Les forestiers réclament des armes et un nouveau statut

Les travailleurs des forêts observeront une grève de trois jours dès le 28 mai courant. Cette grève, décidée suite à la fermeture des voies de dialogue avec le ministère de l’Agriculture, sera sanctionnée par un sit-in, le 1er juin, pour réclamer la réhabilitation et le renforcement de l’administration forestière et son personnel pour assurer une meilleure protection du patrimoine forestier. Les tentatives de conciliation ayant échoué, les travailleurs, représentés par la Fédération nationale des forêts et du développement rural, affiliée à l’UGTA, passent à l’étape supérieure. Déterminés à aller au bout de leurs revendications, les protestataires mettent en garde l’administration contre toute tentative d’entraver ou de faire saborder leur mouvement de grève. Selon eux, il y va de l’avenir de nos réserves forestières. Selon les points figurant dans la plateforme de revendications transmise par la Fédération au département ministériel, les agents forestiers demandent, entre autres, la promulgation de la nouvelle loi forestière en souffrance depuis une vingtaine d’années, afin de mettre un terme aux agressions fréquentes et aux dilapidations et destructions du patrimoine national forestier. Ils réclament la réhabilitation du rôle de la police forestière avec notamment la restitution des moyens coercitifs et dissuasifs et de protection légaux aux agents en charge de protéger l’espace forestier. En plus clair, ils demandent des armes, des uniformes, une révision des grades et une qualité d’OPJ (officier de la police judiciaire) pour les officiers forestiers et les chefs de district. A cela s’ajoute la révision du statut particulier et l’amélioration des conditions de travail à travers, notamment, le renforcement des effectifs, des moyens matériels et logistiques ainsi que la permanisation des contractuels. L’effectif actuel, près de 4 000 agents, ne peut, assure le secrétaire général de la Fédération, Abdelmadjid Takout, assurer la protection de 4 millions d’hectares et la mise en œuvre de milliers de projets liés au développement rural.
S. Baker

Comment (4)

    Anonymous
    9 mars 2017 - 8 h 24 min

    que du khorti, ni forêt, ni
    que du khorti, ni forêt, ni forestier, ….
    OPJ ? alors là !!!




    0



    0
    Abu-Sultan
    26 mai 2013 - 8 h 45 min

    Vous parlez de quelle forêt??
    Vous parlez de quelle forêt?? Vous oubliez qu’elle a entièrement brûlé.Il ne reste plus que du maquis qui aurait fait le bonheur des troupeaux de chèvres s’ils existaient encore.




    0



    0
    Karl Lawson
    26 mai 2013 - 6 h 52 min

    En effet vous l’avez
    En effet vous l’avez souligné: La maffia ne connait pas l’environnement et s’en fiche un quart de bras.




    0



    0
    Professeur mehmeh
    25 mai 2013 - 18 h 47 min

    Voilà un domaine oú l on peut
    Voilà un domaine oú l on peut créer de l’emploi et des richesses mais la maffia qui nous gère ne soucie guerre de l environnement et de l arbre chiche un garde forestier pour chaque commune




    0



    0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.