Que vont faire les familles des disparus dans un forum essentiellement économique ?

Le Forum social mondial, qui se tient en ce moment à Tunis, a pour orientation principale, selon sa charte de principes, l’opposition «au néolibéralisme et à la domination du monde par le capital et toute forme d'impérialisme». Son objectif : «bâtir une société planétaire axée sur l'être humain». Le principe 4 de sa charte (voir : site FSM) ne comporte pas d’ambigüité sur ses buts : «Les alternatives proposées au Forum social mondial s'opposent à un processus de mondialisation capitaliste commandé par les grands entreprises multinationales et les gouvernements et institutions internationales au service de leurs intérêts. Elles visent à faire prévaloir, comme nouvelle étape de l'histoire du monde, une mondialisation solidaire qui respecte les droits universels de l'homme, ceux de tous les citoyens et citoyennes de toutes les nations, et l'environnement, étape soutenue par des systèmes et institutions internationaux démocratiques au service de la justice sociale, de l’égalité et de la souveraineté des peuples.» On comprend aisément que des syndicalistes et des membres d’organisations de chômeurs, premières victimes du système économique néo-libéral mondial dénoncé par le FSM, soient présents à Tunis, les militants d’organisations des droits de l’Homme, aussi, à la limite, mais que vont faire les familles des disparus dans ce forum essentiellement économique ? Y a-t-il une volonté d’infiltrer le FSM dans le but de le détourner de sa vocation anticapitaliste en le jetant dans les méandres du «printemps arabe», pour l’amener finalement à servir une stratégie contraire à la sienne, la stratégie des pays occidentaux qui vise à maintenir leurs intérêts et privilèges dans la région ? L’affaire des bus de transport refoulés à la frontière algéro-tunisienne pour défaut de papiers n’aurait eu aucune signification en rapport avec la liberté de circulation, si les personnes qui se trouvaient dans ces bus avaient été de simples passagers. Personne n’en aurait parlé et tout le monde aurait estimé normal qu’un pays – même s’il s’appelle Algérie – soit en droit d’appliquer sa réglementation en un point de sortie de son territoire. Pour faire franchir la frontière à un bus, il y a une procédure douanière réglementaire à suivre. Cette obligation légale décidée par un pays souverain n’a pas été respectée par la délégation qui voulait se rendre au Forum social mondial de Tunis. Les organisateurs de ce déplacement n’ont à s’en prendre qu’à eux-mêmes. D’autres Algériens ont participé à cette grande rencontre des altermondialistes sans qu’une autorité ne songe à les empêcher d’y aller. A moins que les «activistes» des droits de l’Homme se considèrent dispensés des obligations légales ou qu’ils pensent que la frontière algéro-tunisienne est une zone de non-droit, du moins côté algérien, alors que, justement dans le contexte actuel d’incursions terroristes dans les deux sens, elle est plus surveillée que jamais.
Karim Bouali
 

Comment (8)

    Anonyme
    30 mars 2013 - 13 h 54 min

    La censure fait rage ici, les
    La censure fait rage ici, les commentaires qui ne vont pas dans le sens de la ligne éditorial sont bloqué. 🙂




    0



    0
    00213
    28 mars 2013 - 22 h 11 min

    Les étudiants tunisiens
    Les étudiants tunisiens boycottent le FSM suite à la présence douteuse d’organisation israélienne (Mourad Guanouni – UGET)




    0



    0
    Réalité
    28 mars 2013 - 20 h 21 min

    Que sont d’abord ces familles
    Que sont d’abord ces familles de disparus ?
    Sont- ce les familles des membres du FIS ?
    Sont- ce les familles des membres du GIA ?
    Sont- ce les familles des membres de l’AIS ?

    Le choix de la Tunisie!!!!!!!!!?????????.

    Le président qualifie de «grave» ce qui se «trame» dans des pays Arabes voisins, Bouteflika appelle les Algériens à la vigilance.
    Oh BON Dieu épargne moi de mes amis,mes ennemies je m’en charge et Dieu est grand.




    0



    0
    abdelkader wahrani
    28 mars 2013 - 20 h 18 min

    les méres des disparus, ils
    les méres des disparus, ils ne sont vos méres!!! pour les critiques, les insultes vous-êtes trés fort. mais n´oubliez pas que vous-êtes les derniers (amam ed-dwal).




    0



    0
    bilal
    28 mars 2013 - 17 h 17 min

    Décidément et l’histoire le
    Décidément et l’histoire le prouve, nos vrais ennemis sont des « Algérien » ou considérés comme telle ? que veulent -il ? Même si leur demande est légitime ne fait-t-ils pas aussi le sale Job des organisations pas toujours soucieuses de justice. Quand je pose un regard extérieur à ce pays je me dis que le vers est a l’intérieur du fruit… Devra-t-on comme jadis le F.L.N a avec le MNA recourir encore au lacet de chaussures ! je suis pessimiste trop de gens veut la peau de notre pays et malheureusement les nationalistes Algériens(ceux qui ont l’Algérie dans les veines) sont très peu nombreux.




    0



    0
    Anonyme
    28 mars 2013 - 17 h 01 min

    qu’est qui vous fait mal
    qu’est qui vous fait mal




    0



    0
    Anonyme
    28 mars 2013 - 16 h 58 min

    Que sont d’abord ces familles
    Que sont d’abord ces familles de disparus ?
    Sont- ce les familles des membres du FIS ?
    Sont- ce les familles des membres du GIA
    Sont- ce les familles des membres de l’AIS ?
    Ils espèrent internationaliser leurs revendications. afin d’obtenir un statut équivalent à celui des moudjahidines. Percevoir des pensions et de fortes indemnités compensatoires. Elever des stèles au nom de leurs disparus et faire des ces derniers des martyrs ayant sauvé la nation de je ne sais quel péril.

    En second lieu le choix de la Tunisie de l’islamiste Rached Ghannouchi (un diplômé en théologie au rabais chef d’état, sans formation, sans expérience si ce n’est celle de grenouille de bénitier) par le mouvement des alter mondialiste n’est pas judicieux et prouve si besoin est les accointance et les convergences d’opinions de la mouvance de gauche, de l’extrême gauche, de l’internationale vert et socialiste avec les islamistes, salafistes, wahabites….

    Autant autoriser l’arabie saoudite, l’Algérie, le Pakistan… à organiser des meetings relatifs à la libération des la femme; ou bien organiser l’apéro ou une soirée de prières œcuménique chez clamallah glousseallah notre ministre salafiste du kulte qui s’ignore.




    0



    0
    amyne
    28 mars 2013 - 11 h 51 min

    crééer l ombryon d une
    crééer l ombryon d une nouvelle famille revolutionaire ……………….beuuuuuuuuuuuuuuuuuuuraaak…j e vomis




    0



    0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.