Les postiers reprennent le travail demain jeudi

Fin du bras de fer engagé entre le Syndicat national automne des postiers (Snap) initiateur de la grève illimité et la tutelle. Au septième jour de la grève, le syndicat annonce, dans un communiqué adressé à Algeriepatriotique, la reprise du travail à partir de demain jeudi, tout en accordant un délai de deux mois à la tutelle pour mettre en application tous les engagements annoncés suite à la grève de janvier de 2013. Cette décision a été prise suite à l’annonce faite par le ministre de la Poste et des TIC, Moussa Benhamadi, au conseil du gouvernement, d’annuler la procédure lancée hier mardi par le directeur général de Poste pour évaluer les rappels de 2008, tel que réclamé par le Snap dans un communiqué que le syndicat nous a adressé une heure plus tôt. En effet, le syndicat jugeait les calculs effectués par la direction de «faux et imprécis», parce que n’ayant pas pris en compte les différentes primes, notamment la prime d’ancienneté. Pour ces raisons, le syndicat demande au ministre de constituer une commission qui serait chargée de refaire les calculs et de préciser les rappels de chaque travailleur. En foi de quoi, les signataires de la déclaration se disaient prêts à arrêter la grève. Le Snap se réjouit de la décision prise par le ministre et estime que cette remise en cause «montre l’anarchie et la mauvaise gestion qui règnent au sein d’Algérie Poste». Enfin, les postiers interpellent le président de la République à qui ils demandent de mettre fin aux fonctions du directeur général d’Algérie Poste, Mohand-Laïd Mahloul, qu’ils accusent d’appliquer «une politique agressive à l’encontre de ses employés, qui les pousse à la violence», de faire obstacle à l’installation de centaines de receveurs de wilaya et d’avoir placé des proches dans différents postes.
R. Mahmoudi  

Comment (5)

    Hamza Rachid
    22 août 2013 - 15 h 15 min

    Je partage entièrement l’avis
    Je partage entièrement l’avis de Ryad S. On ne peut plus se permettre de subir les humeurs et les litanies de travailleurs dont le rendement en période ordinaire est quasiment nul et dont le comportement à l’égard des clients est toujours désagréable voire agressif. La balle est désormais dans le camp de l’Etat: Si la DG d’Algére poste et sa tutelle(le ministère des postes) ne mettent pas à nu les manipulations à l’origine de ces grèves qui sabotent l’économie nationale, alors dans 2 ou 3 mois, il y aura d’autres arrêts de travail. Dans ces conditions, il faudra s’interroger sur l’incapacité des cadres dirigeants d’AP à traiter cette crise de façon définitive.




    0



    0
    Anonyme
    21 août 2013 - 21 h 11 min

    pour critiquer vous êtes des
    pour critiquer vous êtes des champions , mes chères frères il faut savoir que l’unité est 2000 DA . Alors si un fonctionnaire réclame une augmentation de salaire c’est pour survivre. car s’il est aisé il n’aura pas besoin d’Algérie poste. le pouvoir algérien a rendu le peuple algérien un peuple mendiant. au lieu de critiquer les pauvres et les mesquins il faut critiquer ces vampires chakib khellil et les autres et ces pauvres postiers.




    0



    0
    Anonyme
    21 août 2013 - 17 h 57 min

    Aller faire un. Tour du coté
    Aller faire un. Tour du coté du CCM ‘ vous aurez une vraie image des conditions de travail qui réignent a d’Algerie poste et pourtant on travail maîtres tout.




    0



    0
    Ryad S
    21 août 2013 - 15 h 46 min

    Le délai de 2 mois devrait
    Le délai de 2 mois devrait être mis à profit par les services compétents de l’Etat pour enquêter sérieusement sur ceux qui sont derrière les grèves déclenchées au sein d’Algérie Poste tous les 4 mois.
    Qui sont-ils? Qui les parraine ? Quel poste occupent-ils dans AP ? Font-ils leur tavail correctement ? Sont-ils absentéistes ? Combien touchent-ils par mois ? Comment ont-ils été recrutés ? Ont-ils des accointances politiques ? Leur a t-on défalqué de leurs salaires les journées de grève qu’ils ont provoqué ? Savent-is rédiger un courrier administratif ? Recourent-ils souvent aux oeuvres sociales des PTT ? Sont-ils capables d’évaluer le préjudice que leurs grèves à répétition occasionnent à l’Algérie ? En sont-ls ocnscients ?
    Ryad S




    0



    0
    Lyes48
    21 août 2013 - 15 h 19 min

    Meme quand ils travaillent,
    Meme quand ils travaillent, on a l’impression qu’ils sont en greve!




    0



    0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.