Iyad Ag Ghali désigné comme terroriste par les Etats-Unis

Le département d’État a désigné Iyad ag Ghali comme terroriste mondial spécialement désigné en vertu du décret exécutif (EO) 13224, qui cible les terroristes et ceux leur apportant un soutien ou soutenant des actes de terrorisme. Cette désignation entraîne le blocage des biens soumis à la juridiction des États-Unis dans lesquels Ghali a un intérêt et les ressortissants américains ne sont pas, en général, autorisés à mener des transactions avec lui ou à son profit. Ghali est également répertorié par le Comité 1267/1989 des sanctions Al-Qaïda des Nations unies. La liste de l’ONU exige que tous les États membres mettent en œuvre un gel des avoirs, une interdiction de déplacement et un embargo sur les ventes d’armes à Ghali. L’action de l’ONU démontre la volonté internationale d’éliminer les actes de violence de Ghali au Mali et dans la région. Iyad ag Ghali est le leader d’Ansar Dine, une organisation opérant au Mali qui travaille en étroite coopération avec Al-Qaïda au Maghreb islamique (Aqmi), et désignée comme organisation terroriste étrangère. Ghali a fondé Ansar Dine fin 2011, car ses tentatives de prendre en charge une organisation laïque targuie avaient échoué en raison de ses opinions extrémistes. Ghali a reçu un soutien de la part d’Aqmi dans sa lutte contre les forces maliennes et françaises, plus particulièrement dans la prise des villes maliennes d’Aguelhok, Tessalit, Kidal, Gao et Tombouctou, entre janvier et avril 2012. Avant l’intervention française en janvier 2013, les citoyens maliens, dans les villes contrôlées par Ansar Dine, qui ne se conformaient pas aux lois de l’organisation, faisaient face au harcèlement, à la torture ou aux exécutions. Avant la création de cette organisation terroriste, Ghali a dirigé, en 1990, une rébellion contre le gouvernement malien à la tête du Mouvement populaire pour la libération de l’Azawad (MPLA). En 1991, il est devenu le secrétaire général d’un groupe dissident du MPLA, avant de devenir négociateur principal de la communauté touareg auprès du Bureau du président malien, suite aux accords de paix de 1992. En 1999 et 2003, il a servi d’intermédiaire dans la libération des otages occidentaux détenus par le Groupe salafiste pour la prédication et le combat (un précurseur d’Aqmi). En 2006, Ghali a pris le commandement des combattants rebelles responsables d’attaques contre des bases militaires à Kidal, au Mali.
C. P.
 

Comment (2)

    00213
    28 février 2013 - 13 h 00 min

    Le point commun entre Oussama
    Le point commun entre Oussama Ben Laden et Iyad Ag Ghali ?
    Même patron…
    De plus l’un roulait pour l’Arabie saoudite et l’autre roule pour le Qatar.
    .
    Et on verra bientôt des vidéos sur le net appelant au jihad contre le gouvernement koufar algérien, ce qui sera la bonne occasion pour nous envoyer leurs mercenaires détruire le pays pour libérer son peuple opprimé.
    .
    Le problème c’est que là, ILS SONT TOMBÉS SUR LES ALGÉRIENS !




    0



    0
    syriano
    28 février 2013 - 10 h 25 min

    Malheureusement ce type a été
    Malheureusement ce type a été manipulé,lorsque on se tient proche des saoudiens(les vassaux des americano sionistes),on finit par se faire avoir.
    C’etait et je ne sais pas si c’est le cas,un homme censé qui a collaboré avec l’etat algerien.C’est en parti grace a lui qui a eu les accord d’Alger de 2006 pour pacifier et unifier le mali que les USA mette tant d’energie a défaire et a embrasé le sahel.
    Est-il vraiment recherché par les USA??? ou est-ce un autre type du genre Ben laden,c’est a dire un membre de la CIA qui joue le jeux qu’on lui demande.
    Si vraiment il y a une réel animosité de ce type de la part des USA,alors c’est un pur résistant qui bien qu’il a été manipulé,est un résistant qui lutte pour l’indépendance de son pays.Je signale que ceux qui gouverne le Mali ne sont pas du tout légitime,l’ancien soldat qui a pris le pouvoir avait passé une 10année dans l’armée américaine au Texas et en Georgie(usa).Je rappelle qu’il y a eu un coup d’etat en mars 2012 au Mali et c’est Amadou Haya Sanogo,un soldat qui a passé plusieurs années dans l’armée americaine et financé par ces derniers pour prendre le pouvoir.




    0



    0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.