Gèze et les chèvres

«Plus le mensonge est gros, plus il passe. Plus souvent il est répété, plus le peuple le croit.» Ceux qui connaissent l’histoire du fascisme se souviennent de ces paroles du nazi Joseph Goebbels qui a construit une théorie du mensonge à des fins de propagande, en 1933, au lendemain de l'incendie du Reichtag, à Berlin. Ensuite, quelqu’un a affiné cet art de la contre-vérité : «Mentez, mentez, il en restera toujours quelque chose !» Les propagandistes du «qui tue qui», comme Souaïdia, Samraoui, Tigha, Chouchène, Aboud… et leur agent traitant de la caserne Mortier (*) déguisé en éditeur, François Gèze, se sont-ils inspirés de cette démarche dans leur offensive médiatique contre les forces de sécurité algériennes qu’ils ont machiavéliquement accusées de crimes commis par les terroristes, dans le but évident de salir notre armée et de renforcer l’intégrisme ? De toutes les façons, ils n’ont pas réussi. Ils ont menti, ils ont menti, mais de leurs mensonges sur l’assassinat des moines de Tibhirine, il ne reste plus rien après le documentaire diffusé ce jeudi par la chaîne de télévision France 3. Ils ne trouvent pas comment sortir de cette situation dans laquelle ils se sont complètement empêtrés. L’honnêteté intellectuelle leur aurait permis de s’en tirer, en reconnaissant s’être trompés, mais ils en sont dépourvus. Alors, ils se réfugient dans l’entêtement que l’on traduit chez nous par une belle phrase tirée de notre terroir : «C’est une chèvre, même si elle vole.» Le documentaire de Malik Aït-Aoudia et Séverine Labat, Le martyre des sept moines de Tibhirine, a montré les commanditaires, les terroristes impliqués dans l’enlèvement et l’assassinat des moines, leurs geôliers, qui ont parlé non seulement en tant que témoins, mais en acteurs directs dans cet événement. Ce documentaire a confondu les menteurs du «qui tue qui», qui étaient connus dans la mesure où ils occupaient le devant de la scène médiatique sur ce thème. Il a également révélé et démasqué le rôle des manipulateurs français, moins visibles, qui œuvraient dans l’ombre dans un double jeu qui a finalement considérablement amenuisé, voire complètement anéanti les chances des sept moines de survivre à leur cauchemar. Les juges français savent maintenant à qui ils doivent adresser leurs questions sur cette affaire.
Karim Bouali
(*) Siège de la DGSE, le service d’espionnage français dont on vient d’apprendre qu’il avait des agents au sein des groupes islamistes armés en Algérie.
 

Comment (3)

    Anonyme
    25 mai 2013 - 12 h 34 min

    BRAVO..et…BRAVO..a monsieur
    BRAVO..et…BRAVO..a monsieur Malik Aït Aoudia, pour sa documentation.et Merci aussi a monsieur Karim Bouali, pour l’Arcticle. Celui qui n’est pas content??, eh! ben..il n’a qu’a courir~~vers~ses proxénètes de la DGSE, ou de la CIA,pour leur dire..pourquoi! ils étaient panipuler comme des pantins en papier recyclés.si non! vers~les medias perroquets,maçonnique,et sionistes, pour ecrire un autre scénario?,et les traîtres qui sont toujours,en Algerie,je vais pas vous faire un dessin..puisque vous connaissez l’itinénaire de l’officine des yankées,a Alger?




    0



    0
    Antisioniste
    25 mai 2013 - 10 h 01 min

    Comparer ses lascars avec
    Comparer ses lascars avec Joseph Goebbels c’est leur donner une dimension et une intelligence qu’ils n’atteindront jamais. Le combat des nazi à leur époque était un combat envers un ennemie encore plus menteur et plus vil et avilissant que les actes qu’ont leur a attribué et dont une bonne partie est certainement vrais, mais comme on dit la guerre c’est la guerre.

    Ses énergumènes que vous avez cité que représente ils en réalité? Certains diront rien ou peu de chose, personnellement je crois sincèrement qu’ils sont les pions de ceux même qui ont décider de foutre le feux en Libye et actuellement en Syrie au nom d’une démocratie que même les pays qui se disent être démocrate sont extrêmement loin de l’être, et se n’est pas les exemples qui manque.

    L’affaire des moines de Tibhirine le gouvernement français savait des le début qui les a kidnappé quand pourquoi et tout le tremblement qui va avec, même chikhi l’un des fondateurs du GIA qui était en contact avec l’emir zitouni de l’époque l’a clairement dit alors…

    Revenons à ses lascars new harki, que peuvent ils faire contre un pays dont le peuple est bon gré mal gré plus au courant des magouilles de certains aux échelon supérieurs sans oublier qu’il est plus mature que ceux qui continue à le traiter comme un enfant débile ou un ado? Ma réponse est qu’ils ne peuvent rien faire et même s’ils pètent dans l’eau ils ne feront pas des bulles, excuser moi pour l’expression.




    0



    0
    ferhat
    25 mai 2013 - 8 h 20 min

    salut
    ce n’est pas à un

    salut
    ce n’est pas à un journaliste d’elucider un crime il me semble ! Le juge anti terroriste français sera en algerie prochainement pour enqueter. Que dit le juge algerien sur cette affaire? y a t il eu enquête? jugement? Alors permettez moi de dire que ce n’est pas à ait aoudia, militant rcd de nous apprendre ce qui s’est reellement passé. Je vous invite à publier l’interview d’ armand veilleux parent d’un des suppliciés,vous aurez une autre version des faits.




    0



    0

Les commentaires sont fermés.