Gérard Chaliand à Algeriepatriotique : «La radicalisation de l’islam ne résoudra pas la crise des sociétés arabes»

Algeriepatriotique : Vous avez présenté dans votre livre Vers un nouvel ordre mondial ? une analyse sur le parcours et les évolutions géopolitiques des grandes puissances, en démontrant le déclin des Etats-Unis et de l’Europe d’une part, et l’ascension des pays dits «émergents» d’autre part. Quels sont les facteurs déterminants de ce constat ?

Algeriepatriotique : Vous avez présenté dans votre livre Vers un nouvel ordre mondial ? une analyse sur le parcours et les évolutions géopolitiques des grandes puissances, en démontrant le déclin des Etats-Unis et de l’Europe d’une part, et l’ascension des pays dits «émergents» d’autre part. Quels sont les facteurs déterminants de ce constat ?
Gérard Chaliand : Ce déclin relatif a pour cause les contradictions internes, particulièrement sur le plan financier, du système capitaliste et, par voie de conséquence, de l'économie – ébranlement dont le système ne s'est pas encore remis – et, par ailleurs, de la montée des ré-émergents et, plus particulièrement, de la Chine. La période de l'hégémonie solitaire (1991-2007) des Etats-Unis est définitivement terminée. Cependant, ceux-ci vont continuer à être prééminents.
Quelle va être l’idéologie politique des puissances de demain ?
Je pense que l'idéologie qui a le mieux traversé le temps du XIXe au XXIe siècle demeure le nationalisme. La Chine et les Etats-Unis, pour ne mentionner que les deux plus grands, en sont l'illustration. Mais, contrairement aux apparences, notamment dans les pays musulmans, ils sont loin d'être les seuls.
Chacun y va de son interprétation sur la réalité des événements qui s’accélèrent dans le monde arabe. Pouvez-vous nous donner la vôtre ? Y a-t-il un avenir pour le monde arabe dans ce nouvel ordre mondial ?
Je note l'apparition d'une société civile non négligeable, en nombre, avec des aspirations à davantage de justice et de liberté. Je constate les résultats obtenus, d'une part, par les Frères musulmans au cours des dernières décennies et ceux, importants, obtenus à travers l'islam militant que n'a cessé d'encourager principalement l'Arabie Saoudite depuis au moins la première crise pétrolière de 1973 et qui s'est accélérée à partir de 1979 pour contrer l'Iran chiite et persan. Le djihad en Afghanistan, qui a reçu un sérieux appui de l'Arabie Saoudite – ainsi que du Pakistan, sans parler des Etats-Unis – était un djihad sunnite. La guerre de choix, entreprise en 2003 par les Etats-Unis afin de «remodeler le Grand Moyen-Orient» aboutissait à un fiasco et la montée au pouvoir des chiites renforçait précisément l'adversaire principal des Etats-Unis : l'Iran. La guerre régionale qui se livre en Syrie et à travers la Syrie est aussi un conflit entre chiites et sunnites et, plus particulièrement, les ailes les plus radicales du sunnisme. Malheureusement, on voit mal en quoi la radicalisation de l'islamisme militant peut permettre de résoudre la crise des sociétés arabes. Celles-ci ne peuvent être appréhendées que par la croissance économique, la création d'emplois et la qualité de l'éducation. Le retour au passé mythifié constitue une impasse. Faut-il rappeler qu'en 1868 (révolution de Meiji), le Japon s'est lancé dans cette course à la modernisation et qu'il y est parvenu sans perdre son âme ?
Entretien réalisé par Mohamed El-Ghazi

Comment (10)

    Nassima
    3 octobre 2013 - 8 h 13 min

    le djihad du nikah
    moi qui

    le djihad du nikah

    moi qui croyais que la polyandrie est répandue que dans les cultures himalayennes! jusqu´a ce que Ces Tunisiennes nous confirment son existance Sous une autre Appellation .




    0



    0
    chark
    1 octobre 2013 - 10 h 53 min

    @ H , merci pour l’info , je
    @ H , merci pour l’info , je ne connaissais pas M Mezri Haddad , mais après avoir fait des recherches , et vue certaines video sur le net , j’en conclue que M Haddad souligne bien dans ses propos le danger wahabo/salafiste du golfe , mais il évite systématiquement de parler du pire des danger à savoir le sionisme et le sionisme international qui à pourri ce bas monde avec les pétro/dollars des wahabo/salafistes du golfe ! on sait à présent que les sionistes ont pour objectif de fragmenter , tous les états musulmans  » non dociles  » , ainsi que toutes le religions monothéistes , et rendre jerusalem capitale du sionistan avec l’aide du papier (…)  » talmud « 




    0



    0
    Kimpa Mazigh
    30 septembre 2013 - 22 h 46 min

    Et si on parlait de l’ALGERIE
    Et si on parlait de l’ALGERIE Algerienne. Effectivement, l’idéologie Arabiste revient à considérer le sort de Bagdad, Tripoli, Damas, Le Caire etc… L’idéologie Islamiste a conduit au sort de Mogadiscio, Bamako, Téhéran, Kaboul etc… L’idéologie Berbériste peut conduire à Tizi-ouzou en 1981 et 2001… Ou pire le séparatisme prôné par le MAK…Mais là Chaliand n’en parle pas.
    Dois-je rappeler qu’on classe toujours l’Afrique du Nord dans un monde qui n’est pas son monde naturel ? Car le Maghreb est avant tout africain. L’Algérie doucement mais surement de dirige vers la modernité avec l’Amazighité, l’Arabité et l’islamité. Des visions du monde culturelles et avant tout humaines et exempte d’idéologie politique. Car ces trois composantes culturelles vont de soi, car elles sont en nous. L’Algérie algérienne c’est justement la symbiose entre l’Amazighité algérienne, l’arabité algérienne et l’islamité algérienne. Ainsi l’Algérie peut devenir le premier pays en capacité de moderniser l’Islam. Et ça les pays occidentaux et du Golf n’en veulent surtout pas. Car c’est plus simple d’islamiser la modernité comme le fait le monde arabe incapable aujourd’hui de modernité. Incapable car il a politisé sa culture et une religion délivrée à l’humanité et qui dépasse de loin le cadre du monde arabe stricto sensu. Vive l’Algérie algérienne !




    0



    0
    H.
    30 septembre 2013 - 20 h 42 min

    Mezri Haddad apporte des
    Mezri Haddad apporte des compléments d’information, chark. Cherchez, vous trouverez.




    0



    0
    baraa
    30 septembre 2013 - 20 h 15 min

    l’islam dit radical, qui
    l’islam dit radical, qui n’est ni islam ni radical, il n’est que la version takfiri du puritanisme néo-évangélique anglo-saxon en terre d’islam comme le sionisme était sa version chez les juifs. Elle vise à transformer le souffle d’une foi et la créativité d’un message universaliste de justice et de lutte contre le ribah en un hochet identitaire que l’on agite d’autant mieux qu’on a tué son contenu. Les takfiro-islamistes sont aussi musulmans que les vieillards brejneviens grossis étaient des adeptes de la révolution prolétarienne. Il est temps de reprendre le travail de Malek Bennabi, de Ali Shariati visant à reconstituer une théologie de la libération islamique en accord avec les exigences sociales, et donc socialistes des masses créatrices de richesse.




    0



    0
    zyriab
    30 septembre 2013 - 15 h 56 min

    Toutes les société arabes ont
    Toutes les société arabes ont cessé toute réflexion le 4janvier 1492 et depuis elles attendent que l’occident réflechisse por tout le monde.La solution ne peut venir que du réveil s’il le faut brutal de ces peuples reprendre conscience que seul le travail et le savoir peuvent nous etre utile et tout le reste n’est que fantasme et utopie.L’Islam est la première religion qui a introiduit le concept de la rer’sponsabilité personnelle AUCUN MUSULMAN N’accepte de prendre ses responsabilités c’est toujours la faute des autres.




    0



    0
    Abou Stroff
    30 septembre 2013 - 13 h 34 min

    « La radicalisation de l’islam
    « La radicalisation de l’islam ne résoudra pas la crise des sociétés arabes» dixit Chaliand, grand connaisseur du « monde arabe et musulman ». en fait, Chaliand ne va pas au fond de sa pensée. en effet, la radicalisation de l’islam, non seulement ne résoudra pas la crise des sociétés arabes mais cette radicalisation anéantira les sociétés arabes en tant que telles. en effet la radicalisation, fruit de diverses frustrations est d’abord et avant tout un cri d’alarme (ou une forme d’opposition) des peuples arabes face à des régimes corrompus jusqu’à la moelle des os (voir les casseroles que trainent nos augustes dirigeants, par exemple) et qui n’autorisent aucune voix discordante. malheureusement, pour les peuples arabes et musulmans, la radicalisation de l’islam est un « mauvais remède » à un mal profond et mortel. cette radicalisation dénote l’incapacité de ses promoteurs à saisir la dynamique des sociétés humaines, d’où le slogan aussi absurde que stérile « l’islam est la solution ». une analyse concrète d’une situation concrète peut facilement démontrer que la radicalisation de l’islam est portée par un mouvement social interne mais répond paradoxalement aux intérêts de ceux que l’islam radical est supposé combattre. pour faire bref, l’islam radical sert d’une part les intérêts impérialistes et les intérêts sionistes d’autre part. en ce qui concerne l’impérialisme, l’islam radical est son meilleur allié au niveau économique puisque les islamistes, en général, croient que la richesse est générée par le marché et cette position est en complète résonance avec la dynamique du capital financier mondial, fraction dominante de l’heure du capital mondial. quant au sionisme, il est inutile de souligner que l’entité sioniste a intérêt à être entourée d’Etats basés sur la religion ou l’ethnie (voir le plan Yinon) pour que cette entité ne soit plus considérée comme un vestige colonial qui doit disparaitre en tant que tel mais saisie en tant que matérialisation de commandements divins (Moïse n’a t il pas été dirigé vers la palestine par le bon dieu lui-même?). moralité de l’histoire: l’islam radical ou les islamistes radicaux sont, de fait, les alliés objectifs et subjectifs de l’impérialisme et du sionisme et doivent être combattus et neutralisés en tant que tels par tous les patriotes.




    0



    0
    raselkhit
    30 septembre 2013 - 10 h 47 min

    La réflexion malheureusement
    La réflexion malheureusement est trop courte.L’analyse globale ne peut se résumer à ce petit constat .Il est vrai que c’est « LA CHUTE DE ROME » mais la bête va continuer à se débattre et chaque citoyen non seulment du monde Arabe mais du monde entiers devons nous oublier les peuples d’Asie ou d’Amérique latine et même d’Europe?(Voir dans quelle situation économico-sociale se trouvent un trés grand nombre de peuples Européens)Il faut nommer les choses par leur nom.C’est la fin du capitalisme.Mais aussi il faut que les peuples surtout du tiers monde se réveillent et se débarrasse de leur complexe du colonisé mental et comprennent que la solution est dans leur propre combat




    0



    0
    Hanane
    30 septembre 2013 - 9 h 22 min

    Tout à fait d’accord avec M.
    Tout à fait d’accord avec M. Chaliand sur l’islam radical qui mènera, sans aucun doute, le monde musulman au fond du gouffre. Il faut le combattre et combattre aussi la dictature post coloniale des dirigeants arabe, pour que nos société soient à l’image des pays émergents.




    0



    0
    chark
    30 septembre 2013 - 9 h 21 min

    Il faudrait que m Chaliand
    Il faudrait que m Chaliand retourne son point de vue aux monar (…) arabes du golfe ( hacha ) et au sionistan , en particulier l’arabie yahoudite ,le qatar , la turquie , et le likoud de m…de qui planifie en permanence la destruction des armées régulière arabes tout autour du sionistan , car toutes cette mascarade islamiste partit de Libye , de Tunisie , et autres pays n’est l’œuvre que du diabolique complot sioniste et de leur laquais turquo/arabes du golfe !




    0



    0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.