Les Brics à la France : «Non à la militarisation supplémentaire du conflit syrien !»

Les pays des Brics (Brésil, Russie, Inde, Chine, Afrique du Sud), en sommet à Durban, ont fait part, dans le communiqué final publié mercredi, de leur inquiétude face à la détérioration de la situation humanitaire et sécuritaire en Syrie. «Nous exprimons notre profonde inquiétude face à la détérioration de la situation sécuritaire et humanitaire en Syrie, et condamnons l'augmentation des violations des droits de l'Homme et des lois humanitaires internationales alors que la violence continue.» Réaffirmant leur «opposition à toute militarisation supplémentaire du conflit», ils soutiennent que la solution à la guerre en Syrie doit passer par le communiqué de Genève du 30 juin 2012. Ce dernier, adopté par les ministres des Affaires étrangères des principaux pays concernés par l'avenir de la Syrie, fruit d'âpres négociations avec le ministre russe Sergueï Lavrov, prévoyait notamment la mise en place d'un processus de transition politique mais sans pour autant évoquer le devenir du président syrien Bachar Al-Assad. Les Brics ont, par ailleurs, demandé aux parties prenantes de laisser les organisations humanitaires intervenir. S'agissant de l'Iran, les Brics ont également fait part de leur préoccupation face au risque d'escalade militaire, alors que les Etats-Unis et Israël menacent d'empêcher Téhéran de se doter de l'arme atomique. «Nous croyons qu'il n'y a pas d'alternative à une solution négociée au problème du nucléaire iranien. (…) Nous sommes inquiets des risques d'action militaire et de sanctions unilatérales», ont informé les dirigeants des cinq pays dans leur communiqué. «Nous reconnaissons le droit de l'Iran d'utiliser l'énergie nucléaire à des fins pacifiques dans le cadre de ses obligations internationales et soutenons une résolution des problèmes par des voies politiques et diplomatiques, et par le dialogue», ont-ils souligné.
Mohamed El-Ghazi
 

Comment (2)

    Nasser
    30 mars 2013 - 13 h 48 min

    L’Occident veut armer les
    L’Occident veut armer les terroristes Syriens ? Oh ! que c’est mauvais !!

    Parce que durant deux ans ils envoyaient de la nourriture, des médicaments, des jouets pour enfants et des fleurs ! Ces mercenaires étaient armés par qui alors ?

    En fait, il s’agit d’une façon d’échapper aux conséquences des crimes commis en ne cessant de déverser les armes à leurs criminels. Voyant le vent tourner et le règlement proche, ils ont lancé cette diversion « d’envisager » d’armer (maintenant) pour montrer qu’ils n’y étaient pour rien dans la militarisation et les crimes commis. Hollande pousse plus loin ; il « revient » même sur ce projet en trouvant le motif qu’il y avait « crainte » que les armes ne tombent entre les mains des « terroristes ». « Il lance des devinettes tout en donnant les réponses » comme disent les algériens. Les pays impliqués dans ces actions criminelles sont connus ; ils le paieront quel que soit maintenant leurs tactiques pour se disculper.




    0



    0
    00213
    28 mars 2013 - 22 h 07 min

    Ils ne servent à RIEN (sauf
    Ils ne servent à RIEN (sauf peut être les russes)
    La politique du ni pour ni contre les mènera dans une futur campagne néo-coloniale dont ils seront à leur tour victime…




    0



    0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.