Syrie-Turquie : la guerre de l’eau a-t-elle déjà commencé ?

Les réserves d'eau douce du Moyen-Orient ont diminué d’un volume qui équivaut à celui de la mer Morte, a montré une spécialiste de la Nasa, qui impute ce fait à la mauvaise gestion de l'or bleu, liée à l’accroissement de la demande, et à la sécheresse de 2007. Selon l’étude, la situation ira en s’aggravant avec une diminution des réserves hydriques de l’ordre de 10% à l’horizon 2025, alors que la demande va s’accroître de 60% en 2045. Les bassins du Tigre et de l'Euphrate sont dominés par la Turquie. Les pays riverains des bassins de ces deux grands fleuves (Turquie, Syrie, Irak) n'ont pas la même interprétation des textes internationaux sur cette ressource. La Syrie et l'Irak en bout de course pâtissent des décisions unilatérales de la Turquie. Cette dernière a lancé dans le sud-est de son territoire un «grand projet anatolien», qui prévoit la construction de vingt barrages sur le Tigre et l'Euphrate. La Turquie utilise également l’eau de ces deux fleuves pour son agriculture. Quand une sécheresse réduit les disponibilités d'eau douce en surface, les autorités se replient sur les réservoirs naturels dans le sous-sol pour faire face aux besoins. «La gestion de l'eau est une question complexe au Proche-Orient, une région qui fait déjà face à des ressources limitées», note Kate Voss, une hydrologue de l'université de Californie, coauteure de l'étude. «Le Proche-Orient n'a déjà pas beaucoup de ressources en eau et c'est l'une des régions du monde qui aura le moins de précipitation en raison du changement climatique», relève aussi Jay Famiglietti, coauteur. «Le Proche-Orient doit gérer les ressources d'eau disponibles au mieux… alors que la demande continue à augmenter, dit-il, mais les pays de la région ne coordonnent pas leur gestion de l'eau en raison de différentes interprétations des lois internationales et des tensions politiques.» Tout indique que les ingrédients pour un conflit entre ces trois pays sur la question de l’eau sont déjà prêts.
Kamel Moulfi

Comment (5)

    Amina
    27 février 2013 - 5 h 27 min

    Voici la vérité sur la
    Voici la vérité sur la syrie
    https://www.youtube.com/watch?v=bXTbMitFJZ8&feature=player_embedded#!




    0



    0
    Amina
    25 février 2013 - 16 h 36 min

    La Syrie c’est la suites des
    La Syrie c’est la suites des accords de Sykes-Picot
    La Syrie est en en état de guerre depuis plus de deux ans. Ce n’est pas une guerre civile, contrairement à ce dont les médias occidentaux —depuis longtemps devenus des armes d’intoxication de l’OTAN
    Dans cette histoire le benefice qu’en tire l’émir du Qatar, ce n’est plus d’être maitre du PSG avec des footeux qui font de la pub pour slip et un état sans armée ni vraie population, ni même une memoire comme l’est le pseudo-état quatari, éphemere, si éphemere qu’il étend sa superficie urbaine sur des bon de sable. Le but de l’émir du Qata, valet des british, c’est de deveni le Calif de Damas, un titre suprême depuis l’avenement de l’Islam.
    L’émir du Qatar pense que l’on peut acheter un état comme on peut acheter le PSG ou les magasin printemps de Paris Haussman. Il se trompe!!!




    0



    0
    Times
    15 février 2013 - 22 h 44 min

    de quel droit l’Egypte
    de quel droit l’Egypte impérialiste pourrait-elle, elle, se servir à raison de 80 % des eaux du Nil en construisant l’un des plus grand barrage de tout les temps, pour enfin réorienter cette eau pour pour la faire gaspiller par absorption et évaporation extrême dans le désert ? ! Pourquoi les 100 millions d’Éthiopiens dont les terres fournissent les 80 % des eaux du Nil ne pourraient ils pas, eux aussi construire des barrages ? !
    En plus avec le barrage de Syène ( Assuan) l’une des historique de méditerranée, Alexandrie, voit ses côtes menacées et avec tout son patrimoine avec.




    0



    0
    Times
    15 février 2013 - 18 h 14 min

    La guerre de l’eau a commencé
    La guerre de l’eau a commencé depuis longtemps : Éthiopie Égypte ce qui a mené à l’indépendance de l’Érythrée. L’Ethyopie qui fournit 80 % de l’eau du Nil finira bien par construire ses 36 barages … ça sera fini pour l’Égypte.
    La Turquie avec le projet GAP au Kurdistan va assécher et totalement le Tigre et l’Euphrate.
    ça sera que du bonheur pour le monde et la fin de l’histoire pour le nazional socialisme arabe bon débarras !




    0



    0
    syriano
    15 février 2013 - 17 h 13 min

    @Kamel Moulfi
    C’est un sujet

    @Kamel Moulfi
    C’est un sujet tres interessant qui mérite qu’on en parle.
    A mon humble avis,il aurait été également necessaire d’introduire la colonie d’israel dans votre rapport.
    Car,bien que les relations entre « israel » et la turquie paraissent houleux depuis 2010 avec les 9turc tué par les colons d’israel,en réalité,les relations entre cette colonie qu’est « israel »et la turquie sont excellente comme toujours depuis 49.Ce qui est normal,la turquie est membre de l’otan.
    Et en ce qui concerne l’eau,d’apres wiki je cite:
    « En août 2002, Israël et la Turquie ont signé un accord portant sur 50 millions de m3 d’eau douce par an pendant vingt ans, pour une valeur d’environ un milliard d’euros.
    Début décembre 2010, malgré les dernières tensions entre Israël et la Turquie, les Turcs envoie deux bombardiers d’eau en Israël pour faire face à l’incendie qui ravage le Mont Carmel »




    0



    0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.