Coût de la vie en Algérie : l’étrange classement de l’agence britannique The Economist Intelligence Unit

Alger est dans le top 10 des villes où le coût de la vie est le moins cher au monde. Cette information a l’air d’une blague mais elle est donnée très sérieusement par l’agence financière The Economist Intelligence Unit dans son rapport annuel 2013. Le classement est tiré d’une étude qui compare le coût de la vie dans les 131 plus grandes villes du monde, après analyse des prix de 160 produits et services (l’alimentation, l’habillement, les articles ménagers, les transports, le loyer, l’éducation, la santé, les factures des services publics, électricité, eau, le logement, les carburants et les loisirs). Alger occupe la 126e place aux côtés de Téhéran (122e), Djeddah (123e), Panama city (124e), Colombo (125e), Bucarest (126e, ex-aequo avec Alger), Katmandou (128e), New Delhi (129e), Mumbai et Karachi (130e). Sachant que les villes ont été classées par rapport à l’indice du coût de la vie de New York qui est à 100, l’indice d’Alger a été évalué à 54. Supermarchés, commerces de proximité et magasins de luxe ont été passés au crible par le magazine économique. A titre comparatif, indique Economist Intelligence, un kilogramme de pain coûte actuellement 1,89 dollar à Alger contre 9,06 dollars à Tokyo, tandis qu’un litre d’essence sans plomb coûte 0,28 dollar à Alger contre 2,61 dollars dans la capitale norvégienne Oslo. De toute évidence, les enquêteurs du magazine économique n’ont pas pris en compte le coût de la vie en Algérie où le Smig au taux officiel de change est d’environ 230 dollars, ce qui donne une appréciation toute autre ! De plus, sont-ils allés dans les marchés où les Algériens font leurs courses ? Une petite virée leur aurait permis d’observer que les ménagères ont souvent «le vertige» devant les prix parfois prohibitifs affichés et ne savent plus sur quel pied danser. Ne parlons pas du poisson qu’il soit bleu ou blanc. Tous les signaux et les indices convergent vers une détérioration du pouvoir d’achat. Chiffres à l’appui. L’Office national des statistiques (ONS) a reconnu que le taux d’inflation en Algérie a presque doublé en 2012 ! Il s’établit à 8,9% contre 4,5% en 2011. Globalement, les prix à la consommation ont augmenté de 9%, nous apprend encore l’ONS selon lequel cette hausse vertigineuse s’explique surtout par «une forte augmentation de plus de 21% des prix des produits agricoles frais». Il faudrait que les enquêteurs de Economist Intelligence viennent à Alger durant le Ramadhan au moment de la traditionnelle augmentation vertigineuse des prix. Durant cette période sacrée, la flambée des prix des fruits, de saison pourtant, de la viande ainsi que d’une longue liste des produits alimentaires prive généralement beaucoup citoyens aux modestes revenus de garnir leur meïda. Pour compléter l’information et comparer, les 10 villes les plus chères au monde sont Tokyo, Osaka, Sydney, Oslo, Melbourne, Singapour, Zurich, Paris, Caracas et Genève, dont l’indice va de 152 pour la capitale japonaise à 124 pour Genève surpassant l’indice 100 de New York.
Karim Bouali
 

Comment (15)

    Anonyme
    8 octobre 2013 - 8 h 09 min

    comment voulez vous que les
    comment voulez vous que les produits soient les moins cheres au monde alors que ces derniers sont totalement importes. limportation demande a payer la douane donc on doit ajouter 50 pour cent au prix d achat avec tout ce qui est manutention. alors le prix devient le double du prix par rapport au prix d achat . cela veut dire que le peuple algerien paye beaucoup plus le produit par rapport au peuple du pays producteur.
    ca veut dire plus chere que l europe et meme la chine ou le bresil.




    0



    0
    mohamed
    27 avril 2013 - 23 h 57 min

    la vie à dellybrahim est plus
    la vie à dellybrahim est plus chère que la vie à new york, j’ai vécu dans les deux coins et je sais ce que je dit, à vous de juger.




    0



    0
    baraa
    16 février 2013 - 21 h 05 min

    le vrai critère pour calculer
    le vrai critère pour calculer le niveau de vie par rapport aux produits de base (nourriture, logement, vêtement, santé, transport, énergie) est de calculer par rapport au salaire médian (et non pas moyen car le salaire médian calcule où se situe la majorité des personnes et non pas la moyenne entre les plus riches et les plus pauvres …et que souvent personne ne connait) le nombre d’heures ou de minute qu’il faut travailler avec ce salaire pour pouvoir se procurer tel ou tel produit de base




    0



    0
    BFarouk
    15 février 2013 - 15 h 44 min

    S’il est vrai qu’un esprit
    S’il est vrai qu’un esprit avisé est avant tout un esprit critique, alors l’objectivité et le concret seraient les seules mesures compréhensibles et admissibles par celui-ci.

    Le résultat d’une telle étude dépend totalement des critères choisis et sur lesquels, repose la conduite de cette étude. Une critique objective d’une telle étude, à mon sens, ne peut être faite que suivant la critique objective et par des données contradictoires fiables et vérifiables des critères en question et de leurs résultats.

    Quand vous soulevez le fait que les enquêteurs n’ont pas pris en compte le coût de la vie en Algérie par rapport au Smig (SNMG plus exactement) qui représenterait 230 USD au taux officiel de change, « ce qui donne une appréciation toute autre ! » ; Il ya lieu de savoir, tout d’abord, que dans beaucoup de pays la notion de salaire minimum est très différente de la notre. Il est souvent question d’un minimum pratiqué dans les différents secteurs d’activité ou villes. Au Japon, il n’existe pas de salaire minimum unique comme en Algérie. Il est fixé suivant des critères sectoriels par les différentes préfectures. Il est plus avisé de se référer au salaire moyen plutôt qu’au SMIG national proprement dit.

    Aussi et afin d’étayer vos dire, il aurait été plus opportun de comparer, par exemple, les ratios des prix en question sur les salaires moyens pratiqués :

    A Tokyo, le salaire moyen est d’environ 1400,00 USD Brut – en Algérie, selon l’institut national du travail le salaire moyen se situerait à 33000,00 DA Net. Donc, le kilo de pain représenterait 0,45% du salaire moyen net pour Alger (1,89/422 USD) et 0,65% du moyen salaire brut pour Tokyo (9,06/1400 USD). Cela aussi donne une toute autre appréciation, non ?

    Mais là encore, c’est insuffisant pour une critique objective car il faut prendre en compte beaucoup d’autres critères au préalable ; tel que le logement, l’habillement, les soins, …etc.

    Les critiques intuitives sont rarement opportunes et avisées.




    0



    0
    Anonyme
    14 février 2013 - 14 h 59 min

    Dans un monde parfait ou
    Dans un monde parfait ou toutes choses égales par ailleurs, la vie en Algérie n’est pas chère. Ceci dit, Ils doivent revoir leurs critères d’évaluations qui semblent vraiment invraisemblables. Comment peut-on parler de cout de la vie sans comparer celui-ci au smig, et sans parler de la marche formel et marche informel qui est dominant, la spéculation et j’en passe.




    0



    0
    satifi.dz
    13 février 2013 - 23 h 52 min

    @syriano
    salma ahlikoum

    @syriano
    salma ahlikoum entierement d’accord avec toi les contradicteurs feraient bien d’ouvrir les yeux sur la realite du monde et ce que vivent les autres peuples a l’heure de « la crise » Bien que la situation d’une grande partie des algeriens soit difficile, peu des notres connaissent la faim, contrairement a une part croissante des peuples des pays « avances et developpes ». Alors ne parlons pas des peuples sous developpes qui eux ont a subir une veritable catastrophe.




    0



    0
    Blek
    13 février 2013 - 21 h 14 min

    Ayez un peu d’humour ! peut
    Ayez un peu d’humour ! peut être que cette agence britannique voulait simplement parler de gout ou de dégout de la vie en Algérie.
    Quant au cout de la vie il faudra repasser.
    Sachez aussi que les économistes comme les experts sont fait pour se tromper….




    0



    0
    Anonyme
    13 février 2013 - 20 h 23 min

    c’est vrai que les pris
    c’est vrai que les pris pratiqués en Algérie sont moins que ceux pratiques dans les pays européens, mais ce que cette enquête ne prend pas en considération c’est la réalité des salaires , en effet le smig en Algérie ne fait pas plus de 150 euros incomparables au 1200 euros des français, alors au lieu de regarder de coté des prix, il faut regarder la réalité de pouvoir d’achat.




    0



    0
    Horizon
    13 février 2013 - 19 h 30 min

    A tout ceux qui critiquent le
    A tout ceux qui critiquent le président bouteflika et sa politique de gestion , qui le prennent pour un super Homme .
    Qui lui attribue des qualités surnaturel , comme celle d’être partout a la fois derrière chaque algériens et algériennes .
    Simultanément aux mêmes moments , pour contrôlé ce que font toutes les personnes qui gèrent les déniés publics de par leur fonction sur tout le territoire algérien .

    Eh bien je vous enjoint de lire cela et de le considéré pour vous .
    Les critiqueurs éternel mécontents….

    LE PÉCHEUR ET LE BUSINESSMAN

    Dans un petit village au bord de la mer, vivait un pécheur dans un cabanon rustique, mais accueillant, au bout d’une plage de sable fin. Tous les matins, il partait sur sa barque parmi les flots azurs d’une eau limpide et poissonneuse. Tous les matins il revenait avec suffisamment de poissons pour manger lui et sa famille. Ensuite étendu sur son hamac il faisait la sieste. Un jour après le repas alors qu’il s’apprêtait à faire un somme bien mérité de son point de vue, un homme élégamment habillé se présenta à lui :

    — Bonjour, je vous observe depuis quelques jours, et je constate que tous les matins en à peine une heure et demi vous ramener assez de poissons pour votre famille. Mais si vous péchiez toute la matinée, vous attraperiez plus de poissons et vous pourriez en revendre.

    Le pêcheur ouvre un œil et demande : « Mais, pourquoi faire ? »

    — Et bien avec l’argent que vous gagneriez, vous pourriez acheter du matériel plus performant, ainsi vous attraperiez plus de poissons, vous gagneriez plus d’argent et ensuite vous pourriez acheter d’autres barques et vous attraperiez encore plus de poissons, et comme cela vous pourriez même acheter un chalutier.

    Le pêcheur toujours dans son hamac : « Mais, pourquoi faire ? »

    — Et bien, j’ai fait HEC et d’autres grandes écoles, et je pourrais vous aider à trouver des marchés à l’international, vous pourrez, avec les bénéfices, acheter toute une flotte de chalutiers, ouvrir des usines de transformation et de mise en conserve, et créer une véritable multinationale. Vous aurez des milliers d’employés qui vous rapporteront des millions de bénéfice. Vous deviendrez un homme très riche. Vous pourrez voyager où vous voulez, vous dormirez dans les meilleurs hôtels et mangerez dans les meilleurs restaurants.

    Le pêcheur, toujours allongé : « Mais, pourquoi faire ? »

    — Et bien, vous deviendrez quelqu’un de connu et respectable, vous aurez des bureaux à New York, Londres, Hong Kong, vous rencontrerez des célébrités, on vous invitera à des réceptions et des cocktails, vous ferez partie du beau monde…

    Le pêcheur, étonné : « Mais pourquoi faire ? »

    — Et bien, vous pourrez investir dans la finance, acheter des actions en bourse, spéculer sur la dette des états et intervenir dans les décisions des plus grands organismes qui gouvernent la planète. Vous défendrez âprement vos intérêts et celui de vos descendants en influençant les décisions des gouvernements afin que les lois vous favorisent et que personne ne remette en cause votre patrimoine.

    Le pêcheur un peu agacé : « Oui, mais tout ça pourquoi ? »

    — Et bien ensuite, une fois que vous aurez stabilisé vos affaires, affaibli la concurrence, racheté et démantelé les entreprises qui auraient pu vous nuire, vous aurez créé un véritable empire qui comptera dans le monde des affaires. A ce moment vous pourrez enfin profiter de la vie, vous vous retirer et profiter de vos dernières années, vous achèterez un cabanon sur une plage de sable fin et vous irez pécher pour votre plaisir, vous mangerez vos prises en famille tranquillement avant de faire une petite sieste dans un hamac bercé par la brise marine…………

    « Tout ça pour ça ! »




    0



    0
    Kaddour El Jiâne
    13 février 2013 - 16 h 37 min

    Je crois que  »The Economist
    Je crois que  »The Economist Unit » a reçu un pot de vin pour publier ces mensonges à l’approche des élections Présidentielles en Algérie.




    0



    0
    Chaâbi
    13 février 2013 - 16 h 31 min

    Cette institution devrait
    Cette institution devrait être traduite devant le tribunal international, pour diffamation et propos mensongères. Je pose une seule question aux responsables de cette boite:
    Pourquoi le dirham est plus quoté que le dinars ????????
    Je considére cette publication est une insulte à la majorité de la population Algérienne. Et j’oriente ses responsables de cessez de faire la fausse publicité pour des raisons d’élections Préside’ndielles de 2014.
    La& vérité le programme du Président est( un échec dans la mesure où de 1999 à2013 le SMIG n’a pas dépassé les 18 000 da, alors que le salaire des  »tournes pouces » à l’APN est 20 fois supérieur du salaire d’un ouvrier spécialisé… Alors qu’ont cesse de prendre le peuple fatigué d’une politiquer économique qui l’a guillotiné.
    Ont se retrouve aujourd’hui avec plus de voyaoux, plus de corrompus, plus de voleurs et bandits, plus d’agresseiurs dans les rues et boulevard des villes et villages, plus d’incompétence chez les policiers, moins de contrôle des biens de l’Etat, plus d’abus de pouvoir, plus d’abus d’autorité, plus de vol de voiture, plus de magouilleurs, plus de truands du fisc, plus de trafiquants de drogue et bien sûr moins de justice…..à suivre.




    0



    0
    salim
    13 février 2013 - 16 h 23 min

    @kerdache
    Je suis entièrement

    @kerdache
    Je suis entièrement d’accord avec toi ! c’est une évidence ! SA CREVE LES YEUX !!!!!

    après In Amenas et après que Cameron soit monté sur son estrade en fustigent notre fier et cher gouvernemant, ils nous cires les so’bat et tant mieux !
    e méa culpa anglais et plaisant c’est vrai, mais la réalité en Algerie, pour le salarié moyen et tout autre malheuresement.




    0



    0
    syriano
    13 février 2013 - 15 h 12 min

    @Karim Bouali
    Je ne sais pas

    @Karim Bouali
    Je ne sais pas pourquoi pour vous tout cela a l’air d’une blague et je ne sais pas pourquoi pour vous tout cela a l’air étrange???
    Certe,pour moi,le cout de la vie en algerie reste modérément chère mais comparer au monde,on reste bien mieux que le reste du monde et les pays developpé
    Savez vous que par exemple en france le cout de la baguette est de 0.90euro et certaine boutique 1euro.Savez vous que le prix moyen d’une location de 50m2 est de 900euro(dans les banlieus parisienne,a paris c’est encore beaucoup plus chere).
    Le cout de la vie est devenu tres chere en france et beaucoup de personne vont dans les soupes populaires pour pouvoir se nourrir(les restos du coeur)Au usa,savez vous qu’ils sont plus de 60 millions de personne a faire la queue pour les soupes populaire et pour essayer de s’heberger,ce qui fait presque le quart de la population.En france,en ce moment,il ya beaucoup de cambriolage de boucherie,les francais ont faim!!!
    Je parle en connaissance de cause.
    Informez vous Mr Karim Bouali,la famine gagne le monde de façon spectaculaire et heureusement,nous,en algerie,on est encore loin de crever de faim,al hamdulilah
    http://liesidotorg.wordpress.com/2012/11/26/la-situation-reelle-des-etats-unis-est-loin-du-decor-virtuel-des-statistiques-manipulees-et-publiees/

    en grece c’est la famine:
    http://www.egaliteetreconciliation.fr/En-Grece-la-faim-s-etablit-11860.html

    prevision de l’onu pour 2013:
    http://www.express.be/business/fr/economy/lonu-prevoit-une-crise-alimentaire-mondiale-en-2013/179173.htm




    0



    0
    axelpanzer
    13 février 2013 - 15 h 05 min

    C’est un classement normal
    C’est un classement normal et logique c’est fait pour une classe moyenne qui doit certainement avoir un revenu egal ou superieur à 1000 dollars par mois compte tenu du seul revenu qu’est le petrol! et ceci est à mon humble avis!!




    0



    0
    Kerdache
    13 février 2013 - 13 h 59 min

    Ce sont les benefices de la
    Ce sont les benefices de la visite de mr Cameron et leurs remerciements pour les nombreux contrats qu’on lui a surement promis




    0



    0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.