Affaire Sonatrach : les employés algériens de Saipem lancent un SOS

Les conséquences du scandale de corruption qui touche de plein fouet la compagnie italienne Saipem sont fortement ressenties par les travailleurs de sa branche forage en Algérie. Au nombre de 700, ils s’inquiètent pour leur avenir. Dans une déclaration rendue publique aujourd’hui, et dont une copie a été transmise à notre rédaction, ces travailleurs, qui capitalisent une longue expérience dans le forage pétrolier, lancent un véritable signal de détresse à l’adresse des pouvoirs publics afin qu’ils interviennent pour sauver leur gagne-pain. Ils affirment que Saipem Forage – totalement autonome de Saipem Contracting impliquée dans ce scandale de pots-de-vin – perd l’un après l’autre ses contrats de forage en Algérie. «Depuis l’éclatement au grand jour des scandales de corruption largement rapportés par la presse nationale et internationale, nous avons constaté que les opérations de la compagnie, notamment en termes de renouvellement et de prorogation des contrats avec ses partenaires, connaissent un ralentissement, voire un arrêt», souligne Youcef Hachani, secrétaire général du syndicat d’entreprise qui insiste sur le fait qu’il s’agit de deux entités économiques totalement séparées. Saipem Forage a perdu, entre autres, les marchés du Groupe espagnol Repsol, du russe Gazprom, du vietnamien PTT et d’AGP/Sonatrach. Des contrats importants qui représentent près de la moitié de son chiffre d’affaires. Au rythme où vont les choses, elle risque également de perdre ses contrats avec Petro-Canada, Shell, Burlington, BP, BHP et GSA. «Nous, représentants du syndicat Saipem Forage dont le siège est à Hassi Messaoud, déclarons que la compagnie n’a été à aucun moment impliquée dans cette affaire relative à l’obtention de projets en Algérie par des moyens frauduleux», est-il écrit dans la même déclaration. Très inquiets quant à l’avenir de leur entreprise, les travailleurs en appellent au président de la République, au Premier ministre et au ministre de l’Energie pour qu’ils agissent «rapidement» de sorte à éviter «l’aggravation de la situation». Saipem Forage s’est installée en Algérie en 1976. Elle est considérée comme l’une des compagnies étrangères les plus anciennes. Spécialisée dans les forages pétroliers, elle a opéré sur la majeure partie des zones pétrolières en Algérie.
S. Baker

Commentaires

    djel
    19 mars 2013 - 9 h 01 min

    Ecrivez et faite une
    Ecrivez et faite une reclamation à Said Bouteflika et Chakib Khalil !!!! Hahahahahah !!!!!!!!!!




    0



    0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.