Belayat : «Si Bouteflika se représente, je le soutiendrai»

Abderrahmane Belayat n’a pas la langue dans la poche. Lors de son passage aujourd’hui au forum de Liberté, le désormais ex-coordinateur du bureau politique du FLN a dénoncé, une fois de plus, la «mainmise» du pouvoir de l’argent sur ce parti historique. Pour lui, l’intronisation d’Amar Saïdani à la tête du parti est un signe fort de la déliquescence du FLN qui s’embourbe dans «l’affairisme et le clientélisme». Jamais, selon lui, le parti n’a été aussi fragile qu’aujourd’hui. Se voulant légaliste, Abderrahmane Belayat espère encore que le recours déposé auprès du Conseil d’Etat pour invalider la session extraordinaire tenue à la fin du mois d’août dernier va aboutir. Il estime que le Conseil d’Etat, qui a déjà déclaré illégale cette session, ne pourrait pas se déjuger. Sinon, c’est toute la crédibilité de la justice qui en prendra un coup. Belayat persiste et signe que cette session a été convoquée «indûment» et que l’un de ceux qui ont tout orchestré n’a même pas la qualité de membre du comité central. Profondément blessé par ce douloureux épisode de la crise du FLN, il affirme que le parti est bien divisé et qu’il risque de subir une fin plus humiliante que celle d’aller au musée. Il estime que le FLN n’a pas à s’allier avec d’autres petites formations politiques, descendant en flammes le projet d’Amar Saïdani de créer une nouvelle alliance présidentielle avec le parti d’Amar Ghoul et celui d’Amara Benyounès. Belayat refuse de lier le parachutage de Saïdani à la tête du FLN aux prochaines échéances électorales. Il assure qu’il n’y a aucun courant au sein du parti qui est opposé à un autre mandat pour Bouteflika. «S’il veut se représenter, je le soutiendrai», affirme-t-il. Il souligne néanmoins que la situation régionale est telle que «l’Algérie a besoin de décisions fortes et d’un président fort». Belayat ne juge pas nécessaire que le président Bouteflika soit présent sur le terrain, considérant que tout va bien» au sommet de l’Etat et que le pays fonctionne normalement. S’il n’a pas épargné Amar Saïdani, Belayat le rejoint sur certains points, notamment les «dangers» qui guettent l’Algérie qui fait l’objet de «convoitises étrangères».
Sonia B.

Comment (35)

    Anonyme
    3 octobre 2013 - 7 h 17 min

    Toutes les capacités
    Toutes les capacités physiques de Bouteflika se bornent à pouvoir porter une tasse de café à sa bouche. Quelle honte.

    AL
    2 octobre 2013 - 20 h 19 min

    1) Quand on ne sait pas ou
    1) Quand on ne sait pas ou l’on va, tous les chemins mènent nulle part (henry Kissinger)
    2)Si tout le monde ne le sait pas, c’est que personne ne le sait.
    3)Une sphère infinie dont le centre est partout, et la circonférence nulle part. (Pascal )
    4)Rien ne sert de courir si l’on va dans la mauvaise direction
    5)un responsable qui n’est pas cru, est donc… cuit

    citoyen
    2 octobre 2013 - 16 h 58 min

    non ya siZineddine, si vous
    non ya siZineddine, si vous etes né après 1962, soyer patriote. avant de dire quoi que ce soit référez vous aux documentations concernant notre algérie. les hommes que vous dénigrez ne sont pas vraiment ce que vous décrivez. ceux ne sont pas mes parents mais des algériens qui ont sacrifié ce que rares ont pu le faire et c’est pour cela qu’ils ont le STATUT de MOUDJAHED et on leur DOIENT RESPECT en tant que bons citoyens algériens. la question n’est pas de choisir mais de faire des propositions au lieu d’insulter ceux qui ont libéré la nation algérienne. Ceux ne sont pas des pétins ou des salans, ceux sont tous des amirouche et benboulaid. bonne journée.

    SiZineddine
    2 octobre 2013 - 12 h 37 min

    @citoyen (non vérifié) | 2.
    @citoyen (non vérifié) | 2. octobre 2013 – 11:21

    En sommes, d’après votre commentaire, on nous a placé comme responsable du FLN, un candidat tunisien qui a l’air d’un bagnard tant sa conscience est en off. On nous demande de choisir entre un marocain et un tunisien comme futur président en 2014. C’est le scenario de la présidentielle de 2001 en France où on proposait au français de choisir entre un candit Chirak et Lepen. C’est à dire entre la droite et l’extreme droite.
    En Algérie on nous demande de choisir entre un candidat d’origine marocaine et un candidat d’origine algerienne.
    Beau coup d’echec. A tout les coups, c’est le peuple algerien qui perd la partie quelque soit le candidat puisque seuls ces deux candidats sont à la tête d’un grand parti et donc potentiellement éligible.
    Beau coup de oujdistes…

    citoyen
    2 octobre 2013 - 10 h 30 min

    à tous les détracteurs comme
    à tous les détracteurs comme anonyme – el-wahrani – zaki et consors; c’est à vous d’avoir une peut de jugeote et bien réfléchir. sans ces hommes que seriez vous !!! ces hommes on libéré l’Algérie et son peuple ( dont vos parents ) qui, peut etre sont entrain de vous enseigner à hair ces hommes. je vous dirais tout simplement que ceux qui les haissent ne peuvent etre de vrains algériens. c’est imposibles. vous insultez ceux qui vous ont permis de vivre LIBRES. ahchouma car ce blog est lu meme au tchad et au lésoto. mais ne vous en faites pas, celui qui lira vos cochonneries il saura que vous ne pouvez pas etre des algériens. hissez un peut votre niveau de pensée. révisez un peut les livres interessants.

    citoyen
    2 octobre 2013 - 10 h 21 min

    L’Honnorable Moudjahed
    L’Honnorable Moudjahed BELAYAT est un patriote. celui qui le connait pour son franc parler vous dira que ce Grand Monsieur a toujour dit la stricte vérité. et ce qu’il avance ces jours-ci en ce qui concernet la candidature de Monsieur le Moudjahed BOUTEFLIKA est la pure logique. Monsieur BELAYAT je vous salut. Que Dieu le Tout Puissant accorde longue vie à Notre Président. Vive l’Algérie et son PETROLE ET son GAZ. Gloire aux Martyrs de la Révolution et du Devoir National. ECHENANA FY AADIANE EL-DJAZAIR EL-HABIBA.

    linefast
    1 octobre 2013 - 22 h 14 min

    Mr Belayat ne soutient pas la
    Mr Belayat ne soutient pas la candidature hypothétique de Bouteflika, il veut juste contrer le candidat du FLN…Saidani!!….pour Belayat un 4eme mandat vaut mieux que la victoire du candidat du FLN actuel.

    hite
    1 octobre 2013 - 13 h 14 min

    ouach c’est le marathon des
    ouach c’est le marathon des chiattes ou quoi quand je pense que la plupart des hommes ?qui veulent ou le soutiennent pour un autre mandat ( c’est des grands-péres c’est hilarant)

    staifi
    1 octobre 2013 - 9 h 16 min

    à ton age AHCHAM CHOUIA BARKA
    à ton age AHCHAM CHOUIA BARKA MEN CHITTA,tu fais honte aux setifiens

    samir
    1 octobre 2013 - 8 h 08 min

    Il n’y a pas de vent
    Il n’y a pas de vent favorable pour ceux qui ne savent pas où ils vont.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.