Dahou Ould Kablia : «Le crime organisé transnational a pris des dimensions préoccupantes»

Le ministre de l’Intérieur et des Collectivités locales, Dahou Ould Kablia, a affirmé, aujourd’hui mardi, à Alger, que le crime organisé transnational a pris des dimensions «préoccupantes», constituant, ainsi, un «réel danger» sur les plans politique, économique et social. «Le crime organisé transnational comme le trafic de drogue, le blanchiment d’argent, l’immigration illégale et la cybercriminalité, a pris des dimensions préoccupantes. Il s’est rapidement adapté à l’évolution de nos sociétés, constituant, ainsi, un réel danger sur les plans politique, économique et social», a indiqué M. Ould Kablia à l’ouverture de la 15e conférence des ministres de l’Intérieur des pays de la Méditerranée occidentale (CIMO). «Il nous suffit, à titre d’exemple, d’observer l’extension que connaissent le trafic de drogue et les précurseurs chimiques et leurs effets destructeurs sur nos sociétés, en particulier sur les jeunes», a-t-il souligné. Le ministre a indiqué, à cet effet, que la vigilance et les actions à mener contre ce fléau «doivent toucher toutes les étapes de la chaîne du trafic». «Il s’agit d’une lutte qui nécessite la conjugaison et la coordination des efforts en matière d’échange d’informations opérationnelles et des bonnes pratiques, en vue de neutraliser les réseaux de trafiquants», a-t-il expliqué. Il a, par ailleurs, indiqué que le développement rapide des nouvelles technologies de l’information et de la communication a engendré, en parallèle, une «délinquance aussi dangereuse et aussi nuisible que les autres formes du crime organisé». Le ministre a estimé, par la même occasion, que la cybercriminalité «constitue, aujourd’hui, une réelle menace», dans la mesure où elle «transgresse les limites géographiques». «Les instruments juridiques ne sont pas encore en mesure de l’arrêter», a-t-il déploré. M. Ould Kablia a rappelé que face à ce danger, l'Algérie «a dû renforcer son cadre juridique par la promulgation de lois visant la prévention et la lutte contre les infractions liées aux technologies de l’information et de la communication». Cette forme de criminalité «doit nous inciter à mettre en place des actions de coopération plus accrues, basées sur la recherche et l’élaboration de textes juridiques appropriés, le partage d’expériences et la formation spécialisée», a-t-il suggéré. Evoquant la circulation des personnes entre les pays de la rive sud et de la rive nord de la Méditerranée, et l’immigration clandestine, il a mis l'accent sur la «lourde responsabilité de nos Etats à respecter le périlleux équilibre entre le droit de circuler librement et l’impératif devoir lié à la préservation de la sécurité de nos territoires et la protection de nos sociétés». L’Algérie, a-t-il souligné, «demeure convaincue de l’approche globale et concertée dans la prise en charge de la question migratoire», ajoutant que l’effort «doit inclure le renforcement et la garantie des droits fondamentaux des migrants légalement établis». Pour le ministre de l'Intérieur, l'intégration constitue un «facteur de stabilité et de compréhension mutuelle». Il a, en outre, souligné la nécessité de «lutter contre les attitudes et les actes discriminatoires alimentant l’intolérance, le racisme et l’exclusion, en contre sens de l’encouragement du dialogue entre cultures et civilisations, dans un monde marqué par l’ouverture et la globalisation». La simplification des formalités et des procédures de délivrance de visas constitue également un «facteur significatif dans notre approche de lutte contre le phénomène de l’immigration illégale», a-t-il relevé. M. Ould Kablia a rappelé, en ce sens, que l’Algérie «ne cesse de déployer des moyens considérables, afin de juguler les flux des migrants clandestins en provenance notamment des pays du Sahel, fuyant les crises et les guerres auxquelles ils sont confrontés».
R. N.
 

Comment (2)

    amine
    9 avril 2013 - 15 h 09 min

    le problème de l immigration
    le problème de l immigration c encore plus grave de toute sur n autre société l algerie elle se trouve en afrique et pas en europe qui facilite des millier d africain a franchir n autre frentier sent cesse vague apres vague elle vas engendré des tension et la colère de la population.et plus que ca nous en né pas un payes industriel et aussi la crise se logement et le chaumage.l immigration c une grave danger.et facteur de déstabilisation du payes. faux savoir que kadafi pour satisfaire les occidentaux il as accepté 1 million d africain en libye.et c ca ques qu ils cherchent les occidentaux.pour bien manier des printemps arabe au nord Afrique.et tu vas voire apres les chanteur des faux droit de homme et l organisation pour les refuges parlent des droit pour les immigré et aussi vent parler des régularisation administrative.la solution ce que le gouvernement construise les centre de réfugie au extrême sud de l Algérie pour c immigrant et aussi pour facilité leur retour chez eus et interdire qu ils montent au nord de l algerie.le citoyen algerie ils désirent pas cette immigration africain.alors faux pas avoir peur des pression extérieur prq les occidentaux provoque la l immigration indirecte en algerie et leur géopolitique en verre l algerie de enlever la confiance entre le peuple et l état.et leur agenda.de faiblir l etat algerienne.




    0



    0
    axelpanzer
    9 avril 2013 - 13 h 59 min

    « lutter contre les attitudes
    « lutter contre les attitudes et les actes discriminatoires alimentant l’intolérance, le racisme et l’exclusion, »il faut balayer devant votre porte maali lwazir;vous avez chassez tout les cadres de l’est des institutions minesterielles!!!!




    0



    0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.