Interpol envoie les mandats d’arrêt contre Chakib Khelil et sa famille à la cellule anti-blanchiment de Paris

L’organisation internationale des polices, Interpol, vient d’envoyer les mandats d’arrêt lancés par la justice algérienne contre la famille de Chakib Khelil à la section anti-blanchiment d’argent de l’Office central pour la répression de la grande délinquance financière de Paris, a-t-on appris d’une source très proche du dossier. Ces mandats d’arrêt concernent, outre l’ancien ministre de l’Energie et des Mines, Chakib Khelil, son épouse et ses deux enfants. Interpol a déjà reçu, dans cette affaire liée aux scandales de corruption à Sonatrach, deux mandats internationaux contre Farid Bedjaoui et Omar Habour, deux principaux accusés dans cette affaire de corruption à grande échelle. Des mandats qui ont été transmis à Interpol plus d’un mois après leur lancement. Beaucoup d’Algériens s’interrogeaient sur ce retard. Cette nouvelle confirme la poursuite des affaires de corruption en cours au niveau de la justice. Le procureur général près la cour d’Alger, Belkacem Zeghmati, avait annoncé, le 12 août dernier, avoir lancé quinze jours avant neuf mandats d’arrêt internationaux dans l’affaire Sonatrach. Au lendemain de cette annonce, Chakib Khelil, qui plaidait son innocence, avait déclaré, de sa résidence à Washington, à plusieurs médias nationaux, être à la disposition de la justice algérienne qu’il n’avait jamais fuie ! Il y a également sur la liste des recherchés une certaine Lynda Cherouati et Mohamed Bayou, ancien responsable de la filiale de Sonatrach (SPC) basée à Londres, et un de ses enfants. A l’étranger, une enquête est menée par deux procureurs, Fabio De Pasquale, en Italie, et M. Baietto, procureur adjoint à Paris, pour découvrir les biens acquis par l’argent soustrait par des moyens de corruption à Sonatrach. Les premières investigations menées conjointement entre Milanais et Parisiens ont porté leurs fruits. Des résidences de Farid Bedjaoui et Omar Habour ont été perquisitionnées à Paris et deux immeubles de Farid Bedjaoui, situés sur l’avenue d'Iéna, dans le 16e arrondissement de Paris, ont été mis sous scellés. Lors des perquisitions, des coffres-forts ont été trouvés et ouverts, et des dossiers importants récupérés par les enquêteurs. Ces biens ont été achetés aux noms de sociétés créées spécialement pour cela au Luxembourg et alimentées en fonds à partir de certains pays d'Asie. Des sociétés mises au nom de jeune fille de la mère de Farid Bedjaoui, à savoir Lauron Lionnelle. Une villa de haut standing à Ramatuelle a été mise également sous scellés. L’enquête qui se poursuit concerne la période 2006-2009. Pour le moment, aucun compte ou bien immobilier au nom de Chakib Khelil n'a été découvert sur le territoire français. La justice italienne, qui poursuit son enquête sur Saipem directement impliquée dans cette affaire en sa qualité d’entreprise corruptrice, parle d’un réseau mafieux international. L’affaire ne fait que commencer.
Sonia Baker
 

Comment (16)

    Anonyme
    13 septembre 2013 - 19 h 59 min

    @ Abdekader ElMali (non
    @ Abdekader ElMali (non vérifié) | 13. septembre 2013 – 14:03

    Il faut arrêter de fumer de la moquette le cerveau est très atteint par les effets secondaires.
    Le comte de fée que tu nous sort de ton imagination puisé dans ton subconscient peut-être intéressera t-il un producteur de cinéma hollywoodiens .
    Pour l’instant tu es pathétique et à plaindre de ne pas te rendre conte que tu as l’air ridicule et comique en même temps .
    Vas te faire soigner car tu es gravement atteint .
    Que ne faut-il pas lire de la pars de certain internautes voulant absolument nous prendre pour des ignares.
    Mort de rire.
    Reste dans ton royaume chérifien momo 6.




    0



    0
    Abdekader ElMali
    13 septembre 2013 - 13 h 03 min

    On les appellent au Maroc
    On les appellent au Maroc 2éme franciss ou Wastis.

    Ce sont des enfants issus de la communauté de l’Emir Abdelkader qui est resté au royaume après la soumission de ce dernier à la France en 1848.

    L’autre communauté est composée de la tribu de Ouled Sid Echiekh.

    Après la défaite de leur chef Echiekh Bouamamama en 1908 contre la France le reste de sa communauté s’est réfugiée au Maroc. Elle s’est installées à Ain Bni Mathar , Taourirt et Guercif.

    Une 3éme composante des algériens nés au Maroc est issus des algériens enrôlés dans l’armée française pour faire imposer le protectorat au sultanat en 1912.

    Parmi ces militaires, on peut citer le cas du capitaine l’émir Khaled petit fils de l’Emir Abdelkader , le colonel Bendaoud , le Spahi Bencherif et si Kaddour Benghabrit l’ancien recteur de la mosquée de Paris dans les années 20.

    Le 1ér de ces militaires algériens ayant trahi ses coreligionnaires marocains est l’Emir Khaled, le père du nationalisme algérien. Je cite son comportement pendant le débarquement à Casablanca en 1908 avec Lyautey: « Malgré sa fidélité, son loyalisme, les grands services qu’il a rendu, lui et sa famille en Algérie , au Maroc et en Syrie, il s’était trouvé, ( lui prince ) soumis à un règlement qui le rendait l’égal du fils d’un vulgaire colporteur.

    Ainsi , tous ses efforts ne lui ont pas servi ; ni sa conduite au maroc , ou il a guerroyé pour la civilisation , en héros , contre les fréres musulmans , ou il se déguisait en montagnard pour se’introduire dans leurs ( les marocains ) milieux, au profit des conquérant , tout ce qu’il a pu faire pour la grandeur de la France et l’asservissement des ses compatriotes et coreligionnaires ne lui a pas été profitable. Peine inutile, espoir évasé comme une promesse d’un fonctionnaire bourgeois.

    On les appelaient au Maroc 2 éme franciss ou Wastis.

    Deuxième franciss parce que c’étaient des français de deuxième collège.

    Puisqu’ ils rendaient à leurs maîtres colons des services en jouant le rôle de Wastis c’est à dire des interprètes entre les indigènes marocains et l’armée françaises.

    Ne pas confondre ces algériens nés au Maroc avec les réfugiés de la guerre de libération.

    Souvent la première à quitter l’Algérie avant 54 et pour des raisons souvent mercantiles. C’est une notabilité francophone et de nationalité française.

    La deuxième a quitté l’Algérie après le déclenchement de la guerre en 1954 pour éviter les représailles de l’armée française. Elle a été parquées et contrôler par le FLN dans des camps de refugiés à Oujda , Ahfir et Nador .

    C’étaient des apatrides . Leurs enfants ont suivi des études en Arabe avec les indigènes marocains.

    En 1962 cette catégorie de refugiés arabophone à été écartée par le clan d’Oujda francophone.

    Ces arabophones ont occupé souvent des postes dans l’enseignement primaire ou dans des tribunaux (service du statut personnel)

    Par contre les francophones du MALG ont accaparé les ministères et la sécurité militaire et l’appareil du FLN .

    Ce sont des hommes politiques issus souvent de l’ouest algérien en comparaison avec l’armée originaire de l’est.

    Ils sont souvent des féodaux possédant des terres agricoles et des commerces. On peut citer la famille de Kasdi Merbeh qui est propriétaire des terres agricoles et une pharmacie à Meknes.

    L’origine de ces actes de propriétés est plus que douteux. Généralement ce sont des algériens au sein en de l’armée française qui avaient bénéficie de privilèges de la part de la France pour service rendu à la mère patrie.

    Pour cette raison à l’indépendance du Maroc en 1956, ces algériens ont été exproprié de leur terre .Ces derniers étaient naturalisés français. On les avaient considéré comme des colons.

    Ces algériens du MALG en 1962, ont fait main basse sur le rouages de l’Etat. En s’octroyant les ministères , la sécurité militaire et le parti du FLN plus tard

    Il étaient de l’ordre de 10 000 selon les affirmations du colonel Bencherif . Je cite  » : « La première corruption est venue de ceux qui ont monnayé leur attestation de moudjahid et des dix mille Algériens qui travaillaient dans l’administration marocaine et qui étaient rentrés au pays en 1962 (…). »




    0



    0
    baraa
    12 septembre 2013 - 21 h 25 min

    Algérie ou Maroc n’est-ce pas
    Algérie ou Maroc n’est-ce pas la même oumma ? Le peuple est le même …et les profiteurs aussi




    0



    0
    Anonyme
    11 septembre 2013 - 20 h 05 min

    « الاحتيال والسرقة، تلك
    « الاحتيال والسرقة، تلك الثقافة بشكل كاف « حفظ الله العادات الجيدة »




    0



    0
    MACIZEL
    11 septembre 2013 - 18 h 13 min

    Chers Internautes:
    La France,

    Chers Internautes:

    La France, l’Italy ou autres pays ne s’intéressent pas au mandat d’arrêt d’Interpol ou autre, pour eux, c’est juste un document qui leurs permets de récupérer tous les biens des personnes incriminés.

    LA France va t’elle mettre en prison Khelil ou Jaber, ou Bejoui, il sera un bouche à nourrir en prison sur le dos du contribuable Français.

    Et je pense que l’Algérie n’a pas intérêt à envoyer des mandats d’arrêt, jsute pour dire à Khelil, reste chez toi aux eats Unis, on a plus besoin de toi ici en Algérie, le peuple commence à se rendre compte de ton arnaque! Alors prend soin de toi et de tes dollars, et pour nous, petit peuple ‘CHEDDA FI LAH » on ne sait jamais!




    0



    0
    Inspektor TAHAR
    11 septembre 2013 - 17 h 55 min

    Interpol envoie les mandats
    Interpol envoie les mandats d’arrêt contre Chakib Khelil et sa famille à la cellule anti-blanchiment de Paris….Sorry…personne ne croit a ce scénario de lAlgerie Inter-pool et du système de justice algérien…Essayer d avoir un peu plus d imagination pour nous faire croire vos salades




    0



    0
    selecto
    11 septembre 2013 - 17 h 48 min

    D’après certaines rumeurs
    D’après certaines rumeurs l’opération du financement en devises des procès de Chab Mami était doublée d’un détournement de fonds, elle a permis la sortie de très forte sommes du trésor public, peut être qu’une enquête serait nécessaire pour faire la part des sommes qui ont été versées à la justice française et la partie qui a disparue dans la nature.




    0



    0
    Horizon
    11 septembre 2013 - 16 h 53 min

    Salem Alikoum
    Autrefois ont

    Salem Alikoum

    Autrefois ont ne parlaient quasiment d’affaires de corruptions de détournements de biens publics , d’entente illégales , de pots de vin etc…etc…
    Aujourd’hui plusieurs Wallis , dirigeants d’entreprises publics , directeurs de corporations différentes employées par les l’état etc…etc..sont sous les verrous.
    Les presses papiers , télévisés , et électroniques en parlent quotidiennement sans tabous .
    Les journalistes n’ont plus aucune craintes d’être arrêter ou peur pour leurs intégrités physiques.
    Et plus les jours , semaines , mois années passent l’audace les mœurs , les mentalités , devient un prolongement naturel pour les Algériens et Algériennes de demander justices contre toutes ces personnes ayant abusées de la confiance qu’ils leur étaient attribuées par les fonctions qu’était la leur.
    Ils ce sont tous enrichis avec l’argent de l’état Algériens qui lui même cet argent appartient aux trésor public .
    Qui est le publics !!! le public n’est autre que le peuple Algériens dans toute sa composante.
    Nous n’avons jamais auparavant connu cela .
    C’est un très bon début qui ne fait que accroitre.
    Aucun pays au monde n’est épargnés par ces maux , ces malversations.
    Je suis heureux que les choses évolues dans ce sens et prennent une bonne vitesse de croisière.
    Regardez au Maroc ils n’osent même pas critiqués le roitelet mono 666 même s’ils se trouvent de l’autre côté du monde.
    Cependant ils sont tous les jours ce site Algérien AP et d’autres en train de ce faire passé pour des Algériens et vomissent leur haines et leur Fitna chez nous.
    Mais c’est mal connaitre les Algériens et Algériennes la mayonnaise ne prend pas et ne prendra jamais BI INE ILLAH.
    Les chiens aboient et les caravanes passent.
    Ils resteront à jamais sur leur fin ces gueux.
    Salem alikoum




    0



    0
    Mohamed
    11 septembre 2013 - 15 h 55 min

    Chauchesko(Ceaușescu) avait
    Chauchesko(Ceaușescu) avait pillé le pays pour construire des palais aux lambris dorés. Il avait détourné l’argent destiné à rendre son peuple heureux et digne. Aujourd’hui les roms errent toujours en Europe, d’un pays à un autre, chassé de partout car l’argent qui était destiné à leurs offrir une vie digne a été volé.
    C’est ce qui risque d’arriver au algériens comme ce fut le cas début des années 90, quand tous les responsables ayant assez pillé comme des rapaces, ont laissé le pays et ses citoyens affamés, épuisés par des chaines pour out, pour le sucre, pour l’huile, pour le café etc
    Aujourd’hui, un remake à la chauchesko et sa femme nous est appliqué, mais cette fois-ci c’est Chakib Khalil et ses cousins du Maroc et de Tlemcen.
    Si des condamnations ne sont pas prononcées et exécuté, l’algérien redeviendra esclave. Seul eux et leur progéniture s’en sortiront en laissant le vaisseau Algérie couler vers le fond.




    0



    0
    Mohamed
    11 septembre 2013 - 14 h 21 min

    Cette mafia ne cessera jamais
    Cette mafia ne cessera jamais de voler les ressources de l’Algérie en toute impunité. Tout ça, c’est de la poudre aux yeux.




    0



    0
    AnonymeKELAM
    11 septembre 2013 - 13 h 31 min

    si sa ap^porte un plus a
    si sa ap^porte un plus a notre pays et nous permet de lutter contre ce fléau qui est la corruption ,je suis partant dans l’idée de nettoyer le four de Borgia.




    0



    0
    bachir
    11 septembre 2013 - 13 h 22 min

    c’est juste une question de
    c’est juste une question de patriotisme. ali dar ykhalassse

    bouk mayaaref khalek sahbi




    0



    0
    Anonyme
    11 septembre 2013 - 13 h 03 min

    Getule, il ne s’agit pas
    Getule, il ne s’agit pas seulement de mafia Tlemcénienne, mais surtout marocaine de Oujda, là c’est encore plus grave, des étrangers (Bouteflika et son clan) tous d’origine marocaine, nés au Maroc, ils se font passer pour des tlemcéniens, pour prendre facilement notre pays en otage, le responsable de cette imposture est Boumédienne qui les a introduits en Algérie, ces marocains ne veulent plus la lâcher, ils ont le soutien de la France qui veille à les protéger pour qu’ils continuent l’oeuvre de destruction colonialiste par mercenaires venus du Maroc, ils ont une mission détruire l’Algérie.




    0



    0
    Contre coups-d'etat
    11 septembre 2013 - 12 h 29 min

    AP, Ou êtes vous avec ce qui
    AP, Ou êtes vous avec ce qui se passe actuellement au niveau des institutions algérienne:
    Cout d’état de Gaid Saleh qui utilise boutef la paralysé contre Toufik et le parlement. une réorganisation du DRS etc..
    Ou est votre analyse de ce qui se passe..j’attends avec impatience votre analyse.
    Vous nous avez habituer par vos scoop surtout le cas Fawzi et la suite.




    0



    0
    Getule
    11 septembre 2013 - 11 h 38 min

    poudre aux yeux ou manoeuvre
    poudre aux yeux ou manoeuvre tactique en vue d’empecher les italiens de mettre la main sur la mafia tlemcenienne qui tient l’algerie des chouhada en otage !!!




    0



    0
    00213
    11 septembre 2013 - 11 h 28 min

    Cette affaire ne sera jamais
    Cette affaire ne sera jamais régler, car écrouer Khelil vaudrait une sorte de jurisprudence pour 75% des présidents d’APC, des walis et des ministres (sans compter les patrons de SGP, directeurs de collectivités, présidents de parti, militaires et j’en passe)
    .
    Le système est verrouillé et il ne pourra jamais accepté ce cataclysme.
    Politique de l’autruche assumée par l’état, jusqu’au jour où elle sera déplumée…
    .
    On patiente tous en observant un hypothétique ennemi venu de l’extérieur.
    Alors que ce sont nos enfants venus de nos entrailles qui se soulèveront malheureusement.
    Un résultat prévisible dû au dégoût face à la corruption, l’incompétence et l’injustice.
    .
    Ils peuvent encore nous éviter le naufrage, mais c’est juste une question de patriotisme.




    0



    0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.