Enrico Macias : «J’ai renoncé à retourner en Algérie»

Le chanteur Enrico Macias a déclaré, dans une interview qui vient de paraître dans Le Parisien, qu’il renonçait à se rendre en Algérie «en tant que Gaston Ghrenassia» (son vrai nom, ndlr), mais qu’il y tenait toujours «en tant que chanteur». Macias, le natif de Constantine, renie donc définitivement l’Algérie qui l’a vu naître un certain 11 décembre 1938. Un tantinet contradictoire, le chanteur français se perd dans une explication quelque peu tirée par les cheveux : «Si l’occasion se présente, j’y retournerai, car je veux être le symbole de la réconciliation. On me reproche d’être antipalestinien. C’est faux. Mais on ne peut pas me reprocher d’être pro-israélien, c’est mon peuple. Je ne veux pas que les communautés se déchirent.» Alors, il veut ou il ne veut pas ? La réponse n’en est pas moins antinomique : «J’ai deux rêves : retourner en Algérie et créer un rassemblement pour toutes les minorités : les Gitans, les Tsiganes, les juifs, les musulmans.» Enrico Macias n’exclut pas de créer aussi un parti politique : «Pourquoi pas ? Mais je ne le ferai pas avec les gens qui sont au pouvoir actuellement en France.» Interrogé sur son duo avec le chanteur raï algérien Khaled, Enrico Macias affirme qu’il a rarement pu chanter avec des musulmans : «J’ai eu du mal à chanter avec des musulmans car les autorités leur interdisaient de se produire avec moi.» Ce fut le cas de Sabah, une chanteuse libanaise, qui a été interdite dans les pays arabes après avoir chanté avec lui, ou Warda, la grande diva algérienne, qui devait le rejoindre un soir et qui lui aurait dit le lendemain qu’elle n’avait pu venir car elle avait reçu des menaces. «Je n’ai jamais dit Algérie dans une de mes chansons. Pour moi, cela aurait été un pléonasme», a souligné Enrico Macias dont la venue en Algérie avait failli se concrétiser au début des années 2000, mais une levée de boucliers de milieux conservateurs algériens l’en avait empêché. Depuis, il ne cesse de répéter qu’il ne pardonnera jamais au président Bouteflika de n’avoir pas tenu sa promesse de lui permettre de revoir Constantine, sa ville natale.
Sarah L.
 

Comment (31)

    aminonyme
    6 janvier 2013 - 12 h 23 min

    TIME et TARIK BAB EL OUED on
    TIME et TARIK BAB EL OUED on dirait un combat de coqs et ou une chamailleire de vieilles voisines …moi vous me soulez en tout les cas.
    Oublaint d’ou on vient pensant plutot a ce qu’on sera algerien dans la civilation ou a cote berbere, arabe , baathiste , wahabiste on est juste algeriens mince.

    Mansour
    30 décembre 2012 - 6 h 54 min

    @Times
    je compatis aux

    @Times
    je compatis aux souffrances des Palestiniens victimes du sionisme mais aussi de leurs hypocrites et cupides frères arabes.C’est vrai qu’en Algérie nous ne sommes pas colonisés par le sionisme mais par un colonialisme beaucoup plus pernicieux qui a pour nom l’arabo-islamisme et qui est responsable de tous les maux de ce pays.Ses méthodes perfides et sophistiquées font qu’il s’infiltre partout et sème la zizanie même entre les membres d’une même famille tel un père et son fils,deux frères etc…et vous fait haïr votre langue et votre identité pour adopter la sienne.Ya-t-il plus diabolique que ça? Ce n’est pas facile de neutraliser ce diable aux cent visages qui use des méthodes les plus viles pour imposer sa néfaste hégémonie.Mais rien n’est impossible et nous vaincront comme nous sommes sortis victorieux du colonialisme français.A bien y regarder ce n’est pas la lumière qui nous manque pour vaincre les ténèbres et nous vaincrons.

    bad
    30 décembre 2012 - 0 h 26 min

    cet enrico est un vulgaire
    cet enrico est un vulgaire raciste!
    par dessus tout surtout il déteste les algériens, je le tiens d’un ami commun partenaire de poker.
    toutes ses simagrées pseudo humanistes c’est son fond de commerce, un peu comme les guerres humanitaires et les tapis de bombes démocratique ca cache les plus noirs dessins.

    75master
    29 décembre 2012 - 20 h 01 min

    Time, j’ai juste envie de te
    Time, j’ai juste envie de te dire, honte à toi. À defaut de combat contre le colonialisme, tu es tres fort pour la traitrise. Tu defends israel parce que comme israel tu as la haine de l’islam et des arabes, sauf que les juifs ont le plus grand mepris pour les gens comme toi. L’algerie est arabe, berbere et musulmane, n’en deplaise aux aboyeurs comme toi. Quant à macias, ce sioniste qui finance tsahal pour tuer des enfants palestiniens, il n’a plus rien à faire en algerie.

    TARIK -BAB EL OUED-
    29 décembre 2012 - 16 h 02 min

    MADAME « TIMES »
    JE SUIS

    MADAME « TIMES »

    JE SUIS ORIGINAIRE D’ARISS ,LE FIEF DE LA RÉVOLUTION ALGÉRIENNE.
    AMGHAR
    NE SOYEZ PAS SI FERMER SUR VOUS MÊME ,LA VIE EST BELLE IL FAUT EN PROFITER UN MAX.
    SALUT ET BONNE CONTINUATION .

    Times
    29 décembre 2012 - 15 h 07 min

    Non monsieur ( ou madame ),
    Non monsieur ( ou madame ), si vous, vous vous considérez « arabe » ou « musulman » moi en revanche, le qualificatif « berbère » me suffit et largement dedans, on peut trouver tout ce dont un être humain a besoin. Pour moi, Otan, Turquie, France, …………………….., Arabie qu’elle soit wahabiste ou baâthiste c’est du pareil au même : tout ça, s’appelle l’impérialisme et le pire de tous et bel bien l’impérialisme arabe et musulman.
    Ne venez pas vous faire passer pour un résistant de 54-62 car, la résistance, cette résistance s’est hélas déroulé, essentiellement, dans mon pays la Kabylie. je regrette que nos ainés n’aient pas eu d’autres stratégie que de détruire un colonialiste moribond qu’il auraient pu utiliser pour combattre le pire de tous : l’impérialisme arabo-islamique.
    Nous, nous ne sommes pas ici, pour recevoir des leçon de patriotisme car, chez nous seuls les défenseurs de dimension berbère sont de vrais patriotes et personne ne peut nous dicter qui sera notre ami et qui sera notre ennemi. Nous savons déjà que le pire des ennemis et celui qui a tenté et tente toujours, en utilisant l’état qu’il contrôle et sa religion de violence qu’il instrumentalise, de détruire notre identité, notre langue et même notre histoire et ce, sur la terre de nos ancêtres. Il est claire que tous les ennemis de l’impérialisme arabe peuvent bien devenir nos amis ( les forces de sécurité Kurdes sont, aujourd’hui entrainées par des spécialistes Israêlien pareil pour celles du Sud Soudan …) ! Dans ce cas, moi normalement je n’ai que faire d’Israël trop loin de ma patrie mais quand on me saoule avec la Palestine et bien personne ne peut me m’empêcher de dire Vive Israël à chacun ses gouts !
    Moi le Wahabisme, s’il reste en Arabie j’ai rien à cirer de ceux qui veulent s’enfermer dedans, mais je haie l’arabisme sous toutes ses formes qu’il soit nazional socialiste ( baâth ) ou islamo-fascisant.

    On peut aussi discute calmement et arrachement du sionisme et de l’impérialisme arabo-islamique.
    On peut comparer les situations.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.