L’article qui a dévoilé les noms des responsables impliqués dans le détournement de l’argent du pétrole

Si le nom de Réda Hemche est sur toutes les langues, celui d’Azzedine Madi n’apparaît nulle part dans le dossier sulfureux de Sonatrach. Pourtant, cet homme, inconnu du grand public, a joué un rôle clé dans cette affaire dans laquelle sont impliqués les plus hauts responsables de la compagnie, voire du secteur de l’énergie et des mines. Le système rentier parallèle mis en place est complexe. Il implique des dirigeants de la compagnie nationale et des hommes de main qui agissaient en marge de la sphère officielle et étaient chargés des liaisons entre les différents acteurs de cette machine à dollars dont les ramifications dépassaient les frontières. Comment fonctionnait le processus ? Azzedine Madi – parfois orthographié Mady – était le représentant de la FCPL, First Calgary Petroleums Ltd, une compagnie canadienne spécialisée dans l’exploration et le développement des gisements de pétrole et de gaz en Afrique du Nord et au Moyen-Orient, auprès du premier responsable du secteur en Algérie. Il était également en contact direct avec l’ancien vice-président de l’activité amont, Belkacem Boumediene, actuellement en prison. Madi rendait compte directement au PDG de FCPL, Richard Anderson, et Shane O’leary qui avait rejoint la compagnie en 2006 et accéda au conseil d’administration en 2007, avant d’être nommé PDG l’année d’après. Parmi les contacts importants de l’intermédiaire algérien, un ressortissant russe installé à Londres et répondant au nom de Michael Kroupieev, homme de confiance de son compatriote Yuri Shafranik, ancien ministre sous Boris Eltsine et actionnaire majoritaire de FCPL. Lorsque ce dernier décida de se passer des «services» de Madi en 2008, Chakib Khelil chargea son fils de servir de relais entre lui et les responsables de FCPL. Ce qu’il fit jusqu’à ce que cette mission fût échue à un Canadien répondant au nom de Claude Courtemanche, qui occupait le poste de vice-président à la FCPL et était basé à Hassi Messaoud. Recherché par les services de sécurité, Courtemanche quittera le territoire national clandestinement. Les pièces du puzzle étant reconstituées, il reste à comprendre comment tout ce beau monde avait tissé une toile d’araignée qui aspirait une partie de l’argent du pétrole algérien par mille et un subterfuges. Un contrat, dont Algeriepatriotique détient une copie (voir facsimilé dans Documents), stipule qu’Azzedine Madi devait percevoir 5% sur les profits nets réalisés par la société canadienne sur les blocs 405b et 406a à Hassi Berkine. Cet «avantage» accordé à Madi est une «juste récompense» qui fait suite à un premier versement de 10 millions de dollars pour avoir facilité l’accès à FCPL à ce gisement, après que la société canadienne eut reçu des garanties que ces deux blocs étaient commercialisables, donc riches en hydrocarbures. Autrement dit, FCPL n’a pas versé un centime pour la prospection et n’a donc pris aucun risque avant de se voir offrir sur un plateau d’argent ce gisement techniquement et économiquement exploitable. Il va sans dire que Madi, actuellement installé aux Emirats arabes unis et qui aurait amassé 150 millions de dollars grâce à cette opération, selon certaines indiscrétions, ne pouvait pas agir sans l’aval des hautes autorités de l’époque qui avaient substitué aux grandes firmes pétrolières étrangères intéressées par l’investissement dans l’exploration pétrolière en Algérie une multitude de petites entités, plus facilement malléables. En 2008, la FCPL, qui était financièrement incapable de développer son activité en Algérie, sera vendue à la compagnie italienne ENI, après une réunion «officieuse» qui s’est tenue à Milan et à laquelle avaient pris part l’ancien ministre de l’Energie, son fils et Azzedine Madi.
C’est à juste titre que l’ancien vice-président de Sonatrach, Hocine Malti, a rappelé, dans une interview parue dans Le Soir d’Algérie de lundi dernier, que «l’énergie pétrolière et gazière a permis aux gens du pouvoir de s’enrichir». Malti explique que la manne pétrolière, qui se chiffre en milliards de dollars, «a été exploitée à des fins personnelles par tous les régimes qui se sont succédé en Algérie, mais particulièrement par les responsables du pouvoir actuel qui l’exploitent beaucoup plus que leurs prédécesseurs». «Cet état de fait impose que l’information reste dans un cercle restreint. Pour pouvoir contrôler, dominer, il faut restreindre la diffusion de l’information», révèle l’auteur de Pétrole rouge. On comprend, dès lors, les raisons qui empêchent le comité supérieur de l’énergie, qui devait être présidé par le président de la République et dans lequel un certain nombre de ministères devaient être représentés, d’établir la politique énergétique du pays dans un cadre élargi et concerté. «Les décisions en matière de politique énergétique ont toujours été prises par le cercle de personnes initiées», a encore indiqué Hocine Malti qui résume, ainsi, tout un système mafieux érigé en doctrine.
Le traitement de l’affaire par le ministère de la Justice et la signature d’un mandat d’arrêt international à l’encontre de Réda Hemche, en fuite en Turquie, par le nouveau ministre Mohamed Charfi, laissent présager que le procès ne s’arrêtera pas en si bon chemin. Ces quelques éléments nouveaux fournis par Algeriepatriotique pourront servir à faire avancer ce dossier dont les éléments d’information, nous apprend une source bien informée, se trouvent entre les mains de Belkacem Boumediene. Mais, se demande notre source, comment les plus hauts responsables peuvent-ils ignorer ces manigances lorsqu’un simple vice-président sait tout ? Le secteur de l’énergie et des mines n’étant pas le seul à être gangrené par cette caste des voleurs de la République, Algeriepatriotique continuera de mettre à nu les affaires de corruption avec, à chaque fois, documents et preuves à l’appui.
M. Aït Amara
Consulter le contrat ici
Consulter l'analyse des experts ici

Comment (21)

    bscmsc
    1 septembre 2013 - 16 h 31 min

    Bravo pour cet
    Bravo pour cet article!!
    Comment explique que cet energumene de AZZEDINE MADI, issue d’une famille très pauvre de la cité La Montagne puisse du jour au lendemain se permettre des biens à Alger au su tout le monde. Ou étaient les services du fisc, de sécurité. Une bonne chose tout de même, ce nom de famille est exposé sur internet et il ne peux même visiter l’Algerie avec tout l’argent qu’il a!!




    0



    0
    insid
    13 août 2013 - 11 h 17 min

    depuis longtemps l Algérie
    depuis longtemps l Algérie souffre de cette race pourrit qui on détruit toute des generations la cour des conte rabi soubhanou vive l Algérie et sont peuples honnete




    0



    0
    Mozads
    13 août 2013 - 9 h 14 min

    En chine, on applique la
    En chine, on applique la peine capitale sur ceux qui osent détourner les biens publiques c’est pour cette raison qu’il y’as peu de corruption/détournement !

    A bon entendeur !




    0



    0
    Anonyme
    12 août 2013 - 19 h 57 min

    hassbia allah wa nihma
    hassbia allah wa nihma alwakil ya welade alhrame l’enfer est votre récompenses bandes de traitres ….!!!




    0



    0
    Ezzine
    3 avril 2013 - 15 h 41 min

    Ne s’agit-il pas bel et bien
    Ne s’agit-il pas bel et bien de crimes économiques ? Se taire et laisser les choses pourrir rend complices tout ceux qui de prés ou de loin ont la lourde responsabilité devant Dieu et les hommes d’agir pour y mettre un terme à tout ces holdups. Ne faut-il pas comprendre en ce sens pourquoi certaines voix crient haut et fort l’abrogation définitive sous des prétextes fallacieux de la condamnation à mort.
    S’ils s’en foutent éperdument de leurs responsabilités devant les hommes. Ils la payeront assurément devant Dieu le jour où ils passeront l’arme à gauche. Sauf si bien sûr ces voleurs et leurs complices penseront le moment venu de leur agonie pouvoir conclure un pacte avec l’ange de la mort pour le corrompre lui aussi afin de leur permettre de passer leur fortune mal acquise « Il Hih ». Où encore en essayant d’acheter une vie de jeunesse, de bonne santé, d’aisance fortunée et éternelle.
    Ne faut-il pas aussi leur donner rendez-vous dans leur lit de mort s’ils ont de la chance de l’occuper, ou mourir subitement par n’importe quel autre moyen catastrophique, pour faire partie du dernier voyage sans retour (accident d’avion, tremblement de terre, maladie incurable, mort subite inexplicable…). Vivrez autant que vous voulez. Vous allez certainement mourir le jour où vous y attendez le moins. Vos âmes sont damnées.
    Que tous ceux qui n’y font pas partie remercient Dieu.




    0



    0
    00213
    2 avril 2013 - 11 h 13 min

    Et pendant ce temps là, la
    Et pendant ce temps là, la mèche (du peuple) continue lentement de se consumer…
    …jusqu’à l’explosion ?




    0



    0
    JAZ
    2 avril 2013 - 0 h 24 min

    Un peuple de 1 500 000 de
    Un peuple de 1 500 000 de chahid,se fait berner par un pays corrupteur de 300 000 habitants,le Qatar,à peine plus grand,qu’une wilaya de la vaste Algérie,avec la bénédiction de nos dirigeants.J’AI LES BOULES!!!! A la tete,de la ligue arabe,création, insolite anglaise à la solde de l’occident.Un conglomérat de pays qui n’ont rien avoir en commun,surtout pour les pays d’Afrique du nord.Bientot,nos tango de syrie,vont rentrer au pays,pour une nouvelle décennie noire.A défaut d’avoir un vrai état représentatif de l’espoir du peuple de se hisser parmi les pays émergent,et etre un acteur principale dans le continent africain,on nous implique dans des conflits lointains,qui ne nous concerne pas,pour après laisser des plumes.




    0



    0
    amazighe
    2 avril 2013 - 0 h 04 min

    Il faut créer une émission
    Il faut créer une émission télévisée à la TV nationale révisée qu’on nommerait « faites entrer les accusés » et là tout le peuple assisterait en direct à la gouvernance par le massacre depuis 1962. Ce serait rendre justice au peuple.




    0



    0
    amyne
    1 avril 2013 - 23 h 14 min

    MR CHARFI notre ministre
    MR CHARFI notre ministre de la justice…comme son nom l indique est « charriffe »..
    MIN é chorraffa….et notre garde des sceaux…. DES khwatem….qu il oses et ikoone radjel….et surtout k il imoutte radjel..
    ………………….




    0



    0
    aziz gh
    1 avril 2013 - 23 h 07 min

    ce n’est pas détournement de
    ce n’est pas détournement de l’argent du pétrole…c’est de la trahison… il doit être eliminé




    0



    0
    Anonyme
    1 avril 2013 - 21 h 07 min

    MAINTENANT QUE NOUS AVONS
    MAINTENANT QUE NOUS AVONS DECOUVERT LE POT AUX ROSES? QUE VA T IL SE PASSER? IL NE SE PASSERA RIEN DU TOUT.




    0



    0
    merabet
    1 avril 2013 - 20 h 09 min

    Une seule solution, radicale
    Une seule solution, radicale peut être, mais efficace: la liquidation, pure et simple, des voleurs des deniers de la République et ce quelque soit leurs rang, comme le font les américains, les russes et j’en passe. A commencer par l’ancien ministre, pour l’exemple.




    0



    0
    bilal
    1 avril 2013 - 16 h 36 min

    Les responsables Algériens ne
    Les responsables Algériens ne peuvent plus voler l’argent du peuple en toute impunité, ce n’est plus possible. Ou alors vous payerez tôt ou tard car certain légitimement ont décidé à ne plus vous lâcher!
    La peul algérien ne profite pas de cet argent et vous a l’avenir non plus… C’est fini le « temps des imbéciles » et les magouilles avec un peuple d’un QI d’huître!!!




    0



    0
    Anonyme
    1 avril 2013 - 16 h 18 min

    Sauf que Mr B.Belgacem aussi
    Sauf que Mr B.Belgacem aussi était au centre de la toile d’arraignée.

    C’est un malin, celui la, il arrive toujours a passer entre les mailles du filet. Il glisse comme une anguille.

    De plus, contrairement a ce qu’on lit parfois sur le clan de Oujda et je ne sais trop quoi encore, les malfrats de ce système n’étaient pas régionalistes pour un sou 😉
    Ils représentaient toutes les régions d’Algérie sans exception!

    Algérie Patriotique: un jour je vous suggère de faire un article sur ceux qui ont refusé de s’associer a ce système, au risque de voir leur carrière brisée.

    Ils sont nombreux, les algériens patriotes, eux aussi originaires de toutes les régions du pays, des cadres de SH, et même des algériens dirigeants de multinationales étrangères, à avoir placé leur sens de l’éthique et du devoir national au dessus de toute autre considération. ls ont refusé de gagner des millions de dollars en volant leur pays et leur peuple, et ne vivent pas dans les villas de milliardaires de Dubai, Lausanne ou Singapour.

    Ils ont été broyés par le système bien sur, et sont restés anonymes, car ils n’ont rien fait pour devenir célèbres. Mais ils savent tout.

    Signé: un de ces anonymes, qui préfère la dignité et l’honneur à l’argent mal acquis, et qui peut dormir tranquille en rêvant d’une Algérie toujours plus forte et plus sereine.
    Tahya Al Jazzair.




    0



    0
    amyne
    1 avril 2013 - 14 h 57 min

    enfin…..idjibooohoum….bar
    enfin…..idjibooohoum….bark…. qu ils fassent l epreuve de le démocratie.. le debat la contradiction .yahadroo iqooloo wi Qoonou redajalla bark…ensuite tout va etre facile……




    0



    0
    benjoint
    1 avril 2013 - 14 h 20 min

    je retiens que Madi vit aux
    je retiens que Madi vit aux Émirats arabes unis.
    Puis que les enfants d’origine palestinienne de khellil se foutent éperdument de l’Algérie.
    puis Encore que toute la voyoucratie politique, économique, administrative algérienne ne jure que par les monarchies du golf. Car d’une façon générale les pays arabo musulmans sont des pays hors la loi, hors du temps, qu’ils ne se soucient guère de la provenance de ces milliards ni de la façon dont ils ont été acquis,fusse au prix du sang. Qu’ils sont peu regardant à propos des droits de l’homme, ou des délits de droit commun (assassinats…)

    Que ces bédouins nous foutent la paix. Ils ont d’abord formé et corrompu nos ministres de l’éducation et les affaires religieuse puis ils ont endoctriné l’école algérienne qu’ils ont vérolé. puis par strates successives ils nous ont légué leurs valeurs putrides, leurs principes civiques, sociaux et religieux nauséabonds.

    Résultat nos zélites, nos ministres, nos PDG de la sonna traque nous pillent et coffrent et dépensent leur pactole à 5000 kilomètres de chez nous.

    Il nous faut un système politique, économique, éducatif…recentré sur l’Algérie, et qui ne soit plus inféodé aux 21 « nations » arabes et totalement indépendant des monarchies, des émirats et de la ligue arabe qui de touts façon ne sert à rien.




    0



    0
    inspektor Tahar
    1 avril 2013 - 12 h 32 min

    L’article qui a dévoilé les
    L’article qui a dévoilé les noms des responsables impliqués dans le détournement de l’argent du pétrole …le comble du ridicule…des gouvernements etrangers ( Pas arabo musulmans mais Judeo-Chretiens ) qui demandent justice pour le peuple algerien. Avez vous lu ou appris quelque part qu un gouvernement arabo musulman demnde justice pour le peuple algerien ou qu il demande d arreter la corruption en Algerie…?




    0



    0
    namirou
    1 avril 2013 - 11 h 22 min

    j’èspére qu’un jour, tous ces
    j’èspére qu’un jour, tous ces voleurs du peuple paieront pour leurs actes




    0



    0
    Anonyme
    1 avril 2013 - 11 h 11 min

    SUITE:
    Comme indiqué dans un

    SUITE:

    Comme indiqué dans un de vos article,les dossiers ont été volé à la cour d’Alger par qui vous savez…Dans un pays normalement constitué,cela aurait crée un véritable scandale.

    A quand l’indépendance de l’Algerie??




    0



    0
    chark
    1 avril 2013 - 10 h 58 min

    Choukran AP pour ces infos ,
    Choukran AP pour ces infos , et choukran mr Ait Amara pour votre travail , je sent que dans cette  » gangréne  » il y à l’implication directe de franco-sioniste et de us-sionistes qui cherchent à pourrir le feuron de l’industrie Algerienne comme ils font en ce moment meme dans tous les pays arabes et africains gros exportateurs d’hydrocarbure il faut que des noms soient jetés sur la place publique sans état d’ames !




    0



    0
    Anonymesaadi el bachir
    1 avril 2013 - 10 h 22 min

    et l’argent qu’on donne aux
    et l’argent qu’on donne aux entreprises etatiques pour les mettre à niveau avant de l’utiliser sous forme de facturation de services et divers acquisitions ne serait il pas un blanchiment qui ne dit pas son nom?




    0



    0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.