Sellal réunit plusieurs ministres sur l’affaire des kidnappings d’enfants

Le Premier ministre Abdelmalek Sellal présidera, demain dimanche, une importante réunion sur le phénomène du kidnapping. L’annonce a été faite aujourd’hui de Béchar par le ministre de l’Intérieur, Dahou Ould Kablia. Cette rencontre regroupera l’ensemble des représentants des secteurs concernés pour l’examen des différents aspects opérationnels de prévention et de lutte contre ce type de crimes, notamment la Sûreté et la Gendarmerie nationales, qui disposent de moyens pour résoudre ce type de criminalité. «Au cours de cette rencontre, seront aussi examinés les différents aspects psychologiques de prévention et de lutte contre ce genre de crimes», a souligné Ould Kablia, qui affirme que le phénomène des kidnappings d’enfants «est une question qui préoccupe énormément» le gouvernement. Le ministre de l’Intérieur se dit certain qu’à l’issue de cette réunion, d’importantes mesures seront prises pour prévenir les enlèvements et mieux sécuriser nos villes et quartiers. M. Ould Kablia reconnaît l’insuffisance de la couverture sécuritaire dans certaines localités et villes nouvelles. Une question qui sera prise en charge dans les plus brefs délais, assure-t-il. Cette réunion a été décidée après le double meurtre horrible de deux enfants à Constantine. Un double crime qui émeut encore les Algériens qui n’arrivent toujours pas à expliquer une telle sauvagerie.
Sonia B.
 

Comment (10)

    alatou
    17 mars 2013 - 21 h 28 min

    moi je vois bien mr sellal
    moi je vois bien mr sellal vraiment président.ses prises de positions, son comportement avec les citoyens,un homme propre très compétant et c’est l’homme de la situation actuelle.il parle et agit rapidement,il suit tout ce qui se passe et apporte des solutions.c’est très bien .




    0



    0
    00213
    17 mars 2013 - 10 h 59 min

    J’apprécie le style M. Sellal
    J’apprécie le style M. Sellal : ACTION – RÉACTION ET SURTOUT CONCRET
    Il apparait de plus en plus comme un présidentiable.
    Cela pourrait être fort intéressant…




    0



    0
    axelpanzer
    17 mars 2013 - 9 h 11 min

    il semble que mon commentaire
    il semble que mon commentaire n’ait pas été écrit pour cet article?




    0



    0
    axelpanzer
    16 mars 2013 - 22 h 17 min

    Notre president fait
    Notre president fait participer ses freres à la gestion du pays
    et comme ils n’ont rien à voir avec la gestion d’une nation,ils vont commencer par se mettre plein les poches!!!!pour ce qui est du silence ,il est parait il une grande tradition presidentielle qui s’appelle la politique de l’autre ruche qui consiste à piquer le miel d’une ruche tout en faisant miroiter une autre aux enqueteurs!!!




    0



    0
    abdelkader wahrani
    16 mars 2013 - 15 h 15 min

    monsieur le ministre comment
    monsieur le ministre comment se peut-il que l´on pardonne des crimes odieux, que Allah lui-même ne pardonne pas? comment pardonner a ces monstres pédophiles qui ont égorgés des enfants innocents?. ca ne sert a rien psychologie preventive contre ce phénoméne des kidnapping et assassinats d´enfants? nous voulons la peine de mort???.




    0



    0
    Anonyme
    16 mars 2013 - 14 h 18 min

    le gouvernement algérien doit
    le gouvernement algérien doit revoir et rectifier sa copie de A a Z… pas rien que les kidnappings d’enfants..mais il faut aussi une protection totale..pour les femmes/filles contre les agressions et les viols, l’élimination du terrorisme, narcotrafiquants,contrebandiers, le marché informel, les voyous au col blanc voleurs des milliards $,€,£, du peuples algériens, les parasites islamistes, les ong,ces grévistes à la cons ,les negriers,l’immigration,securisations des frontières, expulsions de toute personnes ne respectant pas la loi algérien et compris les ambassades établis..et je cité comme exemple..l’excentrique ambassadeur yankees, moi si j’étais président de la R A D & P. je donne l’ordre..au ministre des A E. d’expulsé ce dangereux individu et la fermeture de cet officine, ainsi que celles du morocco,tunisie,lybie,égypte,malie,turquie,quatar,l’arabie maudite…etc




    0



    0
    FERHAT SALAH
    16 mars 2013 - 13 h 19 min

    Nous voulons l’éxecution des
    Nous voulons l’éxecution des criminels des enfants dans les lieux public.




    0



    0
    inspektor Tahar
    16 mars 2013 - 13 h 14 min

    Sellal réunit plusieurs
    Sellal réunit plusieurs ministres sur l’affaire des kidnappings d’enfants….S attaquer aux enfants et aux personnes âgées toutes les jurisprudence des pays de la planète sont impardonnables et impitoyables des peines capitales. La solution pour les pédophiles uniquement la castration est efficace….le reste comme la réhabilitation, la prison a court terme etc….n est que de la poudre aux yeux….La pédophilie est répandue dans le monde arabo musulman depuis des siècles….Il s agit de lire les ouvrages des sociologues et auteurs tels que Abdenassr Hossein, Rashid Al Aleimi, Abdoulah Mustaqual, Changran Punjabie etc….




    0



    0
    yani fergane
    16 mars 2013 - 13 h 07 min

    que de bla bla. où va
    que de bla bla. où va l’algerie? où va notre chère pays? jusqu’à quand est le peuple mué.




    0



    0
    yani fergane
    16 mars 2013 - 13 h 03 min

    Des dirigeants algériens à
    Des dirigeants algériens à nouveau impliqués dans des scandales de corruption et pas des moindres. En effet, le président de l’ENI, la société nationale du pétrole d’Italie, l’équivalent de notre Sonatrach, est entendu, ainsi que certains membres de son staff, par la justice italienne à propos de pots-de-vin versés à des Algériens lors de contrats conclus avec Sonatrach. La presse italienne cite nommément Chakib Khelil, ministre de l’Energie à l’époque des faits, et Farid Bedjaoui, un intermédiaire algérien qui a la particularité d’être le neveu de Mohamed Bedjaoui, alors ministre des Affaires étrangères.

    On raconte que ce dernier est tellement lié à son neveu qu’il l’a fait assister à des négociations algéro-chinoises à Pékin pour la construction de l’autoroute Est-Ouest, alors qu’il n’exerçait aucune fonction officielle. La justice algérienne s’est intéressée, à un moment donné, au cas de l’ancien ministre, mais elle a été stoppée net par une décision venue «d’en haut». Elle n’a pas pu aller au-delà du PDG de Sonatrach de l’époque et de sous-fifres. Il n’en demeure pas moins que le préjudice subi par le Trésor algérien et révélé à Rome s’élève à presque 200 millions de dollars. Rien que ça !

    Malgré la gravité de l’affaire, le pouvoir algérien observe un silence absolu. Un silence qui en dit long sur l’état de déliquescence du pays. Depuis le déclenchement du scandale Sonatrach, les Algériens ont eu la nette impression que ce pouvoir est «pourri par la tête». Plus personne n’entend parler de Chakib Khelil. Plus personne n’entend parler de Rédha Hemch, un repris de justice devenu, en 2001, le décideur réel de Sonatrach et qui vit sans être inquiété entre la Suisse et la Turquie. L’Algérie n’a émis aucun mandat d’arrêt international contre des individus qui ont pourtant contribué à pourrir le climat politique et social, qui ont jeté la honte sur l’Algérie, classée parmi les pays les plus corrompus de la planète, et ce, depuis le commencement du troisième millénaire.

    Les traditions de corruption tous azimuts du makhzen marocain ont été transposées en Algérie et continuent de faire des dégâts considérables à l’économie nationale. Même Angela Merkel vient de se séparer d’une ministre et amie, accusée seulement de plagiat. Chez nous, les grands prédateurs se la coulent douce. A quand ressemblerons-nous quelque peu à l’Allemagne en matière d’éthique et de morale ? Il n’est pas interdit de rêver. Le silence du pouvoir s’apparente à du mépris pour les citoyens auxquels il a l’air de dire que les chiens aboient, les voleurs passent.




    0



    0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.