Les travailleurs étrangers fuient un site gazier d’In Salah

La peur et le sentiment d’insécurité s’emparent des travailleurs étrangers en Algérie après la tragique prise d’otages d’In Amenas. Quelque 250 salariés de différentes nationalités ont «fui» la zone d’activité gazière de Hassi Moumen, dans la commune d’In Salah, à plus de 700 km au nord de Tamanrasset, a-t-on appris d’une source locale. Ces travailleurs exigent un renforcement du dispositif de sécurité avant de retourner sur leur lieu de travail, a ajouté notre source. La demande des travailleurs a été appuyée par une récente agression non loin du site des équipes d’exploration par des inconnus qui se sont vite volatilisés dans l’immensité du désert. Selon notre source, les employés étrangers estiment que la zone d’activités, située au cœur du désert et à plusieurs centaines de kilomètres de la ville d’In Salah, n’est pas suffisamment sécurisée. Ces étrangers, essentiellement des Occidentaux, considèrent qu’ils sont désormais une cible des groupes terroristes activant dans la région. Le site de Hassi Moumen représente le plus grand projet de gaz sec. Le champ est exploité par un consortium de multinationales (Petrofac, BP, Statoil Hydro) en association, bien entendu, avec la société nationale Sonatrach. Ce projet en cours de réalisation devra assurer une production de 17 millions de mètres cubes de gaz par jour.
Sonia B.

Comment (6)

    Binet
    11 février 2013 - 17 h 39 min

    Je rectifie une chose : il y
    Je rectifie une chose : il y avait 630 expatriés a In Salah pas 200.




    0



    0
    mouloud
    27 janvier 2013 - 16 h 45 min

    je suis entièrement d’accord
    je suis entièrement d’accord avec le dernier commentaire ! Normalement il devrait y avoir de la place pour tous le monde




    0



    0
    Inspektor Tahar
    27 janvier 2013 - 10 h 23 min

    Les ministres de la défense,
    Les ministres de la défense, de l’Énergie et des Mines. Le président de Sonatrach et le ministre de l’intérieur devraient se poser la question s ils doivent partir et lisser leur place ….ou continuer a rester pour organiser des réunions, des conventions, des stratégies, des visites, des invitations, des coopérations avec les étrangers, acheter des services des étrangers, voyager a travers la planète, placer leurs amis a des postes, acheter des équipements de l’étranger, faire faire n importe quel projet en Algerie par les Italiens, les espagnols, les Allemands, les Anglais, les Égyptiens, les Emiratis, les Américains, les canadiens, les Turcs, les Chinois, les Coréens,les Norvégiens, les Hindous, les Philippins, et n utiliser nos compatriotes uniquement comme ….les porteurs d eau pour les experts étrangers… Ces ministres et responsables se félicitent entre eux du bradage de l Algerie..




    0



    0
    axelpanzer
    27 janvier 2013 - 7 h 59 min

    Il faut reconnaitre que les
    Il faut reconnaitre que les responsables algeriens s’activent dans des occasions pour se faire valoir devant le ministre et se réendorment aussitot!ce phenomene arabo-africain est connu! en exemple je vous donne celui des autorités qui nettoient et embellissent le quartier par ou passera le ministre,et qui serra abandonné aussitot le chef reparti,durant tout quinquennat !!!!




    0



    0
    Ezzine
    26 janvier 2013 - 17 h 03 min

    C’est tout à fait normal
    C’est tout à fait normal qu’un dispositif de sécurité soit automatiquement réévalué compte-tenu des nouveaux facteurs qui ont déjà surgi tels que :
    – A commencer par la situation instable et confuse en Libye et en Tunisie voisines auparavant stables puis transformées par les occidentaux, pour quelques barils de pétrole de plus, en un pays pourvoyeurs de terrorisme à l’occidental, ou en une oasis de terroristes.
    – L’initiative misérable franco-américaine de déclencher sans crier gare une guerre au Mali ; pays limitrophe de l’Algérie sous le prétexte d’y combattre des terroristes rebelles alors que ces mêmes occidentaux les protègent et les exploitent en Syrie. Il s’agit au pays du Sham d’une catégorie de terroristes bête et disciplinée.
    – Les commanditaires de la prise d’otages d’In Amenas sont peut être et pourquoi pas ceux qui ont détruit la Libye, etc.… et détruisent aujourd’hui la Syrie. Ces « messies de droit de l’homme et de démocratie à sens unique », ne bavent-ils pas devant les richesses de l’Algérie qu’ils considèrent les leurs. Ne veulent-ils pas à n’importe quel prix s’en emparer pour y installer leurs sales pions ?
    – Etc.
    Donc il y a mille et une raison d’être vigilant et de renforcer la sécurité pas seulement au sud mais partout dans le pays. Non pas à la suite de cette comédie d’étrangers qui fuient le site gazier de In Salah et peut être encore d’autres pour des raisons évidentes de sécurité, mais seulement et seulement dans le but de déjouer tous les plans machiavéliques contre le pays.
    Qu’est-ce qui ne prouve pas que cet abandon de travailleurs étrangers de leurs postes dans le sud ne fasse pas partie de ces mêmes plans qui n’attendent que le moment opportun pour se généraliser et devenir ensuite une épidémie. C’est dans les moments difficiles que les véritables alliés se reconnaissent. Le reste n’est que résidu qu’il faut s’en débarrasser sans regret car en économie comme on dit il n’y a pas de moralité.




    0



    0
    Anonyme
    26 janvier 2013 - 16 h 08 min

    Bon debarrat..j’espère que le
    Bon debarrat..j’espère que le gouvernement algerien va les expulsés,du territoire,et enfin données le boulot aux algeriens,qui rase les mûrs




    0



    0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.