Oum El-Bouaghi : un ex-P/APC écroué et des émeutes à Aïn Kercha

La liste des responsables et élus incriminés pour malversation s’allonge chaque jour un peu plus. Nous apprenons d’une source locale que l’ancien président d’APC d’Oum El-Bouaghi, Hocine Khiat, a été écroué, lundi 22 avril, suite à une enquête sur la gestion de sa commune. Le premier magistrat de cette commune importante de la wilaya, élu sur une liste RND, est accusé notamment d’avoir octroyé des marchés de construction, en contradiction avec la réglementation, à plusieurs opérateurs. Par ailleurs, la commune de Aïn Kercha, à 50 km à l'ouest du chef-lieu de la wilaya d’Oum El-Bouaghi, a vécu hier une nuit agitée. Des citoyens en colère ont saccagé et incendié les sièges de l’APC et de la daïra, et même l’hôpital de la ville, pour exprimer leur rejet de la liste des bénéficiaires de logements sociaux publiée en fin d’après-midi, après plusieurs reports par crainte justement d’explosion d’émeute. Les scènes de violence se sont vite propagées, ce qui a nécessité l’intervention des forces antiémeutes pour disperser la foule en furie, pour la plupart des jeunes, qui voulait aussi s’attaquer au siège de la sûreté de daïra, en lançant des pierres et des cocktails Molotov. Le calme n’est revenu au centre-ville qu’aux environs de minuit. On ignore cependant s’il y a eu des blessés. Selon nos sources, c’est la présence d’une trentaine de jeunes femmes célibataires sur la liste des bénéficiaires des 288 logements qui aurait mis le feu aux poudres. Les protestataires exigent une distribution «plus équitable» et «plus transparente».
Karim B.
 

Comment (5)

    00213
    25 avril 2013 - 22 h 08 min

    Il faudrait une task force
    Il faudrait une task force anti-corruption indépendante de tout pouvoir et inscrite dans la constitution.
    .
    Une institution qui bosserait en sous marin avec des officiers anonymes, à laquelle on donnerait carte blanche pour taper cagoulé du responsable des services techniques d’un village, jusqu’au ministre.
    Une institution avec des éléments triés pour leur intégrité et rémunérés très confortablement.
    Une institution qui disposerait de moyens techniques sophistiqués type Mossad et de spécialistes en finance.
    Une institution gérée par un conseil composé d’un représentant de chaque élément de la société sélectionnés pour leurs différences de conviction. (militaire, politique, civil, associatif, scientifique, religieux)
    .
    Un nouvelle institution à l’image des « Ninjas » pendant la décennie noire, où juste le fait de dire leurs noms faisait trembler les plus redoutables terroristes !
    Il faut créer plus qu’un mythe qui alimentera les histoires les plus tumultueuses de corruption dans un avenir proche…




    0



    0
    Anonymecherif de sedrata
    25 avril 2013 - 10 h 55 min

    attaque un hopital qui soyene
    attaque un hopital qui soyene le riche et le pauvre pour moi c est de la lacheté




    0



    0
    ghoulben
    24 avril 2013 - 22 h 10 min

    pour demolir un hopital. il
    pour demolir un hopital. il doit dabord exister.pourquoi l huile sur le feu




    0



    0
    Anonyme
    24 avril 2013 - 18 h 14 min

    l’état n’est pas capable de
    l’état n’est pas capable de gérer ce domaine surtout le social, comment vous expliquez un locataire vend l’appartement ??? j’ai jamais vue ça sauf ici en algérie, il faut un ministre compétent c’est tout, exp la france 60 millions d’habitants les locataires n’ont même pas le droit de faire la clim ou de modifié quoi que c soit dans l’appart ici tout est permis parce que la loi n’est pas concrétisée et ça veut tout dire




    0



    0
    faycal
    24 avril 2013 - 18 h 07 min

    s attaquer a l hôpital qui
    s attaquer a l hôpital qui prend en charge les malades de la région pour une affaire de distribution de logements il y a de quoi soumettre cela a un psychiatre pour démêler l équation.




    0



    0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.