Des agriculteurs de Skikda accusent leurs responsables d’escroquerie

Quarante agriculteurs interpellent le ministre de la Justice, Mohamed Charfi, sur une affaire de détournement des fonds et des équipements de leur mutualité. Dans une lettre, ils appellent le ministre à réparer «la profonde injustice» dont ils sont victimes depuis longues années. Ils relatent comment le président de leur mutualité et son directeur par intérim ont procédé à la vente du matériel appartenant aux agriculteurs membres de cet organisme de protection sociale. Ils expliquent qu’en 2001, ces deux responsables de la mutualité ont «profité de l’âge et de l’ignorance» de ces agriculteurs pour s’emparer du matériel en question et le vendre pour 9,5 millions de dinars. Cet argent n’est jamais rentré, d’après eux, dans les caisses de la mutualité. Pour légaliser ce «hold-up», ces deux responsables, que ces agriculteurs pointent d’un doigt accusateur, auraient recouru à une opération de liquidation de la mutualité à travers la cession de la totalité des actions à un groupe de travailleurs, sept exactement, dont le fils du président de la mutualité et le directeur par intérim lui-même. «Cela a été fait contrairement à la volonté des 40 agriculteurs membres de cette mutualité», assurent-ils dans leur lettre. En réaction au mécontentement des mutualistes, les deux responsables de cette opération de liquidation ont convoqué une assemblée générale le 20 juin 2002 qui, en fait de compte, n’a servi qu’à «officialiser leur entreprise diabolique de cession des actions au profit de ce groupe restreint». «Un huissier de justice sur mesure a pris part à cette assemblée», dénoncent-ils. Les quarante agriculteurs ont ensuite déposé plainte. L’affaire est passée le 25 mars 2008 devant le tribunal qui a acquitté les deux mis en cause dans des conditions jugées «douteuses» par les plaignants, qui demandent au garde des Sceaux d’intervenir pour «mettre un terme à ce qu’ils qualifient de mascarade au niveau de la justice à Skikda». Ils ont également écrit à Helen Clark, responsable du programme de développement onusien UNDP-UN. Selon eux, durant la longue procédure devant la justice, les deux responsables de la mutualité ont vendu tous les équipements d’huilerie pour une valeur de 120 millions de dinars. Ces agriculteurs possédaient en effet dans la cadre de cette mutualité quatre huileries à El-Harrouch, dans la wilaya de Skikda.
Sonia B.
 

Commentaires

    Khaled Ibn Walid
    30 janvier 2013 - 12 h 19 min

    Ce n’est pas nouveau. En
    Ce n’est pas nouveau. En Oranie c’est pire encore les responsables des chambres de l’agricutrure, n’acceptent jamais les journalistes surtout celle de la ville de Misserghine. Allez y voir pourquoi. Vous serez surpris!!!!!!!




    0



    0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.