle honte !!!
    Quelle honte !!!




    0



    0
    syriano
    17 décembre 2012 - 1 h 26 min

    c’est une bonne chose qui
    c’est une bonne chose qui profite a la population avant tout.
    Mieux vaut bien paraitre face,peut etre, a notre futur colonisateur(l’algerie est dans le projet de l’empire ameriano sioniste car elle possede des matieres premieres,petrol,gaz et or(22eme de reserve au monde),lithium… et surtout parce que notre armée et notre président refusent de se plier completement a cet empire contrairement a l’egypte qui elle,son armée,je rappelle, qu’elle est financé par le pentagone us et Morsi,d’apres wikipedia,a grimper dans l »echelon des freres musulmans lorsqu’il etait en californie.Ses enfants ont la nationalité americaine.
    Vive la resistance algerienne car elle resiste vraiment.
    Vive BOUTEFLIKA!!!
    Face a ses imperialistes,il faut que l’algerie bombe son torse dans toutes les situations possibles et qu’elle se consolide avec ses veritables partenaires(la russie et la chine)Pour l’instant restant diplomate et jouons aux naif,Bouteflika est un maitre en la matiere,c’est pourquoi il merite d’etre president a vie,dommage que sa santé ne lui permette pas.




    0



    0
    TARIK -BAB EL OUED-
    16 décembre 2012 - 18 h 26 min

    LA RESPONSABILITÉ INCOMBE LES
    LA RESPONSABILITÉ INCOMBE LES « MÉDIAS » QUI NE SOUFFLE PAS UN MOT SUR LE QUOTIDIEN DE LA POPULATION.
    OUI ,BIEN-SUR, VOUS ALLEZ ME DIRE « LIT LES JOURNAUX !! ».LE PROBLÈME C’EST QUE CES AGISSEMENTS CONTINUENT DEPUIS L’INDÉPENDANCE A NOS JOURS,JE ME SOUVIENS LORSQU’UN ÉTUDIANT A DÉNONCER LES DÉTOURNEMENTS AU SEIN DES « APC » DEVANT LE PRÉSIDENT FEU « HOUARI BOUMEDIENE » ET IL A MÊME DEMANDER AU PRÉSIDENT DE LUI PERMETTRE D’ASSISTER AU CONGRES DES CHEF D’APC POUR POUVOIR LES COINCEZ,LE PRÉSIDENT A RÉPONDU « QUE S’IL Y A DÉTOURNEMENT CES GENS LA NE RESTERONT PAS PLUS DE 24 HEURES DANS LEURS POSTES .DEPUIS, L’ALGÉRIE EST DEVENUE LA RÉPUBLIQUE DE LA CORRUPTION PAR EXCELLENCE.
    DOMMAGE POUR NOUS.




    0



    0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.