Louh accuse les walis de s’opposer aux instructions de Bouteflika

Le ministre du Travail, de l’Emploi et de la Sécurité sociale n'arrive pas à faire entendre raison aux walis. Il perd même patience. Très irrité, Tayeb Louh s’en prend à ces commis de l’Etat qu’il accuse d’«indiscipline». Ils sont, d’après lui, une trentaine à ne pas respecter l’ordre institutionnel et à refuser d’appliquer des décrets présidentiels et des instructions du Premier ministre. Révoltés ? Contre quoi ? Contre qui ? Leur attitude est inadmissible, a souligné le ministre lors d'une visite d'inspection qu'il effectuait, aujourd'hui mardi, dans la wilaya de Boumerdès. Il a cité comme exemple le refus d’application du décret présidentiel n°12-23 du 18 janvier 2012, qui oblige tous les walis à consacrer 20% des marchés publics aux micro-entreprises créées dans le cadre des dispositifs Ansej et Cnac. «Je ne comprends pas pourquoi certains walis refusent d’appliquer ces mesures. L’argument selon lequel le décret en question n’est pas clair ne justifie pas un tel comportement», a-t-il fulminé, appelant ces walis à revenir à la raison. Ceux qui refusent d’appliquer ce décret n’ont aucune excuse, le texte étant, selon lui, «très clair» et «précis». «Je ne peux pas me taire devant une telle situation. Il y va de la crédibilité de l’Etat. Comment peux-t-on faire avancer les choses quand les décisions présidentielles ne sont pas traduites sur le terrain ?» se demande-t-il. Tayeb Louh affirme avoir saisi officiellement le Premier ministre pour prendre les mesures nécessaires afin de débloquer cette situation. Les walis récalcitrants risqueraient des sanctions. Il s’agit là d’une situation inédite qui peut s’expliquer par l’absence prolongée du chef de l’Etat, hospitalisé à l’étranger. Car l’un des critères de nomination de ces commis de l’Etat reste leur docilité et l’obéissance à ceux qui les ont désignés à ce poste.
Sonia B.

Comment (15)

    bilal
    14 juin 2013 - 22 h 40 min

    Un commis de l’Etat a une
    Un commis de l’Etat a une tres grande distinction ,car discipliné et surtout obéissant. Appelez-les autrement et certainement pas commis de l’État.Un haut fonctionnaire est une personne qui travaille dans une institution publique avec énergie, dévouement et à un haut niveau, c’est cela être un Commis et pas autre chose…




    0



    0
    Arezki
    13 juin 2013 - 19 h 33 min

    La majors-partie de ces walis
    La majors-partie de ces walis on fait leurs premiéres armes chez le cabinet noir des services de renseignement …




    0



    0
    Raselkhit
    12 juin 2013 - 15 h 06 min

    Malheureusement ce corps de
    Malheureusement ce corps de fonctionnaire a toujours été trés puissant et a réussi même en 1991 à faire élire le FIS contre l’avis des pouvoirs politiques.Aujourd »hui ce sont des cadres de la nation que presque personne ne peut dégommer .Mais malheureusement les Partis politiques dans le pays au lieu de’essayer d’assainir ne font que taper sur le pouvoir pour essayer d’y placer leur pions Croyant par la en pérpétuant cette facheuse tradidion obtenir le véritable « KOURSI »




    0



    0
    abdelkader wahrani
    12 juin 2013 - 14 h 08 min

    certains walis comme des
    certains walis comme des janissaires se mirent a considérer leurs wilayas comme des fiefs et ou certains walis finirent par prendre une mentalité de féodaux ou de chefs de bande?.




    0



    0
    Horizon
    12 juin 2013 - 12 h 07 min

    A en écouter certain , tout
    A en écouter certain , tout les algériens sont des saints .
    Ils ne demandent jamais de bakchich en contrepartie d’un service administrative , don lequel ils touchent un salaire pour cette tache obligatoire , qu’ils doivent rendre aux publics qui c’est déplacer devant leur guichets.




    0



    0
    algerie
    12 juin 2013 - 9 h 46 min

    M. Louh, pas uniquement les
    M. Louh, pas uniquement les walis mr ministre. meme les cadres qui vous appartient.




    0



    0
    AnonymeKELAM
    12 juin 2013 - 8 h 15 min

    on doit ce demander que ces
    on doit ce demander que ces walis doivent avoir des raisons.
    monsieur louh vous devez d’abord balayer devant votre porte :

    attaquer vous aux caisses sociales :cnas et cavnos.
    les malades souffres:la carte chiffa :chaque année doit être remis a jour avec des tonnes de papiers et des mois pour sa mise a jour. les autres problémes que je terrais simplement car c’est de indiscipline généralisée .
    LA PERTE DE PAPIERS REMIS AUX Fonctionnaires: on vous dit simplement que vous ne m’avez pas remis tel papier:que répondre mais par contre remettre un reçu contre le dossiers remis impliquera au fonctionnaire une discipline et du sérieux. enfin je vous demande de remodelé ces fonctionnaires et vous avez trop durée dans cette fonction et faut du sang nouveau:a la justice je vous voie mieux.




    0



    0
    00213
    12 juin 2013 - 7 h 06 min

    C’est un constat que je
    C’est un constat que je répète inlassablement :
    – Une volonté chez le gouvernement (souvent accompagnée d’incompétence)
    – Une attente chez la population (souvent accompagnée de fainéantise)
    – Et entre les deux, des parasites qui ne pensent qu’à leurs prochaines Mercedes classe E toutes options et qui chient sur le monde qui leur « appartient ».




    0



    0
    Mansour
    12 juin 2013 - 6 h 49 min

    Je n’aime pas cet
    Je n’aime pas cet opportuniste de Tayeb Louh,mais je n’aime pas aussi les walis.Ce membre influent de la secte d’Oujda-Maghnia se veut moralisateur alors que son clan a fait de l’Algérie une République bananière où personne n’obéit plus à personne même du temps où Bouteflika était sur pied.L’Algérie n’est pas un bien vacant et ses 38 millions d’habitants vos sujets.




    0



    0
    inspektor Tahar
    12 juin 2013 - 1 h 11 min

    Louh accuse les walis de
    Louh accuse les walis de s’opposer à des instructions présidentielles…. Ya Si Louh pourquoi vous énerver….qui sème ….récolte. Vous recruter des cadres incompetents car ce sont des membres de votre famille ou des amis des amis…faut pas vous plaindre vous récoltez ce que vous méritez….Bonne chance Ya Si Louh …..and God Bless You




    0



    0
    salim
    11 juin 2013 - 22 h 03 min

    décidément on finira pas de
    décidément on finira pas de nous surprendre dans cette république bananière qui prend eau de partout, un président pris en otage par son frère, un Premier ministre perdu et qui commence a perdre la tête et à nous faire perdre avec lui, des ministres qui ne font qu’à leur tête et des walis à la tête dure, c’est une véritable guerre des têtes qui est déclenché et la plus dure aura la chance de passer cet épreuve difficile, à ne rien comprendre au point de vouloir cogner la tête au mur, comment un wali qui est nommé par décret présidentiel puisse-t-il oser ne pas mettre en application? et pourtant, le coup de gueule de ce ministre est justifié, ces walis obéissent-ils à une autre puissance invisible ou attendent-ils le retour de leur président pour se remettre en service?




    0



    0
    louizette
    11 juin 2013 - 22 h 01 min

    on ne PEUT pas consacrer 20%
    on ne PEUT pas consacrer 20% des marchés publics aux micro entreprises créées dans le cadre de l’ANSEJ parce que les « produits » de ces micro entreprises en question ne répondent pas nécessairement aux « attentes » des projets inscrits par les wilaya..
    Quand un texte est pris par « démagogie » il est clair que sur le terrain son application pose problème. Alors de grâce, Mr Louh ,arrêtez de faire semblant pour plaire à je ne sais qui en l’absence de votre mentor..
    Par ailleurs il serait temps d’enquêter sur les sociétés qui n’existent que sur le papier et qui n’ont été créees que pour s’accaparer des prêts (grâce à l’apport de l’ANSEJ).Alors là Mr Louh vous avez du pain sur la planche




    0



    0
    omar
    11 juin 2013 - 21 h 43 min

    M. Louh,les walis sauf
    M. Louh,les walis sauf exception ils sont à votre image, vous serez crédible à votre tour quand vous nous expliquerez le pourquoi l’état avait pris en charge les frais de justice du petit voyou Mohamed Khalifati dit Cheb Mami qui est occupé actuellement dans ses tournées au Maroc y compris dans les villes occupées de la République Saharaoui( sur ce point il faut pas l’en vouloir car il n’ aucune culture politique), a commencer par la caution de 300.000 € que la justice française avait saisit suit à sa fuite vers l’Algérie avec l’aide du consulat général d’Algérie de Paris




    0



    0
    TARIK - BAB EL OUED-
    11 juin 2013 - 21 h 10 min

    CE N’EST QUE LA PHASE CACHÉE
    CE N’EST QUE LA PHASE CACHÉE DE L’ICEBERG.




    0



    0
    ahmed
    11 juin 2013 - 21 h 06 min

    etonnant. assiste-t-on a une
    etonnant. assiste-t-on a une « revolution » des walis. apparement, ils en ont ral le bos eux aussi. j espere qu on les laisserait marcher !?




    0



    0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.