Enlèvement d’enfants : treize mis en cause devant la justice le 27 mai

Le procès de 13 personnes impliquées dans l'«enlèvement et le détournement» d'un nombre «indéterminé» d'enfants algériens pour les déplacer en Europe, notamment vers la France où ils sont adoptés en contrepartie de grosses sommes d'argent, aura lieu le 27 mai prochain devant le tribunal criminel d'Alger, a-t-on appris de source judiciaire. Les services de sécurité avait démantelé, en 2009, ce «dangereux» réseau à l'origine de la disparition d'un grand nombre d'enfants et leur déplacement vers l'étranger, à travers de fausses procurations, selon la même source. Le réseau, constitué d'Algériens et de Français, activait depuis les années 90 en Algérie ; l'enquête n'a pu déterminer le nombre exact des enfants enlevés. L'instruction dans cette affaire a été lancée suite au décès, en 2009, d'une jeune fille lors d'un avortement dans une clinique sise à Aïn Taya (Alger), appartenant à un médecin, H. K, principal accusé dans ce dossier criminel. Les investigations ont révélé que ce médecin généraliste se faisait passer pour un obstétricien propriétaire d'une clinique à Aïn Taya et, avec l'aide de sa sœur, il prenait en charge gratuitement des femmes enceintes célibataires jusqu'à ce qu'elles accouchent ; il exploitait aussi les fœtus avortés qu'il conservait dans un produit spécial et exportait vers l'étranger. Deux notaires sont également impliqués dans cette affaire, ils étaient chargés de rédiger «des documents de désistement», signés par les mères célibataires. Suite à une enquête approfondie, les services de sécurité sont parvenus à récupérer trois enfants au domicile d'une puéricultrice exerçant dans une pouponnière à El-Biar, et découvert «12 certificats d'adoption» rédigés entre 2005 et 2006, dans lesquels figurent neuf enfants déjà expatriés de manière illégale et dont la kafala a été confiée à d'autres personnes moyennant une somme d'argent. Grâce à la complicité du faux médecin, un ressortissant français a pu expatrier, en France, deux mineurs de père et de mère inconnus, les faisant passer pour ses enfants légitimes, selon la fiche de débarquement. Le médecin prenait en charge les mères célibataires pendant leur grossesse jusqu'à l'accouchement, après quoi, il enregistrait le nouveau-né sur les registres de l'état civil jusqu'à sa sortie du territoire sur la base de certificats d'adoption (kafala) rédigés par un notaire. Les bébés étaient ensuite confiés à une puéricultrice, qui prenait également en charge les femmes enceintes sur le point d'accoucher. Les mères célibataires impliquées dans cette affaire ont déclaré avoir été victimes de menaces et contraintes d'abandonner leurs enfants après leur accouchement.
R. N.
 

Commentaires

    inspektor Tahar
    31 mars 2013 - 22 h 27 min

    Enlèvement d’enfants : treize
    Enlèvement d’enfants : treize mis en cause devant la justice le 27 mai…Pourquoi ne pas faire comme beaucoup de pays …? Légaliser ce genre d’adoption international..?




    0



    0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.