L’agent de la DST Hichem Aboud se réfugie en Tunisie

Hichem Aboud, propriétaire de deux titres en état de cessation de paiement et objet d’une interdiction de sortie du territoire national, a été exfiltré en Tunisie par Tébessa, a-t-on appris. Cet agent des services secrets français avait regagné le pays dans le cadre de la loi sur la réconciliation nationale et s’était vu gratifier de deux journaux, d’un siège et d’une manne financière via la publicité publique distribuée par l’Anep. Mais ceux qui ont décidé d’«acheter le silence» de cet importun, longtemps payé en France pour propager toutes sortes de rumeurs sur l’armée algérienne, ont oublié qu’un chien enragé ne distingue pas entre l’os qu’on lui tend et la main qui le tient. Une source informée avait indiqué à Algeriepatriotique, il y a plusieurs jours, que Hichem Aboud se trouvait dans la ville frontalière de Tébessa où il avait été pris en charge par la famille d'Anouar Malek, un ancien membre de la commission des observateurs envoyés par la Ligue arabe en Syrie, lequel Anouar Malek avait témoigné d’un zèle sans pareil en faveur des thèses qataries. Hichem Aboud avait été aperçu dans un restaurant de la ville avec deux autres personnes – probablement des contrebandiers. Notre source a précisé que Hichem Aboud se trouvait à Tébessa depuis deux jours et qu’il avait fait un crochet par Oum El-Bouaghi pour rendre visite à sa famille. Hichem Aboud a séjourné chez Anouar Malek, dans la localité de Chréa, à une cinquantaine de kilomètres à l’ouest du chef-lieu de wilaya, avant de traverser la frontière illégalement. Notre source précise en outre que, lors de la discussion qu'il avait eu avec ses interlocuteurs, Hichem Aboud avait affirmé avoir réalisé un reportage sur les frontières de Djebel Chaâmbi, assurant qu’il s’apprêtait à lancer une chaîne de télévision en association avec des Tunisiens et dont le siège serait installé à Tunis. Tombé en disgrâce auprès de ses anciens protecteurs et abâtardi par le limogeage du colonel Fawzi dont il puisait l’impunité pour régler ses comptes par la calomnie et le bobard, Hichem Aboud, se sachant condamné en Algérie pour ses nuisances, a été conseillé par ses officiers traitants de couvrir ses arrières en adhérant à une organisation non gouvernementale suisse et en rameutant les apôtres du «qui-tue-qui» pour crier à l’atteinte aux droits de l’Homme au cas où il serait condamné à de la prison ferme par la justice algérienne. Algeriepatriotique a mis la main sur une seconde lettre adressée cette fois-ci à Mme Navy Pilay, Haut Commissaire des droits de l’Homme de l’ONU, dans laquelle l’agent de la DST informe la fonctionnaire onusienne qu’il porte plainte contre l’Etat algérien. Dans sa seconde lettre, plus longue que la première, le désormais réfugié Hichem Aboud réitère les mêmes griefs, se plaignant de ce que l’Algérie l’a privé de sa liberté de circulation et de son droit à la publicité. En toute logique, la justice algérienne devrait lancer un mandat d’arrêt international et exiger des autorités tunisiennes qu’elles l’extradent pour être jugé en Algérie. Le gouvernement tunisien sait-il que le clandestin Hichem Aboud se trouve sur son territoire ? A-t-il été alerté par les autorités judiciaires et sécuritaires algériennes pour procéder à son refoulement ? Ou alors Hichem Aboud a-t-il reçu la garantie de ne pas être inquiété par l’Etat tunisien une fois sur son territoire ? Nous le saurons.
Karim Bouali
Voir fac-similé de la lettre de Hichem Aboud
 

Comment (36)

    sohban
    15 juin 2016 - 17 h 16 min

    j’aimerai voir en face se
    j’aimerai voir en face se traitre

    Kimpa Mazigh
    25 août 2013 - 20 h 13 min

    Que ce gars là ait travaillé
    Que ce gars là ait travaillé pour le DRS ok ! Mais concernant le fait que c’est un agent de la DST alors là je veux des preuves ! Sinon ça s’appelle une rumeur à l’algérienne.

    citoyen
    20 août 2013 - 18 h 03 min

    c’est très simple, élevont
    c’est très simple, élevont hicham aboud au grade de HARKI et on n’en parlent plus. cela va lui faire germer un cancer et il trepassera en tunisie. les mauvaises langues lui donnent de l’importance alors qu’il n’est qu’un harki. ignorer le !!!

    Lounes
    20 août 2013 - 11 h 50 min

    Vous traitez Aboud d’agent de
    Vous traitez Aboud d’agent de la DST ,en tant que journaliste d’investigation avez vous des preuves ? vous vous basez sur quoi pour le dire ? dans un pays de liberté vous auriez fini en cour .
    On lui reproche d’Avoir annoncé la mort de Bouteflika , un simple démenti aurait suffit , ça ne nécessite nullement tout ce zélé de la part du pouvoir pour le punir.
    Et puis la gestion de la maladie de Bouteflika la trouvez vous normale ?
    Nous sommes devenus la risée de la planète.

    SiZineddine
    19 août 2013 - 20 h 49 min

    Peut être que Hichem Aboud
    Peut être que Hichem Aboud n’est qu’un lanceur d’alerte que les RG ont utilisé pour noyauter les milieu islamistes en Europe.

    Si les lanceur d’alerte deviennent nombreux alors la corruption s’ameunuisera. Un lanceur d’alerte n’est pas un délateur contrairement à ce que veulent nous faire croire les milieux corrompus. Si vous voyez quelque chose qui nuit à l’interet général ou à votre entreprise, il faut lancer l’alerte anonymement car les represailles sont toujours là.
    Dernierement les employés d’une entreprise ont fermé les eux contre la corruption installé par un réseau tunisien. L’entreprise ou plutot le departement a fini par fermer ses portes en octobre 2012 victime d’une mauvaise gestion, de l’arrivée de personnes payé à detruire l’entreprise sans compter le niveau ô combien autrefois valide à faire palir de jalousie les autres departement, est devenu la risée et l’on se demandait s’il n’était pas interessant de ramener des lyceens travailler à la place de bras cassés meme pas capable de faire une phrase correcte en français ou en anglais et encore moins une ligne de code.
    Le niveau s’est effondré. L’organisation du travail et les normes ont disparu. A la place s’est installée la mauvaise foi et la débilité.
    Mais je dirai bien fait pour ce département dont les salariés n’ont pas voulu réagir par peur des représailles dans leur propre pays envahi par des charlatans qui s’étaient tissé un réseau. Aujourd’hui, l’enquête est en cour, mais après la destruction du département.
    L’alerte éthique est le geste accompli par un individu, témoin, notamment dans son activité professionnelle, d’actes illicites ou dangereux pour autrui, touchant à l’intérêt général, et qui décide d’alerter les autorités ayant le pouvoir d’y mettre fin.
    Il faut lancer l’alerte, même anonymement car si non, c’est l’entreprise qui disparait et bien plus…

    Harissa libre
    19 août 2013 - 19 h 51 min

    On finira par tout savoir! Et
    On finira par tout savoir! Et c est sans conséquence!
    La preuve ! Il y a des algériens qui saluent leur collègue des services français . A croire que les espions français ont voulu du bien aux algériens . N importe quoi !
    Les bavards ne risquent rien !

    Patriotique
    19 août 2013 - 19 h 08 min

    A « Anonyme (non vérifié) |

    A "Anonyme (non vérifié) | 19. août 2013 – 18:10", au sujet de la DST : sachez que nous n'avons rien contre cette institution qui défend les intérêts de son pays, la France. Ce que nous dénonçons, ce sont les agents algériens qui travaillent contre le leur. Si la DST a recruté Hichem Aboud, c'est certainement pour infiltrer les milieux des opposants algériens en France, notamment les islamistes – ceci n’est qu’une hypothèse. Hichem Aboud a profité de sa position peu honorable pour régler ses comptes avec son ancienne hiérarchie en s’attaquant à l’armée algérienne pendant qu’elle menait une guerre difficile contre le terrorisme. Au sein de la DST, en effet, il existe des responsables qui ont eu une position courageuse et ont étroitement collaboré avec les services algériens pour faire face à la menace salafiste, parfois même contre leurs propres collègues de la DGSE. Parmi ces gens honnêtes, en effet, puisque vous le citez, Yves Bonnet que nous saluons ici.
    AP

    ayoub
    19 août 2013 - 18 h 31 min

    je vais vous dire,celui qui
    je vais vous dire,celui qui veut arnaquer la DRS c’est qu’il est fou ou bien il est fou.c’est pour ça qu’ils prennent les plus intelligents des Algériens.bien vu,nos agents.babay

    Anonyme
    19 août 2013 - 15 h 40 min

    oum el bouagui ? ses parents?
    oum el bouagui ? ses parents? j’ose un raccourci : Attention les SU30…

    Harissa libre
    19 août 2013 - 14 h 32 min

    je peux affirmer que de la
    je peux affirmer que de la corruption , je n en ai jamais vu ailleurs que parmi certains internautes de differentsb sites. Ce sont des agents qui ont pour mission de sasser du pouvoir casser de l algerie en accablant nos responsables de tous les malheurs ou calamités pour la quasi totalite imaginaires
    Inutile de les désigner ! Ils sont en permanence sur les sites. Sautant de l un a l autre sursautant a un article ou une information citant un responsable jamais il ne vous diront.il y a quelque de positif en algerie Pour eux il n y a pas de gouvernement. Il y a le régime corrompu Ils s oublient ces traîtres. Oui traîtres parce qu ils sont a la solde de l étranger et ils sont surtout anti démocratiques
    Allez commençons par faire l inventaire de ces traîtres. Il y en a pas mal qui ont commenté l’article de la rédaction. Et ils sont vraiment nuls de nuls comme ceux qui les ont enfanté et ceux qui les paient
    Parmi eux ceux qui vont réagir
    Que les chiens aboient maintenant

    Abou Stroff
    19 août 2013 - 14 h 01 min

    supposons que hichem aboud
    supposons que hichem aboud soit effectivement au service d’officines étrangères. n’a t on pas alors le droit de se poser une simple question: qui a autorisé ce bonhomme à rentrer en algérie pour, entre autres, piloter deux journaux? en fait, pour être conséquent, il faut accepter le fait que aboud n’est qu’un pion dans une arène où les vrais « décideurs » sont dans l’ombre et continuent à nous bassiner avec des histoires à dormir debout. si aboud est coupable de quoi que ce soit, qu’attendent les « justiciers » pour dénoncer ses protecteurs?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.