Comment l’ambassade de Grande-Bretagne a aidé l’ancien directeur général de Djezzy à s’enfuir d’Algérie

Interdit de quitter le territoire national, suite à une enquête des services de sécurité algériens qui ont conclu à une vaste opération d’escroquerie commise par l’ancien directeur général de l’opérateur de téléphonie mobile Djezzy, appartenant à l’Egyptien Naguib Sawiris, Tamer El-Mahdi s’est volatilisé avant même que son procès ne soit ouvert par la justice algérienne. Cet Egyptien s’était engagé, par le biais d’un média électronique inféodé à cette société, de se présenter devant le juge car, avait-il ergoté, «je respecte la justice algérienne». Algeriepatriotique avait, quelque temps auparavant, publié une série d’informations – inédites dans les annales de la presse algérienne depuis que le groupe égyptien OTH s’est installé en Algérie – relatant les multiples entorses à la réglementation algérienne commises par Naguib Sawiris et son compatriote Tamer El-Mahdi. Seulement, voilà, les deux hommes, suffisamment lucides pour parer à toute éventualité en cas de «pépin», ont plus d’un tour dans leur escarcelle. C’est que Tamer El-Mahdi porte la double nationalité, égyptienne et britannique. Et s’il a été nommé à Alger au nom de la sacrosainte «fraternité arabo-arabe» dont les Egyptiens nous gavent depuis l’indépendance, c’est en tant que citoyen britannique qu’il s’est réfugié à l’ambassade de Grande-Bretagne à Alger pour demander de l’aide contre le «gouvernement algérien jaloux de la réussite de la société de Naguib Sawiris» et qui donc «veut sa peau». A l’ambassade de Grande-Bretagne, Tamer El-Mahdi a été pris en charge par une cellule spéciale mise en place par l’officine britannique pour rapatrier les ressortissants de sa Majesté en cas de troubles dans le pays. Une cellule similaire a été créée dans toutes les capitales arabes, apprend-on, après les soulèvements survenus en Tunisie, en Egypte, en Libye, au Yémen et en Syrie. Tamer El-Mahdi a été exfiltré par voie diplomatique, échappant ainsi au contrôle des autorités aéroportuaires algériennes. Ce nouvel élément exclut toute complicité du côté algérien. Il faut rappeler, tout de même, que pendant que Londres aidait un de ses ressortissants à s’extirper d’Algérie alors qu’il y est condamné à deux ans de prison ferme, la justice britannique protège un autre condamné, Abdelmoumène Khalifa, qu’elle refuse d’extrader bien qu’un mandat d’arrêt international ait été lancé contre lui par les justices algérienne et française. La Grande-Bretagne, qui multiplie les appels du pied ces derniers mois, n’a jamais fait preuve d’honnêteté depuis le déclenchement de la vague de terrorisme meurtrière en Algérie, accueillant à bras ouverts les terroristes du FIS et humiliant nos concitoyens dans son consulat d’Alger de triste mémoire, où il leur était demandé s’ils se brossaient les dents le matin en se réveillant et combien de fois ils mangeaient de la viande par semaine. Cette même Grande-Bretagne cachait aux services de sécurité algériens, dans les années 90, l’existence de liaisons radio entre les terroristes du GIA et leurs pourvoyeurs de fonds et d’armes et leurs commanditaires installés tranquillement dans les différentes villes britanniques sous la protection du MI6 et de Scotland Yard.
M. Aït Amara
 

Comment (18)

    AISBOBnonyme
    9 juillet 2013 - 7 h 49 min

    vraiment du n’importe quoi le
    vraiment du n’importe quoi le titre est une chose le contenu est une autre




    0



    0
    Anonyme
    9 juillet 2013 - 7 h 36 min

    Si la justice algérienne est
    Si la justice algérienne est vraiment indépendante ( régime réellement démocratique) il suffit de demander l’extradition mais l’Algérie est ce qu’elle est, le régime n’a jamais vraiment obtenu une seule extradition depuis 1962 et heureusement.




    0



    0
    sous-marin
    8 juillet 2013 - 21 h 54 min

    Aux nostalgérique je dit
    Aux nostalgérique je dit « tahiya el djazair »
    A mes frères Algériens je dit patience, nous n’avons pas les « moyens » (je mesure mes mots)pour une confrontation direct ! ce serait suicidaire, ils n’attendent que ça !! (souvenez-vous Ain amenas) dieu merci l’ANP avance doucement et surement tel un sous-marin…méditons ensembles
    mes frères, gloire aux DRS héroïque, soyons a sont n’image… tête haute et sourire narquois a la chinoise.

    ramadân karime




    0



    0
    Damoiselle
    8 juillet 2013 - 20 h 42 min

    finalement, Nous avons été
    finalement, Nous avons été non seulement naïfs, mais surtout nous avons donné l’image d’un pays qui n’a pas un rapport pragmatique avec les nouvelles réalités du monde.»
    .voila el Baath wel ouma elarabia wa el khouroto win wasalna.

    et je continue a fumer du thé




    0



    0
    le Naïf
    8 juillet 2013 - 18 h 59 min

    En faisant exfiltrer un
    En faisant exfiltrer un étranger sous notre barbe, les services anglais ont très bien fait leur travail. Ils se sont joués de la vigilance des services de sécurité algériens. C’est de bonne guerre !
    N’existe-t-il pas, mille et un moyen, d’obliger les anglais – juridiquement, économiquement, etc… parlant – à respecter la justice algérienne même s’il n’existe pas entre nos deux pays des accords d’extraditions partagées.
    Ne faut-il pas par exemple pincer madame Londres de l’endroit sensible qui lui fait mal. Va-t-elle appeler au secours ses alliés ? C’est sûr ! Montrons leur que les algériens peuvent se passer de toutes leurs contributions sur tous les plans.
    Où sont au moins les cartes maitresses dont dispose l’Algérie – pourtant nombreuses – pour faire pression sur la Grande Bretagne ou autres pays dans ce genre de cas ?
    Se sont-elles toutes brûlées ou ne trouvent-elles pas d’hommes capables de les exploiter pour sauvegarder l’honneur et la dignité d’un service de sécurité qui a pourtant montré dans son histoire de quoi il est capable et donner du fil à retordre à ses homologues étrangers.
    Sachant que les différents services de renseignements du monde se livrent mutuellement à une lutte acharnée, n’est-il pas du devoir des nôtres de réagir sans délai pour laver cet affront honteux ? Qu’attendent-ils pour le faire ?
    Dans son ensemble la tendance générale que vit aujourd’hui le monde ne se renverse-t-elle pas contre ses fameux impérialo-sionistes qui croyaient avoir aussi facilement gagné la poule aux œufs d’or des printemps arabes. Ne faut-il pas continuer à leur asséner des coups de boutoir pendant qu’ils montrent des signes de faiblesses.
    Le réveil de l’Égypte même un peu tardif, grâce aux incartades de la bande des frères musulmanisés sont là pour le prouver. A quelque chose malheur est bon. Mais en fin de compte (لمن تقرأ زابورك يا داود).




    0



    0
    Walho
    8 juillet 2013 - 16 h 53 min

    Ceux qui sont en charge des
    Ceux qui sont en charge des biens de ce peuple ne savent pas ce que c’est El Amana . Pharaon , Sawiris , Eemar et consorts ont trouvé en Algérie un terrain propice pour la magouille et l’enrichissement vite fait . Des brigands que la rapine assemble et qui se pavanent en toute quiétude en Algérie , aidés qu’ils sont en cela par des responsables plus avides à avoir leur part du gâteau qu’à défendre les intérêts de leur pays . Dans un pays de droit , un mandat d’arrêt international aurait été lancé contre Tameur El Mahdi mais ici il ne sera jamais inquiété . Car la perfide Albion sait comment traiter les Dirigeants sous-développés , ainsi elle les caresse dans le sens du poil , et là nos responsables sont capables de très  » larges  » largesses . Un seul écart et demain , la Grande – Bretagne dira de notre pays  » l’Algérie est un pays instable et non crédible  » . Sawiris est venu sans le sou en Algérie , et avait en sus , des démêlés avec la justice allemande pour cause de faillite . Mais dans ce pays , avec la bénédiction des responsables politiques , l’ANDI lui a financé le projet ORASCOM . Avec l’argent du peuple algérien , et en milliards de dollars s’il vous plait . Décidé par qui de droit .Comme le disent si bien les égyptiens – El Ba Ara el Gazaïria – ( la vache algérienne ) . Qadi jatou nafha . Ensuite , pour remercier l’Algérie , grâce à laquelle ils ont fait fortune , ils nous abreuvent d’insultes . Et notre pays et notre drapeau et nos chouhadas en prendront pour leur grade . Ils viennent les mains dans les poches ( n’est-ce pas la vérité ya sayyed Sawiris ? ) et ils repartent multi-milliardaires . Pour nous trainer ensuite en justice devant les tribunaux internationaux . Yahhalboul bagra mais en plus yssebbou moul el bagra li hiya EL DJAZAIR . Le comble , c’est que c’est avec l’argent algérien que Sawiris s’est acheté une nouvelle virginité financière en Europe en renflouant ses sociétés en déclin . Plus oueld el hram que çà tu meurs . Dieu n’a-t-il pas dit dans la sourate Errahman V-60  » Y a-t-il d’autre récompense pour le bien que le bien ? « 




    0



    0
    hakim
    8 juillet 2013 - 16 h 37 min

    je me demande pourquoi vous
    je me demande pourquoi vous avez ecris cette article l’égyptien avait la nationalité britannique certes mais il est sorti pourquoi parce que les services de sa majesté ont du mettre une menace concernant des dossiers qu’ils détiennent sur de très hauts responsables sur la table au cas ou que voulez vous quand on a du foin dans le ventre c’est comme ça on se la boucle point barre

    concernant khalifa il ya une différence entre emmètre un mandat d’amener international et demander une extradition et comme toujours nos gouvernants n’ont nullement besoin d’un procès khalifa avec moumene présent font durer le plaisir

    les britanniques l’ont arrêtés parce qu’il y’avait un mandat d’amener international et je vous défie de prouver le contraire l’Algérie n’a jamais demander son extradition a ce jour




    0



    0
    selecto
    8 juillet 2013 - 15 h 45 min

    inspektor Tahar, si tu savais
    inspektor Tahar, si tu savais le nombre d’algériennes mariées avec des égyptiens, avec le nouveau code de la famille leurs maris et enfants ont droit automatiquement à la nationalité algérienne, merci Bouteflika, en effet il faut s’attendre dans les prochains jours à des vols charters depuis le Caire.




    0



    0
    Nenuphar
    8 juillet 2013 - 15 h 36 min

    Même si l’article est tiré
    Même si l’article est tiré par les cheveux, tant on fait une histoire à la James Bond, comme si Tamer El Mahdi est un homme d’importance capitale pour le royaume britannique et sa majesté la reine, il n’en demeure pas moins que les vraies questions à poser aux autorités algériennes qui, à ne pas douter, ne répondront à aucune tant elles s’estiment au dessus de tout.

    Qui a donc introduit, bien profond, ces égyptiens en Algérie et le premier desquels Orascom et ses sociétés satellites qui se sont engraissées sur le marché algérien et actuellement on continue à leur attribuer des contrats pharaoniques ?

    Qui donc a introduit les arabes enturbannés qui n’ont, ni savoir faire, ni technologie et encore moins de savoir vivre ?

    Qui fait tout pour rameuter sur le pays ces arabes afin qu’ils investissent leurs pétrodollars comme si l’Algérie était en déficit de devises ?

    Qui se a l’échine flexible au point de se la rompre devant les personnalités qui viennent caresser dans le sens du poil ces mêmes autorités qui, au demeurant, en raffolent, telles des péripatéticiennes ?

    Tout le reste, même cette fuite rocambolesque est à mettre au crédit de ceux qui ont fermé l’œil pour venir après coup crier à la vierge effarouchée.




    0



    0
    salim
    8 juillet 2013 - 14 h 26 min

    Dans la logique des choses,
    Dans la logique des choses, si le comportement indélicat de cet ambassadeur se confirme, c’est à nos responsables de demander des comptes.
    Et si cela ne se fait pas, là des doutes sur nos responsables vont se faire, et en tant que citoyens nous allons nous demander pour qui travaillent ils réellement.?
    Tous les gros pontes et voleurs qui ont affaire à la justice finissent toujours par quitter le pays, qui est si haut placé pour les informer donc et leur permettre de fuir?




    0



    0
    inspektor Tahar
    8 juillet 2013 - 12 h 38 min

    Comment l’ambassade de
    Comment l’ambassade de Grande-Bretagne a aidé l’ancien directeur général de Djezzy à s’enfuir d’Algérie…A long terme les businessmen moyen orientaux vont bouffer l Algerie. Vue la révolution en Egypte nos frères égyptiens vont entrer en Algerie par milliers pour se réfugier




    0



    0
    Rascasse
    8 juillet 2013 - 12 h 30 min

    @00213 entièrement raison oui
    @00213 entièrement raison oui ces européens nous considèrent comme des sous hommes et nous naïvement on croit à leur sourire angélique qui cachent les démons neo colonisateurs, souriant nous aussi faisant les hypocrites mais restons humains.




    0



    0
    Mehdi
    8 juillet 2013 - 11 h 34 min

    Maintenant je comprends
    Maintenant je comprends pourquoi le service consulaire de l’Ambassade de Grande Bretagne à Alger s’intéressait de prés à l’Affaire Djezzy!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!




    0



    0
    Anonyme
    8 juillet 2013 - 11 h 07 min

    c’est du n’importe quoi ! ce
    c’est du n’importe quoi ! ce pseudo-journaliste doit suivre un traitement psychiatrique. il prend les vessies pour des lanternes. pauvre algérie, on est tombé très bas. dites-moi à quand une enquête sur nedjma ? je sais que ce n’est pas possible car vous têtez sa mamelle. alors que vous savez tous les scandales de nedjma vont bientôt eclater.




    0



    0
    00213
    8 juillet 2013 - 11 h 03 min

    Plus les anglais s’organisent
    Plus les anglais s’organisent pour faire tomber le gouvernement et plus ce même gouvernement lui fait des courbettes.
    .
    Nous ne sommes pas dans une dispute de voisin de quartier, mais la diplomatie a ses limites.
    Il y a un moment où nos gouvernants doivent bien comprendre que le chaos qu’ils veulent organisé, signifie CONCRÈTEMENT le viol de nos femmes, le meurtre de nos enfants, la destruction de nos biens ou la torture de nos frères.
    .
    Je ne fais pas parti de ces aboyeurs qui privilégient la méthode frontale, car nous n’en avons pas encore les moyens et nous risquerions de nous retrouver isolés comme les iraniens.
    Mais nous avons des moyens de pression…
    Mettons les en œuvre et sourions leurs hypocritement (comme ils le font)




    0



    0
    raselkhit
    8 juillet 2013 - 10 h 16 min

    De quoi être choqué .Ilest
    De quoi être choqué .Ilest tout à fait naturel et ce depuis la nuit des temps que chaque pays défends ses interrêts.Il suffit de leur rendre la pareille et que tous les algériens prennent conscience aussi bien de la désinformation que de tous les agissements antialgériens de tous les pays occidentaux contre les peuples qui voudraient se révéiller et essayer de s’en tirer sans avoir à être sous la botte des ex pays colonisateurs.C’EST à NOUS D’ETRE VIGILANT.




    0



    0
    selecto
    8 juillet 2013 - 10 h 03 min

    Merci pour cette information,
    Merci pour cette information, on attend d’Algériepatriotique de faire une enquête sur ce qu’avait ces escrocs en poche en arrivant en Algérie et combien ils avaient eus des banques algériennes, jeter la lumière sur leurs complices et ex protecteurs algériens.
    L’extradition de Abdelmoumen Khalifa n’est pas souhaiter par certains responsables Algériens, c’est eux qui s’y opposent en faisant semblant de demander son extradition, si par malheur il sera extradé se sera une catastrophe peur eux.




    0



    0
    Anonyme
    8 juillet 2013 - 9 h 55 min

    Cet article contient des
    Cet article contient des expressions qui relèvent du fantasme.
    Il n’existe pas de « voie diplomatique pour exfiltrer ».
    Il existe en revanche des ports et des aéroports et des services de sécurité.
    Si l’ambassade UK a délivré de faux papiers, il faut expulser l’ambassadeur.
    Votre rôle en tant que journalistes n’est pas d’alimenter la rumeur. Votre rôle est de contacter l’ambassade UK et lui demander si oui ou non il ont délivré un passeport avec une fausse identité a cet individu et de publier leur réponse.




    0



    0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.