Amnesty International appelle le roi d’Espagne à évoquer la question des droits de l’Homme lors de son voyage au Maroc

L’organisation non gouvernementale de défense des droits de l’Homme Amnesty International a appelé le roi d’Espagne, Juan Carlos, à évoquer avec les autorités marocaines la question des droits de l’Homme lors de sa visite dans le royaume, prévue du 15 au 17 juillet. Sahara Occidental et non-respect des droits de l’Homme, répression des journalistes et violence à l’encontre des femmes sont les trois questions soulevées à ce sujet par l’ONG qui, faut-il le rappeler, n’a eu de cesse de dénoncer les atteintes aux droits de l’Homme dans les territoires occupés du Sahara Occidental, mais aussi sur le sol marocain où des manifestations pro-Polisario avaient été, à plusieurs reprises, violemment réprimées. A l’occasion du séjour programmé du roi d’Espagne au Maroc, Amnesty a rappelé au ministre espagnol des Affaires étrangères et de la Coopération, José Manuel García-Margallo, que «la crise économique ne doit pas être une excuse pour que la politique étrangère espagnole soit exclusivement orientée vers la recherche d’accords commerciaux et de nouveaux investissements. Les droits de l’Homme doivent être au centre de nos préoccupations à tous». Tout récemment, l’organisation s’était élevée contre ce qu’elle avait qualifié « d'usage excessif de la force contre les Sahraouis, torture et restrictions sur les libertés d'expression, de réunion et d'association». Elle avait également appelé le Maroc à ouvrir une enquête sur la question de la torture au Sahara Occidental. Une requête qui a déclenché l’ire des autorités marocaines. Au-delà du dossier des droits de l’Homme dans les territoires occupés du Sahara Occidental, Amnesty International a soulevé, dans son communiqué, d’autres questions liées notamment à «l'usage excessif de la force» de la police à l’encontre des manifestants pour disperser ou empêcher les manifestations et aux pressions que subissent les journalistes et autres détracteurs de la monarchie.
A. Sadek
 

Comment (3)

    Mohamad el Maadi.
    13 juillet 2013 - 23 h 19 min

    N’ayons pas honte de dire que
    N’ayons pas honte de dire que nous sommes le seul peuple de la région à avoir réellement une politique de droits humains la preuve ? La concorde civile qui a libéré des assassins des tueurs de femme et d’enfants pour tourner la page alors qu’on aurait du tous les liquidez, mais là n’a fait une fleur à l’humanité de par notre geste !!
    Et puis les chinois qui vienne en Algerie y travailler sérieusement et s’y établir qui leur a donné une deuxième chance de se réinsérez dans le champ social et se sentir humains ? bien oui c’est encore l’Algérie ,et je pourrais vous en citez des exemples a la pelle de ce que ce pays fait chaque jour pour préserver les droits et la dignité de chacun d’entre nous




    0



    0
    Mohamed El Maadi
    13 juillet 2013 - 17 h 34 min

    Il est certain tout de même
    Il est certain tout de même que le Maroc ne fleure pas bon les droits humains et puis ce n’est pas une surprise, mais je dirais déjà que le peuple Marocain doit s’émanciper de son Roi bouffeur de taupe et essayer je dis bien essayer de défendre sa dignité.
    Les Sahraouis eux le feront toujours car c’est un peuple fier et combattant, mais bon sang le Marocain prendrait des coups de pied dans le derrière qu’ils en redemanderaient tellement ils aiment se faire asservir et garder la mentalité d’un bon colonisé qui obéit à ces maîtres.
    Triste peuple et pauvre pays ! enfin l’Algérie elle avance et n’attendra personne !




    0



    0
    inspektor Tahar
    12 juillet 2013 - 18 h 34 min

    Amnesty International appelle
    Amnesty International appelle le roi d’Espagne à évoquer la question des droits de l’Homme lors de son voyage au Maroc…Il faut arrêter d évoquer…C est le temps et l occasion tout simplement exiger par l Espagne la vraie coupable de cette m….de son ancienne colonie en passant outre n importe quelle organisation mondiale…




    0



    0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.