In Amenas : le ministère de l’Intérieur confirme la prise d’otages

Dans un communiqué rendu public en ce début d’après-midi, le ministère de l’Intérieur et des Collectivités locales confirme la prise en otage d’employés dans la base pétrolière de In Amenas, à Illizi. Il indique que l'attentat terroriste a bien ciblé tôt le matin une base de vie de Sonatrach. Le bilan de cette attaque terroriste, ajoute le ministère, est de une personne décédée et six autres blessées. La personne décédée est un ressortissant étranger dont la nationalité n’a pas été révélée. Les assaillants, fortement armés, sont arrivés à bord de trois véhicules et ont investi la base de vie de Sonatarch à Tiguentourine, à proximité d'In Amenas, à une centaine de kilomètres de la frontière algéro-libyenne», a précisé le communiqué. D’après le ministère de l’Intérieur, avant d’attaquer la base de vie, les terroristes ont tiré sur un bus qui venait de la quitter transportant des étrangers vers l'aéroport d'In Amenas. Un ressortissant étranger a été mortellement blessé lors de cette attaque, qui a été repoussée par les unités d'escorte de la Gendarmerie nationale, alors que six personnes (deux étrangers, deux gendarmes et deux agents de sécurité) ont été blessées. Les personnes blessées sont arrivés à In Amenas, en bus, et ont été prises en charge par les autorités locales, a-t-on indiqué dans le même communiqué. «Le groupe terroriste, après cette tentative avortée, s'est dirigé vers la base de vie dont il a investi une partie et y a pris en otage un nombre indéterminé de travailleurs, dont des ressortissants étrangers», a ajouté la même source, rassurant que les forces de l'Armée nationale populaire (ANP) et des services de sécurité sont arrivées sur les lieux et ont pris aussitôt toutes les mesures afin de sécuriser la région et trouver un dénouement rapide à cette situation qui reste suivie de très près par les autorités du pays». Pour le moment, des nombreux salariés sont retenus à l’intérieur de la base. Les terroristes refusent de les libérer et demandent à l’Armée d’évacuer les lieux pour leur permettre de «fuir». D'après notre source, le groupe terroriste veut entrer en Libye avec quelques otages de nationalité étrangère.
S. B.

Comment (3)

    ALGERIENNE
    18 janvier 2013 - 8 h 55 min

    PAR LE BIAIS DE VOTRE POID ET
    PAR LE BIAIS DE VOTRE POID ET JOURNALISTE JE VOUS DEMANDE DE BIEN VOULOIR DIRE A CE MOSIEUR(je ne sais s il est algerien d apres son nom ,comme boutef il est a tlemcen et il l a jamais dit enfin !!! )))ces mosieurs lui said demande aux algeriens d etre comme 1seul homme devant cette tragedie ok !!!mais est ce qu ils((clique boutef ))) integres et etre aussi comme 1seul a partage les richesses et ne pas laisser 1seul algerien dans la misere quotidienne(((SANTE…..LOGEMENT…..RETRAITE…..ASSISTANCES AUX ETUDIANTS(TES)ET D ARRETER D ETRE DEMOGOGUE ET CORRUPUS A L OS MERCI!!!




    0



    0
    axelpanzer
    16 janvier 2013 - 20 h 23 min

    la demission de monsieur
    la demission de monsieur kablia est légitime;le wali c’est la prison qui l’attend;vraiment on ne s’attendait pas à un tel laxisme!et en temps de guerre ;à coté d’un pays(libye)troule!!

    messieurs il faut vous rendre……..à l’evidence;vous n’etes que desnuls et vous mettez le pays en danger…il est temps que vous partiez!!!!!!!!




    0



    0
    Antar
    16 janvier 2013 - 17 h 32 min

    YA SI L’HADJ DAHOU? S’IL Y
    YA SI L’HADJ DAHOU? S’IL Y AAVAIENT DES GARDES COMMUNAUX EN SURVEILLANCE DE CE SITE, LES TERRORISTES NE SERAIENT MÊME PAS RAPROCHES. LA BASE VIE EN CE MOMENT A LA FRONTIERE LIBYENNE SANS RENFORCEMENT DE SECURITE. OUINE RANA RAYHINE ?




    0



    0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.