Les étudiants s’insurgent contre le LMD et menacent d’occuper la rue

Les étudiants de différentes universités s’agitent ces jours-ci et menacent de sortir dans la rue. Leur colère est directement liée au système LMD qu’ils qualifient de «catastrophique» dix ans après sa mise en application. Les «méfaits» de ce système sont devenus «insupportables» à leurs yeux. A Alger, la plus grande tension est actuellement au niveau de l’université Bouzaréah I et de l’université de Bab Ezzouar. De nombreux étudiants, organisés en comités autonomes, se mobilisent pour faire valoir leurs droits à un système d’enseignement plus efficace et plus juste. Ils disent refuser de continuer à évoluer dans un système «hybride» et «stérile» qui ne leur garantit pas un minimum de savoir. Ces étudiants mènent actuellement une campagne de sensibilisation au sein de différents centres universitaires, instituts et facultés pour créer une «dynamique» qui leur permettra de porter leurs revendications au premier responsable du secteur. A ce vent de mécontentement qui concerne des dizaines de milliers d’étudiants «victimes» du système LMD, se greffe celui des étudiants de DEUA dont le diplôme n’est pas reconnu par la Fonction publique. Des étudiants de la faculté des langues étrangères de Bouzaréah, à Alger, ont déjà tenté de sortir dans la rue pour exprimer haut et fort leur colère contre la direction de leur établissement et aussi contre la tutelle, qui, d’après eux, n’ont pas réagi à leur action de protestation déclenchée depuis le retour des vacances d’hiver, en janvier dernier. La mobilisation des étudiants au sein des universités intervient dans un contexte sociopolitique délétère, marqué par des tensions sociales à travers l’ensemble du territoire. Des tensions que le gouvernement n’arrive pas à apaiser, malgré les mesures prises pour répondre favorablement à de nombreuses revendications socioprofessionnelles. Tous ces mouvements de protestation ne sont pas à l'abri de manipulations politiciennes. A l'université, il y a plusieurs organisations estudiantines affilées à des formations politiques qui seraient prêtes à se mettre en mouvement dès qu'elles recevront le signal. La situation risque de dégénérer.
F. Amraoui
 

Commentaires

    Raselkhit
    18 avril 2013 - 7 h 57 min

    Je voudrais bien comprendre
    Je voudrais bien comprendre que demùandent réellement les étudiants Ils prétendent dénoncer le système LMD mais que proposent ils en contrepartie ou bien comme nous l’avons vu ,ils exigent le plus simplement du monde à obtenir des diplomes sans travail?Ou sont les efforts à fournir pour obtenir des connaissances du savoir???Quand on jette un coup d’oeil sur les thèses que ce soi master ou doctorat toutes du « COPIER-COLLER ».Le monde arabe n’arrive pas à produire la moindre idée la moindre pensée et on continue à vouloir uniquement consommer A QUAND LA PRODUCTION ????




    0



    0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.