Cyber-attaques : l’approche défensive algérienne est dangereuse

L’Algérie est très vulnérable face à des cyber-attaques. Selon Abderrazak Derdouri, professeur et consultant en sécurité informatique, l’approche choisie par le gouvernement algérien est «dangereuse», car elle maintient le pays dans sa vulnérabilité face à de telles attaques de plus en plus sophistiquées et aux conséquences économiques qui peuvent être désastreuses. S’exprimant dans une conférence-débat sur la cyber-sécurité, ce professeur émérite met en garde contre cette approche qu’il qualifie de «défensive», appelant les pouvoirs publics à passer à l’offensive à travers la mise en place d’un collège d’experts pour élaborer une stratégie de lutte contre de telles attaques. Selon lui, l'approche «offensive», pour laquelle il plaide, consiste en la création de cercles d'experts en la matière, en sensibilisant et en alertant les différents organismes dès l'apparition d'une nouvelle menace ou d'un nouveau virus. Surtout que l'Algérie avait déployé des efforts pour lutter contre le terrorisme en promulguant des lois qui n'existait pas avant 1990. Il a appelé à se pencher sur des textes de loi qui permettraient de lutter contre les cyber-attaques, et ce, afin de s'adapter aux évolutions que connaissent les nouvelles technologies, notamment l'internet. Il faut dire que des sites web de ministères et plusieurs institutions algériennes ont fait l’objet de piratage informatique. Le passage prochain à la e-gouvernance et à l’utilisation de l’internet notamment dans les paiements et les offres de services électroniques risque de poser d’énormes problèmes de sécurité informatique à l’Algérie.
F. Amraoui

        

Comment (6)

    4algerian
    11 avril 2013 - 12 h 16 min

    Il n y a pas de hacker
    Il n y a pas de hacker Algérien c’est un mythe, c’est des gens qui s’amusent à utiliser des outilles de vrais hacker.
    Il n’y a pas aussi d’informatique en Algérie, tout est acheter à l’étranger ou bien obtenu d’une manière illicite.
    Il n’existe pas de programmeurs, puisque il n’y a aucun programme Algérien sur le marché, les jeunes ne s’intéressent pas à la programmation..




    0



    0
    maleh
    10 avril 2013 - 11 h 29 min

    Avant de commencer à
    Avant de commencer à fanfaronner (ou bien chialer, selon le cas), il faudrait peut être mesurer :
    ** Le pourcentage de métiers basés dont le fonctionnement est basé sur l’informatique
    ** la criticité des secteurs où l’outil indormatique est fondamental.




    0



    0
    Inspektor Tahar
    9 avril 2013 - 8 h 27 min

    Cyber-attaques : l’approche
    Cyber-attaques : l’approche défensive algérienne est dangereuse….On forme des informaticiens pour les laisser aller travailler a l’étranger….alors qu’avec des salaires raisonnables et des conditions de travail professionnels pour ces spécialistes, l’Algérie pourrait se défendre des cyber attaques…Le problème se pose a l’échelle nationale avec la gestion des ressources humaines en Algerie. Elle a été laissée depuis l independance entre les mains de certaines personne jalouses des connaissances des autres, anti intellectuelles, mais surtout génétiquement incompétentes…. Ce phénomène se retrouve dans touts les sphères de l’économie, de l enseignement et de la recherche scientifique au bled.




    0



    0
    RoseMassi
    8 avril 2013 - 21 h 30 min

    Les webmasters devraient s
    Les webmasters devraient s organiser pour que tout soit sur des sites sécurisés, normalement aucun hackers ne pourraient passés a travers cela.




    0



    0
    nabil
    8 avril 2013 - 18 h 47 min

    La guerre et claire faite la
    La guerre et claire faite la




    0



    0
    00213
    8 avril 2013 - 17 h 16 min

    La communauté des hackers
    La communauté des hackers algériens fait partie des plus redoutables dans le monde.
    L’état devrait puiser dans ce viviers de compétences et dés maintenant consolider le volet informatique en anticipant sur les prochaines tentatives de déstabilisation du pays.
    .
    La guerre de l’informatique fait partie, tout comme la guerre médiatique, de ces nouvelles formes de conflit.




    0



    0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.