Syndicat des postiers : «Nous avons de forts soupçons de corruption»

Au cinquième jour de la grève des postiers, aucune perspective de dénouement ne se profile à l’horizon. C’est, bien au contraire, la stratégie de l’escalade qui est mise en avant par le Snap pour tenter d’arracher un maximum d’acquis, en exploitant à son profit l’incommunicabilité qui règne au niveau du ministère de la Poste et des Technologies de l’information et de la communication au sujet de ce mouvement de grève qui pénalise grandement les citoyens dans tout le pays. Invité sur un plateau de la chaîne El-Djazaïria, le président de ce syndicat non agréé, Mourad Nekkache, se dit «inflexible sur les principales revendications des travailleurs de la Poste» et rejette la responsabilité de la poursuite de la grève sur la tutelle qui, selon lui, «refuse de dialoguer avec son syndicat sous prétexte qu’il n’est pas agréé», tout s’en prenant, au passage, à l’UGTA qui, selon ses termes, «a cessé de travailler pour l’intérêt des travailleurs». Sur la possibilité d’assurer le service minimum dans les bureaux de poste, le syndicaliste a répondu que cela «pourrait se décider uniquement dans un cadre de dialogue et de négociation avec l’administration». A propos de sa demande d’ouvrir une enquête sur la gestion des œuvres sociales et des ressources humaines dans le secteur, Mourad Nekkache ne va pas jusqu’à certifier l’existence de malversations ou de corruption dans ces deux départements, mais parle de «soupçons très forts».
R. Mahmoudi

Commentaires

    Lyes48
    19 août 2013 - 10 h 34 min

    ET moi j’ai un fort soupçon
    ET moi j’ai un fort soupçon de laxisme chez les agents d’Algerie Poste. Sur 10 postes equipées de DAB, combien fonctionnent ? 1 ou 2 max. Sur 5 ou 6 guichets dans une poste , ccombien d’ouverts ?, max: 2. Avez vous la nonchalance des agents derriere le comptoir ? On dirait qu’ils ont la vie devant eux ! Vive la privatisation !




    0



    0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.